DIRECT. Coronavirus en France : le reflux se confirme ce dimanche, une "évolution favorable"

Chargement de votre vidéo
"DIRECT. Coronavirus en France : le reflux se confirme ce dimanche, une "évolution favorable""

DIRECT. Coronavirus en France : le reflux se confirme ce dimanche, une "évolution favorable" CORONAVIRUS. Le Covid-19 continue de régresser en France. "L'évolution semble favorable", selon le directeur général de la santé Jérôme Salomon, au JDD, ce dimanche 16 mai. Un constat confirmé par les données publiées dans la soirée...

Cas, morts... Dernier bilan du Covid en France

Le bilan du coronavirus en France donne de nouveaux signaux positifs ce dimanche, avec des chiffres en baisse aussi bien sur le front épidémique que dans les hôpitaux, où on dénombre désormais moins de 23 000 patients et notamment moins de 4300 en réanimation. Le point complet : 

  • 5 877 787 cas confirmés par PCR (Ehpad compris), soit 13 948 de plus
  • 107 616 décès au total (Ehpad compris), soit 81 de plus
  • 81 309 décès à l'hôpital, soit 81 de plus
  • 22 963 personnes actuellement hospitalisées, soit 13 de plus
  • 4255 personnes actuellement en réanimation, soit 16 de moins
  • 416 nouveaux admis à l'hôpital (-164) et 102 en réanimation (-32)
  • 357 928 personnes sorties de l'hôpital, soit 315 de plus
  • Taux de positivité des tests : 4,44%, soit 0,05 point de moins
  • Taux d'incidence : 142 cas/100 000, soit 23,81 points de moins

Les infos Covid du dimanche 16 mai

  • 20 millions de personnes ont été vaccinées avec une seule dose, samedi 15 mai, a annoncé Emmanuel Macron sur Twitter. Le gouvernement a donc rempli son objectif. Ce dernier envisage d’avancer la date de l’ouverture de la vaccination à tous les majeurs, sans aucune condition, à avant le 15 juin. La possibilité d’une avancée de la date est "sur la table", selon les informations du Journal du Dimanche.
  • Le directeur général de la santé se dit "raisonnablement optimiste", sur l’épidémie de Covid-19. "L'évolution semble favorable", décrit Jérôme Salomon, dans Le JDD, ce dimanche 16 mai. L’infectiologue appelle cependant à la prudence face aux 16 000 nouveaux cas quotidiens et aux taux d’incidence assez élevé dans certains départements. "Il ne faut pas rater les derniers kilomètres du marathon, ce moment où on peut flancher", alerte-t-il.
  • Les indicateurs de l’épidémie poursuivent leur baisse. 22 950 personnes sont actuellement hospitalisées, soit 456 de moins par rapport à la veille, et moins de 4 300 patients se trouvent en réanimation. Les nouvelles admissions à l’hôpital et en soins intensifs diminuent également.
  • La Guyane connaît un nouveau confinement, depuis vendredi et pour une durée de 17 jours. La région présente le plus haut taux d’incidence du pays (320,6), et cet indicateur a plus que doublé en un mois. Le variant brésilien y est largement majoritaire, en raison de la proximité avec le Brésil.
Lire aussi

Consultez les chiffres du coronavirus dans votre commune

Nouveaux cas de Covid, taux de positivité des tests, part de la population testée... Linternaute vous propose de consulter gratuitement les données sur l'évolution de l'épidémie dans votre commune. Lire

En direct

18:28 - "Il faut faire très attention", même si "ça va mieux", alerte l’infectiologue Karine Lacombe

[Fin du direct] "Il y a un net reflux en termes de nouveaux cas, d’arrivées à l’hôpital et en réanimation, ça va mieux", détaille Karine Lacombe sur BFMTV, ce dimanche. L’infectiologue évoque toutefois une tension en Île-de-France pour les hôpitaux. "On est dans un plateau haut et on ne peut pas dire qu’on est retourné dans le creux de la vague a la même époque l’année dernière. On est remonté très haut, et plus haut que ce qu’on avait peur. Il faut faire très attention", préconise la cheffe de service des maladies infectieuses à l’hôpital Saint-Antoine, à Paris. 

17:31 - Une quatrième vague est-elle possible ?

Selon le virologue et membre du Conseil scientifique, Bruno Lina, une quatrième vague épidémique est envisageable. Cela pourrait venir des "virus variants, qui entraînent partiellement un échappement sanitaire", contrairement aux "virus classiques, pour lesquels les vaccins marchent très bien". "Si on laisse faire sans contrôler, du fait que la pression de la vaccination n'arrivera pas à freiner comme il faut, on a un risque de pression épidémique", avance-t-il sur LCI. 

16:34 - Pour éviter les fêtes illégales, des maires demandent l’ouverture des boîtes de nuit

Des maires de communes situées sur le littoral français demandent la réouverture des boîtes de nuit cet été, pour éviter la multiplication de fêtes sauvages, dans une tribune publiée par Le Parisien. "À la catastrophe économique risque de s’ajouter le désordre et le risque sanitaire. Car sans voies alternatives, des fêtes sauvages et désorganisées feront inévitablement leur apparition", écrivent les édiles. Les signataires souhaiteraient que le pass sanitaire soit utilisé à cet escient. 

15:27 - Un protocole expérimental sur les variants en PACA

Alors que le séquençage génomique des variants du Covid-19 était jusque-là réservé aux quatre plateformes nationales dédiées, dont celle de l’hôpital Henri Mondor à Créteil, un laboratoire privé a entamé un protocole expérimental mis en place par l’Agence régionale de santé de Provence-Alpes-Côte d’Azur. Cette ouverture au secteur privé a été décidée pour mettre à contribution "toutes les forces qui ont une capacité de séquencer" ces variants, selon Philippe Halfon, virologue-infectiologue, directeur du laboratoire, interrogé par France 3 Provence-Alpes-Côte d’Azur.

14:33 - "Ce virus est une alerte", prévient la députée européenne Karima Delli

"La source de ce virus, c'est l'effondrement de nos écosystèmes", a déclaré sur Franceinfo Karima Delli, députée européenne écologiste. "Nous devons prendre en priorité la question climatique et les conséquences du dérèglement climatique sur la biodiversité parce que sinon demain, nous allons nous retrouver avec énormément de virus", alerte cette dernière. 

13:35 - Dernier bilan de la pandémie dans le monde : 3 371 695 morts

Depuis décembre 2019, le Covid-19 a causé la mort de 3 371 695 personnes dans le monde. 162 422 800 infections ont été recensées. Samedi, 11 923 nouveaux décès ont été comptabilisés et 641 818 nouveaux cas de coronavirus, selon un bilan réalisé par l'AFP et cité par Le Parisien. L’Inde, le Brésil et la Colombie sont les pays les plus durement touchés par la pandémie en ce moment. 

12:29 - Des restrictions aux frontières "au moins jusqu’à la fin de l’été" pour certains pays

Une réouverture "progressive, mesurée avec les pays qui ont une bonne situation sanitaire" est envisagée par le gouvernement, selon Clément Beaune, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, chargé des Affaires européennes, sur Europe 1, dimanche. "Nous mettons en place des restrictions aux frontières. Je ne peux pas vous donner de date limite, mais cela durera le temps nécessaire, au moins jusqu'à la fin de l'été", explique ce dernier. 

11:36 - Le gouvernement envisage d’avancer la vaccination pour tous avant le 15 juin

"En fonction de l'avancée de la vaccination sur le public déjà éligible, dit-on, on ne s'interdit pas d'envisager une ouverture aux plus de 18 ans avant le 15 juin", affirme une source du ministère de la Santé auprès du JDD, ce dimanche. Il s’agit pour l’instant d’une possibilité qui permettrait aux personnes majeures sans comorbidités de prendre rendez-vous sans restriction, alors qu’aujourd’hui, elles ne peuvent réserver des créneaux de vaccination que du jour au lendemain. 

Quelle est l'évolution du coronavirus en France ?

Santé publique France a publié dans la soirée du jeudi 13 mai son dernier point épidémiologique hebdomadaire sur l'épidémie de coronavirus dans le pays pour la semaine 18 (du 3 au 9 mai 2021). Ces points, plus détaillés que les bilans quotidiens délivrés tous les soirs, éclairent chaque semaine un peu plus sur la situation sanitaire dans le pays. En résumé, on note une poursuite de la baisse des indicateurs et de la pression hospitalière. Santé publique France insiste malgré tout sur la prudence à observer à la lecture de ces chiffres, alors qu'a débuté la levée des restrictions. Découvrez ce qu'il faut retenir de ce point épidémiologique :

  • La circulation du Covid-19 continue de diminuer en France. Les deux indicateurs naturellement retenus sont en diminution d'une semaine à l'autre. En S17, le taux de positivité des tests était de 5,4% (-2 points par rapport à S17) et le taux d'incidence faisait état de 197 cas de contaminations pour 100 000 habitants (241/100 000 en S17, soit -18%). De fortes disparités territoriales subsistent encore néanmoins, avec encore quelques départements encore au-dessus du seuil de 250 cas pour 100 000 habitants, dont certains encore au-dessus de 300.
  • La pression hospitalière est également en baisse, avec 8 062 nouvelles admissions à l'hôpital en semaine 18, contre 10 748 en semaine 17. En réanimation, on note également une baisse, 1 246 nouveaux patients ont intégré ces services en S18, contre 1 678 en S17, soit -26%.
  • La situation reste fragile. Santé publique France insiste sur la nécessité de maintenir une forte vigilance aux mesures de prévention, malgré ces baisses, alors qu'a débuté le déconfinement. "La circulation du virus reste toujours soutenue sur l’ensemble du territoire métropolitain. La pression hospitalière demeure forte, notamment dans les services de soins critiques dans la majorité des régions invitant à la plus grande vigilance dans les prochaines semaines compte tenu de l’assouplissement progressif des mesures collectives"
  • En milieu scolaire, la réouverture des écoles maternelles et primaires le 26 avril a eu un impact à la hausse sur le nombre de cas ayant fréquenté le milieu scolaire, ainsi que sur le nombre de contacts à risque chez les moins de 10 ans, explique Santé publique France. Cela se ressent dans la baisse du taux d'incidence chez les 0-14 ans, qui reste la plus faible si l'on se penche sur les classes d'âges, avec -6%. En comparaison, chez les 65-74 ans, cette baisse se situe autour des -24%.
  • Concernant les variants, si la souche d'origine britannique continue de circuler avec intensité et confirme une fois de plus son caractère majoritaire sur la souche originelle, les variants sud-africain et brésilien n'explosent toujours pas en France. Les chiffres restent stables par rapport à la semaine 17 avec 79,5% des tests criblés ayant une correspondance avec le variant britannique, contre 5,6% avec les variants sud-africain et indiens.

Carte du coronavirus en France

Suivez l'évolution du coronavirus dans votre commune grâce à la carte ci-dessous. Cliquez sur un département pour afficher la liste des communes. Retrouvez aussi tous les détails sur cette cartographie et le point complet par ville et par département dans notre article sur la carte du Covid en France

Cliquez sur un département pour consulter la liste de ses villes.

Depuis la mi-octobre, Santé publique France communique les données d'incidence (nombre de cas pour 100 000 habitants) à l'échelle des communes. Les chiffres sont à ce stade communiqués selon une échelle (10 , 20, 50, 150, 250, 500, 1000 cas pour 100 000 habitants). Les données sont exprimées sur une semaine glissante, ce qui signifie qu'elles sont calculés un jour J à partir des tests réalisés entre 3 et 9 jours précédemment. Pour accéder aux informations relatives au coronavirus dans votre commune, saisissez son nom dans le moteur de recherche ou cliquez sur son département d'appartenance dans la carte ci-dessous.

Pour rappel, le taux d'incidence correspond au nombre de nouveaux cas de Covid-19 sur une période d'une semaine, par rapport à la population totale d'un territoire (pays, région, département ou commune). Cet indicateur s'exprime généralement en nombre de cas pour 100 000 habitants. Le taux de dépistage donne quant à lui le nombre de personnes ayant réalisé un test de dépistage du coronavirus sur le nombre total d'habitants,  au cours de la période. Il est lui aussi exprimé le plus souvent sur 100 000 habitants. Enfin, le taux de positivité des tests livre le pourcentage de tests positifs au coronavirus, rapporté au nombre total de tests effectués sur la période.

Coronavirus