Coronavirus en France : un rebond du Covid-19 cet automne ? Actus et infos pratiques

Chargement de votre vidéo
"Coronavirus en France : un rebond du Covid-19 cet automne ? Actus et infos pratiques"

Coronavirus en France : un rebond du Covid-19 cet automne ? Actus et infos pratiques COVID. Les indicateurs liés à la situation sanitaire semblent au vert en France. Néanmoins, plusieurs spécialistes alertent sur le danger d'une nouvelle vague au début de l'automne.

L'essentiel
  • Selon le dernier bilan du coronavirus en France, daté de ce vendredi 24 septembre 2021, Santé Publique France recense 5 879 nouveaux cas de Covid-19, soit 350de moins qu'hier. 49 décès (hors Ehpad) sont à déplorer dans les dernières 24 heures. Ce sont 13 de moins qu'hier. Dans les hôpitaux, 8 107 patients sont pris en charge, dont 1 586 le sont en réanimation. Pour en savoir plus sur l'épidémie, le bilan détaillé à retrouver en bas de cette page.
  • Ces dernières semaines, la situation épidémiologique s'améliore en France face au coronavirus. Le nombre de nouveaux cas quotidiens décroit, la pression hospitalière diminue et le taux d'incidence est à la baisse. Autant de signaux qui tendent vers le vert, alors que 82% de la population de plus de 12 ans est entièrement vaccinée. 
  • L'arrivée de l'automne inquiète cependant des spécialistes, qui appellent à maintenir la vigilance face au Covid-19. Selon le Pr Arnaud Fontanet, la baisse des températures, couplée à un nombre encore important de personnes non vaccinées, pourrait déclencher une nouvelle vague épidémique d'ici la fin de l'année. Il milite ainsi pour un maintien du pass sanitaire. "Nous ne sommes pas tirés d'affaire", prévient le membre du conseil scientifique.
Questions / Réponses

Quelle est la situation épidémiologique ce vendredi 24 septembre ?

La pandémie continue de reculer en France. Ce vendredi 24 septembre, 5 879 cas supplémentaires ont été enregistrés en France, au cours des dernières 24 heures. Ce sont 350 cas de moins qu'hier, et 1 494 de moins que vendredi dernier. La moyenne sous sept jours passe de 5 928 cas, contre 6 141 hier. Par rapport à vendredi dernier, ce sont 1 831 cas de moins environ sur une moyenne en sept jours. Ce vendredi 24 septembre, 296 personnes ont été admises à l'hôpital, soit 5 de moins qu'hier. 49 personnes (hors Ehpad) sont décédés du Covid-19, soit 13 de moins que la veille et 17 de moins par rapport à la semaine dernière. Du côté des réanimations, il y a eu 72 nouvelles admissions en réanimation, soit une de plus qu'hier et 9 de moins par rapport à la semaine dernière.

 

Qu'est-ce qu'un TROD sérologique ?

TROD est une anagramme qui se traduit par "Test Rapide d'Orientation de Dépistage". Autrement dit, il s'agit d'un test sérologique (via le sang) rapide qui permet de déterminer si vous avez déjà été contaminé par le Covid-19, en détectant, dans un délai compris entre quinze et trente minutes, la présence ou l'absence d'anticorps dans votre organisme. Pour le réaliser, rien de plus simple : une simple piqûre au doigt vous prélève une goutte de sang. Celle-ci est ensuite mise en contact avec un réactif qui détecte ou non la présence d'anticorps dirigés contre le Sars-CoV-2, rapporte le ministère de la Santé.

Quand est-ce que les tests PCR deviendront payants ?

Depuis le début de l'épidémie de Covid-19, les tests PCR permettant de dépister toute personne suspectée d'avoir contractée le coronavirus sont gratuits en France. Mais le gouvernement a annoncé changer son fusil d'épaule et rendre les dépistages payants, en vue d'inciter à la vaccination. Ainsi, à partir du vendredi 15 octobre 2021, les tests PCR dits "de confort" deviendront payants, idem pour les tests antigéniques. Le prix, qui n'a pas encore été tranché, devrait varier entre 29 et 49€. Toutefois, ils resteront remboursés dans certains cas : seuls les dépistages prescrits via une ordonnance médicale pourront faire l'objet d'une prise en charge par la sécurité sociale.

J'ai déjà eu le Covid-19, dois-je me faire vacciner ?

Initialement, les autorités scientifiques estimaient que la vaccination n'était pas nécessaire pour les personnes ayant déjà contracté le Covid-19, du fait de la production d'anticorps en réponse à l'infection. Avec le développement de variants du Covid notamment, la position des autorités sanitaires a évolué. Désormais, le fait d'avoir contracté la maladie est considéré équivalent à une première injection de vaccin. Pour cette raison, il est recommandé aux personnes ayant été infectées par le Covid-19 de se faire vacciner, en une seule injection au lieu de deux, avec un délai de 3 à 6 mois entre l'infection (considérée comme une primo-injection), et la vaccination.

Puis-je contracter le Covid-19 si je suis vacciné ?

Le vaccin n'empêche pas d'attraper le Covid-19. Comme tout vaccin, il ne protège donc pas à 100%. Toutefois, il évite dans la grande majorité des cas la contraction d'une forme sévère de la maladie et réduit drastiquement la contagiosité du virus.

Au 24 septembre, combien de classes sont fermées à cause du Covid en France ?

D'après un communiqué de presse divulgué vendredi 24 septembre 2021 par le ministère de l'Éducation nationale, 2 366 classes sont fermées en France métropolitaine et dans les Outre-mer, selon des chiffres arrêtés au jeudi 23 septembre à 13h. Dans le détail, ces classes fermées représentent 0,45% des classes du pays qui sont au nombre de 527 000. Au total, ce sont 19 structures scolaires qui sont entièrement fermées (18 écoles primaires et 1 collège). Pour rappel, une classe de primaire doit fermer dès lors qu'un cas de Covid-19 est identifié parmi les élèves.

Quels sont les symptômes du Covid-19 ?

Comment savoir si on a contracté le Covid-19 ? Plusieurs symptômes caractéristiques de la maladie apparaissent au bout de trois à cinq jours (la période d’incubation peut toutefois monter jusqu’à 14 jours) : une toux sèche, couplée à quelques jours de fièvre, des douleurs musculaires, des nausées et diarrhées, associées à de la fatigue. La perte de goût et de l’odorat sont également des symptômes du coronavirus. Toutefois, des personnes peuvent contracter la maladie sans qu’aucun de ces symptômes n’apparaissent. Elles sont alors qualifiées d’asymptomatiques.

La vaccination contre le coronavirus va-t-elle s'étendre aux moins de 12 ans en France ?

À l'heure actuelle, cette question épineuse n'est toujours pas tranchée. Cependant, lundi 20 septembre 2021, les laboratoires Pfizer et BioNTech ont expliqué que le vaccin mis au point contre le Covid-19 était "sûr" et "bien toléré" par les enfants âgés entre 5 et 11 ans après avoir effectué des essais sur des participants de cette tranche d'âge. Ce sont pas moins de 2 268 jeunes qui ont reçu deux doses de 10 µg à 21 jours d'intervalle, contre 30 µg pour la tranche d'âge au-dessus. "Le vaccin a été bien toléré, avec des effets secondaires généralement comparables à ceux observés chez les participants âgés de 16 à 25 ans" ont précisé les laboratoires, ajoutant qu'une demande d'approbation du vaccin pour les plus jeunes serait déposée auprès de l'Agence américaine du médicament. Par ailleurs, une telle mesure est déjà en vigueur au Cambodge depuis le 17 septembre, en dépit d'une absence d'approbation de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Peut-on atteindre l'immunité collective ?

Les avis divergent sur la question. Selon l'épidémiologiste Dominique Costagliola, il faut vacciner la quasi-totalité des Français afin d'atteindre l'immunité collective. "On va s'en sortir si on arrive à vacciner plus de 90% de la population", avait-elle assuré sur BFM TV. Mais pour certains, la vaccination ne suffira pas. "Le vaccin est l'arme la plus adaptée contre l'épidémie, mais c'est une arme parmi d'autres. Cela ne suffit pas à empêcher la circulation du virus", avait confié à Midi Libre Samuel Alizon, directeur de recherche au CNRS de Montpellier.

Cependant, même si l'immunité collective se rapprochait, elle reculerait indéniablement en cas d'apparition d'un nouveau variant, dont la contagiosité est plus forte. Mahmoud Zureik, professeur d’épidémiologie et de santé publique à l’université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, précisait au Figaro : "Les vaccins ne permettront pas d’atteindre l’immunité collective et ne seront pas suffisants pour éradiquer le virus, mais ils restent néanmoins très efficaces pour éviter les formes graves, ce qui reste l’objectif principal en termes de santé publique."

Quel est le dernier bilan hebdomadaire de Santé publique France ?

D'après le dernier bilan épidémiologique publié par Santé publique France jeudi 23 septembre 2021, la situation liée au coronavirus continue de s'améliorer progressivement dans les régions de France métropolitaine. Dans les Outre-mer, la décrue se poursuit aux Antilles (Martinique et Guadeloupe), pendant que la situation sanitaire de la Guyane s'avère de plus en plus préoccupante. Les enquêtes Flash #21 et #22 réalisées les 24 et 31 août, permettent d'identifier le variant Delta dans plus de 99% des séquences interprétables. Santé publique France indique également que les taux d’incidence les plus élevés concernent la Guyane, la ville de Marseille et l'île de la Martinique. L'agence note toutefois une diminution, à hauteur de 27%, du taux d'incidence sur le territoire. Celui-ci s'élève désormais à 73 cas pour 100 000 habitants. Malgré cette amélioration générale, il ne faut enfin pas négliger les chiffres relatifs aux hospitalisations qui restent importants - bien qu'en diminution - dans certaines régions comme l'Île-de-France, la Provence-Alpes-Côte d’Azur, l'Occitanie, et les régions Auvergne-Rhône-Alpes et Grand Est.

LIRE PLUS
En savoir plus

Quel est le dernier bilan du coronavirus en France ?

L'épidémie de coronavirus continue de reculer en France, ce vendredi  24 septembre 2021. 5 879 nouveaux cas de Covid-19 sont à déplorer en 24 heures, soit 350 cas de moins qu'hier et 1 494 de moins que vendredi dernier. Le nombre moyen en une semaine des nouvelles contaminations continue de baisser dans l'Hexagone, avec 5 928 nouveaux cas en moyenne. Du côté des hospitalisations, 296 nouvelles admissions sont comptabilisées, soit 5 de moins qu'hier et 75 de moins comparé à vendredi dernier. Enfin, du côté des réanimations, 72 admissions ont été recensées, soit 1 de plus qu'hier et 9 de moins que vendredi dernier. Le bilan détaillé du Covid-19 en France :


● 5 879 cas supplémentaires = -350 cas de moins qu'hier et -1494 de moins que vendredi dernier
● La moyenne 7 jours passe à 5 928 cas contre 6 141 hier, -1831,14285714286 de moins que la semaine dernière
● 49 morts en 24h (hors Ehpad) = -13 de moins qu'hier et -17 de moins que vendredi dernier.
● 296 admis à l'hosto en 24h = -5 de moins qu'hier et -75 de moins comparé à vendredi dernier
● 72 admissions en réa = 1 de plus qu'hier et -9 de moins que vendredi dernier

Quelle est la situation du coronavirus en France ?

Dans son dernier point épidémiologique, publié chaque jeudi, Santé publique France fait le point sur l'évolution de l'épidémie de coronavirus en France. Pour la semaine 37, du 13 au 19 septembre, la circulation du coronavirus en France poursuit sa décrue sur l'ensemble de la métropole ainsi que dans les Antilles (Martinique et Guadeloupe). En Guyane, la situation est en revanche jugée comme "très préoccupante". Santé publique France indique également que les taux d’incidence les plus élevés concernent la Guyane, la ville de Marseille et l'île de la Martinique. Concernant les taux d'hospitalisation, ils sont les plus importants en Île-de-France, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Occitanie, Auvergne-Rhône-Alpes et Grand Est.

  • En métropole, les taux d'incidence restent élevés, comme en région Île-de-France. Mais à l'échelle nationale, le taux d'incidence du coronavirus atteint 73 cas pour 100 000 habitants, soit une diminution de 27% par rapport à la semaine précédente.
  • Le variant Delta du Covid-19 reste majoritaire en France. La mutation a été détectée dans plus de 99% des tests séquencés, selon les conclusions de Santé publique France au 31 août.
  • Les hospitalisations sont en diminution en semaine 37, avec 28% de personnes hospitalisées en moins sur cette période, soit un bilan de 2 527 nouvelles hospitalisations de patients Covid-19 à l'hôpital et 636 nouvelles admissions en soins critiques (baisse de 32%).

Carte du coronavirus en France

Suivez l'évolution du coronavirus dans votre commune grâce à la carte ci-dessous. Cliquez sur un département pour afficher la liste des communes. Retrouvez aussi tous les détails sur cette cartographie et le point complet par ville et par département dans notre article sur la carte du Covid en France

Cliquez sur un département pour consulter la liste de ses villes.

Depuis la mi-octobre 2020, Santé publique France communique les données d'incidence (nombre de cas pour 100 000 habitants) à l'échelle des communes. Les chiffres sont à ce stade communiqués selon une échelle (10 , 20, 50, 150, 250, 500, 1000 cas pour 100 000 habitants). Les données sont exprimées sur une semaine glissante, ce qui signifie qu'elles sont calculés un jour J à partir des tests réalisés entre 3 et 9 jours précédemment. Pour accéder aux informations relatives au coronavirus dans votre commune, saisissez son nom dans le moteur de recherche ou cliquez sur son département d'appartenance dans la carte ci-dessous.

Pour rappel, le taux d'incidence correspond au nombre de nouveaux cas de Covid-19 sur une période d'une semaine, par rapport à la population totale d'un territoire (pays, région, département ou commune). Cet indicateur s'exprime généralement en nombre de cas pour 100 000 habitants. Le taux de dépistage donne quant à lui le nombre de personnes ayant réalisé un test de dépistage du coronavirus sur le nombre total d'habitants,  au cours de la période. Il est lui aussi exprimé le plus souvent sur 100 000 habitants. Enfin, le taux de positivité des tests livre le pourcentage de tests positifs au coronavirus, rapporté au nombre total de tests effectués sur la période.

Coronavirus