Attentats du 13 novembre : ces lieux ciblés finalement non attaqués par les terroristes

Attentats du 13 novembre : ces lieux ciblés finalement non attaqués par les terroristes ATTENTATS 13 NOVEMBRE. Les attentats du 13 novembre 2015 auraient-ils pu être plus meurtriers ? On sait désormais que plusieurs autres attaques auraient pu prendre forme lors de cette soirée cauchemardesque.

Bataclan, terrasses de cafés, Saint-Denis... Le 13 novembre 2015, trois attentats terroristes se sont déroulés à Paris et en Seine-Saint-Denis provoquant l'effroi et la terreur dans le monde entier. Alors que le procès s'ouvre ce mercredi 8 septembre, les différentes enquêtes tendent toutes à démontrer que de nombreuses zones d'ombre subsistent sur cette soirée. La découverte à Bruxelles d'un ordinateur faisant état de 5 commandos et non 3 semble indiquer que les attentats auraient pu être plus meurtriers encore. Cet ordinateur avait été abandonné le 22 mars 2016 par trois membres encore actifs de la cellule terroriste qui s'apprêtaient à se faire exploser à l'aéroport bruxellois de Zaventem. Le dossier intitulé "13-Novembre" sur ce matériel informatique contenait cinq sous-dossiers :

  •  le "Groupe Omar", la kounya (nom de guerre) d'Abdelhamid Abaaoud, le responsable des commandos parisiens, correspond à l'équipe qui a tué 39 personnes sur les terrasses de cafés
  • le "Groupe Français", contenant un fichier image intitulé " Le Bataclan.jpg ", décrit le commando de trois Français qui a assassiné 90 personnes dans la salle de concert parisienne
  • le "Groupe Irakiens" fait écho au commando du Stade de France, composé de deux Irakiens et du Français Bilal Hadfi. 
  •  le "Groupe Schiphol", contenant un fichier intitulé " Différents vols ", semble décrire une attaque à l'aéroport Schiphol d'Amsterdam, qui n'a pas eu lieu ;
  •  le "Groupe Métro" fait visiblement référence à un autre projet prévu à Paris le 13 novembre 2015, probablement dans une ou plusieurs stations de métro.

Dans ces deux derniers dossiers, un concernait encore Paris avec donc, selon l'intitulé, une potentielle attaque dans le métro parisien. Malgré les investigations, il est encore impossible de savoir pourquoi les attaques n'ont pas eu lieu, même si les enquêteurs s'attardent sur un onzième homme. Comme l'explique Le Monde, un onzième homme dénommé Mohamed Abrini, ami d'enfance de Salah Abdeslam et d'Abdelhamid Abaaoud, était avec les 10 terroristes avant que ces derniers ne se répartissent dans plusieurs hôtels. Mais vers minuit, Mohamed Abrini quitte l'hôtel de Bobigny (attentat de Saint-Denis), appelle un taxi pour rejoindre la gare la plus proche afin de rentrer en Belgique. Mais comme il n'y a plus de train, il demande finalement au chauffeur de le conduire jusqu'à Bruxelles. D'après l'enquête, ce départ est associé à Bilal Hadfi, qui change de lieu à ce moment en passant de la planque du commando du Bataclan pour rejoindre celle des kamikazes du Stade de France à Bobigny. Peut-être - mais rien n'est sûr - que ce départ, que Mohamed Abrini explique par le simple fait qu'il accompagnait ses "amis dans les derniers instants", a provoqué l'annulation de ce commando...

Cet attentat du "groupe Métro" pourrait également avoir été lié à Salah Abdeslam, seul terroriste du commando encore en vie. Le communiqué de revendication diffusé le lendemain par l'EI citait, à tort, le "18e arrondissement" parmi les sites visés par les attaques. Rappelons que Salah Abdeslam était le seul membre des commandos à s'y être rendu cette nuit-là. Rappelons également qu'avant de partir en cavale, il avait abandonné sa voiture place entre les stations de métro Simplon et Porte de Clignancourt.

En savoir plus

Quels sont les dates clés du procès des attentats du 13 novembre ?

Du 8 septembre 2021 au 25 mai 2022, le procès historique des attentats du 13 novembre se dérouler à Paris dans une salle spécialement créée pour l'occasion au palais de justice de Paris, sur l'île de la cité. 

  • 8 septembre 2021 : ouverture du procès par Jean-Louis Périès, président de la cour d'assises à 12h30. 
  • 13 septembre 2021 : premiers témoignages à la barre pour une vue d'ensemble
  • Dès le 28 septembre 2021 : témoignages des rescapés et des proches des victimes des attentats
  • 10 novembre 2021 : François Hollande sera à la barre pour témoigner au palais de justice 
  • Mi-novembre 2021 : après une "pause" pour "l'anniversaire" et surtout les hommages de l'attentat, le procès sera à l'écoute des enquêteurs belges et français
  • Début janvier : après une pause pour les fêtes de fin d'année, c'est le Belgo-Marocain Mohamed Abrini, connu comme "l'homme au chapeau" des attentats de mars 2016 à Bruxelles, qui sera le premier des accusés à être questionné
  • 13 janvier 2022 : première apparition de Salah Abdeslam à la barre 
  • 6 au 22 avril 2022 : 300 avocats de parties civiles doivent commencer à plaider
  • 2 au 5 mai 2022 : annonce des peines 
  • 6 au 23 mai 2022 : place à la défense 
  • 24 et 25 mai 2022 : délibéré puis verdict 

Quels sont les lieux des attentats du 13 novembre ?

Dans cette soirée tragique du vendredi 13 novembre 2021, plusieurs lieux ont été ciblés par les terroristes : 

  • Stade de France / Saint-Denis : rue Jules-Rimet à Saint-Denis, porte D / porte H / rue de la Cokerie
  • Le Bataclan
  • Bar le Carillon / le restaurant le Petit Cambodge à l'angle de la rue Alibert et de la rue Bichat / à l'angle de la rue de la Fontaine au Roi et de la rue du Faubourg-du-Temple, au bar la Bonne bière / 92, rue Charonne, au restaurant la belle équipe

Quel est le déroulé de l'attentat du Bataclan ?

Alors que l'attentat du Stade de France et celui des terrasses de Paris se sont déjà déroulés, le "pire" est encore à venir dans cette soirée cauchemardesque. Il est 21h45 quand Samy Amimour, Foued Mohamed-Aggad et Ismaël Mostefaï descendent d'une Polo et tuent déjà trois personnes devant le Bataclan. Deux terroristes se dirigent par la suite à l'intérieur de la salle de spectacle vers la fosse et tirent. Un vigile ouvre une issue de secours pour laisser sortir les spectateurs, mais un troisième homme les attend dehors et tire à bout portant. Pendant plusieurs minutes, les terroristes "s'amusent" avec les otages en tirant dès qu'une personne tente de s'enfuir ou bouge... 

Il est 22h quand les premiers policiers arrivent sur place. Il s'agit d'un commissaire divisionnaire et un brigadier, membres de la BAC qui vont réussir à mettre fin au massacre en rentrant dans la salle de spectacle malgré les seules armes de poing qu'ils possédaient. 

À 22h07, les policiers repèrent l'un des terroristes et tire à six reprise sur lui.  Il s'agit de Samy Amimour qui arrive à se faire exploser sur la scène. Les deux autres se réfugient dans un couloir et "rigolent" selon plusieurs témoignages. C'est à 22h15 que la première équipe de la BRI arrive sur place et relève les fonctionnaires de la BAC, 30 minutes plus tard c'est le Raid qui arrive. À 23h27 un premier contact est établi avec les terroristes via un téléphone d'un otage, c'est seulement à 0h18 que l'assaut est donné après un coup de téléphone qui faisait office de leurre. Touché mortellement par deux tirs, le premier terroriste, Foued Mohamed-Aggad, déclenche sa ceinture explosive, soufflant son complice, Ismaël Mostefaï. L'attentat fera 90 morts.

Quel est le déroulé de l'attentat du Stade de France à Saint-Denis ?

C'était une soirée paisible et de fête pour les spectateurs du Stade de France qui assistaient à un France - Allemagne en football quand une détonation est entendue provoquant quelques clameurs car régulièrement des bombes agricoles explosent avant qu'une deuxième retentisse laissant un Patrice Evra, balle au pied assez dubitatif. En réalité, deux terroristes venaient de faire exploser une bombe à proximité du Stade. Il est 21h20 quand la première explose rue Jules-Rimet à Saint-Denis, porte D". Deux corps ont été retrouvés. Le premier est celui du kamikaze portant un gilet explosif composé de "TATP, de piles, de boulons, et de boutons poussoirs". La seconde victime est un passant qui a été soufflé par l'explosion. À 21h30, un deuxième kamikaze porte H cette fois a fait exploser son gilet, causant sa propre mort. Une troisième explosion a lieu à 21h53, le corps d'un kamikaze étant retrouvé rue de la Cokerie. 

Quel est le déroulé de l'attentat du Petit Cambodge et des terrasses de Paris ?

Il est 21h25 quand le premier attentat a lieu dans cette soirée d'horreur. Au bar le Carillon et devant le restaurant le Petit Cambodge à l'angle de la rue Alibert et de la rue Bichat, des assaillants ont fait irruption armés de "fusils d'assaut de type kalachnikov". Sur place, a été découvert une "centaine douilles de calibre 7-62" avec un bilan de 15 décès et de 10 victimes en "urgence absolue". À 21h32, à l'angle de la rue de la Fontaine au Roi et de la rue du Faubourg-du-Temple, au bar la Bonne bière, des assaillants à bord du même véhicule tuent 5 personnes et en blessent 8 autres. Le périple de l'horreur se poursuit et se termine à 21h36 au 92, rue Charonne, au restaurant la belle équipe avec la mort de 19 personnes.