Mis à jour le 

Vaux le Vicomte

Vaux le Vicomte Photo : Olivier HUART

Un voyage à : Vaux le Vicomte

En faisant appel aux plus grands artistes du milieu du XVIIe siècle pour l'édification de son château, le surintendant des finances de Louis XIV, Nicolas Fouquet allait faire de Vaux-le-Vicomte un chef-d’œuvre de l'architecture classique à faire pâlir le roi de jalousie. A Maincy, à 55 km de Paris en Seine-et-Marne, à mi-chemin entre les résidences royales de Vincennes et Fontainebleau, Vaux-le-Vicomte compte aujourd’hui parmi les plus beaux châteaux de France.

> Visite en images de Vaux le Vicomte

Si Vaux-le-Vicomte m’était conté…

En 1658, pour la construction de son château, le Surintendant des finances de Louis XIV Nicolas Fouquet se montre visionnaire en faisant collaborer sur un même projet les plus grands artistes de son temps : l'architecte Louis Le Vau, le peintre Charles Brun et le paysagiste Le Nôtre. Pensé comme une œuvre globale, le château s’illustre par son luxe et sa beauté, mais également par l'innovation qui semble avoir été un des maîtres mots de la composition du domaine.

Louis Le Vau organise le château selon un plan audacieux, regroupant les pièces vers le centre et coupant avec la tradition d'une enfilade de pièces. En multipliant les couloirs, il crée des appartements indépendants, permettant une intimité jusqu'alors impossible.

Pour le château de Nicolas Fouquet, le peintre-décorateur Charles Le Brun dessine mobilier et statues, dirige la manufacture de tapisseries et réalisa les décors. Il n’eut pas le temps de peindre son projet de « Palais du Soleil » sur la coupole du Grand Salon, œuvre dont l’ampleur n’avait encore eu aucun précédent dans l’art français.

L’aménagement du parc de Vaux le Vicomte voit fleurir les premiers jardins à la française. Première œuvre du plus célèbre « architecte de jardins » de France, André Le Nôtre y impose sa vision en créant des schémas géométriques, de vastes perspectives, agençant des plans et jeux d’eau peuplés de statues. Son style sera repris à Versailles, puis dans toutes les grandes cours européennes.

En 1661, après cinq ans de chantier, un temps record pour de tels prodiges, les travaux du château de Vaux-le-Vicomte touchent à leur fin. Le 17 août, Fouquet donne une somptueuse fête en l'honneur de Louis XIV, avec au programme de réjouissances, spectacles et feux d’artifices.

Une réception qui précipite la disgrâce de Fouquet. Trois semaines plus tard, il est arrêté à Nantes par d’Artagnan. Destitué et arrêté sur l'ordre de Louis XIV, probablement manipulé par Colbert, le surintendant est accusé de malversations, condamné à la confiscation de ses biens et au bannissement hors du royaume. Mais sur ordre du roi, sa peine est élargie à l'emprisonnement à vie. Fouquet est envoyé à Pignerol où il meurt le 23 mars 1680.

Transports

Informations pratiques

Ouverture du domaine du 9 mars au 11 novembre 2013 inclus

Visite tous les jours de 10h à 18h
Dernière admission en semaine : 17h45

Dernière admission le week-end : 17h00


Le domaine est ouvert le 14 juillet  et le 15 août 2013.

Visite aux chandelles le samedi soir du 4 mai au 5 octobre 2013

De 19h à minuit. Dernière admission : 23h


Ouvertures exceptionnelles en décembre et janvier
de 10h30 à 18h, aux dates suivantes :

Samedi 30 novembre et dimanche 1er décembre de 10h30 à 18h

Samedi 7 et dimanche 8 décembre de 10h30 à 18h

Samedi 14 et dimanche 15 décembre de 10h30 à 18h

Tous les jours du 21 décembre 2013 au 5 janvier 2014 (sauf 25 décembre et 1er janvier) de 10h30 à 18h

Les 24 et 31 décembre, le domaine fermera ses portes à 17h.

Partir à : Vaux le Vicomte

Bons plans

La visite du château de Vaux-le-Vicomte

Le château comporte un corps central avec trois avant-corps côté cour et une pièce en rotonde au centre de la façade ouvrant sur les jardins. Mais alors que les châteaux français se composent habituellement d’une suite de pièces en enfilade, Louis le Vau révolutionne l'espace intérieur avec une double enfilade de pièces parallèles avec des portes alignées ou « corps double ».

Autre innovation de taille à Vaux le Vicomte, le grand salon ovale et ses cariatides supportant la coupole, dont l’originalité du plan est assez inhabituelle pour une salle de réception. Destinée à accueillir les fêtes et à accéder aux jardins, cette très vaste pièce de 18 mètres de haut comprend deux étages, selon le modèle dit "à l'Italienne".

Antichambre de l’appartement de Fouquet, le Salon d’Hercule possède un plafond peint d'une scène représentant un Hercule accueilli par l’Olympe. Un salon dédié au héros de l’Antiquité dont les travaux accomplis symbolisent la puissance et la réussite de Nicolas Fouquet. Les médaillons et les panneaux ornant la voussure représentent les douze travaux d’Hercule par Le Brun.

La Chambre des Muses, qui doit son nom aux neuf muses qui ornent le plafond, accueillait la chambre d’apparat de Fouquet. Autour d’un plafond représentant le « Triomphe de la Fidélité », allusion de la fidélité de Nicolas Fouquet au roi durant la Fronde, les muses se répartissent dans les quatre coins de la voussure. Au milieu des côtés se trouvent les figures de la noblesse et de la paix, ainsi qu’une victoire des muses sur les satyres. C’est dans cette pièce que Molière donna le 12 juillet 1661 une représentation de L'Ecole des maris, à l’occasion d’une fête donnée par Nicolas Fouquet en l'honneur de la reine mère d'Angleterre Henriette de France (fille d'Henri IV).

Pièce la plus richement décorée du château et pourtant inachevée, la Chambre du Roi déploie une richesse de stucs rehaussés de feuilles d'or, notamment des lions moulés représentant la puissance royale, prenant la forme de figures ailées, d'anges casqués, de guirlandes encadrant le « F » de Fouquet. Si la coutume voulait qu’à une où la cour royale était itinérante, on aménage une telle pièce pour le Roi, Louis XIV n'y a jamais dormi.

Au premier étage se trouvent les appartements privés du surintendant Fouquet, composés de trois pièces, l’antichambre, le cabinet et la chambre. La chambre de l’appartement est la seule pièce du premier étage à avoir conservé son décor d’origine.

C’est au sous-sol que se déploient les cuisines, offices et chambres d’officiers. Dans les fastueuses cuisines, le maître d'hôtel de Nicolas Fouquet, le fameux François Vatel inventa pour Louis XIV un nouveau dessert, qui devint la crème chantilly.

Carte Vaux le Vicomte

Réserver vos vacances

Recherche d'hôtel

Ville

Arrivée

Départ

Booking.com

A proximité

Magazine