Macron dans les Alpes-Maritimes : le président à l'écoute des sinistrés

Macron dans les Alpes-Maritimes : le président à l'écoute des sinistrés Emmanuel Macron est arrivé dans les Alpes-Maritimes en début d'après-midi pour soutenir les habitants et les villages sinistrés après le passage de la tempête Alex. Des fonds devraient être débloqués rapidement.

[Mis à jour le 7 octobre à 16h01] Après le passage fracassant de la tempête Alex le week-end dernier, les Alpes-Maritimes tentent de reprendre une vie "normale" dans un paysage ravagé et détruit par les intempéries. Pour soutenir la population locale, le chef de l'Etat Emmanuel Macron est arrivé du côté de Nice en tout début d'après-midi avant de se rendre à Tende à 15h.  "Merci de votre mobilisation à tous. Merci d'être là, même si je sais que vous avez le cœur gros", a déclaré le chef de l'Etat avant de passer en revue les gendarmes et les pompiers. Attention particulière à un gendarme, blessé, qui a sauvé 17 personnes au plus fort des intempéries. Durant les premiers entretiens avec les secouristes, on apprend que le désenclavement de la zone pourrait intervenir grâce aux trains du côté italien alors que les routes, selon le Préfet, seront rétablies pas avant "cinq semaines".

Par la suite, Emmanuel Macron s'est longuement entretenu avec le maire de Tende qui a fait part de la "misère noire". "On a été vraiment dans une misère noire pendant 48 heures, il va falloir féliciter tout le personnel, pompiers, gendarmes, personnel soignant. On a fait des miracles pendant 48 heures. Vendredi soir, c'était le cauchemar, les maisons tombaient les unes après les autres" explique-t-il avant de montrer de l'optimisme "autant pendant 48 heures on a été dans une misère noire, autant quand la machine France se met en route, c'est impressionnant.

Emmanuel Macron se dirigera dans la vallée de la Roya sous les coups de 16h30 avant de se déplacer en début de soirée à Saint-Martin-Vésubie où il donnera une interview dans le 20 Heures de TF1 et France 2 sous les questions de Marie Chantrait de TF1 et de Jeff Wittenberg pour France 2 puis au centre opérationnel de Nice pour renouveler son engagement et apporter des "solutions rapides". Le Premier ministre a indiqué lors des questions au gouvernement que le président sera présent "pour constater et affirmer la très forte mobilisation de l'Etat qui s'est mobilisé dès le début."

Dans un long message Facebook posté ce mercredi matin, Emmanuel Macron avait affirmé que la "Nation répondra présente" et que des solutions seront apportées. "Aux Françaises et Français touchés par les intempéries exceptionnelles, aux habitants des communes sinistrées des Alpes-Maritimes, du Var, du Morbihan, du Finistère, je veux dire la solidarité de la Nation. Une tempête d'une ampleur sans précédent a ravagé plusieurs de vos villages et fauché des vies. Je m'incline devant la douleur des familles et des proches des victimes (...) Pleinement mobilisé dans l'urgence, l'État le restera demain, dans la phase de reconstruction. J'en prends l'engagement (...) Les mesures annoncées seront à la mesure de la catastrophe, à la mesure aussi de la solidarité qui s'est déployée sur le terrain dans des réseaux d'entraides."

À l'heure actuelle, selon un bilan provisoire, les intempéries qui se se sont abattues dans la région ont causé la mort de quatre personnes en France alors que huit personnes sont également portées disparues et treize autres "supposées disparues". Sur le plan matériel, les dommages sont très importants avec de nombreuses routes coupées, des maisons isolées, des stations d'épuration anéanties, un réseau électrique endommagé avec encore 5 000 foyers privés d'électricité ce mardi. Les territoires concernées par les intempéries sont officiellement déclarés en catastrophe naturelle à l'issue du Conseil des ministres de ce mercredi. De nombreux moyens financiers devraient également se débloquer pour permettre la reconstruction des routes, mais aussi permettre à certains secteurs de relancer leurs activités, comme l'agriculture. Le président de la Chambre d'agriculture a d'ailleurs montré sa vive inquiétude après avoir survolé la vallée de la Roya pour faire un état des lieux. Si "les animaux sont en grande partie sains et saufs beaucoup de bâtiments sont dévastés et la crainte, c'est que les éleveurs partent" indique-t-il au micro de France 3 Paca. Pour faire face, Emmanuel Macron a indiqué que "l'état de catastrophe agricole avec 1000 exploitations touchées" sera déclenché ainsi que le fonds Barnier pour "reconstruire avec des normes pour mieux résister". Ce dernier finance une partie de l'action de l'État et subventionne les actions de prévention des risques naturels des particuliers et des collectivités.

Le président du Sénat Gérard Larcher a également saisi mardi la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, pour demander une aide d'urgence de l'Union européenne pour les sinistrés du haut-pays niçois. "Cet appel hors des chemins formels est guidé par l'urgence. Il procède de la vision d'une Europe proche des citoyens, sensible à leur désarroi, d'une Europe qui tire sa vitalité et sa force des territoires". De son côté, la région a débloqué rapidement un fonds d'urgence spécial de 10 millions d'euros dédié à la reconstruction des communes, des terrains agricoles et des entreprises.

Contemporain