Emmanuel Macron : sondages, candidature... Vers un 2e mandat ?

Emmanuel Macron : sondages, candidature... Vers un 2e mandat ? MACRON. Emmanuel Macron va-t-il à nouveau solliciter la confiance des Français pour rester président de la République ? Si le chef de l'Etat n'a pas encore donné sa décision sur une candidature, les sondages le donnent en position de force.

L'essentiel
  • Après Charles de Gaulle, Valéry Giscard d'Estaing, François Mitterrand, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, Emmanuel Macron sera-t-il le sixième président de la République à être candidat à sa propre succession ? "J'ai envie" a-t-il confié à des lecteurs du Parisien début janvier au cours d'une interview.
  • Mais pour l'heure, pas de déclaration officielle de candidature. Le chef de l'État veut attendre, notamment en raison de la situation sanitaire du pays. Tout président sortant sollicitant un second mandat l'a fait, au plus tôt, deux mois avant le premier tour.
  • La candidature du locataire de l'Elysée ne fait guère de doute dans l'opinion publique, les sondages sur les intentions de vote le donnant à nouveau vainqueur dans (presque) chaque enquête, avec 25% des suffrages au 1er tour et entre 51 et 55% au second.
Dernières actualités

Macron largement en tête des intentions de vote au premier puis au second tour

Si vous ne voyez pas l'image, cliquez ici

Chronique de campagne du 17 janvier. 13h20. Le dernier sondage sur les intentions de vote au premier tour de l'élection présidentielle, réalisé par Opinion Way et publié lundi 17 janvier 2022, crédite Emmanuel Macron de 24% des intentions de vote. Le chef de l'Etat arriverait largement devant tous ses concurrents et est donné gagnant face à Valérie Pécresse au second tour (44%) et Marine Le Pen (46%).

Le président de la République sortant n'a pas déclaré son intention de briguer un nouveau mandat, même s'il a dit en avoir "envie". Testé dans tous les sondages, Emmanuel Macron semble promis à sa réélection, sans trop de difficulté. Profitant d'une droite divisée et d'une gauche puzzle, l'espace politique autour de l'ancien ministre de François Hollande s'est élargi au fil de son mandat. Si son quinquennat a été marqué par de nombreuses crises, dont celles des Gilets jaunes ainsi que du Covid-19, le quadragénaire n'est bousculé par aucun des autres prétendants au palais présidentiel. 

Si les chefs d'Etat ayant sollicité une nouvelle fois la confiance des Français n'ont officialisé leur candidature que mi-février, au plus tôt (timing dans lequel devrait s'inscrire Emmanuel Macron), le possible aspirant à sa propre succession dévoile au fil des semaines le cap qu'il souhaiterait fixer pour un nouveau mandat en dévoilant une série de mesures qui ressemblent aux contours d'un programme présidentiel.

En savoir plus

Emmanuel Macron candidat à l'élection présidentielle en 2022 ?

Il dit en avoir "envie", mais repousse encore l'officialisation de sa décision. Emmanuel Macron n'a toujours pas annoncé son intention de briguer ou non un second et dernier mandat de président de la République. Alors que du côté de La République en Marche, tout est en ordre de bataille depuis plusieurs semaines pour vanter les mérites de leur leader, défendre son bilan et convaincre les électeurs de le conforter cinq ans de plus au Palais, le chef de l'État veut encore attendre. "Dès qu'il y aura les conditions sanitaires qui le permettent et que j'aurai clarifié ce sujet, en moi-même et par rapport à l'équation politique, je dirai ce qu'il en est", a-t-il expliqué dans Le Parisien du 4 janvier, précisant que "cette décision se consolide en mon for intérieur". Dans l'histoire de la Ve République, les annonces officielles des présidents sortants briguant un nouveau mandat ont été faites au plus tôt deux mois avant le premier tour. Emmanuel Macron devrait, à son tour, s'inscrire dans ce calendrier.

Résultats des sondages pour la présidentielle

C'est peu dire qu'Emmanuel Macron est favori à sa propre succession. Selon les très nombreux sondages réalisés, qu'importe l'institut, le président de la République apparaît en tête des intentions de vote au premier tour, recueillant entre 20 et 26 % des suffrages des électeurs. Par ailleurs, au second tour, il serait conforté dans son rôle. Toutefois, le match s'annonce plus serré face à Valérie Pécresse que Marine Le Pen. Le chef de l'État serait bousculé par la présidente de la région Île-de-France (51 à 54 % des votes). Un sondage réalisé les 6 et 7 décembre par Elabe l'a même donné perdant (48%). Il s'agit là d'un scénario unique. Face à la candidate du Rassemblement national, Emmanuel Macron ne tremblerait pas, cumulant entre 54 et 58 % des suffrages.

Programme d'Emmanuel Macron

S'il n'est pas encore officiellement candidat, Emmanuel Macron a déjà fixé le cap sur certains sujets qu'il ambitionne de porter sur un nouveau mandat. A commencer par la réforme des retraites, abandonnée jusqu'au scrutin national. Le président l'a annoncé : "il faudra travailler plus longtemps". Repousser l'âge du départ à la retraite est donc une nouvelle fois dans les cartons, ce à quoi s'ajoute "une sortie des régimes spéciaux" voulue par le chef de l'État. 

Ce dernier, dans son interview au Parisien début janvier, a également annoncé qu'il n'augmenterait pas les impôts, qu'il souhaite "revoir les temps de travail de certains soignants, reprendre les cycles pour qu'ils travaillent dans de bonnes conditions et en les payant dignement", tout en assurant leur formation continue, mais également "revaloriser les salaires" et "surtout repenser la fonction" d'enseignant, proposant notamment de "donner à certaines écoles [la liberté] de bâtir leur propre projet pédagogique selon leur territoire". Enfin, il souhaite réfléchir à une réforme des droits de succession pour "accompagner les gens pour les aider à transmettre les patrimoines modestes".

Biographie d'Emmanuel Macron

Né en 1977 à Amiens (Somme), Emmanuel Macron est le fils d'un couple de médecins. Aîné de la fratrie, Emmanuel Macron a un frère et une soeur. Au cours de son enfance, il passe beaucoup de temps chez sa grand-mère maternelle, principale d'un collège, à qui il doit son engagement politique. Le jeune Emmanuel Macron a vécu une enfance bourgeoise et provinciale, et reçu une éducation chez les Jésuites de la Providence, à Amiens. Après un bac S, il entre en hypokhâgne et khâgne B/L au lycée Henri-IV à Paris, puis intègre Sciences Po Paris en 1998 et obtient, en parallèle, une maîtrise et une maîtrise (licence aujourd'hui, ndlr) et un DEA (Master 2). Il entre ensuite à l'ENA à Strasbourg (2002-2004) puis est affecté à l'Inspection des finances après un passage à l'ambassade de France au Nigéria et à la préfecture de l'Oise. Pendant trois ans, il travaille à l'Inspection générale des finances, puis signe chez la banque d'affaires Rothschild en 2008, sur recommandation de Jacques Attali. Il travaille sur divers dossiers importants, comme le rachat de Cofidis par le Crédit mutuel, sur la vente du journal Le Monde, ou encore le rachat de certaines activités de Nestlé par Pfizer.

Engagé au PS à partir de 2006, il soutien Ségolène Royal puis François Hollande malgré le refus du Parti socialiste de l'investir en Picardie pour les législatives de 2007. Soutien du futur président de la République, ce dernier lui propose de devenir secrétaire général adjoint de l'Elysée en 2012, avant de le nommer ministre de l'Economie en 2014. Un poste qu'il occupe deux ans, avant de démissionner pour se présenter à l'élection présidentielle et s'installer à l'Elysée en battant Marine Le Pen.

Contemporain