DIRECT. Coronavirus : 25 403 nouveaux cas, nouvelles restrictions en vue

Chargement de votre vidéo
"DIRECT. Coronavirus : 25 403 nouveaux cas, nouvelles restrictions en vue"

DIRECT. Coronavirus : 25 403 nouveaux cas, nouvelles restrictions en vue COVID FRANCE. "Le virus gagne de nouveau du terrain depuis une semaine", a déploré Jean Castex, jeudi 25 février. Plus de 25 000 nouvelles contaminations ont été enregistrées en 24 heures, et 261 décès sont à déplorer, d'après le dernier bilan de l'épidémie de coronavirus.

Cas, morts... Dernier bilan du coronavirus

L’épidémie continue sa progression en France, d’après les derniers chiffres publiés par les autorités sanitaires. Plus de 25 000 nouveaux cas ont été confirmés en 24h, jeudi 25 février. Le point complet : 

  • 3 668 813 cas confirmés par PCR (Ehpad compris), soit 25 403 de plus
  • 85 582 décès au total (Ehpad compris), soit 261 de plus
  • 60 981 décès à l'hôpital, soit 261 de plus
  • 25 317 hospitalisations en cours, soit 297 de moins
  • 3 430 personnes actuellement en réanimation, soit 6 de moins
  • 1 454 nouveaux admis à l'hôpital (-182) et 301 en réanimation (-18)
  • 254 868 personnes sorties de l'hôpital, soit 1 418 de plus
  • Taux de positivité des tests : 6,9% 

Les infos du jeudi 25 février

  • "La situation sanitaire de notre pays s’est dégradée au cours des derniers jours. Nous avons compté hier plus de 30 000 cas positifs, un chiffre que nous n’avions plus atteint depuis novembre dernier", a précisé le Premier ministre lors d'une conférence de presse, jeudi 25 février. "Le virus gagne de nouveau du terrain depuis une semaine", a ajouté Jean Castex. Découvrez le dernier bilan complet.
  • "La situation épidémiologique et hospitalière dans d’autres agglomérations ou départements suscite une vigilance maximale car ces territoires cumulent des indicateurs défavorables", a également indiqué le chef du gouvernement. 20 départements vont ainsi être placés sous "surveillance renforcée". Un point sera fait la semaine prochaine pour décider si des "mesures renforcées" doivent être mises en place à partir du 6 mars. 
  • C'est ce jeudi que débute la vaccination en médecine de ville ainsi qu'en entreprise. Cela concerne uniquement les personnes de 50 à 64 ans qui présentent certaines comorbidités, comme le diabète, l'obésité, les cancers ou certaines maladies cardio-vasculaires ou respiratoires.

Consultez les chiffres du coronavirus dans votre commune

Nouveaux cas de Covid, taux de positivité des tests, part de la population testée... Linternaute vous propose de consulter gratuitement les données sur l'évolution de l'épidémie dans votre commune. Voir

23:53 - L’Union européenne demande de "maintenir des restrictions fermes" face au coronavirus

[Fin du direct] "La situation épidémiologique demeure grave, et les nouveaux variants posent des défis supplémentaires. Nous devons donc maintenir des restrictions fermes tout en musclant nos efforts", ont déclaré les dirigeants des 27 pays membres de l’Union européenne, jeudi 25 février, après une réunion en visioconférence. 

23:28 - Si le vaccin AstraZeneca lui était proposé, Emmanuel Macron "le prendrait bien évidemment"

Le président français a évoqué le vaccin AstraZeneca, jeudi, lors d’une conférence de presse à l’issue d’une réunion avec les dirigeants européens. "Si c’est ce vaccin qui m’est proposé, je le prendrai bien évidemment", a assuré Emmanuel Macron. "Tous les vaccins qui sont aujourd’hui proposés à notre population, ce sont des vaccins qui ont fait l’objet d’une homologation par l’Agence européenne du médicament et qui a refait l’objet d’une homologation par la Haute Autorité de santé", a ajouté le chef de l’État. 

23:02 - Emmanuel Macron envisage la mise en place d’un "pass sanitaire"

Le président de la République a discuté, jeudi, avec les dirigeants européens de la mise en place d’un "pass sanitaire", qui ne correspondrait pas à un "passeport vaccinal". Une réunion doit être organisée avec le gouvernement dès la semaine prochaine pour "préparer dès maintenant, techniquement, politiquement, juridiquement" cet instrument, selon Emmanuel Macron. "Si on arrive à rouvrir certains lieux, nous ne saurions conditionner leur accès à une vaccination, alors même que nous n'aurions même pas ouvert la vaccination aux plus jeunes", a déclaré le chef de l’État pendant une conférence de presse après une visioconférence des dirigeants de l’UE. 

22:30 - Point sur la vaccination : 2,7 millions de vaccinés

2,7 millions de personnes ont été vaccinées en France, jeudi 25 février. Cela correspond à 4% de la population, qui a reçu au moins une dose de vaccin. 1,4 million de personnes ont reçu deux doses.

22:01 - Bilan du coronavirus dans le monde : 2,5 millions de morts

2,5 millions de décès ont été comptabilisés depuis le début de la pandémie de Covid-19 dans le monde. 112 618 488 cas ont été confirmés. Les États-Unis sont le pays le plus endeuillé avec 506 232 décès, devant le Brésil et le Mexique.

21:40 - "Le virus circule moins chez les personnes âgées qu’en population générale", selon Jean Castex 

Le Premier ministre a indiqué ce jeudi soir que les effets de la vaccination "commenç[aient] à se faire sentir sur nos concitoyens les plus âgés, donc les plus fragiles, qui sont désormais mieux protégés". En effet, selon Jean Castex, "le virus circule moins chez les personnes âgées qu’en population générale" et "l'âge moyen des personnes hospitalisées diminue". Alors que le taux d’incidence augmente dans les autres tranches d’âge, il baisse chez les plus de 80 ans. 

21:13 - De nouveaux traitements utilisant des anticorps monoclonaux autorisés par l’ANSM

L’Agence du médicament autorise de façon "temporaire" l’utilisation des anticorps monoclonaux dans le traitement du Covid-19. Le but est d’empêcher le développement de formes graves de la maladie. L’annonce a été faite par Olivier Véran, lors de la conférence de presse de ce jeudi soir. "Quelques 83 centres hospitaliers ont déjà reçu des doses de ce traitement qui pourront commencer à être administrées avec prudence dans un cadre hospitalier pour les personnes âgées de 80 ans et plus et qui ont des troubles d'immunité", a annoncé le ministre de la Santé.

20:07 - Dernier bilan : 25 403 cas supplémentaires, 261 décès 

D’après le dernier bilan publié par les autorités sanitaires, plus de 25 000 contaminations ont été confirmées en 24 heures, jeudi 25 février. 261 décès sont également à déplorer. Les hospitalisations et le nombre de patients en réanimation sont en baisse. 

19:45 - Quels sont les départements sous "surveillance renforcée" ? 

Toute l’Île-de-France est en vigilance maximale : Paris, Essonne, Hauts-de-Seine, Seine-et-Marne, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Val-d'Oise, Yvelines. Dans les Hauts-de-France : Nord, Oise, Somme, Pas-de-Calais. En Provence-Alpes-Côte-d’Azur : Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Var. Le Rhône, la Drôme, la Moselle, la Meurthe-et-Moselle et l’Eure-et-Loir sont également concernés.

19:32 - Le gouvernement espère avoir terminé la vaccination des personnes âgées à la fin mars 

"Nous espérons avoir terminé la vaccination de toutes les personnes âgées volontaires d’ici la fin mars", a expliqué Olivier Véran, jeudi 25 février. À ce moment-là, la campagne s’ouvrirait aux personnes de 65 ans et plus. "À la fin de ce mois de février, plus de 4 millions de vaccins auront été administrés à près de 3 millions de personnes", a de son côté précisé Jean Castex. 

19:16 - AstraZeneca n’est "pas un vaccin ‘de deuxième catégorie’", selon Alain Fischer 

Le président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale a pris la parole, jeudi 25 février, à la suite d’Olivier Véran et Jean Castex. Il a tenu à rappeler l’efficacité du vaccin d’AstraZeneca, qui a "pourtant mauvaise presse en France". "Il est tout à fait efficace, sa place est complètement dans l'arsenal de la vaccination", a indiqué Alain Fischer. "Il faut que nous soyons tous rassurés, ce vaccin peut être utilisé sans aucune arrière-pensée et sans retard", a ajouté le "Monsieur vaccin" du gouvernement.

19:04 - "Cette épidémie, nous en verrons le bout", déclare Jean Castex

Le Premier ministre a partagé un message lors de son allocution. "Cette épidémie, nous en verrons le bout. La progression de la campagne vaccinale nous fait fixer un cap, celui du printemps. D’ici là, nous devons tenir ensemble, poursuivre nos efforts, rester vigilants et solidaires sur le plan collectif. Nous devons adapter nos mesures sans retard ni précipitation", a déclaré Jean Castex. 

18:43 - "Plus d’un cas sur deux est lié au variant britannique"

"Grâce aux mesures de gestion que nous avons mises en place (…) nous arrivons à faire reculer encore le Covid-19 tel que nous le connaissions", a précisé Olivier Véran. Mais "nous n’arrivons pas à faire reculer cette diffusion du variant", a indiqué le ministre de la Santé. "Plus d’un cas sur deux est lié au variant britannique", a-t-il également informé, lors d’une conférence de presse, jeudi 25 février.

18:23 - 20 départements sont placés sous "surveillance renforcée"

Le Premier ministre a pris la parole jeudi 25 février, au sujet d’une "situation très préoccupante" de l’épidémie dans certaines régions françaises. Face à la recrudescence du Covid-19, 20 départements vont être placés sous "surveillance renforcée" avant de possibles mesures renforcées. Ces zones sont ""toute l’Île-de-France, une grande partie des Hauts-de- France et de Provence-Alpes-Côte-D’azur, mais aussi les départements du Rhône et de la Drôme, de la Moselle et de la Meurthe-et-Moselle, et enfin l’Eure-et-Loir." "Nous ferons un point la semaine prochaine et nous déciderons alors : si la situation continue de se dégrader, nous prendrons des mesures renforcées qui entreront en vigueur à compter du week-end du 6 mars", a précisé Jean Castex. 

17:10 - Les naissances en baisse depuis la crise sanitaire

La natalité connaît une baisse historique d'après les chiffres de l'Insee. "735 000 bébés sont nés en 2020 en France, soit le plus faible nombre annuel de naissances depuis la fin de la 2nde guerre mondiale". La diminution des naissances peut être liée à la crise sanitaire, l'institution prend exemple sur les chiffres des mois de janvier 2020 et 2021, entre les deux elle observe une baisse de 13%. La crise du Covid-19 et ses conséquences sur la vie sociale et économique ont pu dissuader certains de procréer. L'Insee explique toutefois que le véritable impact de l'épidémie sur les naissances ne pourra s'observer qu'à la fin de l'année.

16:10 - Pfizer teste l'effet d'une troisième dose sur les variants

Les associés Pfizer et BioNTech s'apprêtent à évaluer les effets d'une troisième dose de vaccin sur la protection contre le variant du Covid-19. Les laboratoires, américain et allemand, vont d'abord administrer la troisième injection aux participants de leur essai clinique. Ils espèrent observer un renforcement de la réponse immunitaire capable d'éliminer les variants, jugés plus contagieux. Au-delà de l'efficacité, ces essais visent à vérifier "la sécurité et la façon dont est tolérée une piqûre de rappel" ont précisé les géants pharmaceutiques.

15:10 - 100 doses supplémentaires par centre de vaccination dans les Hauts-de-Seine

Dans les Hauts-de-Seine, les vaccinations gagnent en puissance. Les mairies du département viennent d'apprendre que leur nombre de doses attribuées augmentent avec une centaine de doses supplémentaires pour chaque centre de vaccination. Elles sont toutes destinées à des premières injections pour protéger davantage d'habitants. Grâce a ces arrivages, la préfecture espère mise sur 24 000 injections pour mars, indique Le Parisien. Elle annonce également le renforcement de la vaccination auprès des personnes âgées, isolées et précaires dès la semaine prochaine. Pour toucher tous ces publics, différents dispositifs sont déployés avec l'ARS, la CPAM et le conseil départemental.

14:10 - Le bilan en Pas-de-Calais

Le Pas-de-Calais affiche un taux d'incidence de 352 cas pour 100 000 habitants. Selon le dernier bilan de Santé publique France, le nombre de personnes hospitalisées s'élève à 632 avec 58 nouveaux admis en une journée. Encore 115 malades sont en réanimation, avec 14 nouvelles entrées dans la journée. On déplore 1207 décès liés au coronavirus, c'est 12 de plus en 24 heures et 5048 sont sorties de l'hôpital soit 42 de plus.

Quelle est l'évolution du coronavirus en France ?

Santé publique France a publié dans la soirée du jeudi 18 février son dernier point épidémiologique hebdomadaire sur l'épidémie de coronavirus dans le pays pour la semaine 06 (du 08 au 14 février 2021). Ces points, plus détaillés que les bilans quotidiens délivrés chaque soir, éclairent chaque semaine un peu plus sur la situation sanitaire dans le pays. En résumé, SPF rapporte une baisse de tous les indicateurs de circulation du Covid-19, mais aussi de la pression hospitalière, même si les chiffres restent élevés. Mais la perspective d'une nouvelle vague épidémique due à l'émergence des variants "fait partie des scénarios à envisager". Voici ce qu'il faut retenir de ce point épidémiologique :

  • La circulation du Covid-19 reste à un niveau élevé, mais est en baisse. La bonne nouvelle initié la semaine passée se poursuit en semaine 06, comme l'attestent les indicateurs. Entre les semaines 05 et 06, on compte une baisse de 9% des nouveaux cas recensés. Le taux de positivité des tests au niveau national est désormais de 5,9% contre 6,3% en S05. Le taux d'incidence national, soit le nombre de cas positifs pour 100 000 Français, diminue lui aussi, passant de 208 en semaine 05 à 190 désormais. Il existe toutefois de très fortes disparités en fonction des territoires. Par exemple, le taux de positivité dans les Alpes-Maritimes, le plus élevé de France, est de 577 alors qu'il est seulement de 98 dans le Finistère.
  • Les variants du Covid-19 continuent de progresser. La surveillance mise en place grâce au criblage de certains tests PCR réalisés sur le territoire permettent d'en évaluer la progression et elle est indéniable : parmi ces tests positifs criblés, 36% correspondaient à une suspicion de variant anglais et 5% à une suspicion de variants sud-africain ou brésilien. Ces variants ont été détectés dans toutes les régions métropolitaines, avec des disparités départementales, précise SPF. Ainsi, la Moselle est toujours particulièrement touchée par ces nouvelles souches : les variants sud-africain et brésilien sont suspectés de concerner 40% des tests positifs réalisés dans le département. Cette émergence des variants, plus transmissibles, laisse craindre "une aggravation de la situation épidémiologique dans les prochaines semaines", malgré la baisse des chiffres. Cela fait en tout cas partie "des scénarios à envisager, comme en attestent certains travaux de modélisation", explique Santé publique France.
  • En milieu hospitalier, bonne nouvelle : les nouvelles hospitalisations sont en baisse. SPF rapport 9 921 nouvelles hospitalisations déclarées en S06 contre 11 063 en S05, soit -10%. Cette baisse concerne l'ensemble des régions métropolitaines, exceptée Centre-Val de Loire, où l'on observe une stagnation. Le nombre de nouvelles admissions en réanimation est stable, on en compte 1 763 en S06 contre 1 767 en S05, soit -0,2%.
  • Concernant les décès liés au Covid-19, on observe une stagnation dans les chiffres. Après avoir augmenté entre les semaines 02 et 04, le nombre de déclarations de décès survenus au cours d’une hospitalisation était de 2 246 en S06 contre 2 233 en S05, soit +0,6%. Le nombre de retours à domicile après une hospitalisation est également stable.

Carte du coronavirus en France

Suivez l'évolution du coronavirus dans votre commune grâce à la carte ci-dessous. Cliquez sur un département pour afficher la liste des communes. Retrouvez aussi tous les détails sur cette cartographie et le point complet par ville et par département dans notre article sur la carte du Covid en France

Cliquez sur un département pour consulter la liste de ses villes.

Depuis la mi-octobre, Santé publique France communique les données d'incidence (nombre de cas pour 100 000 habitants) à l'échelle des communes. Les chiffres sont à ce stade communiqués selon une échelle (10 , 20, 50, 150, 250, 500, 1000 cas pour 100 000 habitants). Les données sont exprimées sur une semaine glissante, ce qui signifie qu'elles sont calculés un jour J à partir des tests réalisés entre 3 et 9 jours précédemment. Pour accéder aux informations relatives au coronavirus dans votre commune, saisissez son nom dans le moteur de recherche ou cliquez sur son département d'appartenance dans la carte ci-dessous.

Pour rappel, le taux d'incidence correspond au nombre de nouveaux cas de Covid-19 sur une période d'une semaine, par rapport à la population totale d'un territoire (pays, région, département ou commune). Cet indicateur s'exprime généralement en nombre de cas pour 100 000 habitants. Le taux de dépistage donne quant à lui le nombre de personnes ayant réalisé un test de dépistage du coronavirus sur le nombre total d'habitants,  au cours de la période. Il est lui aussi exprimé le plus souvent sur 100 000 habitants. Enfin, le taux de positivité des tests livre le pourcentage de tests positifs au coronavirus, rapporté au nombre total de tests effectués sur la période.

Coronavirus