Rentrée scolaire 2019 : tout sur les nombreux changements

Rentrée scolaire 2019 : tout sur les nombreux changements RENTREE 2019 - La rentrée scolaire a eu lieu le 2 septembre pour les élèves de l'Hexagone de la primaire au lycée. Découvrez toutes les nouveautés de cette rentrée et d'autres infos dans cette page.

[Mis à jour le 13 septembre 2019 à 14h31] Quelque 12,4 millions d'élèves étaient concernés le 2 septembre dernier par la rentrée scolaire, quand les 871 000 enseignants ont eux découverts salles de classes et emplois du temps dès le vendredi précédent. De nombreux changements sont au menu cette année, les plus importants s'adressant aux élèves de Première : les filières L, ES, S du lycée général sont supprimées via la réforme du lycée et du bac, remplacées par un tronc commun et des enseignements de spécialité choisis par les élèves eux-mêmes ; et le contrôle continu est intégré pour 40% à la note globale du bac (voir plus bas). Après la gronde de ce printemps, un mouvement social se profile par ailleurs pour les semaines à venir, en réaction à la réforme du lycée et du bac, contestée par de nombreux syndicats d'enseignants. Cliquez ici pour découvrir plus en détail les nouveautés de la rentrée scolaire 2019-2020.

Les nouveautés de la rentrée scolaire 2019-2020

Voici les principales nouveautés de la rentrée scolaire 2019-2020, qui concernent tous les niveaux d'enseignements, de la maternelle au lycée. En juillet dernier, les parlementaires ont en effet définitivement adopté la loi "Pour une école de la confiance". Voici, pour récapituler, les mesures de ce texte effectives pour cette rentrée scolaire :

  • En maternelle :
    > l'instruction obligatoire dès 3 ans (elle était auparavant fixée à 6 ans, 26 000 enfants sont concernés pour la rentrée 2019)
    l'obligation d'assiduité (présence à temps plein) pour tous les élèves de maternelle
    > le dédoublement des classes de grande section, et leur effectif limité à 24 élèves là où c'est possible
  • En primaire :
    > la poursuite et la finalisation du dédoublement des CP et CE1 en zones prioritaires
    > la distribution de petits-déjeuners gratuits en zones prioritaires
  • Au lycée :
    > la réforme du baccalauréat, avec suppression des filières L, ES et S du lycée général, remplacées par un tronc commun et des enseignements de spécialités "à la carte", en Première et en terminale ; une note du bac dépendant à 40% du contrôle continu et à 60% du contrôle final
    > une formation obligatoire de 16 à 18 ans : les jeunes "décrocheurs" du système scolaire se verront proposer une formation ou un apprentissage de manière systématique, à partir de 2020. 

D'autres mesures prévalent pour tous les élèves (écoles, collèges, lycées) :

  • la présence de drapeaux français et européen dans les salles de classe, ainsi que de la devise français "Liberté, égalité, fraternité" et des paroles de l'hymne national, sur les murs
  • l'école "inclusive", via l'intégration de 24 500 élèves supplémentaires en situation de handicap aux bancs de l'école (en plus des 340 000 déjà scolarisés), via la création de PIAL (Pôles inclusifs d'accompagnement localisés) et 4 500 ETP (Equivalent temps plein) supplémentaires d'accompagnants
  • la reconnaissance de la "diversité des situations familiales" (familles homoparentales) sur les documents administratifs
  • un plan sur les violences à l'école, avec notamment la nomination auprès de chaque inspecteur d'académie d'un "référent violence". Le ministre de l'Education propose par ailleurs d'envoyer les élèves perturbateurs en classe relais pour une durée de six mois sans autorisation des parents, ou encore leur accueil au sein d' "internats tremplins". Est également évoquée la signature par leurs parents d'un "contrat de responsabilisation". Enfin, une présence renforcée des forces de police autour des établissements de "quartiers de reconquête républicaine".
  • mettre la question environnementale et du développement durable au coeur de la classe, via l'établissement de "250 000 éco-délégués, soit [un] par classe en France", a annoncé le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer et "des actions pour l'environnement dans chaque classe". 
  • un devoir d'"exemplarité des enseignants" : le principe est inscrit dans le texte, qui prévoit en retour le "respect" des élèves et de leurs familles envers eux et l'institution scolaire.
  • le droit à une scolarité sans harcèlement : le principe a été inscrit dans la loi. "Aucun élève ne doit subir, de la part d'autres élèves, des faits de harcèlement ayant pour objet ou pour effet une dégradation de ses conditions d'apprentissage susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité ou d'altérer sa santé physique ou mentale", peut-on ainsi lire à l'article 5

Augmentation du salaire des enseignants et priorité renforcée pour l'école primaire

Jean-Michel Blanquer a par ailleurs annoncé une augmentation moyenne de 300 euros par professeur sur l'année. Une somme que d'aucuns considèrent comme très insuffisante, d'autant que rapportés à l'inflation, les quelque 25 euros par mois par enseignant ressemblent à une peau de chagrin. "Rapporté au fait que dans la fonction publique, la valeur du point d'indice a été gelée jusqu'en 2015 puis de nouveau partir de 2018, il ne s'agit pas véritablement d'une revalorisation. On sent que c'est la rentrée et qu'il faut avoir l'air de donner un peu de baume. Il faut panser les plaies du printemps et de l'été. Mais ce n'est pas ça qui va être de nature à rassurer les collègues", a réagi Frédérique Rolet, la secrétaire générale du SNES-FSU, au micro de France Inter, ce jeudi.

Le ministre, par ailleurs, a dressé une feuille de route, et énoncé deux priorités : l'enseignement en classe de primaire et l'amélioration des conditions de travail des professeurs. "Cela passe d'abord par la réponse systématique de l'institution à toute atteinte à leur autorité. Puis, par un accompagnement des carrières grâce à une gestion des ressources humaines de proximité qui est en train de se déployer sur tous les territoires", a-t-il déclaré.

Réforme du lycée et rentrée scolaire 2019

Par ailleurs, la réforme du bac - le nouveau diplôme est pour 2021 - a des répercutions des cette année au lycée. Les élèves qui entrent en première sont les tout premiers concernés par le nouveau bac : ils n'auront plus à opter pour une filière L, S ou ES s'ils partent en voie générale en fin de seconde (soit en fin d'année scolaire 2018-2019). Les élèves qui entrent en terminale cette année passeront eux le même bac que leurs aînés. 

► Consultez les nouveautés de la réforme du bac et du lycée

Coût de la rentrée scolaire 2019

La Confédération syndicale des Familles (CSF) a réalisé une enquête sur le budget alloué par foyers cette année 2019. Si une légère augmentation de 0,17% du coût global est prévue, toutes sections confondues, le niveau collège est le plus fortement impacté. Les parents des enfants qui rentrent en 4ème devront dépenser près de 7 % de plus à la rentrée, et pour les enfants qui rentrent en 6ème, près de 5,58 % de plus (soit 361 euros en moyenne). La CSF justifie cette augmentation par l'investissement des parents dans l'équipement sportif de leurs enfants. "Les marques, toujours les marques. Il n'est pas rare que les enfants ou adolescents réclament le dernier maillot de sport ou équipement à la mode" précise la confédération dans son enquête. En revanche, le coût de la scolarité sera revu à la baisse cette année pour les sections maternelles et lycées (de près de 4% notamment en CP et en seconde). 

Du côté des universités, l'UNEF (Union nationale des étudiants de France) et la FAGE (Fédération des associations générales étudiantes) déplorent une augmentation du coût de la rentrée. Le rapport de l'UNEF publié vendredi dernier indique un hausse de 2,83% du budget étudiant cette année 2019, due principalement au coût du logement (en hausse de 2,97% en moyenne et de 5% à Paris). Selon la FAGE, un étudiant non boursier de 20 ans en licence à l'université devra dépenser environ 2 285 euros cette année...

Coût de la rentrée scolaire
Le coût de la rentrée va au-delà des fournitures scolaires. © 30090861_Jennifer Barrow_123RF

Scolariser un enfant, combien ça coûte à l'Education nationale ?

En France, le coût de l'éducation s'élève chaque année à près de 6,8 % du PIB (144,8 milliards d'euros pour l'année 2013-2014 selon le ministère de l'Education nationale). 73,9 % de ces dépenses sont réparties en "salaires, charges et pension" pour le personnel. La moyenne annuelle de dépense pour la scolarisation par élève au collège est d'environ 8 000 euros, au lycée le coût dépasse les 11 000 euros par an. Pour le premier degré - maternelle et élémentaire - l'Etat dépense 6 200 euros par enfant sur une année. Pour tous les détails concernant les coûts liés à la scolarisation, les budgets de l'Education nationale par région et par type d'établissement, consultez le dernier dossier rédigé par le ministère de l'Education.

Date de la rentrée scolaire 

Cette année les élèves du primaire et du secondaire ont repris le lundi 2 septembre, et leurs professeurs le vendredi 30 août. Attention, la date de rentrée est chaque année bien différente pour les élèves qui entrent à l'université et dans les autres établissements supérieurs : les personnes concernées doivent se renseigner auprès de leur structure, qui fixe elle-même la date du début des cours et le calendrier de l'année. De manière générale, la rentrée universitaire intervient entre la mi-septembre et la mi-octobre.

Les congés d'été s'achèvent donc, mais les vacances reviennent vite avec pas moins de deux semaines de repos pour la Toussaint. Pour découvrir le calendrier complet de l'année et savoir avec précision les dates des congés des élèves zone par zone, rendez-vous sur notre page spéciale consacrée aux vacances scolaires.

L'allocation de rentrée scolaire (CAF)

Le coût de la rentrée scolaire 2019 vous paraît exorbitant ? Mais avez-vous pensé à l'allocation de rentrée scolaire (ARS) ? Cette prime de rentrée est versée, sous conditions de ressources, aux familles ayant des enfants âgés de 6 à 18 ans scolarisés dans un établissement public, privé ou dans un organisme à distance comme le Cned. Des plafonds de ressources sont imposés. A titre indicatif, les revenus de l'année 2017 sont pris en compte pour la rentrée scolaire 2019-2020. Voici les plafonds de ressources de la prime de rentrée :  

  • Un enfant à charge : 24 697 euros
  • Deux enfants à charge : 30 396 euros
  • Trois enfants à charge : 36 095 euros
  • Par enfant supplémentaire à charge : 5 699 euros

► Tout savoir sur l'allocation de rentrée scolaire (ARS) et son montant selon l'âge de l'enfant

Article le plus lu - Elections en Israël : un résultat flou › Voir les actualités

Rentrée scolaire 2019 : tout sur les nombreux changements

Sommaire Nouveautés de la rentrée scolaire 2019-2020 Réforme du lycée et rentrée scolaire 2019 Coût de la rentrée La date de la rentrée scolaire 2019 L'allocation de rentrée scolaire [Mis à jour le 13 septembre 2019 à...

Je gère mes abonnements push