Bernard Tapie : des craintes pour sa "tumeur au cerveau" après les coups reçus

Bernard Tapie : des craintes pour sa "tumeur au cerveau" après les coups reçus Trois jours après le cambriolage très violent subi à son domicile, Bernard Tapie s'est brièvement confié à Libération. L'homme d'affaires redoute que les coups subis ne laissent des "séquelles" à sa tumeur au cerveau.

[Mis à jour le 6 avril 2021 à 13h09] Les époux Tapie se remettent doucement des événements subis dans la nuit de samedi à dimanche. Réveillés en pleine nuit par quatre cambrioleurs, Dominique et Bernard Tapie ont été séquestrés et frappés par les malfaiteurs, notamment avec une matraque, à leur domicile francilien de Combs-la-Ville, en Seine-et-Marne. Le butin s'élèverait à plusieurs bijoux, mais c'est bien la violence avec laquelle a été traité le couple qui a choqué, images à l'appui. Ces clichés, publiés sur Twitter, montrent les coups reçus au visage par Bernard Tapie et son épouse.

Dans une brève interview accordée à Libération ce mardi, l'homme d'affaires revient sur cet épisode en affirmant que les coups portés à son encontre peuvent s'avérer très graves, compte tenu de son état de santé. "J'aurai peut-être un peu de séquelles pour ma tumeur au cerveau, suite au coup de matraque reçu sur la tête. Les médecins me le diront dans deux jours", explique-t-il au quotidien, à qui il décrit la scène, qui a duré "quarante-cinq minutes" et durant laquelle les cambrioleurs ont frappé sa femme "à coups de poing dans la gueule". Ce lundi, les fils de Bernard Tapie ont donné des nouvelles rassurantes de leur père, en affirmant qu'il allait mieux. "Ca va beaucoup mieux qu'hier (dimanche). Au moins physiquement car psychologiquement, ça reste très traumatisant", a expliqué Stéphane Tapie, sur BFMTV.

Ce dernier a également révélé que son père et sa belle-mère ont été menacé de mort durant ce qui s'apparente davantage à un "home-jacking" qu'un cambriolage, puisque les habitants des lieux cambriolés étaient présents. "Dis-nous où est le coffre ou on te brûle, on te met le feu", auraient lancé les malfaiteurs à Bernard Tapie, selon son fils. Sur CNews toujours ce lundi, l'autre fils de l'ancien ministre a témoigné. "Mon père s'est remis beaucoup plus vite que ma mère. Elle est encore sous le choc. (...) Il a retenu le positif immédiatement en disant : 'On a eu de la chance'. Voyez la tête qu'il a sur les photos, mais il dit qu'ils ont eu de la chance… Et c'est vrai d'une certainement manière, car cela aurait pu être encore pire", a relaté Laurent Tapie.

Les cambrioleurs ont réussi à s'infiltrer dans la maison, malgré la présence de caméras de vidéosurveillance, et de gardiens installés au rez-de-chaussée. Une enquête a été ouverte pour "vol en bande organisée", "séquestration" et "association de malfaiteurs". Le président de la République Emmanuel Macron a appelé Bernard Tapie suite à son cambriolage. De son côté, Guy Geoffroy, le maire de Combs-la-Ville, a dénoncé "l'extrême violence" des faits. "Les cambrioleurs pensaient trouver un trésor et je pense que les violences ont été d'autant plus importantes qu'il n'y avait globalement pas grand-chose à prendre", a-t-il commenté.

Bernard Tapie lutte contre un cancer depuis quelques années

Cet épisode de violences survient alors que Bernard Tapie lutte encore contre plusieurs cancers. Selon les informations que l'homme d'affaires a lui-même rendues publiques ces dernières années et ces derniers mois, sa maladie touchant son estomac et son oesophage se serait métastaser en touchant aussi ses poumons et ses cordes vocales ces derniers mois. Les thérapies qui lui ont été octroyées ont endommagé ces dernières, ce qui l'a rendu "presque aphone" avaut-il indiqué lui-même au média belge Soir Mag il y a quelques mois. Son traitement n'empêcherait pas au cancer de resurgir : la maladie "peut connaitre des rémissions partielles, même une rémission totale momentanée, mais il repartira à un moment ou un autre", avait déjà affirmé l'ancien ministre à l'automne. Pour son avocat, manifestement inquiet, le traitement que suit actuellement Bernard Tapie "est le dernier combat de sa vie", avait-il précisé à BFMTV le 6 octobre.

L'homme d'affaires suivait à l'automne dernier un traitement expérimental, en Belgique. Auprès de Soir Mag, il avait indiqué que cette nouvelle thérapie lui permettait alors de lutter de manière efficace contre sa maladie, mais au prix d'une affaiblissement considérable. "Le traitement a des résultats très significatifs quant à leur efficacité sur la tumeur, mais la difficulté, c'est d'arriver à en supporter les conséquences. [...] Je me sens donc actuellement beaucoup plus mal", avait-il fait savoir.

De nombreux commentaires de Bernard Tapie sur son cancer

Début septembre, invité au concours d'éloquence des avocats du barreau de Paris, Bernard Tapie avait ému et impressionné son auditoire par un pamphlet consacré à la nécessité de rester le plus actif possible face à la maladie. La voix raillée, il lançait : "Contrairement à ce que l'on dit, le moral, etc... Vos cellules cancéreuses s'en foutent. Elles ont un ennemi, c'est votre énergie ! Car c'est l'énergie qui donne la puissance à votre système immunitaire. Et comment on trouve l'énergie ? En se bougeant ! En se remuant ! Et si vous êtes au lit du matin au soir, en vous disant : 'Je ne peux pas me lever', vous êtes mort !"

L'an dernier, il avait interpellé par sa voix sur le plateau de CNews. Alors qu'il était invité pour commenter les résultats des élections européennes, il était apparu fatigué, et presque aphone. Il avait alors confié quelques informations peu rassurantes sur l'état de sa maladie : "Ça ne va pas bien", avait-il concédé, en rendant public son second cancer. L'ancien ministre de la Ville a aussi fait savoir qu'il avait dû "recommencer la chimio, la radiothérapie". Au début du mois de juillet 2019, Bernard Tapie n'avait pas pu assister à son verdict dans l'affaire du Crédit lyonnais, apparemment trop affaibli. Après avoir été relaxé dans cette même affaire, il avait fait preuve d'auto-dérision sur sa maladie. "Je n'ai qu'une seule réflexion : mon cancer vient d'en prendre un sale coup dans la gueule ! C'est bien la preuve qu'il faut toujours, toujours, se battre jusqu'au bout", avait-il déclaré à La Provence. "C'est ma plus belle chimio !", aurait-il aussi lancé à ses proches, selon BFMTV, à cette époque. Quelques jours plus tard, le Parquet de Paris annonçait avoir fait appel de la relaxe générale concernant le procès.

Quand Bernard Tapie ironisait sur sa mort annoncée dans Le Monde

Bernard Tapie avait aussi choisi l'humour pour répondre à la publication d'un article du Monde, signalant son décès jeudi 31 octobre 2019. Une nécrologie intitulée "La mort de Bernard Tapie, l'homme aux mille vies", avait été publiée sur Internet par erreur. L'article, écrit par les journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme avait été dépublié moins de 20 minutes après sa mise en ligne.

La rédaction des nécrologies de personnages publiques est une pratique courante dans les rédactions des grands médias, mais l'homme d'affaires étant malade, l'erreur du Monde avait d'autant plus été mal accueillie. Le quotidien avait présenté ses excuses  Bernard Tapie avait quant à lui réagi à cette malheureuse publication. À Franz-Olivier Giesbert, ancien directeur du Point qui a pu le contacter, il avait répondu avec humour : "Je viens d'avoir Bernard Tapie au téléphone. Il m'a dit en plaisantant : 'L'annonce de ma mort par Le Monde est, comme disait Mark Twain, 'très exagérée''".

Contemporain