Emmanuel Macron : des rumeurs de démission, la réaction de l'Elysée

Emmanuel Macron : des rumeurs de démission, la réaction de l'Elysée DEMISSION MACRON. Et si le chef de l'Etat prenait tout le monde de court en annonçant prochainement sa démission ? L'hypothèse aurait été évoquée par Emmanuel Macron lui-même, selon Le Figaro. Mais l'Elysée dément...

L'idée d'une démission d'Emmanuel Macron, après la grave crise sanitaire que vient de traverser la France, faisait l'objet depuis ce jeudi matin de nombreuses conjectures, après la publication d'un article dans le Figaro, mentionnant une visioconférence avec des donateurs au cours de laquelle le chef de l'Etat aurait évoqué cette option. Mais la rumeur a tourné court. L'Elysée a décidé de mettre un terme aux spéculations dans l'après-midi, faisant savoir à l'AFP qu'il démentait les informations du quotidien. "Le président de la République n'a jamais évoqué sa démission", a indiqué la présidence à l'agence de presse, ajoutant qu'Emmanuel Macron n'avait même "jamais participé à une visioconférence avec des donateurs".

Le Figaro Magazine écrivait pourtant ce jeudi 11 juin qu'il n'était pas exclu que le président prépare une énorme surprise dans les prochaines semaines. Le journal croyait savoir qu'Emmanuel Macron semblait en effet disposé à annoncer sa démission, si nécessaire, pour lancer une toute nouvelle séquence inédite après le feuilleton dramatique du coronavirus. Pas question, évidemment, de se retirer de la vie politique indiquait néanmoins Le Figaro. Il s'agissait surtout pour le chef de l'Etat de reprendre la main. L'article, publié sur le site du quotidien, indiquait que le président avait rencontré, "voici une quinzaine de jours", des donateurs de sa campagne de 2017, à Londres. Il y était précisé que le chef de l'Etat était intervenu, en visioconférence, pour quelques minutes. Emmanuel Macron était décrit comme déterminé, l'hypothèse de sa démission et l'annonce d'une élection présidentielle anticipée "dans les semaines ou les mois à venir", ayant clairement été mise sur la table. Et le Figaro de préciser que le président de la République avait fait savoir lors de cette rencontre, désormais démentie, qu'il était "sûr de gagner" une éventuelle élection "car il n'y a personne en face".

Déjà plusieurs déclarations choc pendant la crise

Si elle est démentie, la rumeur d'une démission d'Emmanuel Macron n'est pas sortie de nulle part. Dès le 16 mars, dans son allocution annonçant le confinement généralisé du pays, Emmanuel Macron avait semé le trouble en déclarant qu'il tirerait "toutes les conséquences" de cette crise une fois celle-ci surmontée. Promettant "de se réinventer" un mois plus tard, lors de son allocution solennelle devant la nation, le 13 avril 2020, il avait encore joué la carte du renouveau, laissant entendre qu'il fallait s'attendre à un peu de neuf et de radicalité à l'avenir, dans son mode de gouvernance. En pleine crise sanitaire, alors que le pays était durement touché par le coronavirus, ces messages avaient surpris, mais la ficelle paraissait bien grosse : le chef de l'Etat n'est pas le premier à assurer, en plein mandat, que l'exercice de l'Etat ou la confrontation avec les difficultés du pays l'obligent au changement. Paroles en l'air donc ?

Le scénario d'une démission d'Emmanuel Macron apparaît très improbable. En pleine gestion du risque sanitaire, alors que le pays fait désormais face à une crise économique d'ampleur considérable, le chef de l'Etat peut-il vraiment se permettre d'ajouter de nouvelles incertitudes à celles actuelles, déjà nombreuses ? Une nouvelle campagne, soudaine et inattendue, pour le scrutin qui distribue, au fond, toutes les cartes politiques, n'aurait-elle pas tendance à générer un lot flot d'instabilités ? Avant son démenti, l'Elysée avait bien fait savoir au Figaro que "l'hypothèse de la démission n'a jamais été à l'ordre du jour ni même évoquée dans une réunion" au palais présidentiel. Et d'ajouter, au sujet des changements institutionnels qui seront de toutes manières opérés : "On entre dans un cycle de réflexion et de consultations. Dans ce contexte, tout est regardé".

Contemporain