linternaute voyage
Search engine
 
L'Internaute > Voyager >
vol dégriffé
 DOSSIER  

Avril 2006

Ce qu'il faut savoir sur les compagnies "Low Cost"

Comment obtenir les prix plancher ? Quand faut-il réserver ? Et comment ces compagnies procèdent-elles pour casser les prix ? Quelles sont les précautions à prendre ?
Envoyer à un ami | Imprimer cet article


Comment bénéficier d'un vol Low Cost
Les compagnies aériennes Low Cost affichent dans leurs publicités des prix plancher qu'il n'est pas toujours facile d'obtenir. Pour y parvenir, il faut accepter un certain nombre de règles :
- Ne comptez jamais payer exactement le prix d'appel que vous pouvez lire sur les publicités : les prix affichés sont hors TVA et hors taxes d'aéroport, et généralement soumis à des conditions de dates.
- Il ne faut pas avoir peur de payer via internet. C'est la solution la plus rapide pour réserver un vol Low Cost et, dans la majorité des cas, la seule proposée.
- Il faut savoir qu'on vous impose un surcoût de 5 euros (parfois plus) si vous payez par carte bancaire. Or on ne vous propose généralement pas d'autres moyens de paiement... Demandez éventuellement à envoyer un chèque.
- Réfléchissez bien aux dates et horaires de vos vols : une erreur pourrait vous coûter cher car si vous ne payez pas un supplément pour avoir le droit de modifier vos réservations jusqu'à 3h avant le décollage de l'avion, on ne vous remboursera rien et vous perdrez votre billet !
- Contrairement à une idée reçue, les tarifs les moins chers sont accessibles dés l'ouverture des réservations et non pas à la fin. Cela signifie qu'il faut réserver longtemps à l'avance pour obtenir les meilleurs tarifs. Plus tôt vous réservez, plus bas seront les prix.

Comment elles procèdent pour casser les prix
Pour réduire leur coût, les compagnies aériennes ne font pas d'économie sur la sécurité contrairement à ce que pensent certains. En revanche, elles font des économies sur tout le reste :
- Elles paient des taxes d'aéroport moins élevées que les autres compagnies en choisissant des aérogares éloignées des centres des aéroports ou souvent en choisissant d'atterrir sur des aéroports secondaires relativement éloignés de votre ville de destination. L'exemple le plus connu est l'aéroport de Beauvais utilisé pour desservir Paris notamment par la compagnie Ryanair.
- Elles proposent un confort moindre à leurs passagers. A bord d'un vol Low Cost, il est inutile de compter sur un verre offert ou un apéritif : tous les "à côté" du vol sont payants. Il n'y a pas de classe "affaires", mais une classe unique dont les places ne sont généralement pas attribuées, ce qui simplifie les cartes d'embarcation.
- Elles cherchent un taux de remplissage maximal. L'utilisation des aéroports secondaires, dont la densité de trafic est faible, leur permet d'augmenter la rotation de leurs avions et de les rentabiliser plus rapidement en les immobilisant moins longtemps.
- Les conditions de vente sont simplifiées dans le but de réduire le personnel à terre. L'utilisation du billet "électronique" implique de réserver son vol sur le site internet de ces compagnies (via paiement sécurisé). A l'embarquement, vous présentez simplement une impression des pages de réservation qu'affiche le site.
- Enfin, les services après-vente sont particulièrement réduits. C'est le cas par exemple des remboursements en cas d'annulation de vols ou parfois de l'absence d'aide aux personnes handicapées.

Un dernier conseil : n'oubliez pas de comparer les tarifs des Low Cost avec ceux des compagnies "classiques", il arrive que ces dernières soient plus intéressantes que leurs challengers quand on réserve peu de temps avant le départ et c'est particulièrement vrai pour les vols intérieurs.
Consulter le comparatif


 
 [Rédaction, L'Internaute]
 
Magazine Voyager
Envoyer | Imprimer
Haut de page
 
 
newsletter
Voyager Voir un exemple
L'Internaute Voir un exemple
Week-end Voir un exemple
Toutes nos newsletters
 
 

Glossaire

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Tout L'internaute Voyage dans une newsletter

Newsletter inscirption

Voir un exemple | Toutes nos newsletters