Coronavirus en France : la pandémie continue de reculer, toutes les infos

Chargement de votre vidéo
"Coronavirus en France : la pandémie continue de reculer, toutes les infos"

Coronavirus en France : la pandémie continue de reculer, toutes les infos COVID. Depuis plusieurs semaines, la pandémie recule en France, et les indicateurs sanitaires sont au vert. Néanmoins, des spécialistes alertent sur la menace d'une nouvelle vague durant l'automne.

L'essentiel
  • Le dernier bilan du coronavirus en France, daté du samedi 25 septembre 2021 et publié par Santé publique France, fait état de 6 012 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures, soit 133 cas de plus que la veille et 1 402 de moins que samedi dernier. 29 décès (hors Ehpad) sont à déplorer dans les dernières 24 heures. Dans les hôpitaux, 7 980 patients sont pris en charge, dont 1 571 en réanimation. Pour en savoir plus sur l'épidémie, le bilan détaillé est à retrouver en bas de cette page.
  • Les indicateurs sont au vert depuis plusieurs semaines. Le nombre de nouveaux cas quotidien est notamment en baisse, tout comme les admissions à l’hôpital et en réanimation. Le nombre de patients hospitalisés en raison du Covid-19 devrait d’ailleurs repasser sous la barre des 8 000. Enfin, le taux d’incidence décroît également.
  • Malgré des signaux positifs, l'arrivée de l'automne inquiète des spécialistes. Ces derniers ont appelé à maintenir la vigilance face au coronavirus. Parmi eux, le Pr Arnaud Fontanet affirme que la baisse des températures, couplée à un nombre encore important de personnes non vaccinées, pourrait déclencher une nouvelle vague épidémique d'ici la fin de l'année. Il milite ainsi pour un maintien du pass sanitaire. "Nous ne sommes pas tirés d'affaire", prévient le membre du Conseil scientifique.
Questions / Réponses

L'immunité collective peut-elle être atteinte ?

Les avis divergent sur la question. Selon l'épidémiologiste Dominique Costagliola, il faut vacciner la quasi-totalité des Français afin d'atteindre l'immunité collective. "On va s'en sortir si on arrive à vacciner plus de 90% de la population", avait-elle assuré sur BFM TV. Mais pour certains, la vaccination ne suffira pas. "Le vaccin est l'arme la plus adaptée contre l'épidémie, mais c'est une arme parmi d'autres. Cela ne suffit pas à empêcher la circulation du virus", avait confié à Midi Libre Samuel Alizon, directeur de recherche au CNRS de Montpellier.

Cependant, même si l'immunité collective se rapprochait, elle reculerait indéniablement en cas d'apparition d'un nouveau variant, dont la contagiosité est plus forte. Mahmoud Zureik, professeur d’épidémiologie et de santé publique à l’université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, précisait au Figaro : "Les vaccins ne permettront pas d’atteindre l’immunité collective et ne seront pas suffisants pour éradiquer le virus, mais ils restent néanmoins très efficaces pour éviter les formes graves, ce qui reste l’objectif principal en termes de santé publique."

Quels sont les départements les plus touchés par le Covid-19 en France ? 

Si la France connaît une embellie face à l'épidémie de coronavirus, tous les départements ne sont pas égaux face à la crise sanitaire, comme le rapporte Sortir à Paris. Quatre départements sont au-dessus des 100 cas pour 100 000 habitants : les Bouches-du-Rhône, la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane. 

À quelle date les tests PCR deviendront-ils payants ?

Depuis le début de l'épidémie de Covid-19, les tests PCR permettant de dépister toute personne suspectée d'avoir contractée le coronavirus sont gratuits en France. Mais le gouvernement a annoncé changer son fusil d'épaule et rendre les dépistages payants, en vue d'inciter à la vaccination. Ainsi, à partir du vendredi 15 octobre 2021, les tests PCR dits "de confort" deviendront payants, idem pour les tests antigéniques. Le prix, qui n'a pas encore été tranché, devrait varier entre 29 et 49€. Toutefois, ils resteront remboursés dans certains cas : seuls les dépistages prescrits via une ordonnance médicale pourront faire l'objet d'une prise en charge par la sécurité sociale.

Combien de vaccins la France va-t-elle donner aux pays pauvres ? 

La France va doubler le nombre de vaccins donnés aux pays pauvres, comme le rapporte Paris Match, et donner 120 millions de doses de vaccin contre le Covid-19. "L'injustice, c’est que dans d’autres continents, évidemment, la vaccination est très en retard. À cause de nous, collectivement. En Afrique, c'est à peine 3% de la population qui est vaccinée – on doit aller plus vite, plus fort", a affirmé le chef de l'État français dans une séquence vidéo diffusée pendant le concert à Paris de l'organisation caritative Global Citizen, samedi 25 septembre.

Quel est le troisième traitement recommandé par l’OMS ?

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a officiellement recommandé un troisième traitement contre le Covid-19, comme le rapporte Paris Match : les anticorps de synthèse de Regeneron. Attention néanmoins, car ce traitement est préconisé dans certains cas bien précis. Conçu par la société de biotechnologies Regeneron et commercialisé par le laboratoire Roche sous le nom de Ronapreve, ce traitement au coût élevé combine deux anticorps fabriqués en laboratoire, le casirivimab et l'imdevimab, détaillent nos confrères. Injectés en intraveineuse, ils sont censés épauler le système immunitaire pour neutraliser le coronavirus.

Quel est le bilan épidémiologique en France ce samedi 25 septembre ?

Le dernier bilan du coronavirus en France, daté du samedi 25 septembre 2021 et publié par Santé Publique France, fait état de 6 012 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures, soit 133 cas de plus qu'hier et 1 402 de moins que samedi dernier. 29 décès (hors Ehpad) sont à déplorer dans les dernières 24 heures. Dans les hôpitaux, 7 980 patients sont pris en charge, dont 1 571 en réanimation. Enfin, le nombre moyen en une semaine des nouvelles contaminations continue de baisser dans l'Hexagone, avec 5 728 nouveaux cas en moyenne.

Le coronavirus, à l’origine d’allergies aux teintures capillaires ?

Des scientifiques britanniques de l’Imperial College de Londres se penchent actuellement sur une hypothèse qui peut sembler insolite : les personnes ayant été infectées par le Covid-19 développeraient des allergies aux teintures pour les cheveux. Ouest France rapporte que plusieurs coiffeurs du Royaume-Uni ont en effet remarqué que des clients récemment guéris d’une infection au coronavirus développaient cette nouvelle allergie. Il s’agirait d’éruptions cutanées et de brûlures. Cela découlerait du fait que le Covid-19 puisse reprogrammer notre système immunitaire, précisent nos confrères.

Où en est la recherche sur des médicaments anti Covid-19 ?

Alors que la plupart des gros laboratoires ont tout misé sur les vaccins contre le coronavirus, la recherche sur des médicaments capables de traiter le Covid-19 en est toujours à ses débuts, rapporte 20 Minutes. Néanmoins, plusieurs pistes nouvelles sont source d’espoir. Certains traitements marchent déjà, comme les corticoïdes, le tocilizumab et le sarilumab ou ronapreve… D’autres sont actuellement testés : antiviraux par voie orale, anticorps de nouvelle génération… Enfin, certains ont déçu et ne fonctionnent pas, comme l’hydroxychloroquine. 

Où en est la situation sanitaire en Guyane ?

La Guyane traverse une phase épidémiologique particulièrement difficile, liée à la pandémie de Covid-19. "Jamais la Guyane n’avait enregistré autant de décès et d’admissions en réanimation" depuis le début de l'épidémie de Covid-19, d’après le bulletin épidémiologique de Santé publique France, publié vendredi 24 septembre. Lors des sept derniers jours, "21 Guyanais ont succombé au Covid-19, un chiffre jamais atteint" a, pour sa part, souligné l'Agence régionale de santé (ARS), vendredi, dans son bulletin quotidien. En revanche, si le nombre d'hospitalisations a atteint le niveau du pic de la troisième vague la semaine dernière comme la précédente, il reste encore inférieur au pic de la première, rapporte Paris Match. Enfin, nos confrères indiquent que le variant delta a été soupçonné dans 99% des tests positifs criblés la semaine dernière.

Combien de personnes restent actuellement hospitalisées ?

Le nombre de malades du Covid-19 hospitalisés s’apprête à repasser sous la barre des 8 000, comme le rapporte La Provence. Selon le dernier point quotidien de l'agence sanitaire Santé publique France, daté du vendredi 24 septembre, le nombre de patients hospitalisés se chiffrait précisément à 8 107, contre près de 9 300 une semaine auparavant et 11 000 début septembre. Parmi ces patients touchés par le coronavirus, 1 586 sont hospitalisés dans les services de soins intensifs, réservés aux cas les plus graves, contre 1 950 une semaine auparavant et près de 2 300 début septembre, détaillent nos confrères.

LIRE PLUS
En savoir plus

Quel est le dernier bilan du coronavirus en France ?

L'épidémie de coronavirus continue de reculer en France, ce samedi 25 septembre 2021. 6 012 nouveaux cas de Covid-19 sont à déplorer en 24 heures, soit 133 cas de plus qu'hier et 1 402 de moins que samedi dernier. Le nombre moyen en une semaine des nouvelles contaminations continue de baisser dans l'Hexagone, avec 5 728 nouveaux cas en moyenne. Du côté des hospitalisations, 196 nouvelles admissions sont comptabilisées, soit 100 de moins qu'hier et 47 de moins comparé à samedi dernier. Enfin, du côté des réanimations, 54 admissions ont été recensées, soit 18 de moins qu'hier et 14 de moins que samedi dernier. Le bilan détaillé du Covid-19 en France :

  • 6 989 613 cas confirmés par PCR (Ehpad compris), soit 6 012 de plus
  • 116 430 décès au total (Ehpad compris), soit 29 de plus
  • 89 605 décès à l'hôpital, soit 29 de plus
  • 7 980 personnes actuellement hospitalisées, soit 127 de moins
  • 1571 personnes actuellement en réanimation, soit 15 de moins
  • 196 nouveaux admis à l'hôpital (-100) et 54 en réanimation (-18)
  • 419 912 personnes sorties de l'hôpital, soit 284 de plus
  • Taux de positivité des tests : 1,29%, soit -0,04 point(s) de moins
  • Taux d'incidence : 62,68 cas/100 000, soit -2,92 point(s) de moins

Quelle est la situation du coronavirus en France ?

Dans son dernier point épidémiologique, publié chaque jeudi, Santé publique France fait le point sur l'évolution de l'épidémie de coronavirus en France. Pour la semaine 37, du 13 au 19 septembre, la circulation du coronavirus en France poursuit sa décrue sur l'ensemble de la métropole ainsi que dans les Antilles (Martinique et Guadeloupe). En Guyane, la situation est en revanche jugée comme "très préoccupante". Santé publique France indique également que les taux d’incidence les plus élevés concernent la Guyane, la ville de Marseille et l'île de la Martinique. Concernant les taux d'hospitalisation, ils sont les plus importants en Île-de-France, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Occitanie, Auvergne-Rhône-Alpes et Grand Est.

  • En métropole, les taux d'incidence restent élevés, comme en région Île-de-France. Mais à l'échelle nationale, le taux d'incidence du coronavirus atteint 73 cas pour 100 000 habitants, soit une diminution de 27% par rapport à la semaine précédente.
  • Le variant Delta du Covid-19 reste majoritaire en France. La mutation a été détectée dans plus de 99% des tests séquencés, selon les conclusions de Santé publique France au 31 août.
  • Les hospitalisations sont en diminution en semaine 37, avec 28% de personnes hospitalisées en moins sur cette période, soit un bilan de 2 527 nouvelles hospitalisations de patients Covid-19 à l'hôpital et 636 nouvelles admissions en soins critiques (baisse de 32%).

Carte du coronavirus en France

Suivez l'évolution du coronavirus dans votre commune grâce à la carte ci-dessous. Cliquez sur un département pour afficher la liste des communes. Retrouvez aussi tous les détails sur cette cartographie et le point complet par ville et par département dans notre article sur la carte du Covid en France

Cliquez sur un département pour consulter la liste de ses villes.

Depuis la mi-octobre 2020, Santé publique France communique les données d'incidence (nombre de cas pour 100 000 habitants) à l'échelle des communes. Les chiffres sont à ce stade communiqués selon une échelle (10 , 20, 50, 150, 250, 500, 1000 cas pour 100 000 habitants). Les données sont exprimées sur une semaine glissante, ce qui signifie qu'elles sont calculés un jour J à partir des tests réalisés entre 3 et 9 jours précédemment. Pour accéder aux informations relatives au coronavirus dans votre commune, saisissez son nom dans le moteur de recherche ou cliquez sur son département d'appartenance dans la carte ci-dessous.

Pour rappel, le taux d'incidence correspond au nombre de nouveaux cas de Covid-19 sur une période d'une semaine, par rapport à la population totale d'un territoire (pays, région, département ou commune). Cet indicateur s'exprime généralement en nombre de cas pour 100 000 habitants. Le taux de dépistage donne quant à lui le nombre de personnes ayant réalisé un test de dépistage du coronavirus sur le nombre total d'habitants,  au cours de la période. Il est lui aussi exprimé le plus souvent sur 100 000 habitants. Enfin, le taux de positivité des tests livre le pourcentage de tests positifs au coronavirus, rapporté au nombre total de tests effectués sur la période.

Coronavirus