Coronavirus en France : plus de 25 000 cas détectés en 24h, Emmanuel Macron persiste et signe

Chargement de votre vidéo
"Coronavirus en France : plus de 25 000 cas détectés en 24h, Emmanuel Macron persiste et signe"

Coronavirus en France : plus de 25 000 cas détectés en 24h, Emmanuel Macron persiste et signe COVID. Le nombre de cas quotidiens de Covid-19 continue de s'envoler en France et des manifestations contre le pass sanitaire ont réuni hier, plus de 160 000 personnes à travers l'Hexagone. Le président Emmanuel Macron, en visite en Polynésie française reste sur sa ligne politique et dénonce une mobilisation "irrationnelle".

L'essentiel

Les infos du dimanche 25 juillet

  • Fraîchement débarqué sur le sol de la Polynésie française, le président Emmanuel Macron a réagi aux manifestations contre le pass sanitaire qui se sont déroulées hier, dans toute la France. Devant un groupe de soignants de Papeete, il a tenu à rappeler l'importance de la vaccination tout en réaffirmant ses positions exprimées lors de l'allocution du 12 juillet. Il a également fustigé le comportement des anti-vax en reprenant le slogan "Liberté !" utilisé par ces derniers, expliquant que la liberté "ce n'est pas ça" ; sous-entendant que cette liberté n'implique jamais qu'un seul individu mais concerne tout le collectif.
  • Selon le dernier bilan de la situation épidémiologique liée au Covid-19 dans l'Hexagone, Santé publique France dénombre 25 624 cas supplémentaires au 24 juillet 2021 ainsi qu'une vingtaine de morts supplémentaires. Alors que les chiffres ne cessent de croître, la France continue d'accélérer le rythme de la vaccination dans le but de juguler une quatrième vague qui semble pourtant inévitable, selon de nombreux experts parmi lesquels Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique. À l'hôpital, la situation reste stable et les personnels soignants ne sont pas encore débordés.
  • Le Sénat a débuté, vendredi 23 juillet 2021, l'examen du projet de loi visant à étendre le pass sanitaire et à rendre la vaccination obligatoire chez les soignants. Samedi 24 juillet étaient organisées dans toute la France, des manifestations contre cette loi sanitaire divisant les Français qui se sentent pris en étau par une forme d'obligation vaccinale qui nuirait à leurs libertés. Dans la nuit de samedi à dimanche, le Sénat a fini par adopter le projet de loi consacré à l'extension du pass sanitaire et à la vaccination obligatoire des soignants, non sans y apporter quelques modifications comme l'exemption de pass sanitaire pour les mineurs et sur les terrasses.
En direct

18:11 - En Corse, les jeunes de plus en plus nombreux à se faire vacciner

Alors que le département de la Haute-Corse est confronté à une hausse des cas de Covid-19 liés au variant Delta, en Corse-du-Sud, c'est comme si les jeunes souhaitaient anticiper une explosion épidémique en allant se faire vacciner. Un drôle de manège se produit aux alentours du gymnase de Propriano où des jeunes affluent pour se faire vacciner. L'idée est aussi, pour ces jeunes qui ont beaucoup d'interactions sociales, de profiter de leurs vacances. Ces derniers "ne veulent pas se priver d'activité, ils ont besoin de leur pass sanitaire", explique Véronique Beglioni, coordinatrice. 

16:55 - Mayotte toujours dernière des départements touchés par le Covid-19

Selon le dernier bilan du Covid en Mayotte daté du 24 juillet 2021, le nombre de personnes hospitalisées est de 0 patients, avec 0 nouveaux admis durant les dernières 24 heures. 0 malades sont en réanimation, avec 0 nouvelles entrées dans la journée. Le taux de positivité des tests, mesuré à la date du 21 juillet 2021, était de 0,3% (en hausse) alors que le taux d'incidence était de 4,3 cas pour 100 000 habitants (stable). 131 personnes sont mortes du coronavirus depuis le début de l'épidémie dans le département, dont 0 décès durant les dernières 24 heures. 

15:23 - La Martinique toujours en tête des départements les plus touchés par le Covid-19

Selon le dernier bilan du Covid en Martinique en date du 24 juillet 2021, le nombre de personnes hospitalisées s'élève désormais à 112 patients, avec 14 nouveaux admis durant les dernières 24 heures. 23 malades sont en réanimation, avec 6 nouvelles entrées dans la journée. Le taux de positivité des tests, mesuré à la date du 21 juillet 2021, était de 16,4% (en hausse) alors que le taux d'incidence était de 945,5 cas pour 100 000 habitants (en hausse). 106 personnes sont mortes du coronavirus depuis le début de l'épidémie dans le département, dont 2 décès dans les dernières 24 heures.

14:24 - L'étau se resserre dans les Alpes-Maritimes

Face à la recrudescence des cas de Covid-19 et un taux d'incidence alarmant dans les Alpes-Maritimes, la préfecture du département a indiqué ce dimanche 25 juillet 2021 par la voix de Bernard Gonzalez que la consommation d'alcool sur la voie publique était désormais interdite "dans l'ensemble des communes du département". Au-delà de cette interdiction, il est également prohibé de diffuser de la musique en plein air, par "diffuseurs, haut-parleurs, enceintes acoustiques des exploitants des établissements ou locaux recevant du public" à l'extérieur. Enfin, "toute personne de 11 ans et plus" devra porter un masque" dans les "zones ) forte concentration de personnes dans l'ensemble des communes du département", stipule le communiqué. Ces nouvelles mesures prennent effet ce dimanche et seront a priori levées le 17 août.

13:50 - Aurélien Rousseau : "Un risque majeur", si la vague arrive dès le mois d'août

Dans une interview accordée au Journal du dimanche, le directeur général de l'Agence régionale de santé (ARS) dÎle-de-France Aurélien Rousseau alerte ce dimanche 25 juillet 2021 sur le "risque majeur" que la quatrième vague représente si son pic devait survenir dès le mois d'août, comme l'anticipent plusieurs spécialistes. Cela s'explique déjà par le manque de personnels qui sont partis en vacances mais également par le relâchement des gestes barrières imputables à la saison estivale. Selon lui, si en Île-de-France, les hôpitaux sont moins submergés que "certaines régions littorales", la pression se fera ressentir tôt ou tard sur les hôpitaux franciliens. La meilleure arme reste la vaccination afin que les Franciliens "partent en vacances protégés", sans qu'ils ne puissent transmettre le virus d'une région à l'autre.

13:32 - Eric Revue : "Je pense qu'il est trop tard malheureusement"

Le chef de service des urgences de l'hôpital Lariboisière (Paris), Eric Revue s'est exprimé ce dimanche 25 juillet sur le plateau de LCI. Selon lui, il est "trop tard" pour freiner la propagation du virus qui va probablement assombrir la fin de l'été. Il explique que même si le nombre de personnes vaccinées continue d'augmenter, et ce en particulier depuis l'allocution présidentielle du 12 juillet, il y a "deux à trois semaines de décalage dans la ruée sur les vaccinations rendues obligatoires", qui ont provoqué un retard qu'il craint "difficile à rattraper". De plus, il fustige le manque d'anticipation qui aurait pu "éviter cette situation".

12:24 - Un vaccin Sanofi avant la fin de l'année

Interrogé sur Europe 1 ce dimanche 25 juillet 2021, le président de Sanofi France Olivier Bogillot a confirmé qu'un vaccin français sera mis sur le marché "avant la fin de l'année". Il a par ailleurs précisé que ce vaccin sera un sérum "à protéines recombinantes" avant d'expliquer que son entreprise était "le seul laboratoire au monde à avoir deux candidats vaccin en développement".

12:05 - 425 000 injections durant la dernière semaine en Occitanie

Durant les sept jours précédents, la dynamique vaccinale s'est conformée en occitane avec "425 00 injections, dont 200 000 premières injections", détaille France bleu. Cette région, qui est l'une des plus touchées par la résurgence de l'épidémie de Covid-19 liée au variant Delta est "encourageante" pour l'Agence régionale de santé (ARS) qui alerte néanmoins sur de potentiels relâchements : "elle doit se poursuivre et s'amplifier dans les semaines à venir au vu de la situation épidémique qui continue à se dégrader rapidement dans l’ensemble des 13 départements de l’Occitanie". En effet, depuis plusieurs semaines la situation s'aggrave : en une semaine, le taux d'incidence a triplé et le taux d'incidences repart à la hausse. Afin de répondre à cette remontée épidémique, plus de 200 000 rendez‐vous par semaine ont été ouverts pour de premières injections et de nouveaux rendez‐vous sont ouverts régulièrement.

11:15 - En Haute-Corse, l'épidémie continue de flamber

Alors qu'un cluster était identifié hier dans une colonie de vacances située en Corse-du-Sud, c'est surtout en Haute-Corse que la situation continue de s'aggraver au point de devenir préoccupante. Le variant Delta du Covid-19 y circule à une vitesse impressionnante et Philippe Mortel, le directeur de cabinet de l'agence régionale de santé de Corse explique, au micro de Franceinfo qu'en trois semaines, la situation s'est rapidement détériorée : "Nous sommes passés d'une situation où il n'y avait quasiment plus de circulation virale, le taux de positivité était de 0,2, il y avait 13 personnes positives et cette semaine, nous sommes à un taux de positivité de plus de 7% avec un taux d'incidence de 600 en population générale". Afin de contrer cette flambée épidémique, des mesures expérimentales ont été mises en place dans le département. Par exemple, le pass sanitaire est déjà en vigueur dans quelques cafés et restaurants depuis vendredi.

10:30 - Emmanuel Macron : "J'assume totalement"

Première visite présidentielle en Polynésie pour Emmanuel Macron. Le président français a profité d'une visite dans un hôpital de l'île pour exprimer son soutien au personnel soignant et réagir aux manifestations contre le pass sanitaire, qui se sont déroulées sur tout le territoire français samedi 24 juillet 2021. Alors que l'épidémie repart à la hausse avec un nombre de cas quotidiens qui dépasse désormais les 20.000 cas, le président avait annoncé, le 12 juillet dernier, souhaiter étendre le pass sanitaire aux lieux très fréquentés (cinémas, restaurants...), ce qui avait eu pour effet de provoquer un tollé dans l'opinion publique. Emmanuel Macron persiste et signe, se défendant de "prendre des décisions pour protéger les Françaises et les Français". Et d'argumenter : "Si on aime sa propre liberté et qu'on respecte les autres, le seul geste à faire est de se faire vacciner".

En savoir plus

Quel est le dernier bilan du coronavirus en France ?

DERNIER BILAN. Le bilan de l’épidémie de Covid-19 en France, en date du 24 juillet 2021, fait état de 25 624 nouveaux cas, soit 6 063 de plus qu'hier et 11 818 de plus que samedi dernier. Du côté de l'hôpital, 182 nouvelles admissions ont été recensées, soit 148 de moins que la veille et 68 de plus comparé à la semaine dernière. En réanimation, on parle de 35 nouveaux arrivants, soit 34 de moins qu'hier et 14 de plus que samedi dernier. Voici tous les chiffres du jour :

  • 5 978 695 cas confirmés par PCR (Ehpad compris), soit 25 624 de plus
  • 111 609 décès au total (Ehpad compris), soit 22 de plus
  • 85 104 décès à l'hôpital, soit 22 de plus
  • 6 787 personnes actuellement hospitalisées, soit 15 de moins
  • 878 personnes actuellement en réanimation, soit 6 de plus
  • 182 nouveaux admis à l'hôpital (-148) et 35 en réanimation (-34)
  • 389 197 personnes sorties de l'hôpital, soit 176 de plus
  • Taux de positivité des tests : 0%, soit -3,74 point(s) de moins
  • Taux d'incidence : 0 cas/100 000, soit -125,73 point(s) de moins

Quelle est la situation du coronavirus en France ?

Santé publique France a dressé son point épidémiologique, publié jeudi 22 juillet 2021, pour la semaine 28 (du 12 au 18 juillet). L'agence dit avoir observé une "très forte augmentation de la transmission du SARS-CoV-2, le nombre de nouveau cas ayant plus que doublé par rapport à la semaine précédente." Et d'ajouter : "Cette progression s’accompagne pour la première fois depuis 15 semaines d’une augmentation nette du taux d’hospitalisations (+55%) et du nombre de patients admis en services de soins critiques (+35%) après 3 semaines de croissance rapide du taux d’incidence".

Le nombre de cas de Covid et les indicateurs de l'épidémie repartent à la hausse. Le taux d'incidence est de 99 cas pour 100 000 habitants, contre 40 sur la semaine 27 (du 5 au 11 juillet), ce qui représente une hausse de 143%. Si une augmentation du taux d'incidence a été enregistré pour toutes les classes d'âge, c'est chez les 20-29 ans que la hausse est la plus spectaculaire, et du fait inquiétante, avec 311 cas pour 100 000 habitants, soit une progression de 168%. Les 10-19 et 30-39 suivent la même tendance avec des hausses de 146 et 143%. Le taux de positivité des tests a augmenté de 1,4 point, avec un chiffre qui s'élève à 2,7%.

Le variant Delta majoritaire. Cette mutation du Covid-19 représente désormais 81% des tests séquencées et interprétables de l'enquête Flash#14 du 6 juillet. Lors de la semaine 27 il ne représentait que 63% des prélèvements positifs sur le territoire métropolitain.

Dans les hôpitaux, les chiffres repartent à la hausse. Après 15 semaines consécutives de baisse, le nombre d'hospitalisations et d'admissions en soins critiques a augmenté sur la semaine 28. L'agence sanitaire chiffre à 1 215 le nombre de nouvelles hospitalisations (+55% par rapport à S27) et à 208 celui des nouvelles admissions en services de soins critiques (+35%). "Le taux hebdomadaire de nouvelles hospitalisations était stable ou en augmentation dans toutes les régions", précise-t-elle dans son rapport. Il y a tout de même une bonne nouvelle : le nombre de décès de patients Covid-19 hospitalisés était toujours en diminution en semaine 28, avec 115 victimes à déplorer au niveau national (-30%)

Carte du coronavirus en France

Suivez l'évolution du coronavirus dans votre commune grâce à la carte ci-dessous. Cliquez sur un département pour afficher la liste des communes. Retrouvez aussi tous les détails sur cette cartographie et le point complet par ville et par département dans notre article sur la carte du Covid en France

Cliquez sur un département pour consulter la liste de ses villes.

Depuis la mi-octobre 2020, Santé publique France communique les données d'incidence (nombre de cas pour 100 000 habitants) à l'échelle des communes. Les chiffres sont à ce stade communiqués selon une échelle (10 , 20, 50, 150, 250, 500, 1000 cas pour 100 000 habitants). Les données sont exprimées sur une semaine glissante, ce qui signifie qu'elles sont calculés un jour J à partir des tests réalisés entre 3 et 9 jours précédemment. Pour accéder aux informations relatives au coronavirus dans votre commune, saisissez son nom dans le moteur de recherche ou cliquez sur son département d'appartenance dans la carte ci-dessous.

Pour rappel, le taux d'incidence correspond au nombre de nouveaux cas de Covid-19 sur une période d'une semaine, par rapport à la population totale d'un territoire (pays, région, département ou commune). Cet indicateur s'exprime généralement en nombre de cas pour 100 000 habitants. Le taux de dépistage donne quant à lui le nombre de personnes ayant réalisé un test de dépistage du coronavirus sur le nombre total d'habitants,  au cours de la période. Il est lui aussi exprimé le plus souvent sur 100 000 habitants. Enfin, le taux de positivité des tests livre le pourcentage de tests positifs au coronavirus, rapporté au nombre total de tests effectués sur la période.

Coronavirus