DIRECT. Coronavirus en France : les projections alarmistes à l'hôpital, les variants prédominants

Chargement de votre vidéo
"DIRECT. Coronavirus en France : les projections alarmistes à l'hôpital, les variants prédominants"

DIRECT. Coronavirus en France : les projections alarmistes à l'hôpital, les variants prédominants COVID FRANCE. Constatant des variants désormais "prédominants" et une circulation du Covid-19 qui repart à la hausse, Santé publique France s'inquiète d'une aggravation de la pression hospitalière dans les prochains jours.

Les infos du vendredi 26 février

  • La mairie de Paris propose la mise en place de plusieurs mesures pour enrayer la montée de l'épidémie dans la capitale. Le premier adjoint à la mairie, Emmanuel Grégoire, a évoqué ce matin le renforcement des dépistages ciblés dans les écoles et les entreprises, l'instauration du télétravail obligatoire mais également la possibilité de confiner strictement Paris pendant trois semaines. Les mesures seront évaluées ce week-end y compris celles du confinement.
  • Un nouveau point épidémiologique a été publié par Santé publique France, qui témoigne d'une reprise à la hausse de la circulation du Covid-19 en France, ainsi que d'une prédominance désormais acquise des variants sur le territoire. SPF s'inquiète d'un certain calme avant la tempête à l'hôpital, car pour l'instant, les chiffres ne décollent pas, mais la hausse des contaminations de ces derniers jours et qui risque de perdurer dans les jours à venir font craindre une aggravation de la pression hospitalière, déjà sur un plateau haut. Par ailleurs, SPF révèle que les premiers effets chiffrés de la vaccination se font sentir, avec notamment une baisse du taux d'incidence chez les 75 ans et plus. Découvrez tout ce qu'il faut retenir de ce point épidémiologique.
  • Jean Castex a participé ce jeudi soir à la conférence de presse gouvernementale sur la situation du Covid-19 en France. Le Premier ministre n'a pas annoncé de nouveau confinement, déjà acté pour les deux week-ends à venir à Dunkerque et dans les Alpes-Maritimes, mais vingt départements sont menacés du même sort. Ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex.

Consultez les chiffres du coronavirus dans votre commune

Nouveaux cas de Covid, taux de positivité des tests, part de la population testée... Linternaute vous propose de consulter gratuitement les données sur l'évolution de l'épidémie dans votre commune. Voir

19:48 - 90% des résidents d’Ehpad bretons ont été vaccinés au moins une fois

Dans les Ehpad bretons, la part de résidents ayant reçu au moins une dose du vaccin anti-Covid est de 90,5%, rapporte Ouest-France, d’après des chiffres publiés mercredi 24 février. 60% de ces personnes ont reçu deux injections. 

19:34 - Le variant britannique touche-t-il particulièrement les enfants ?

"La plus forte proportion de suspicions de variant (anglais)" a été "observée chez les 0-9 ans (57,3%) et les 10-19 ans (52,7%)", précise Santé publique France dans son bilan de la semaine. Il semblerait en effet que ce variant plus contagieux touche particulièrement les enfants. La proportion de suspicion baisse ensuite pour les autres tranches d’âge. En moyenne, 49,3% des cas sont soupçonnés d’être liés à cette mutation du Covid-19 en France. 

19:16 - Les Français sont plus nombreux à vouloir se faire vacciner

Selon la dernière enquête rendue publique par Santé publique France, 57% des Français affirment qu’il veulent "certainement ou probablement se faire vacciner contre la COVID-19, dès que cela serait possible pour eux". Les personnes ont été interrogées entre le 15 et le 17 février. Ces intentions vaccinales sont en hausse par rapport à l’enquête menée entre le 18 et le 20 janvier. 

18:58 - Hausse de 14% de la mortalité en France

Entre le 1er janvier et le 15 février, le nombre de morts enregistrées en France a augmenté de 14% par rapport à la même période en 2020, selon le bilan hebdomadaire de l’Insee. Par rapport à 2019, cette augmentation de la mortalité est de 6%. 

18:37 - Sanofi va produire 27 millions de doses mensuelles de vaccins

La ministre déléguée chargée de l'Industrie Agnès Pannier-Runacher a annoncé vendredi lors d’une visite d’usine dans l’Eure que Sanofi allait produire 27 millions de doses de vaccins contre le Covid-19. Il s’agit des vaccins de "BioNTech, Janssen, et le sien s’il obtient la mise sur le marché", a-t-elle précisé. 

18:20 - Les chiffres en Moselle

La Moselle continue d'être surveillée avec ses 80% de cas variants. Mais, malgré le chiffre important aucune explosion n'a eu lieu dans le département. "La situation reste sérieuse mais il n’y a pas d’explosion et nous n’envisageons pas, pour l’heure, de nouvelles mesures. L’effort doit se poursuivre jusqu’à ce que la vaccination nous permette de relâcher la pression", a expliqué le préfet de la Moselle, Laurent Touvet au Républicain Lorrain, mardi dernier. A l'hôpital les chiffres restent conséquents, le bilan d'hier compte 558 personnes hospitalisées et 55 nouveaux admis en une journée. 88 malades sont encore en réanimation et 18 sont des nouvelles entrées. On déplore 1820 décès liés au coronavirus, soit 14 de plus en 24 heures et 5422 sont sorties de l'hôpital soit 34 de plus.

18:00 - La Réunion appelle "un soutien matériel et humain"

A Mayotte comme à La Réunion l'épidémie continue de gagner du terrain. La maire de Saint-Denis, Ericka Bareigts, alerte sur la gestion des hôpitaux, des évacuations de patients entre les deux îles et demande un soutien " en matériel et en moyens humains" pour permettre aux départements de l'Océan Indien de faire face au virus. "Ces moyens matériels et humains permettront aux Mahorais de rester sur leur territoire, proches de leurs familles, durant leur période d’hospitalisation, mais également de libérer la pression sur le CHU de La Réunion". La maire réunionnaise indique que la variant sud-africain circule de plus et plus et représente désormais plus de 50% des cas de l'île. L'édile redoute quand continuant de la sorte, le système de santé presque "à bout de souffle" ne puisse affronter un pic épidémique et répondre aux besoins des malades réunionnais. "Notre hôpital atteint désormais des taux de saturation avoisinant les 95%. Il est occupé à plus de 80% par des patients issus des évacuations sanitaires de la zone océan indien", rappelle-t-elle.

17:40 - Les personnels des écoles pourront superviser les tests salivaires

Hier soir Jean Castex a rappelé qu'il fallait rapidement pouvoir réaliser 300 000 tests salivaires par semaine dans les établissements scolaires, mais une question persiste : qui peut les faire passer ? Initialement la tâche revient aux laboratoires et aux médecins et infirmiers scolaires. Mais, faute de monde, une note du ministère a indiqué mardi que les personnels des écoles étaient invités à apporter leur aide en supervisant les tests après une formation avec un technicien. Le cabinet de Jean-Michel Blanquer a tenu a précisé : "En aucun cas des enseignants ne seront obligés de faire passer ces tests. S’ils ne le souhaitent pas, ils doivent faire remonter l’information aux directions académiques qui feront alors appel à des secouristes, comme ceux de la Croix Rouge".

17:20 - Six résidents d'Ehpad vaccinés testés positifs

Six résidents d'un Ehpad dans le Rhône ont été testés positifs au variant brésilien ou sud-africain alors que la première injection du vaccin Pfizer leur a été administrée le 4 février rapporte le média Actu Lyon. Les pensionnaires ont développé les symptômes le 22 février et ont immédiatement été dépistés, puis isolés dans leur chambre pour 10 jours. Les visites familiales sont suspendues pour deux semaines à fait savoir la direction de l'établissement. Elle a également précisé qu'aucun autre cas n'est survenu depuis.

17:00 - La situation en Île-de-France

L'épidémie flambe en Île-de-France, le bilan de Santé publique France daté du 25 février montre que 5049 personnes sont encore hospitalisées dans la région et 301 nouveaux patients ont été admis hier. On compte 798 malades en réanimation dont 69 nouvelles entrées dans la journée. Au total, 14738 personnes sont mortes du coronavirus, c'est 51 de plus que la veille et 65715 sont sorties de l'hôpital soit 252 de plus.

16:40 - "72% des capacités de réanimation occupées par des patients Covid' en Île-de-France

Depuis hier soir, tous les départements de l'Île-de-France font l'objet d'une surveillance accrue. Dans les hôpitaux de la région la situation reste critique a confié Aurélien Rousseau, directeur de l'ARS. "On a franchi cette semaine la barre des 800 patients Covid en réanimation. 72% des capacités de réanimation sont occupées par des patients Covid." a-t-il  signalé sur BFMTV. Pour garder la situation en main les établissements de santé franciliens ont mis un "système de régulation" sur pied. "On ne laisse pas un hôpital tout seul face à des malades Covid. Si un hôpital ou une clinique à côté a de la place, on transfère les malades pour répartir à l'échelle de la région". La nouvelle organisation permet aux hôpitaux de gagner un peu de temps mais seule une diminution conséquente des contaminations pourrait soulager les services hospitaliers.

16:20 - Le professeur Raffi expose les avancées du traitement Xenothera à Jean Castex

Lors du passage du Premier ministre au CHU de Nantes, le professeur Raffi a évoqué les essais cliniques sur le traitement de la biotech nantaise, Xenothera comme le montre sur Twitter un journaliste de Ouest-France. Actuellement le traitement est testé sur 67 patients en début d'hospitalisation dans une vingtaine d'établissements, au total 400 malades devraient recevoir le XAV-19. "Je ne peux pas vous donner des résultats alors que nous sommes est pleine étude. Pour l'instant, il n'y a pas d'effets indésirables, ce n'est pas néfaste. Après est ce que ça marche ? C'est la suite qui nous le dira".

16:00 - Dépistage massif pour les lycées de l'Auvergne-Rhône-Alpes

La semaine prochaine, l'Auvergne-Rhône-Alpes lance une campagne de dépistage massive à destination de 100 000 lycées en plus d'une enquête épidémiologique dans l'ensemble des établissements scolaires de la région, écoles, collèges et lycées confondus. Le président de la Région, Laurent Wauquiez, a indiqué que les tests PCR seront réalisés en partenariat avec cinquante laboratoires dont le personnel aura à charge d'effectuer les prélèvements. Les tests nécessiteront l'accord préalable des familles et ne pourront se faire que sur la base du volontariat.

15:40 - Le point dans le Pas-de-Calais

Parmi les vingt départements placés sous "surveillance renforcée", le Pas-de-Calais est celui qui présente le plus important taux d'incidence juste après les Alpes-Maritimes. Les dernières données de Santé publique France révèlent que 643 personnes sont hospitalisées dans le département, dont 50 nouvelles admissions hier. 117 malades occupent les lits de réanimation, avec 11 nouvelles entrées dans la journée. On déplore 1213 décès liés au coronavirus, soit 6 de plus en 24 heures et 5088 sont sorties de l'hôpital soit 40 de plus.

15:20 - Regeneron : L'Agence européenne des médicaments autorise le traitement

Un autre traitement contre le Covid-19, le Regeneron, fait son apparition dans l'Union européenne. L'Agence européenne des médicaments a autorisé son utilisation pour soigner les patients covid qui ne nécessitent pas l'apport d'oxygène et qui risquent de développer une forme grave de la maladie. Le Regeneron fait partie des anticorps monoclonaux, il s'agit d'un anticorps artificiel créer pour attaquer le virus et injecter chez le patient pour générer une réponse immunitaire.

15:00 - Une autorisation du vaccin Janssen pour le 11 mars ?

L'agence européenne des médicaments devrait rendre son verdict sur le vaccin Johnson & Johnson le 11 mars, tout semble indiquer qu'une autorisation de mise sur le marché sera prononcée d'après Bloomberg News. Le laboratoire américain a déposé une demande d'autorisation le 16 février, et l'EMA a déclaré avoir recours à une procédure d'examen accélérée pour évaluer le sérum de Janssen, filiale pharmaceutique de J&J. Si l'EMA donne son feu-vert, le vaccin sera la quatrième a être utilisé dans l'Union européenne mais le seul à injection unique, un détail à même d'augmenter le rythme des vaccinations.

14:40 - Campagne de dépistage massive dans le Maine-et-Loire

Quatre communes du Maine-et-Loire accusent une augmentation inquiétante des indicateurs sanitaires. En réponse et pour tenter d'endiguer les contaminations, l'ARS du Pays de la Loire organise une campagne de dépistage massive ce dimanche de 9h à 17h, à Chemillé. La commune affiche un taux d'incidence égal à 736 et la moitié des personnes positives présente la souche britannique du virus. Les communes voisines de Vihiers, Saint-Lambert-du-Lattay, Valanjou sont également concernées par le dispositif. Là-bas, les chiffres grimpent aussi avec des taux d'incidence respectifs de 544, 352, et 263 cas. L'ARS invite tous les habitants à se faire dépister "même les sujets jeunes et asymptomatiques". "L’enjeu est d’identifier et d’isoler au plus tôt les cas positifs afin d’éviter une nouvelle vague épidémique, en réduisant la circulation virale et ainsi la pression épidémique".

14:20 - Le bilan dans les Alpes-Maritimes

Soumis au confinement local et partiel ce week-end, le département des Alpes-Maritimes continue de faire face à la flambée des cas. Le bilan du 25 février indique que 721 personnes sont hospitalisées dont 50 nouveaux patients hier. Les services de réanimations abrite 114 malades avec 13 nouvelles entrées dans la journée. Au total, 1040 personnes sont décédées du coronavirus, c'est 13 de plus en 24 heures et 4135 sont sorties de l'hôpital soit 61 de plus.

14:00 - Des "dizaines de milliers" d'anticorps monoclonaux commandées

"Des dizaines de milliers de doses d'anticorps monoclonaux" ont été commandés a informé, hier soir, Olivier Véran. Les traitements et médicaments forment le nouveau pan de la stratégie médicale dans la lutte contre le Covid-19, après avoir compté uniquement sur les vaccins. Quatre-vingt-trois hôpitaux ont déjà reçu des milliers de doses pour les administrés aux patients de plus de 80 ans et aux personnes présentant des troubles de l'immunité, le but est d'éviter les formes graves de la maladies. Le bamlanivimab est le premier anticorps de ce type à être autorisé, temporairement, par l'Agence nationale de sécurité du médicament. Le traitement doit être administré en perfusion dans un délai de cinq jours après l'apparition des premiers symptômes pour être efficace, mais il fonctionnerait uniquement contre les souches originelles et britanniques du virus.

13:40 - Les médecins pas convaincus des effets d'un confinement parisien

L'hypothèse de confiner Paris pour trois semaines a d'abord surpris, désormais elle interroge. Plusieurs médecins se sont déjà exprimé, la plupart en défaveur de la mesure. Karine Lacombe sur RTL et Djillali Annane sur BFMTV assure en chœur qu'un confinement n'est efficace que s'il s'inscrit dans une stratégie zéro-covid durable. Le second, chef du service de réanimation à l'hôpital Raymond-Poincaré a d'ailleurs souligné : "On peut proposer ce que l’on veut, dans cette stratégie, le reconfinement n’a pas sa place mais un coût sanitaire exorbitant avec une augmentation des décès et des hospitalisations". Philippe Juvin, chef du service des urgences de l'hôpital Georges Pompidou est allé jusqu'à juger "absurde" la proposition de la mairie de Paris. Il pointe en particulier la difficulté voire l'incapacité à contrôler les déplacements entre la capitale et l'ensemble de la région parisienne.

LIRE PLUS

Quelle est l'évolution du coronavirus en France ?

Santé publique France a publié dans la soirée du jeudi 25 février son dernier point épidémiologique hebdomadaire sur l'épidémie de coronavirus dans le pays pour la semaine 07 (du 15 au 21 février 2021). Ces points, plus détaillés que les bilans quotidiens délivrés chaque soir, éclairent chaque semaine un peu plus sur la situation sanitaire dans le pays. En résumé, SPF rapporte le retour à la hausse de la circulation du Covid-19, après une baisse pendant deux semaines. Le caractère désormais prédominant des variants y est aussi mentionné et même si pour l'heure les chiffres à l'hôpital n'explosent pas, "conformément aux résultats de certains travaux de modélisation, la tension sur le système hospitalier risque de s’aggraver du fait de la hausse récente des infections dans la communauté qui se traduira d’ici quelques jours par une accentuation des nouvelles hospitalisations déjà à un niveau très élevé", explique Santé publique France, qui révèle également que les premiers effets de la vaccination se font sentir. Découvrez ce qu'il faut retenir de ce point épidémiologique :

  • Après une baisse les deux dernières semaines, la circulation du Covid-19 repart à la hausse. Entre les semaines 06 et 07, on déplore +6% de nouveaux cas positifs. Le taux de positivité des tests est passé de 6% à 6,6% désormais et le taux d'incidence a bondi de 8%. Désormais, on compte 207 cas de contaminations pour 100 000 habitants en France. A noter que ce taux d'incidence varie énormément en fonction des départements, on retrouve en tête les Alpes-Maritimes (600), le Pas-de-Calais (352), les Bouches-du-Rhône (335), la Seine-Saint-Denis (318), le Var (314), la Moselle (311), le Nord (304), Paris (304) et le Val-de-Marne (301).
  • Concernant les variants du Covid-19, les inquiétudes formulées par le passé se confirment. Santé publique France assure que les trois souches dites "d'intérêt", découvertes en Angleterre, au Brésil et en Afrique du Sud, sont désormais prédominantes. Parmi les 82 096 tests criblés en semaine 07, 49,3% correspondaient à une suspicion de variant britannique, 5,6% à une suspicion de variant sud-africain ou brésilien. Là encore, de fortes disparités territoriales existent. "Parmi les 95 départements métropolitains présentant des données interprétables, 70 affichaient une proportion supérieure à 30% de suspicions de variant 20I/501Y.V1 (UK), dont 33 avec une proportion supérieure à 50%. Cette proportion était comprise entre 10% et 30% pour les 25 départements restants", explique SPF, qui précise que les plus fortes proportions de variants sont retrouvées chez les 0-19 ans.
  • Santé Publique France révèle que la vaccination a produit ses premiers effets sur les personnes âgées, notamment en Ehpad. On note une diminution du taux d'incidence chez les plus de 75 ans (-6%) et une baisse de la proportion de personnes hospitalisés par rapport aux autres classes d'âge. Au 23 février, 80% des résidents en Ehpad avaient reçu au moins une dose de vaccin, et 50,6% avaient reçu les deux doses, révèle également SPF. Hors ou en Ehpad, on compte près de de 25% des personnes âgées de 75 ans et plus qui ont reçu au moins une dose de vaccin.
  • En milieu hospitalier, on note la poursuite de la baisse des nouvelles hospitalisations. Santé publique France rapporte 9 362 nouvelles hospitalisations déclarées en S07, contre 9 921 en S06, soit -6 %. La situation en services de réanimation est toujours sur un plateau haut, mais reste stable. 1 807 nouvelles admissions ont été déclarées en S07 contre 1 763 en S06, soit +2,4%.
  • Le nombre de décès avait légèrement diminué en semaine 06 (-4% par rapport à S05, données consolidées). Santé publique France précise que les données de S07 ne sont pas encore consolidées, mais prévoit tout de même une baisse des décès de 14% entre S06 et S07.

Cas, morts... Dernier bilan du coronavirus

L’épidémie continue sa progression en France, d’après les derniers chiffres publiés par les autorités sanitaires. Plus de 25 000 nouveaux cas ont été confirmés en 24h, jeudi 25 février. Le point complet : 

  • 3 668 813 cas confirmés par PCR (Ehpad compris), soit 25 403 de plus
  • 85 582 décès au total (Ehpad compris), soit 261 de plus
  • 60 981 décès à l'hôpital, soit 261 de plus
  • 25 317 hospitalisations en cours, soit 297 de moins
  • 3 430 personnes actuellement en réanimation, soit 6 de moins
  • 1 454 nouveaux admis à l'hôpital (-182) et 301 en réanimation (-18)
  • 254 868 personnes sorties de l'hôpital, soit 1 418 de plus
  • Taux de positivité des tests : 6,9% 

Carte du coronavirus en France

Suivez l'évolution du coronavirus dans votre commune grâce à la carte ci-dessous. Cliquez sur un département pour afficher la liste des communes. Retrouvez aussi tous les détails sur cette cartographie et le point complet par ville et par département dans notre article sur la carte du Covid en France

Cliquez sur un département pour consulter la liste de ses villes.

Depuis la mi-octobre, Santé publique France communique les données d'incidence (nombre de cas pour 100 000 habitants) à l'échelle des communes. Les chiffres sont à ce stade communiqués selon une échelle (10 , 20, 50, 150, 250, 500, 1000 cas pour 100 000 habitants). Les données sont exprimées sur une semaine glissante, ce qui signifie qu'elles sont calculés un jour J à partir des tests réalisés entre 3 et 9 jours précédemment. Pour accéder aux informations relatives au coronavirus dans votre commune, saisissez son nom dans le moteur de recherche ou cliquez sur son département d'appartenance dans la carte ci-dessous.

Pour rappel, le taux d'incidence correspond au nombre de nouveaux cas de Covid-19 sur une période d'une semaine, par rapport à la population totale d'un territoire (pays, région, département ou commune). Cet indicateur s'exprime généralement en nombre de cas pour 100 000 habitants. Le taux de dépistage donne quant à lui le nombre de personnes ayant réalisé un test de dépistage du coronavirus sur le nombre total d'habitants,  au cours de la période. Il est lui aussi exprimé le plus souvent sur 100 000 habitants. Enfin, le taux de positivité des tests livre le pourcentage de tests positifs au coronavirus, rapporté au nombre total de tests effectués sur la période.

Coronavirus