Tempête Aurore : arbres arrachés, toitures envolées... Les images

Chargement de votre vidéo
"Tempête Aurore : arbres arrachés, toitures envolées... Les images"

Tempête Aurore : arbres arrachés, toitures envolées... Les images TEMPETE AURORE. Du 20 au 21 octobre, le passage de la tempête Aurore dans le nord de la France a causé de lourds dégâts dans plusieurs départements, notamment sur le trafic ferroviaire. Les images.

Mis à jour le vendredi 22 octobre 2021, à 11h20] La tempête Aurore a balayé une grande partie du Nord de la France ces 20 et 21 octobre, provoquant de lourds dégâts dans plusieurs départements : la Bretagne, la Normandie, l'Île-de-France et le Grand-Est ont particulièrement été touchés. Plus violente que prévue, la première tempête de la saison a paralysé une grande partie du trafic SNCF sur l'ensemble du territoire : arbres arrachant les caténaires et objets divers (trampoline, bâches…) jonchaient les voies une partie de la journée du 21 octobre. 250 000 foyers ont également été privés d'électricité une partie de la matinée du jeudi 21 octobre. Le même jour, à 22 heures, Enedis, filiale d'EDF chargée de la gestion et de l'aménagement de 95% du réseau de distribution d'électricité en France, indiquait dans un point de situation que l'électricité était revenue pour 233 000 d'entre eux, les derniers étant alimentés par groupe électrogène en attendant de pouvoir reprendre les opérations. Encore 17 000 foyers attendent donc le retour de l'électricité chez eux.

Selon Météo France, des rafales de vent à plus de 100 km/h ont été observées un peu partout en France : 127 km/ en Meurthe et Moselle, jusqu'à 140 km/h en Normandie, 150 km/h au cap de la Hève (nord du Havre) et un record de 175 km/h à Fécamp ont notamment été observés. Une mini-tornade a même été aperçue Plozévet (commune en Bretagne). La violence de ces vents a poussé Météo France à placer certains départements en vigilance orange dès le 20 octobre, puis en vigilance jaune. Ce jeudi 21 octobre à 16 heures, plus aucun département n'était concerné par ce dispositif, la tempête Aurore frappant désormais l'est et le nord de l'Europe (notamment la Pologne, qui faisait état de quatre morts ce vendredi 22 octobre).

Les images de la tempête Aurore et de ses conséquences

Pendant plusieurs heures, la tempête Aurore a été particulièrement violente dans tout le Nord de la France, voici quelques images des rafales de vent et des dégâts constatés, mises en ligne par des internautes et des journalistes météo sur Twitter.

Prévisions météo

Notre partenaire La Chaîne Météo avait effectué des prévisions météo, donnant des éléments sur ce qu'il fallait attendre ce jeudi 21 octobre. "Après le pic de chaleur et le temps ensoleillé du début de semaine, le temps s'est nettement dégradé par le nord-ouest mercredi sous l'influence d'une dépression arrivant par le proche Atlantique. Cette dépression nommée Aurore qui a traversé la Manche par le sud de l'Angleterre la nuit dernière poursuit sa route vers le Benelux ce jeudi matin. Elle provoque encore des rafales tempétueuses sur le quart nord-est du pays, en particulier de la Champagne à la Lorraine et aux Vosges", avait indiqué l'institut.

Chargement de votre vidéo
"Alerte météo du 2021-10-21 09:00:00 au 2021-10-21 12:00:00"

La Chaîne Météo avait ajouté dans un communiqué : "Lors de cet épisode de vent violent, on attend des rafales pouvant atteindre 100 à 120 km/h en plaine sur les départements en alerte orange et 90 à 100 km/h, localement 110 km/h sur les autres départements en alerte jaune. Sur le relief Vosgien, les rafales sont bien supérieures et peuvent ainsi dépasser les 150 km/h. Une nette amélioration est attendue en deuxième partie de matinée et surtout à la mi-journée". 

Plus violente que prévue, la tempête s'est finalement calmée le 21 octobre en France, et fait désormais des ravages dans l'est et le nord de l'Europe : aux Pays-Bas, en Allemagne et en République Tchèque, les transports sont perturbés et de nombreuses coupures d'électricité ont été recensées. La Pologne comptabilise quatre morts et six blessés suite au passage de la dépression sur son territoire. 60 vols de la société aérienne KLM ont également été contraints de rester au sol. Des mini-tornades ont également été observées aux Pays-Bas.

Alsace, Moselle, Grand-Est : quels dégâts ?

Le Grand-Est a été touché par les rafales de vents de la tempête Aurore, qui soufflaient encore par endroits dans la région le 21 octobre. En Alsace, à 12 heures, la tempête Aurore s'éloignait et ses vents baissaient en intensité, selon ATMO-RISK. Dans la nuit du 20 au 21 octobre, les rafales avaient atteint 171 km/h au Markstein, une station de sports d'hiver (un record pour un mois d'octobre, selon Suivi Météo Alsace), 127 km/h au Champ du Feu, 101 km/h à Berg et 100 km/h à Waltenheim-sur-Zorn. En Lorraine, des rafales à plus de 95 km/h soufflaient également encore par endroits le 21 octobre, selon France Bleu Grand Est. Sur les 14 départements qui se trouvaient encore en vigilance jaune dans la matinée du 21 octobre, de nombreux se situaient dans le Grand-Est, mais plus aucun département français n'était en vigilance jaune à partir de 16 heures, a indiqué Météo France dans son dernier bulletin.

En Alsace, la tempête Aurore a entrainé l'interruption de la circulation des TER sur plusieurs lignes, notamment entre Thann Saint-Jacques et Kruth, entre Molsheim et Saint-Dié et encore Colmar et Metzeral. Entre 9 heures et midi, le trafic sur les lignes Strasbourg-Metz et Strasbourg-Nancy était également interrompu. La ligne Strasbourg-Lauterbourg a été arrêtée dès 9 heures, du fait d'un arbre tombé sur la voie. Sur la ligne Saverne-Strasbourg, le trafic a repris dès 10h20. Reprise aussi du trafic à 9h15 entre Strasbourg et Sarreguemines après le dégagement d'un arbre couché sur les voies. En Lorraine la SNCF annonçait, dès 8h15 sur son compte Twitter, l'interruption du trafic sur la ligne Lorraine-Champagne-Ardenne, jusqu'à midi. La SNCF invitait les voyageurs à reporter leur voyage ou à utiliser des moyens de transport alternatifs. La circulation des TER a repris très progressivement dès 11h45 le 21 octobre en Lorraine. C'est également le cas pour une partie des lignes de Champagne-Ardenne. Enedis y a recensé près 28.000 foyers privés d'électricité jeudi 21 octobre à 8h.

Île-de-France : quels dégâts ?

Dans la nuit du 20 au 21 octobre, la tempête Aurore a également frappé la région Île-de-France : atteignant plus de 150 km/h au sommet de la tour Eiffel et 109 km/h dans les rues de Paris, les vents soufflaient à plus de 120 km/h en Île-de-France. De nombreux arbres y ont été déracinés.

De fortes perturbations ont également été enregistrées dans la matinée du 21 octobre sur la plupart des lignes de RER et des trains passant par la gare Saint-Lazare. Si, à l'heure actuelle, la majorité des transports en commun d'Île-de-France fonctionnent presque normalement, "quelques points encore difficiles [étaient] en cours de dégagement notamment dans la zone de Pontoise, au nord de la ligne D dans le Val-d'Oise et Paris-Crépy" dans l'après-midi du 21 octobre. La reprise normale du trafic ferroviaire était envisagée aux alentours de 17 heures, selon la SNCF. Une partie de la matinée de ce jeudi 21 octobre, le trafic était interrompu sur le RER A, entre Nanterre-Préfecture et Cergy-le-Haut/Poissy. La circulation sur la ligne du RER B était également perturbée. Le RER C, quant à lui, ne circulait plus pendant un temps entre Pereire Levallois et Pontoise, entre Massy-Palaiseau et Savigny-sur-Orge et entre Versailles Château / Saint-Quentin-en-Yvelines et Champ-de-Mars Tour Eiffel. Sur le RER D, jusqu'à 10 heures, c'était entre Goussainville et Creil que le trafic était interrompu. Sur le RER E, jusqu'à 9 heures, le trafic était extrêmement ralenti. Les transiliens ont également subi les conséquences du passage de la tempête Aurore. Les trafics des lignes K et P étaient partiellement interrompus, certaines portions de rails étant impossibles à desservir, et ce, jusqu'à 12h. Pareil pour les lignes J, N et R, dont le trafic était fortement perturbé, jusqu'à 10 heures. La ligne U était, quant à elle, totalement interrompue une partie de la matinée.

La tempête Aurore continue de se déplacer vers l'est et de perdre en intensité, l'Île-de-France n'est donc plus concernée par les rafales de vents qui l'accompagnaient.

Bretagne : quels dégâts ?

La tempête Aurore a également frappé la Bretagne de plein fouet, dès mercredi 20 octobre. Le vent a soufflé à 153 km/h à Saint-Malo, sans faire de lourds dégâts dans la commune. C’est cependant la tempête "la plus forte mesurée depuis la tempête du 26 décembre 1999", a indiqué le météorologue Sébastien Decaux.

Après son passage dans la région, 14 500 foyers étaient privés d'électricité et de nombreuses zones étaient inondées. Ainsi, à Landerneau (Finistère), les quais et magasins étaient pour partie immergés. Des dégâts ont également été enregistrés sur les lignes SNCF : des branches sur les voies ont ainsi entrainé la suppression des premiers trains du jeudi 21 octobre entre Saint-Brieuc / Rennes et Quimper-Lorient / Rennes-Saint-Malo. A 9 heures, le trafic reprenait progressivement. A Plozévet, commune à mi-distance entre Quimper et la Pointe du Raz (Finistère), une mini-tornade a frappé : des vents allant jusqu'à 140 km/ y ont été enregistrés. Plusieurs chutes d'arbres ont été enregistrées, une maison inhabitée a été détruite et le toit de la mairie s'est effondré. Dans le Morbihan, entre 16 heures et 20 heures ce mercredi 20 octobre, la préfecture comptabilisait 100 interventions sur 61 communes. Aucun blessé n'est à déplorer sur l'ensemble de la région, et la tempête a rapidement rejoint l'est.

Normandie : quels dégâts ?

En Normandie, des rafales de vents à 125 km/h ont été recensées dans le secteur de Deauville (Calvados). 

Aucun train ne circulait jusqu'à 10 heures ce jeudi 21 octobre et, après le milieu de matinée, la circulation demeurait interrompue sur certains axes, "le temps de reconnaître toutes les voies sur les lignes", précisait alors la SNCF. Les lignes Caen-Paris et Deauville-Paris devraient reprendre vers 17 heures et Paris-Laon vers 18 heures. Dans la matinée du 21 octobre, 80 000 foyers étaient privés d'électricité, dont 25 000 dans l'Eure et 30 000 en Seine-Maritime.