Mort de Jacqueline Sauvage : retour sur une vie tragique devenue "une affaire"

Mort de Jacqueline Sauvage : retour sur une vie tragique devenue "une affaire" La famille de Jacqueline Sauvage a annoncé son décès, survenu le 23 juillet dans le Loiret. La septuagénaire était devenue un symbole des violences conjugales, pendant le procès pour meurtre de son mari violent.

[Mis à jour le 29 juillet 2020 à 23h05] Le 23 juillet dernier, à la Selle-sur-le-Bied, dans le Loiret, Jacqueline Sauvage s'est éteinte. La nouvelle a été annoncée par ses proches et ses avocates, mercredi 29 juillet, à La République du Centre et à Franceinfo. "Je suis choquée et triste. Jacqueline Sauvage a été un symbole pour toutes les femmes" a réagi Me Nathamie Tomasini, notant que la septuagénaire "nous a quittés sans bruit, alors que son affaire a mobilisé toute la France dans un chaos retentissant". Devenue un véritable symbole des violences conjugales, la femme décédée à l'âge de 72 ans avait été condamnée pour le meurtre de son mari, puis graciée par le président de la République François Hollande. Ses obsèques ont eu lieu le 28 juillet, en présence de sa famille. 

En 2012, Jacqueline Sauvage avait tué son époux avec son fusil de chasse, elle sera condamnée à 10 ans de réclusion criminelle en 2014 puis en 2015 en appel. Les révélations sur le calvaire qu'elle avait vécu pendant 47 ans auprès d'un homme qui l'aura battue et violée durant des années avaient suscité une vive réaction dans l'opinion publique. Elle avait été graciée en 2016 par le président de la République François Hollande. Ce dernier a réagi sur Twitter à la mort de la septuagénaire. "Le décès de Jacqueline Sauvage est le rappel douloureux d'un drame conjugal qui avait bouleversé l'opinion publique. Beaucoup de femmes battues s'étaient reconnues en elle. Aujourd'hui si je suis ému par sa disparition, je sais aussi que Jacqueline Sauvage est décédée en liberté".

L'histoire de Jacqueline Sauvage, un symbole du combat contre les violences conjugales 

Décès de Jacqueline Sauvage : la réaction de Muriel Robin

La comédienne Muriel Robin, qui l'a incarnée dans Jacqueline Sauvage : C'était lui ou moi, a réagi au décès de Jacqueline Sauvage au mircro d'Europe 1 ce mercredi 29 juillet. "On a mis le doigt et le cœur sur la souffrance qu'elle pouvait ressentir. [...] Je le dis à Jacqueline, à ses enfants et petits-enfants : sa souffrance n'aura pas servi à rien !".

Les réactions d'Emmanuel Macron et François Hollande 

L'ancien chef de l'État, François Hollande, qui lui avait accordé la grace présidentielle à la suite de sa condamnation pour le meurtre de son mari, a réagi sur Twitter à son décès. "Le décès de Jacqueline Sauvage est le rappel douloureux d'un drame conjugal qui avait bouleversé l'opinion publique. Beaucoup de femmes battues s'étaient reconnues en elle", a-t-il écrit, mercredi 29 juillet, ajoutant qu'il était "ému par sa disparition" et que Jacqueline Sauvage était morte "en liberté". Sur France Bleu, François Hollande a affirmé qu'il pensait avoir "raison" de l'avoir graciée, "car elle morte chez elle et non pas en prison là où elle n'avait plus sa place" a-t-il expliqué. De son côté, l'actuel président de la République a également réagi à cette nouvelle sur Twitter avec ces mots : "Jacqueline Sauvage s'en est allée libre. Elle était devenue le symbole de la lutte contre les violences faites aux femmes. Ce combat, grande cause du quinquennat, nous continuerons sans relâche à le mener. Mes pensées vont à ses proches", a déclaré Emmanuel Macron. 

De quoi est morte Jacqueline Sauvage ?

Les causes du décès de Jacqueline Sauvage n'ont pas été communiquées par la famille, qui tient à ce que l'intimité du premier cercle soit préservé de l'attention médiatique. La septuagénaire est décédée moins de 4 ans après le avoir été libérée, suite à la grâce totale du chef de l'Etat.

Le jour où Jacqueline Sauvage avait appris sa libération