DIRECT. Coronavirus en France : 31 décès de plus, la tension hospitalière toujours en baisse

DIRECT. Coronavirus en France : 31 décès de plus, la tension hospitalière toujours en baisse CORONAVIRUS. Selon le dernier bilan de Santé publique France ce dimanche 31 mai, 31 personnes supplémentaires sont décédées du coronavirus en France alors que les chiffres en réanimation sont toujours à la baisse avec 6 patients de moins

Combien de cas et de morts du coronavirus en France ? Dernier bilan

Les nouveaux chiffres du coronavirus ont été dévoilés ce dimanche 31 mai, deuxième jour de ce long week-end de trois jours avec le lundi de Pentecôte. Le nombre de personnes hospitalisées pour Covid-19 continue de décroître avec 48 personnes de moins. En réanimation, ce sont 6 patients de moins qui sont comptabilisés. La mortalité affiche 31 décès de plus à l'hôpital, soit 28 802 morts depuis le début de l'épidémie. 

  •  151 753 cas confirmés par PCR (Ehpad compris), soit 257 de plus
  •  28 802 décès au total (Ehpad compris, excepté pour le 30 mai, 31 mai, prochaine actualisation le 2 juin), soit 31 de plus
  •  18 475 décès à l'hôpital, soit 31 de plus
  •  14 322 hospitalisations en cours, soit 58 de moins
  •  1 319 personnes actuellement en réanimation, soit 6 de moins
  •  68 355 personnes sorties de l'hôpital, soit 87 de plus

NB : les données relatives aux personnes hospitalisées et en réanimation présentées ci-dessus correspondent au nombre de patients en cours de soins et non du cumul depuis le début de l'épidémie. En cumul, on enregistre 101 657 hospitalisations. De même, les hospitalisations et cas en réanimation supplémentaires en 24 heures correspondent à des chiffres net, tenant compte des guérisons et des décès. Dans les dernières 24 heures, en brut, 72 hospitalisations de plus ont été enregistrées et 18 admissions en réanimation.

Qu'est-ce que l'anakinra, médicament qui offre un nouvel espoir contre le Covid-19 ?

Le coronavirus poursuit sa lente décélération en France, alors qu'un nouveau week-end de déconfinement se déroule, avec en ligne de mire la deuxième phase du 2 juin qui signera la fin de la limitation des déplacements à 100 km et le retour d'un certain nombre de libertés. Alors que le nombre de personnes hospitalisées continue de reculer, un espoir émerge pour les patients les plus gravement touchés qui nécessitent pour leur part les soins les plus importants. Un médicament, l'anakinra, initialement destiné à des maladies rhumatismales, donne des résultats "encourageants" pour les formes graves du Covid-19 en réduisant le risque de décès, selon une étude française, publiée dans The Lancet Rheumatology. Cette molécule permettrait de contrer l'"orage cytokinique", une réaction inflammatoire incontrôlée qui aboutit à un syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA), nécessitant le recours à un respirateur pour alimenter en oxygène les organes vitaux. L’anakinra permettrait de bloquer une des cytokines impliquées dans cette "tempête inflammatoire", l’interleukine-1 (IL-1), indique encore l'étude.

Administré à 52 patients gravement touchés au sein du Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph (GHPSJ), le traitement  a permis une "réduction statistiquement significative du risque de décès et de passage en réanimation pour assistance respiratoire par ventilation mécanique", indique l'étude. Seuls un quart d'entre eux ont été transférés en réanimation ou sont décédés, contre près de 73% de ceux n’ayant pas eu cette biothérapie. Le groupe témoin était formé de 44 patients pris en charge dans la même institution. Le traitement donnerait des signes d'amélioration au bout de 7 jours, avec une diminution rapide des besoins en oxygène. "La réduction significative de la mortalité associée à l'utilisation de l'anakinra pour le Covid-19 dans cette étude est encourageante en ces temps difficiles", écrit dans un commentaire le rhumatologue Randy Cron de l'Université d'Alabama. Il souligne le "profil de sécurité favorable" de ce médicament bien connu des rhumatologues et estime que "cette étude apporte la preuve la plus probante à ce jour que l’anakinra peut bénéficier aux patients souffrant du syndrome de tempête de cytokines associé au Covid-19".

Ce nouvel espoir émerge alors que de nouveaux indicateurs, publiés jeudi, confirment la tendance positive des données hospitalières et des établissements médico-sociaux livrées chaque soir depuis plus de trois mois maintenant. Le "taux de positivité des tests virologiques" est en France de 1,9%. Le nombre de cas positifs par semaine pour 100 000 habitants est de 6,14 "seulement". Enfin, le "R", qui représente le nombre de personnes contaminées par chaque malade, est actuellement de 0,77, ce qui signifie qu'un malade contamine en moyenne moins d'une personne en France, signe que l'épidémie est bien en recul. En mars dernier, cet indice avait atteint plus de 2,5. Mais les appels à la prudence restent constants. Même si "les gens font plus attention", l'épidémie pourrait refaire surface dans quelques mois "ou même dans quelques semaines" notamment à la faveur des vacances, a notamment estimé l'épidémiologiste Catherine Hill sur Europe 1 samedi. "Plus vous rencontrez des gens, plus vous prenez de risques".

Lire aussi

21:30 - Six hospitalisations en plus en PACA

(FIN DU DIRECT) - La région en est toujours à 898 décès depuis le début de la pandémie, pas de mort depuis les 72 dernières heures. En revanche, 886 personnes sont désormais hospitalisées soit 6 patients de plus en 24h. 77 personnes sont en réanimation, un chiffre stable par rapport à la veille.

21:15 - Huit personnes de plus en réanimation en Auvergne-Rhône-Alpes

Les chiffres repartent à la hausse dans la région. 1 673 personnes sont décédées des suites d'une infection au coronavirus (+3 en 24h). 1 161 personnes sont hospitalisées (+5 en 24h) dont 127 admises en réanimation (+8 en 24h). Par ailleurs, 7 022 personnes sont sorties de l'hôpital (+16 en 24h). 

21:00 - Des chiffres stables à Mayotte

Département sous tension, Mayotte a toujours 13 personnes dans les services de réanimation mais n'enregistre pas de nouveaux patients en 24h. 19 personnes sont décédées depuis le début de la pandémie.

20:45 - Trois décès de plus dans le Grand Est

3 420 personnes sont décédées des suites d'une infection au coronavirus dans le Grand Est (+3 en 24h). 2023 personnes sont hospitalisées (-2 en 24h) dont 161 admises en réanimation (-3 en 24h). Par ailleurs, 10 893 personnes sont sorties de l'hôpital (+7 en 24h). 

20:30 - 123 personnes en réanimation dans les Hauts-de-France

D'après les dernières données de ce dimanche, 2 personnes sont sorties des services de réanimation mais 123 le sont toujours. 1414 personnes porteuses du coronavirus sont hospitalisées, soit 7 patients de moins que la veille.

20:15 - Un habitant sur dix contaminé dans le Morbihan

Le coronavirus a circulé de manière importante dans le département breton du Morbihan, avec 9,7% de la population contaminée par le Covid-19 avant le 1er mai, rapportent Les Échos. Des chiffres issus d’une étude basée sur des analyses de sang commandée par le Conseil départemental. Ainsi, sur un peu plus de 755 000 habitants, plus de 70 000 auraient été contaminés par le coronavirus.

20:00 - 15 morts en 24h en Ile-de-France

Selon le dernier bilan de l'ARS, ce sont 15 personnes qui sont mortes en 24h dans la région pour un total de 7 106 décès. En réanimation, 562 patients sont encore dans les services.

19:45 - Un cluster dans un Ehpad de Masevaux

Suite à des tests il y a une semaine sur ses résidents, l’Ehpad le Castel Blanc (Masevaux) a découvert trois cas positifs au coronavirus, rapporte La Dépêche. L’Ehpad représente donc désormais un cluster, mais pas un nouveau foyer de contamination potentiel, comme le précise La Dépêche. Toutes les précautions sanitaires ont été prises.

19:30 - Un outil d'intelligence artificielle pour prédire l'évolution du coronavirus ?

L'Institut Gustave Roussy a travaillé avec l'hôpital de Bicêtre, la start-up Owkins et l’INRIA, afin de mettre en place un outil d'intelligence artificielle capable de prédire le risque d'aggravation de la maladie chez un patient souffrant de Covid-19 entrant à l'hôpital, comme le rapportent Les Échos.

19:15 - Un vaccin développé en Chine pour la fin de l'année ?

Selon Reuters, la Commission chinoise d'administration et de supervision des actifs publics a annoncé sur le réseau social WeChat qu'un vaccin pourrait être prêt à être commercialisé dès la fin de cette année. Plus de 2000 personnes ont reçu des vaccins mis au point par l'Institut des produits biologiques de Wuhan et l'Institut des produits biologiques de Pékin, dans le cadre d'essais cliniques.

18:59 - Un robot pour prendre la température en Belgique

Au CHU d'Anvers en Belgique, un robot peu commun a été mis au point pour contrôler le port du masque et la température, mais également pour aiguiller les malades.

18:47 - 14 322 patients hospitalisés

En 24h, ce sont 72 nouvelles personnes qui ont été hospitalisées mais le solde reste négatif avec 58 personnes de moins dans les hôpitaux pour un total de 14 322 patients.

18:42 - Encore 1 319 personnes en réanimation

Ce dimanche 31 mai, le solde des personnes en réanimation est négatif de 6 personnes mais le total reste toujours élevé avec 1 319 personnes dans les services.

18:35 - 31 décès de plus en 24h

Les chiffres du dimanche 31 mai sont tombés. D'après le dernier bilan, 31 personnes supplémentaires sont décédées du coronavirus durant les dernières 24h portant le total à 18 475.

18:34 - Zéro décès en 48h en PACA

En attendant les chiffres du jour, la région PACA ne déplore aucun décès depuis 48h, une première depuis le 17 mars selon les chiffres de l'ARS. Néanmoins, 898 personnes sont décédées du coronavirus en Provence-Alpes-Côte d'Azur depuis le début de la pandémie.

18:19 - Les marins, fortement impactés par le coronavirus

Civils ou militaires, les bateaux se sont révélés vulnérables face au Covid-19, ce qui contraint les armateurs comme les architectes à les repenser, rapporte France Culture. L’armée mise sur une modification des systèmes de filtration de l’air et sur les tests, afin de pouvoir rebondir suite à cette crise sanitaire sans précédent. Au total, le média précise que 150 000 marins n’ont pas pu rentrer chez eux en raison de la crise du coronavirus.

18:04 - 19 personnes en réanimation en Normandie

Le 30 mai 2020, 334 personnes étaient hospitalisées en Normandie (soit 5 de moins en 24 heures). Aucun nouveau patient n’était hospitalisé ou admis en réanimation. 19 malades du coronavirus restaient en réanimation. Au total, 1 476 retours à la maison étaient recensés (+5). 

17:49 - StopCovid : quelles seront les informations personnelles utilisées par l'applications ?

L'application Stop-Covid ne demanderait aucune donnée personnelle (état civil, numéro de téléphone, etc). Pour la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil), "il en résulte que demeure un lien entre les pseudonymes et les applications téléchargées, chaque application étant elle-même installée sur un terminal, qui correspond généralement à une personne physique déterminée. Du fait de ce lien, la Commission estime que le dispositif traitera des données à caractère personnel au sens du RGPD" souligne Marie-Laure Denis, présidente de la Cnil. 

17:34 - Les mesures sanitaires resteront "très importantes" dans les transports

Invité sur BFMTV ce dimanche 31 mai, le secrétaire d’État aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a notamment affirmé : “On va continuer à avoir des mesures sanitaires très importantes” dans les transports en commun, notamment l’obligation de porter le masque. Comme le rapporte Ouest France, si la règle du siège vacant disparaît, Jean-Baptiste Djebbari appelle la SNCF à tout faire pour mettre de la distance entre les voyageurs dans les trains, lorsque ces derniers ne sont pas pleins, afin de limiter la propagation du coronavirus.

17:17 - "Il n'y a pas eu de surmortalité supérieure chez Korian"

Sous le feu des critiques en raison du traitement de la crise du coronavirus, le patron du leader européen des Ehpad Korian, Charles-Antoine Pinel, s’est exprimé dans le Journal du dimanche. Selon lui, "il n'y a pas eu de surmortalité supérieure chez Korian". Au total, 714 décès ont été recensés des suites du coronavirus dans ses établissements Korian.

LIRE PLUS
Et aussi

Quels sont les nouveaux clusters du Covid-19 en France ?

Alors que le déconfinement a débuté lundi 11 mai en France, la fameuse seconde vague est redoutée. Si, pour l'instant, la levée des restrictions du confinement ne se traduit pas forcément dans les chiffres émanant des hôpitaux, des nouveaux foyers de contaminations, des "clusters", sont nés :

  • Nantes (Pays-de-la-Loire). Le centre d’hébergement de Mellinet, qui vient en aide aux personnes précaires, a détectée 16 cas positifs sur une centaine de tests puis trois autres lors d'une seconde série de tests effectués sur 81 autres personnes. Un autre cluster de type familial cette fois a été repéré Nantes, avec trois personnes testées positives dans trois familles différentes qui partageaient le même hébergement.
  • Grand Est. Huit nouveaux foyers de contaminations ont été identifiés dans la région Grand Est depuis le 11 mai. Quatre départements sont concernés : la Haute-Marne (un cluster), la Moselle (quatre clusters), le Bas-Rhin (deux clusters) et la Meuse (un cluster). Le nombre de cas par cluster s’étend de trois à seize maximum, a précisé Marie-Ange Desailly-Chanson, directrice générale de l’ARS du Grand-Est, lors d'une conférence de presse ce mardi 19 mai. A noter : parmi ces nouveaux foyers de contaminations, on en compte quatre dans des Ehpad, un dans un "établissement sanitaire", un dans "une structure d’aide sociale à l’enfance", un dans un "établissement médico-social pour personnes handicapées" et un dans une "emprise militaire".
  • Les Ulis (Essonne). Un foyer de travailleurs étrangers situé au Ulis, dans l'Essonne, a été identifié comme un nouveau cluster. Trois personnes ont été testées positivement au Covid-19 dernièrement, alors que ce foyer, qui compte 325 locataires, comptabilise désormais douze cas, dont deux morts, deux "chibanis" de 76 et 78 ans, indique France Bleu. Les cas contacts doivent être testés et isolés, a fait savoir l'Agence régionale de santé Ile-de-France.
  • Seine-et-Marne. Un nouveau cluster a été identifié ce mardi 19 mai au sein d'une communauté religieuse de Seine-et-Marne, après la découverte de quatre patients du coronavirus. Une campagne de dépistage a été lancée.
  • Val-de-Marne. Pour la première fois dans le département depuis le déconfinement, un cluster a été identifié. Neuf ouvriers du chantier de désamiantage du lycée Georges-Brassens, à Villeneuve-le-Roi, ont été testés positifs au coronavirus. Une grand campagne de dépistage a déjà été lancée.
  • Les Herbiers (Vendée). Après le site maître Coq des Essarts, une autre entreprise de l’agroalimentaire, l’abattoir de la Scabev, a été signalée comme un foyer, avec trois cas confirmés en début de semaine. Les 50 salariés de l’entreprise ont été dépistés mercredi 20 mai et ce sont désormais 11 salariés au total qui sont positifs au coronavirus, soit 8 de plus.
  • Fleury-les-Aubrais (Loiret). 79 personnes travaillant à l’abattoir Tradival, à Fleury-les-Aubrais, ont été contaminées, selon une information de France Bleu dimanche 24 mai. Les premiers résultats des tests ont été livrés vendredi 15 mai, après trois cas de contamination au Covid-19 signalés chez des prestataires de Tradival, auprès de l'Agence Régional de Santé (ARS). Au départ, une trentaine de personnes contaminées étaient recensées. Un chiffre qui a plus que doublé en quelques jours au fur et à mesure des tests.
  • Carmaux (Tarn). Trois cas préoccupants ont été découverts à Carmaux, dans le Tarn, au sein du groupe scolaire Jean-Moulin, la semaine précédent la reprise des cours. Il s'agissait d'un enseignant et de deux employés. 174 tests ont ensuite été menés. Deux autres cas ont été découverts ce qui porte le foyer à  cinq cas positifs au total.
  • Saumur (Maine-et-Loire). 20 personnes ont été dépistées positives au coronavirus au sein du centre hospitalier de Saumur, dont 20 patients et 5 membres du personnel, selon une communication du directeur de l’Agence régionale d’hospitalisation (ARS). Un foyer familial a aussi été détecté avec trois personnes testées positives. Elles avaient fréquenté le service de gériatrie du centre hospitalier.
  • Lannion (Côtes d'Armor). A Lannion un regroupement de cas a été identifié dans l'hôpital de la ville. 500 tests ont été menés et 50 personnes ont été identifiées comme positives, 27 professionnels et 23 patients, selon un bilan communiqué le 14 mai. Tous ces cas ont été hospitalisés ou confinés.
  • Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor). Un nouveau cluster a été détecté ce vendredi 15 mai après un signalement au sein de l'abattoir du groupe Kermené qui a été transmis le 13 mai à l'ARS par le Centre hospitalier de Saint-Brieuc, relatif à un patient diagnostiqué Covid-19. Ce dimanche, l'ARS annonce que 69 personnes sont positifs au coronavirus, soit 63 de plus après les 6 premiers cas détectés dans la semaine. L'ARS indique qu'une nouvelle campagne de dépistage se déroulera ce mardi.
  • Les Essarts-en-Bocage (Vendée). La Vendée est passée sous surveillance de l'Agence régionale de Santé après la découverte de plusieurs cas positifs dans une entreprise d’abattage de volailles, l’usine Arrivé (Maître Coq) située aux Essarts-en-Bocage. L’initiative de tester ces salariés avait été prise après la découverte de neuf cas positifs au sein de l'abattoir sur une durée de cinq semaines, à partir du 1er avril. Selon la préfecture, onze salariés ont été testés positifs, mais l'ARS n'a détecté "aucune chaîne de contamination au sein même de l’entreprise".
  • Clamart (Hauts-de-Seine). Un salarié d'un foyer pour jeunes travailleurs, contaminé au coronavirus, a provoqué un dépistage massif du personnel et des résidents. Selon les résultats des analyses tombées vendredi 8 mai, sept jeunes asymptomatiques ont été testés positifs au Covid-19 ainsi qu'un agent.
  • Chauvigny (Vienne). Quatre membres du personnel du collège Gérard-Philipe de Chauvigny ont été testés positifs au Covid-19, a fait savoir le directeur général de l'ARS de Nouvelle-Aquitaine samedi 9 mai. Un nouveau cas de coronavirus a été détecté ce mardi 12 mai dans la commune. Il s'agit d'une enseignante testée positive alors qu'un plan de dépistage a été lancé.
  • Loudun (Vienne). Un nouveau "cluster" à l'hôpital de Loudun, dans la Vienne, a été identifié. Vingt-trois cas de coronavirus, dont 13 parmi le personnel, y ont été recensés à l'issue d'une opération de dépistage réalisée sur 280 personnes dont les résultats ont été communiqués samedi 23 mai. 
  • Eglise-Neuve-de-Vergt (Dordogne). En Dordogne, un homme, atteint du coronavirus, a assisté à des obsèques dans la commune d'Eglise-Neuve-de-Vergt, fin avril. Au total, 127 personnes, issues de la communauté portugaise, ont été dépistées, et 103 résultats sont parvenus. Neuf cas de Covid-19 sont pour l’instant confirmés. Il n'y a aucun état grave, assure l'ARS Nouvelle-Aquitaine. 12 autres personnes liées à ce foyer ont été dépistées jeudi 14 mai. Les résultats se sont révélés encourageants : les tests sont tous négatifs.
  • Tours (Indre-et-Loire). Selon l’Agence régionale de Santé, un nouveau foyer de contamination au coronavirus a été identifié dans la résidence universitaire Grandmont, à Tours. Six étudiants de cette résidence ont été testés positifs, un septième est toujours en attente de ses résultats. "Tous ces étudiants ont été relogés par le CROUS Orléans-Tours, placés en isolement, et sont suivis par le service de santé universitaire", a précisé l’ARS dans un communiqué ce vendredi. Au total ce sont 183 personnes qui sont actuellement testées.
Derniers articles sur le coronavirus