DIRECT. Coronavirus en France : 406 morts en 24h, les hôpitaux encore remplis

Chargement de votre vidéo
"DIRECT. Coronavirus en France : 406 morts en 24h, les hôpitaux encore remplis"

DIRECT. Coronavirus en France : 406 morts en 24h, les hôpitaux encore remplis COVID FRANCE. D'après le dernier bilan de Santé publique France révélé ce lundi 30 novembre, 4 005 cas de plus ont été enregistrés en 24 heures, tandis que 406 morts supplémentaires sont à déplorer. Si l'épidémie de Covid-19 continue à ralentir, les personnels hospitaliers restent sous pression.

Combien de cas et de morts du coronavirus en France ? Dernier bilan

Les derniers chiffres de Santé publique France sont tombés ce lundi 30 novembre, et confirment un ralentissement de l'épidémie de coronavirus. 4 005 cas de plus ont été enregistrés dans la journée. Un chiffre assez faible, qui est sans doute lié au week-end, puisque les délais des résultats des tests sont plus longs. En revanche, le nombre de morts est assez élevé, avec 406 décès supplémentaires en 24 heures. Ce chiffre est, à l'inverse, sans doute lié à un rattrapage du week-end, ce lundi.

  • 2 222 488 cas confirmés par PCR (Ehpad compris), soit 4 005 de plus
  • 52 731 décès au total (Ehpad compris), soit 406 de plus
  • 36 329 décès à l'hôpital, soit 406 de plus
  • 28 258 hospitalisations en cours, soit 55 de moins
  • 3 751 personnes actuellement en réanimation, soit 5 de moins
  • 1251 nouveaux admis à l'hôpital (+601) et 196 en réanimation (+94)
  • 162 281 personnes sorties de l'hôpital, soit 854 de plus
  • Taux de positivité des tests : 10,9%, soit -0,2 point de moins

NB : les données relatives aux personnes hospitalisées et en réanimation présentées ci-dessus correspondent au nombre de patients en cours de soins et non au cumul depuis le début de l'épidémie. Concernant les évolutions, il faut distinguer le solde 'net', autrement dit l'évolution tenant compte des entrées, mais aussi des sorties et des décès, des nouveaux admis ('brut') présentés juste en dessous.

Les infos du lundi 30 novembre

  • Les chiffres sur la circulation du coronavirus témoignent d'une amélioration de la situation épidémiologique (voir le dernier bilan et tous les chiffres), mais le virus est toujours là, contaminent toujours. La pression à l'hôpital est encore forte. "On observe moins de patients atteints du Covid qui arrivent aux urgences et en tendance moins de patients qui entrent à l'hôpital. [...] La vraie difficulté pour l'hôpital aujourd'hui, c'est qu'il est plein. Il va falloir un certain nombre de jours voire de semaines pour une décrue, pour que l'hôpital reprenne de l'oxygène de manière à avoir une activité normale" a indiqué ce matin le Pr Philippe Juvin sur LCI ce lundi. 
  • La Haute autorité de santé a livré ses recommandations ce lundi 30 novembre sur la campagne de vaccination en France. Elle préconise de vacciner en premier les résidents et les salariés des Ehpad, puis l'ensemble des personnes âgées, en commençant par « les personnes ayant plus de 75 ans ainsi que les "professionnels du secteur de la santé, du médico-social et du transport sanitaire, en priorisant les professionnels âgés de plus de 50 ans". En savoir plus sur notre article consacré aux vaccins.
  • L'inquiétude est encore tangible pour les fêtes de Noël et du jour de l’an, synonymes de rassemblements en famille et entre amis. Médecins et experts sont particulièrement préoccupés par le réveillon du 31 décembre où des "assemblées larges" sont redoutées.
Lire aussi

Consultez les chiffres du coronavirus dans votre commune

Nouveaux cas de covid, taux de positivité des tests, part de la population testée... Linternaute vous propose de consulter gratuitement les données sur l'évolution de l'épidémie dans votre commune. Voir
 

21:34 - Sera-t'il possible de choisir son vaccin ?

Le vice-président de la Commission technique de vaccination de la Haute Autorité de santé, Daniel Floret, a indiqué s'il était possible de choisir un vaccin : "C'est une question délicate. Dans l'idéal, on pourrait penser en effet que ce serait bien que les gens puissent choisir leur vaccin. Mais je suis quand même un peu dubitatif sur la capacité du public à choisir le vaccin. C'est une décision qui relève du médecin. C'est quelque chose qui est à discuter entre le médecin et la personne. Mais dire que les personnes pourront choisir leur vaccin, moi, ça me semble quand même un peu utopique".

21:19 - Le taux d'incidence repasse en-dessous de la barre symbolique des 100 cas positifs pour 100 000 habitants

Le taux d'incidence national, ce lundi 30 novembre, est à 97,5 personnes contaminées pour 100 000 habitants. Un chiffre rassurant, puisque c'est la première fois que cet indicateur repasse en-dessous des 100 cas positifs pour 100 000 habitants, depuis la mi-septembre. Pour rappel le seuil d'alerte est placé à 50.

21:04 - 406 morts supplémentaires et 4 005 nouveaux cas en 24 heures

Selon le dernier bilan de Santé publique France communiqué ce lundi, le nombre de décès est assez élevé, avec 406 morts enregistrés en 24 heures. Un chiffre qui s'explique sans doute par un rattrapage du week-end. En effet, les données hospitalières sont partielles le week-end, et un rattrapage a souvent lieu le lundi. À l'inverse, le nombre de nouveaux cas est très faible, avec 4 005 nouvelles contaminations enregistrées dans la journée. Cela est certainement lié au week-end également car, comme l'explique SPF, les délais de rendu des résultats sont plus longs. Par ailleurs, le nombre de cas quotidiens est à 11 118 cas par jour, en moyenne sur sept jours. Une donnée en baisse, mais qui est encore loin des 5 000 visés par Emmanuel Macron.

20:49 - Les enfants de moins de 18 ans ne sont pas concernés par la future campagne de vaccination

La mise sur le marché des vaccins pour les moins de 18 ans ne sera pas autorisée. Le vice-président de la Commission technique des vaccinations de la Haute Autorité de santé, Daniel Floret, a donné des explications à ce sujet : "Tout simplement parce que les essais cliniques qui ont été mis en place par les laboratoires ciblaient les personnes les plus affectées. Et manifestement, les enfants paraissent peu affectés par la maladie et paraissent ne pas intervenir beaucoup dans la transmission. C'est la raison pour laquelle les essais cliniques n'ont pas été menés sur les moins de 18 ans. Mais il est certain que les différents laboratoires qui développent des vaccins ont l'intention, dans un deuxième temps, d'introduire des enfants qui pourraient dans un deuxième temps, bénéficier d'une autorisation de mise sur le marché".

20:33 - La vaccination pourrait être organisée en cinq étapes

La Haute Autorité de santé (HAS) a délivré ses recommandations au sujet de la future campagne de vaccination ce lundi. La stratégie de la HAS se décline sous "cinq phases progressives".

- La première vise les personnels soignants de plus de 65 ans, et/ou présentant des comorbidités. Les résidents des Ehpad sont aussi compris dans cette étape.

- La deuxième phase implique la vaccination "des personnes ayant plus de 75 ans, puis les personnes de 65 à 74 ans ayant une comorbidité, puis les autres personnes de 65-74 ans". Cette étape aurait lieu lorsqu'"un nombre plus important de doses sera disponible".

- La troisième phase de la stratégie de la HAS concerne les individus de plus de 50 ans. C'est aussi les cas des personnes de moins de 50 ans "mais à risque de forme grave du fait de leurs comorbidités". Le personnel "issu de secteurs indispensables au fonctionnement du pays", à savoir par exemple l'éducation ou la sécurité, seraient vaccinés lors de la phase trois.

- La quatrième étape touche les personnes fortement exposées au Covid-19 "dont l’environnement de travail favorise une infection (contacts réguliers du public, milieu clos...) ou les personnes vulnérables ou précaires ayant un pronostic moins favorable en cas d’infection par la Covid-19 (résident en hôpital psychiatrique, sans domicile fixe, détenus...)".

- "La vaccination des personnes de plus de 18 ans et sans comorbidité pourrait être initiée" lors de la cinquième et dernière phase.

20:18 - Le vaccin de Moderna est efficace à 94,1%

Moderna a annoncé ce lundi qu'elle allait déposer des demandes d'autorisations conditionnelles de son vaccin contre le Covid-19 aux États-Unis, mais aussi en Europe. La société américaine a affirmé que l'efficacité du vaccin était à hauteur de 94,1% après les résultats complets, contre 94,5% au milieu du mois de novembre.

20:03 - Mise en garde contre la désinformation sur les vaccins

Francesco Rocca, le président de la Fédération internationale de la Croix-Rouge (IFRC), a alerté sur la désinformation au sujet des vaccins, lors d'une conférence de presse virtuelle. "Nous mettons en garde contre toute suggestion selon laquelle un vaccin est en soi suffisant pour mettre fin à cette pandémie. Pour la vaincre, nous devons également vaincre la pandémie parallèle de méfiance", a-t-il déclaré, cité par Le Parisien.

19:48 - Le nombre de cas continue de chuter dans le Pas-de-Calais

Dans le Pas-de-Calais, 2 000 nouveaux cas Covid ont été recensés la semaine dernière par la cellule contact tracing de l'Assurance maladie. C'est la quatrième semaine consécutive que le nombre de contaminations baisse, précise La Voix du Nord. La dernière fois qu'un tel niveau a été atteint, c'était il y a deux mois. Par ailleurs, le nombre de cas contact diminue de manière conséquente. D'après les derniers chiffres du coronavirus datés du lundi 30 novembre, le nombre de personnes hospitalisées est de 695 patients, avec 18 nouveaux admis dans les dernières 24 heures. 87 malades sont en réanimation, avec 8 nouvelles entrées dans la journée. 692 personnes sont mortes du coronavirus, soit 9 de plus en 24 heures, et 3 071 sont sorties de l'hôpital, soit 8 de plus. Le taux d'occupation des lits de réanimation à ce jour, à l'échelle régionale, est de 87,4%.

19:32 - Super-congélateur : l'Alsace se prépare à la campagne de vaccination

Alors que la Haute Autorité de Santé a annoncé ce lundi que les personnes âgées en Ehpad devraient être vaccinées en priorité, un super-congélateur sera livré à partir du jeudi 10 décembre, à l'hôpital de Strasbourg, pour conserver les premières doses de vaccins contre le Covid-19, dans des conditions optimales, rapporte France Bleu Alsace. Comme le rappellent nos confrères, le vaccin de Moderna doit être conservé à -20 degrés tandis que celui de Pfizer doit être gardé à -80 degrés.

19:17 - On en est où dans les Bouches-du-Rhône ?

D'après le bilan du Covid daté du dimanche 29 novembre, dans les Bouches-du-Rhône, le nombre de personnes hospitalisées est de 1 238 patients, avec 28 nouveaux admis dans les dernières 24 heures. 226 malades sont en réanimation, avec 3 nouvelles entrées dans la journée. 1 464 personnes sont mortes du coronavirus, soit 3 de plus en 24 heures, et 9 322 sont sorties de l'hôpital, soit 19 de plus. Le taux d'occupation des lits de réanimation à cette date-là, à l'échelle régionale, était de 84,3%.

19:02 - La campagne de vaccination divise à Châteauroux

À Châteauroux, les habitants sont partagés, à l'approche de la campagne de vaccination. Interrogé par France Bleu, Mustafa, qui réside dans cette ville de l'Indre, a déclaré : "Moi je voudrais bien me faire vacciner, mais je voudrais faire passer au moins dix à vingt millions de personnes avant moi." Et de poursuivre : "Je voudrais d'abord que les ministres soient vaccinés. Qu'ils montrent un peu l'exemple, pour voir si ça marche sur eux." Pour Muriel, "il faut bien que les labos se fassent du pognon". Cette Castelroussine refuse de se faire vacciner : "J'attends que ça se passe, je n'ai pas confiance." D'autres, rares cependant, sont prêts à se faire vacciner, sans être convaincus à 100%. C'est le cas de Camille, étudiante : "S'il faut faire le vaccin je le ferais. Je pars du principe que ça a été prouvé et qu'il y a eu des recherches", a-t-elle confié, citée par nos confrères.

18:47 - Une étude pour déterminer les conséquences du Covid-19 sur l'état psychique

France Assos Santé a lancé une étude scientifique ce lundi, dans le but de mesurer les conséquences de la crise du coronavirus sur l'état psychique et le suivi des malades chroniques, révèle l'AFP dont franceinfo se fait l'écho. Pour cette opération baptisée "Vivre-Covid19", qui doit durer jusqu'en mai 2022, 10 000 volontaires sont espérés.

18:32 - La campagne de vaccination sur le point de débuter en Lorraine

Bernard Dupont, le directeur du Centre hospitalier régional universitaire de Nancy, a indiqué ce lundi 30 novembre sur France Bleu Sud Lorraine, que l'établissement recevrait "plusieurs dizaines de milliers de vaccins, peut-être cent-mille vaccins" du laboratoire Pfizer, d'ici quinze jours. Les premières vaccinations se dérouleront entre Noël et le Jour de l'An.

18:17 - Priorité aux personnes âgées pour les vaccinations : "On est assez satisfaits"

Florence Arnaiz-Maumé, la déléguée générale du Syndicat national des établissements et résidences privés pour personnes âgées (Synerpa) a annoncé auprès de franceinfo ce lundi 30 novembre, que le secteur travaille actuellement avec le gouvernement pour envisager de vacciner des résidents et professionnels de santé. "On est assez satisfaits de voir que nous serons quand même dans les premiers", a-t-elle déclaré, après la publication d'un rapport de la Haute autorité de santé (HAS) qui suggère la vaccination des personnes âgées résidant en Ehpad, en priorité.

17:59 - L'OMS souhaite connaître l'origine du Covid-19

Le président de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a précisé que "nous voulons connaître l'origine [du virus] et nous ferons tout pour la connaître".

16:49 - 153 patients hospitalisés dans les Alpes-de-Haute-Provence

D'après les données de Santé publique France dans les Alpes-de-Haute-Provence, 153 patients sont hospitalisés dont sept malades en réanimation. Le département a déploré 62 décès liés au coronavirus, soit trois de plus en 24 heures et 398 personnes sont sorties de l'hôpital. Le taux d'occupation des lits de réanimation au 29 novembre 2020, à l'échelle régionale, était de 84,3%. Le taux de positivité des tests mesuré à la date du 26 novembre 2020 était de 14,1%, soit -1,0 points de moins en 24 heures, alors que le taux d'incidence était de 118,6 cas pour 100 000 habitants, soit -18,8 points de moins en 24 heures. Le R effectif mesuré le 24 novembre 2020 dans la région était de 0,56. Pour rappel, le département est classé en vulnérabilité élevée.

15:57 - Foyer de contamination dans un Ehpad du Morbihan

Un cluster a été découvert dans le Morbihan. 26 pensionnaires de l'Ehpad Ty Noal à Noyal-Pontivy ont été testés positifs au Covid-19. "Un résident, qui souffrait de plusieurs maladies, est décédé" du SARS-CoV-2 selon la directrice de l'établissement, Christelle Mathieu-Riou. La maladie a aussi touché "plus de dix" membres du personnel, a t-elle ajouté.

14:38 - SOS Médecins n'a pas encore d'indications sur la vaccination

Le président de SOS Médecins, Serge Smadja, a souligné au micro du Parisien que le gouvernement doit rapidement donner des consignes afin de pouvoir organiser au mieux la campagne de vaccination : "Une vaccination des populations suppose une organisation sans faille. Par exemple, nous devons pouvoir organiser précisément nos tours de garde entre collègues pour savoir qui pourra travailler ou pas à cette période. Cela s'anticipe un minimum. Si nous devons stocker des vaccins, en quantité importante, il faut aussi acheter des frigos en plus grande quantité. Or, pour l'instant, nous n'avons pas de précisions sur ces questions. Nous comprenons que la situation est complexe, mais il ne faut pas prendre de retard si l'on veut pouvoir tenir les délais de janvier".

14:15 - Quelles sont les données de Santé publique France dans les Landes ?

Selon le dernier bilan du Covid-19 dans les Landes, le nombre de personnes hospitalisées est de 90 patients. Dix malades sont en réanimation. Le taux de positivité des tests mesuré à la date du 26 novembre 2020 était de 12,0%, soit -0,4 points de moins en 24 heures, alors que le taux d'incidence était de 109,5 cas pour 100 000 habitants, soit -8,3 points de moins en 24 heures. Pour rappel, le département est classé en vulnérabilité élevée.

Quelle est l'évolution du coronavirus en France ?

Jeudi 27 novembre dans la soirée, Santé publique France a publié comme chaque fin de semaine son dernier point épidémiologique hebdomadaire sur l'épidémie pour la semaine 47 (du 16 au 22 novembre 2020). Ces points, plus détaillés que les bilans quotidiens délivrés chaque soir, éclairent chaque semaine un peu plus sur la situation sanitaire dans le pays. En résumé, SPF fait savoir que la circulation du Covid-19 dans le pays a fortement baissé en une semaine. Les nouveaux cas confirmés, les passages aux urgences, les hospitalisations et les nouvelles admissions en réanimation restent élevés, mais baissent également. Voici les points clés à retenir :

  • Baisse importante des indicateurs de circulation du Covid-19. Si une diminution de la circulation du virus avait déjà été observée en semaine 46, elle se confirme en semaine 47. Le taux de positivité est désormais de 13,2% sur l'ensemble de la France métropolitaine, il était de 16,4% la semaine passée (-3,3 points). Cela concerne toutes les classes d'âges, mais les diminutions les plus fortes sont observées chez les 65-74 ans (-4,9 points) et chez les 45-64 ans (- 3,5 points). Le taux d'incidence, ou nombre de cas pour 100 000 habitants, est désormais fixé à 154 (255/100 000 en S46, - 40%). Là encore, toutes les classes d'âges sont concernées, la diminution la plus marquée étant observée chez les 65-74 ans (- 44%), suivie par les 45-64 ans (- 42%).
  • Nouvelle baisse du nombre de nouveaux cas. En semaine 47, 757 584 personnes ont été testées par RT-PCR pour la première fois. De ces tests, 99 812 nouveaux cas ont été rapportés, un chiffre en forte diminution par rapport à la semaine précédente (165 230 en semaine 46, soit une baisse de -40%). Santé publique France note également la poursuite de la diminution rapide du nombre de nouveaux cas-contact, y compris à risque.
  • Les chiffres à l'hôpital restent élevés, mais continuent leur décrue. Après 4 semaines consécutives de hausse puis une stabilisation en S45, le nombre de passages pour
    suspicion de Covid-19 en S47 était en baisse pour la 2ème semaine consécutive. La diminution des déclarations de nouvelles hospitalisations observée en S46 se poursuit. En S47, 13 585 nouvelles hospitalisations ont été déclarées contre 17 390 en S46, soit -22 %. Le taux d'admissions en réanimation en semaine 47 a diminué dans toutes les régions de France métropolitaine par rapport à la semaine précédente. En semaine 47, on a compté 2 069 nouvelles admissions en réanimation ont été déclarées contre 2 761 en S46, soit -25 %.
  • Les décès liés au Covid-19 sont encore nombreux, malgré une légère baisse. En semaine 47, pas moins de 3 343 décès ont été enregistrés, que ce soit en hôpitaux ou en Ehpad, contre 4 383 en S46. "Néanmoins, la diminution observée pour les décès en ESMS (Établissement ou service social ou médico-social, ndlr) sera très certainement réévaluée dans le prochain point épidémiologique après la consolidation des données", avertit Santé publique France.

Carte du coronavirus en France

Suivez l'évolution du coronavirus dans votre commune grâce à la carte ci-dessous. Cliquez sur un département pour afficher la liste des communes. Retrouvez aussi tous les détails sur cette cartographie et le point complet par ville et par département dans notre article sur la carte du Covid en France

Cliquez sur un département pour consulter la liste de ses villes.
Derniers articles sur le coronavirus