Grand oral du bac 2021 : choix des questions, résultats... Les infos et conseils

Grand oral du bac 2021 : choix des questions, résultats... Les infos et conseils GRAND ORAL. Choix des questions, exposé, entretien, coefficient ou encore note... Nos infos et conseils sur cette épreuve inédite du baccalauréat 2021, qui s'étalie jusqu'au 2 juillet prochain.

[Mis à jour le 22 juin 2021 à 18h08] Les Terminales ont étrenné le grand oral du bac 2021 lundi 21 juin et ces épreuves auront lieu jusqu'au vendredi 2 juillet prochainUne première du genre en France. Pour cette épreuve, les candidats sont individuellement convoqués. L'épreuve de quarante minutes se compose de deux parties. La première consiste en un temps de préparation de vingt minutes alloué au candidat pour préparer la réponse à sa question. La deuxième partie est séquencée sur vingt minutes : d'abord cinq minutes d'exposé ; puis dix minutes d'entretien entre le jury et le candidat sur le sujet sélectionné ; et enfin cinq minutes de discussion autour du projet d'orientation du candidat.

Choix des questions, exposé, entretien,  coefficient, note... Dans cette page spéciale, découvrez des conseils et des informations pratiques sur cette épreuve clé du bac 2021.  

Quelles sont les dates du grand oral ?

A quelle date seront publiés les résultats du grand oral ?

Les résultats du bac 2021 seront disponibles le mardi 6 juillet à partir de 8h30 et pourront être consultés dès leur publication, en direct, sur notre page consacrée aux résultats du bac. La note du grand oral sera également accessible sur le détail du relevé de notes du candidat. Le relevé de notes doit être délivré au candidat par l'établissement scolaire dans lequel il est inscrit.

Quels aménagements pour l'exposé du grand oral ?

Lors de la première partie du grand oral, le jury choisi entre deux questions, préalablement préparées par l'élève et son professeur, celle qu'il souhaite poser à l'élève. Le candidat dispose ensuite de vingt minutes pour élaborer une réponse et un support qu'il présentera au jury pour étayer son argumentaire. Pour la session 2021, le lycéen pourra conserver les notes produites pendant le temps de préparation lors de son exposé de cinq minutes.

Pour rappel, les deux questions portent sur les enseignements de spécialité de l'élève. Lors de son exposé, le lycéen doit non seulement répondre à la question, mais aussi expliquer pourquoi il a choisi d'étudier et d'approfondir ce sujet.

Quels aménagements pour l'entretien du grand oral ?

Après l'exposé du candidat, suit un temps d'échange de dix minutes entre le jury et le lycéen. La discussion tourne autour des questions préparées par l'élève et les membres du jury sont libres de demander des précisions. Cette étape doit montrer la capacité du candidat d'approfondir des points de son argumentaire, de tenir un discours clair et démontrer son sens critique. Exceptionnellement, "le candidat pourra recourir à un support, comme un tableau, pour y illustrer ou expliciter ses propos" pendant le temps d'échange, précise le ministère de l'Education sur son site. Surtout, l'élève pourra être dispensé de s'exprimer sur des sujets et/ou des thèmes qui n'auront pas étaient abordés en cours. Une liste fixée "par ses professeurs d'enseignements de spécialité et par la direction de son établissement" confirmera les points qui auront été étudiés.

Comment choisir ses questions pour le grand oral ?

Tous les candidats sont libres de choisir les deux questions sur lesquelles ils souhaitent travailler, la seule consigne est qu'elles soient en lien avec une ou les deux enseignements de spécialité. Ce choix est plus stratégique qu'il n'y parait, le sujet doit à la fois intéresser l'étudiant et le jury et doit pouvoir être suffisamment approfondi en seulement cinq minutes.

Quelques méthodes permettent de faciliter la recherche des questions. Le critère principal est d'être intéressé par son sujet, rien n'est plus motivant que d'apprécier le thème sur lequel on travaille, le temps passera plus vite lors des révisions et la discussion viendra plus naturellement le jour du grand oral. Il suffit donc de repérer un sujet d'étude qui vous a plu ou en lien avec votre projet professionnel. Vient ensuite le moment de formuler une problématique, c'est là que la suite de l'épreuve se joue. La question posée doit être assez précise pour diriger la réponse et avoir le temps de formuler un argumentaire en cinq minutes mais aussi suffisamment documentée pour pouvoir appuyer et illustrer vos idées. Là encore, il est conseillé de choisir une question qui éveille la curiosité de l'étudiant.

Une fois formulée, la question doit être soumise à la validation du professeur, c'est seulement après que le candidat pourra s'atteler à la préparation de la réponse. Cette étape ne doit pas être négligée, le développement et l'expression des idées font l'objet de la note finale du grand oral. Loin d'être une simple récitation de leçon, il faut s'approprier le sujet. La réponse doit être argumentée par des documents et des recherches, mais le candidat peut s'appuyer sur des références culturelles personnelles ou sur un sujet d'actualité pour prouver au jury que le cœur du sujet et les concepts liés sont bien maîtrisés. 

Difficile de trouver une question ? Quelques exemples

Cette étape n'est pas aisée, le candidat doit trouver une question pertinente qui mobilise les connaissances et le programme d'une ou de ses deux spécialités à laquelle il doit pouvoir apporter une réponse argumentée en cinq minutes. Et en prime il est conseillé de prendre une question en lien avec le projet d'orientation, si possible. Pour trouver un sujet qui plaît au candidat les professeur recommande de passer en revue les chapitres qui ont retenu son attention et de trouver une problématique en rapport avec un point précis du thème. Plusieurs sites comme Super Bac ou Annabac listent des exemples de questions attendues pour le grand oral dans chaque spécialités. 

Olivier Jaoui, directeur de la collection Mission Grand oral, a notamment cité plusieurs idées de sujets pour chaque matière sur le site Super Bac. Voici quelques exemples :

Spécialité Humanité, littérature et philosophie :

  • Être illettré(e) empêche-t-il d'être compétent(e) ?
  • Comment la science-fiction aide-t-elle à penser les dangers qui menacent l'humanité ?
  • Pour mieux se connaître, faut-il vivre ses rêves ou les comprendre ?

Spécialité Histoire-géographie, géopolitiques et sciences politiques :

  • Pourquoi peut-on parler de " guerre de mémoires " à propos de la guerre d'Algérie ?
  • Quels sont les enjeux du conflit entre l'Ukraine et la Russie ?
  • Comment expliquer l'importance de la mobilisation pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris ?

Spécialité Science et Vie de la Terre :

  • Comment les connaissances sur le fonctionnement du système immunitaire offrent-elles des pistes pour lutter contre la CoVid-19 ?
  • Comment expliquer le syndrome de Down ?
  • En quoi les clathrates de méthane font-ils peser une menace sur le climat ?

Spécialité Sciences économiques et sociales :

  • Comment lutte-t-on contre le chômage en France en 2020/2021 ?
  • La croissance économique est-elle illimitée ? 
  • Les instruments de la politique climatique sont-ils efficaces ?

Spécialité Mathématiques :

  • Comment l'astronomie, la navigation et le calcul bancaire sont-ils à l'origine de l'invention des logarithmes ?
  • La démarche expérimentale en mathématiques est-elle possible ?

Spécialité Physique-chimie :

  • Les composés odorants : comment les extraire de manière écoresponsable ?
  • Comment les interférences peuvent-elles être mises au service d'un diagnostic médical ?

Face au grand oral, une préparation à deux vitesses ?

Le stress monte chez les candidats en particulier pour ceux qui n'ont eu que très peu de préparation. Tous les lycéens de terminale ne semblent pas logés à la même enseigne. Certaines classes ont fini le programme de leur spécialité et se consacrent désormais uniquement au grand oral pendant que d'autres n'ont eu que quelques heures par ci par là pour s'entrainer. "Ma prof de SES est très impliquée et j'ai déjà choisi ma première question en rapport avec le programme. En revanche, ma prof de maths est plutôt dans l'optique de finir le programme. Résultat, pour ma deuxième question, qui sera transversale maths-SES… Je ne sais pas trop !", indique une élève de terminale au lycée Arago de Perpignan dans les colonnes du Monde. A un mois de l'épreuve, ils étaient encore nombreux à chercher la question sur laquelle ils seront évalués pendant l'épreuve, ne disposant ensuite que de trois semaines maximum pour travailler leurs arguments de réponse et s'entraîner à l'oral. 

Pour maîtriser l'appréhension de passer devant un jury, certains professeurs ont eu recours aux "capsules vidéos" pour familiariser les lycéens à la prise de parole en public. Une solution qui malgré le manque de temps en classe permet un minimum d'entrainer les élèves et de leur faire des retours sur les points à améliorer. Comme pour chaque examen oral, simuler l'épreuve est un des moyens privilégiés pour apprendre à contenir son stress le jour-J.

Quel coefficient pour le grand oral ?

La nouvelle épreuve du bac est celle qui valorise le plus les capacités orales et l'expression des candidats au baccalauréat avec un coefficient 10 pour la filière générale, soit le plus important après les épreuves de spécialités toutes notées avec un coefficient 16. Le grand oral est donc l'occasion de cumuler beaucoup de points pour obtenir le diplôme ou décrocher une mention. Dans les filières technologiques, l'opportunité de marquer des points est d'autant plus grande que le coefficient de l'épreuve passe à 14.

Comment est évalué le grand oral ?

La note du grand oral s'appuie à la fois sur les connaissances apportées lors de l'exposé et sur l'expression générale du candidat. Des points qui peuvent être soumis à l'appréciation de chaque professeur selon des critères différents et plus ou moins exigeants. "Il existe une grille d'évaluation, mais elle est indicative, et il n'y a pas de barème. On donne les points qu'on veut pour chaque critère", souligne notamment Odile Fischer  enseignante d'histoire-géographie au lycée européen de Villers-Cotterêts dans l'Aisne, auprès du Monde. Des contours trop flous qui, aux yeux de certains, handicapent la préparation des candidats. Le ministère de l'Education et plusieurs recteurs d'académies tiennent cependant à rappeler que le principe de bienveillance prime pour la session 2021 du baccalauréat, d'autant plus qu'il s'agit de la première année où les lycéens sont confrontés à l'épreuve.