DIRECT. Coronavirus en France : 20 745 cas, la France passe sous la barre des 26 000 hospitalisations

Chargement de votre vidéo
"DIRECT. Coronavirus en France : 20 745 cas, la France passe sous la barre des 26 000 hospitalisations"

DIRECT. Coronavirus en France : 20 745 cas, la France passe sous la barre des 26 000 hospitalisations CORONAVIRUS. La France est repassée ce samedi 8 mai sous la barre symbolique des 26 000 patients Covid-19 hospitalisés. Dimanche, si la décrue se poursuit, une nouvelle étape pourrait être franchie, avec moins de 5 000 malades en réanimation. Le point sur les dernières informations.

Cas, morts... Dernier bilan du Covid en France

La décrue se poursuit du côté des hospitalisations et des réanimations, mais également au niveau des décès liés au coronavirus enregistrés chaque jour dans le pays. Avec 531 hospitalisations en moins par rapport à vendredi, la France repasse sous la barre symbolique des 26 000 patients hospitalisés. Dimanche, si la décrue se poursuit au même rythme, c'est sous la barre des 5 000 réanimations que le pays pourrait passer. Les chiffres de ce samedi 8 mai 2021 :

  • 5 767 959 cas confirmés par PCR (Ehpad compris), soit 20 745 de plus
  • 106 277 décès au total (Ehpad compris), soit 176 de plus
  • 79 985 décès à l'hôpital, soit 176 de plus
  • 25 800 personnes actuellement hospitalisées, soit 531 de moins
  • 5 005 personnes actuellement en réanimation, soit 101 de moins
  • 844 nouveaux admis à l'hôpital (-296) et 191 en réanimation (-78)
  • 350 471 personnes sorties de l'hôpital, soit 1 178 de plus
  • Taux de positivité des tests : 6,16%, soit 0,35 point de moins
  • Taux d'incidence : 199,14 cas/100 000, soit 7,42 points de moins

Les infos du samedi 8 mai

  • La lente décrue s'est poursuivie ce samedi 8 mai 2021. La France a enregistré 176 nouveaux décès, soit 19 de moins par rapport à samedi dernier. Mais surtout, le pays est repassé sous la barre symbolique des 26 000 hospitalisations et pourrait même, dans les heures qui viennent, repasser sous la barre des 5 000 malades en réanimation. 
  • Au sommet social européen de Porto, et alors que la question de la levée des brevets fait débat, Emmanuel Macron a estimé ce samedi 8 mai que "l’urgence ce n’est pas les brevets, mais c’est bien de produire plus de vaccins et d’avoir davantage de solidarité".
  • De son côté, le Premier ministre Jean Castex a appelé les Français à la prudence lors du week-end de l'Ascension. La situation sanitaire liée au coronavirus reste en effet fragile et, malgré les envies de retour à la normale des Français, la vigilance reste de mise. De même, en visite dans un centre de vaccination de La Défense, en région parisienne, le Premier ministre a invité les personnes de plus de 55 ans à choisir davantage le vaccin AstraZeneca. Et Jean Castex de s'insurger : "Il y a encore en France deux millions de doses d'AstraZeneca qui ne sont pas utilisées. Si l'Allemagne nous est repassée devant en rythme vaccinal, c'est uniquement parce que le recours à l'AstraZeneca y est meilleur."
  • Dans son point épidémiologique complet, Santé publique France a confirmé vendredi 7 mai la baisse épidémique, avec des indicateurs en diminution et une pression hospitalière moins forte. Malgré cela, l'institut alerte sur la nécessité de maintenir une grande vigilance, alors que les restrictions sanitaires s'allègent progressivement. Retrouvez le point épidémiologique complet.
  • Quelle situation du côté des écoles ? 4 992 classes et 32 établissements scolaires ont fermé leurs portes cette semaine après la détection d'un ou plusieurs cas de Covid-19. Le point fait par le ministère de l'Éducation nationale sur la situation indique que la circulation du virus dans les écoles est plutôt homogène sur l'ensemble du territoire. Toutefois, l'académie de Versailles est celle qui enregistre le plus de fermetures avec 746 classes closes.
Lire aussi

Consultez les chiffres du coronavirus dans votre commune

Nouveaux cas de Covid, taux de positivité des tests, part de la population testée... Linternaute vous propose de consulter gratuitement les données sur l'évolution de l'épidémie dans votre commune. Lire

En direct

20:56 - 20 745 cas de coronavirus supplémentaires en 24 heures

FIN DU DIRECT - Avec 20 745 cas de plus en 24 heures, la France compte pas moins de 5 767 959 cas confirmés par PCR (Ehpad compris) depuis le début de l'épidémie de coronavirus, il y a plus d'un an. Dans les faits, 20 745 cas supplémentaires, cela représente tout de même 1 621 cas de plus que vendredi, mais cela reste 4 925 de moins que samedi dernier. De son côté, la moyenne sur sept jours passe à 17 943 cas, contre 18 646 la veille. C'est 6 168,57 cas de moins par rapport à la semaine dernière.

20:33 - 176 morts liées au coronavirus en 24 heures

Si la décrue se poursuit à l'hôpital, chaque jour, des dizaines de morts sont enregistrées. Ce samedi 8 mai, on parle de 176 nouveaux décès liés au Covid-19. Tous ont été recensés à l'hôpital, ce qui porte à 79 985 le nombre de morts à l'hôpital et 106 277 le nombre de décès total (Ehpad compris) liés au coronavirus comptabilisés en France depuis le début de l'épidémie. Toutefois, il semble que le chiffre diminue lui aussi au fil des jours. 176 morts en 24h (hors Ehpad), c'est 50 de moins par rapport à vendredi et 19 de moins comparé à samedi dernier.

20:01 - Un nouveau cap de décrue bientôt atteint en réanimation

Si la décrue se poursuit, en réanimation, un nouveau cap devrait être franchi dans les 24 prochaines heures. En effet, ce samedi 8 mai, 5 005 patients atteints du Covid-19 occupent un lit de réanimation en France. C'est 101 de moins par rapport à vendredi. Si la décrue se poursuit, il y a de fortes chances pour que l'on passe sous la barre des 5 000 dès dimanche. Du côté des nouvelles admissions, 191 ont été enregistrées au cours de ces dernières 24 heures, soit 78 de moins que la veille. C'est même 119 de moins par rapport à samedi dernier.

 

19:30 - À l'hôpital, la décrue se poursuit ce samedi !

Bonne nouvelle ! Les chiffres de ce samedi 8 mai indiquent que la décrue dans les hôpitaux est toujours d'actualité. Ainsi, 25 800 personnes sont hospitalisées à ce jour, soit 531 de moins par rapport à vendredi. On passe de ce fait en dessous de la barre des 26 000 hospitalisations. Du côté des nouvelles admissions, 844 patients sont arrivés ces dernières 24 heures. C'est 296 de moins que la veille et même 402 de moins comparé à samedi dernier. 

18:31 - Ces départements qui ont enregistré le plus de nouveaux décès vendredi

C'est encore une fois à Paris que le plus grand nombre de nouveaux décès liés au coronavirus a été enregistré vendredi 7 mai. Quinze morts ont été recensés à l'hôpital. Le département du Nord, et ses 13 décès, arrivait ensuite, suivi des départements du Rhône, du Val-de-Marne et Bas-Rhin (9).

17:34 - Ces départements qui ont enregistré le plus de nouvelles entrées en réanimation

Les chiffres de ce samedi ne sont pas encore connus. Mais d'après ceux enregistrés vendredi, c'est à Paris qu'on comptait le plus de nouvelles admissions en réanimation (27). Venaient ensuite la Seine-et-Marne (25), le Rhône (21), le Val-de-Marne (14), les Bouches-du-Rhône et le Nord (13), et enfin les Hauts-de-Seine et le Pas-de-Calais (12).

16:33 - Où en est la situation sanitaire à Paris ?

Département parmi les plus touchés par l'épidémie de coronavirus, où en est concrètement Paris ? D'après les derniers chiffres en date, rapportés vendredi 7 mai, le nombre de personnes hospitalisées y est de 1 591 patients, avec 79 nouveaux admis vendredi. 499 malades sont en réanimation, avec 27 nouvelles entrées dans la journée du 7 mai. Le taux d'occupation des lits de réanimation était, hier, à l'échelle régionale, de 136,9%. Le taux de positivité des tests, mesuré à la date du 4 mai, était quant à lui de 5,4% (en baisse) alors que le taux d'incidence était de 303,7 cas pour 100 000 habitants (en baisse). 4 245 personnes sont mortes du coronavirus dans ce département depuis le début de l'épidémie, dont 15 décès supplémentaires rapportés vendredi.

15:36 - Où compte-t-on le plus d'hospitalisations ?

Selon les chiffres recensés vendredi 7 mai, c'est à Paris que l'on enregistre le plus de personnes victimes du coronavirus dans les hôpitaux. 1 591 malades étaient en effet hospitalisés vendredi dans le département. Suivaient les Bouches-du-Rhône (1 318), le Nord (1 281), les Hauts-de-Seine (1 092), la Seine-Saint-Denis (961) et le Rhône (892).

14:32 - "Les prochaines semaines restent incertaines", pour le Conseil scientifique

Dans son rapport rendu jeudi 6 mai, le Conseil scientifique n'y est pas allé par quatre chemins concernant ce qui attend les Français au cours des semaines qui viennent. "Les prochaines semaines restent incertaines et à risque de reprise épidémique", a-t-il indiqué, estimant sans tabou que "l’allègement des mesures collectives liées à la réouverture fait désormais peser une responsabilité accrue sur chacun". Pour lui, "le moment n'est pas encore venu de baisser collectivement la garde et le respect des gestes barrières reste indispensable" et "l’accès aux soins des plus fragiles demeure une priorité". À bon entendeur...

13:31 - Jean Castex appelle à la prudence des Français à quelques jours du week-end prolongé de l'Ascension

En visite dans un centre de vaccination de La Défense, en région parisienne, ce samedi 8 mai au matin, le Premier ministre Jean Castex a fait part de son inquiétude à quelques jours du pont de l'Ascension. Il faut dire que si une lente décrue semble engagée depuis quelques jours en France, la situation épidémiologique liée au coronavirus est loin d'être idyllique. "Il faut à tout prix continuer à faire des efforts", a-t-il déclaré, avant de lancer un appel "à tout le monde, en vue de ce long week-end de l'Ascension qui s'annonce, [...] où il faut rester très prudent pour ne pas faire que les chiffres, qui sont dans la bonne voie, puissent se dégrader". Et de conclure. "Ça dépend de chacune et de chacun d'entre nous. C'est à notre portée. [...] Je fais appel au sens des responsabilités de chacun."

Quelle est l'évolution du coronavirus en France ?

Santé publique France a publié dans la soirée du jeudi 6 mai son dernier point épidémiologique hebdomadaire sur l'épidémie de coronavirus dans le pays pour la semaine 17 (du 26 avril au 2 mai 2021). Ces points, plus détaillés que les bilans quotidiens délivrés tous les soirs, éclairent chaque semaine un peu plus sur la situation sanitaire dans le pays. En résumé, on note une poursuite de la baisse des indicateurs et de la pression hospitalière. Santé publique France insiste malgré tout sur la prudence à observer à la lecture de ces chiffres, alors qu'a débuté la levée des restrictions. Découvrez ce qu'il faut retenir de ce point épidémiologique :

  • La circulation du Covid-19 continue de baisse en France. Les deux indicateurs naturellement retenus sont en diminution d'une semaine à l'autre. En S17, le taux de positivité des tests était de 7,4% (-2,5 points par rapport à S16) et le taux d'incidence faisait état de 241 cas de contaminations pour 100 000 habitants (302/100 000 en S16, soit -20%). De fortes disparités territoriales subsistent encore néanmoins, avec encore plusieurs départements encore au-dessus du seuil de 250 cas pour 100 000 habitants, dont certains encore au-dessus de 300.
  • La pression hospitalière est également en baisse, avec 10 748 nouvelles admissions à l'hôpital en semaine 17, contre 12 397 en semaine 16. En réanimation, on note également une baisse, après une stabilisation en S16. 1 678 nouveaux patients ont intégré ces services en S17, contre 1 996 en S16, soit -16%. Après une hausse la semaine passée, le nombre de décès à l'hôpital et en ESMS est en diminution.
  • La situation reste fragile. Santé publique France insiste sur la nécessité de maintenir une forte vigilance aux mesures de prévention, malgré ces baisses, alors qu'a débuté le déconfinement. "L’épidémie reste à un niveau toujours élevé, supérieur à celui observé une semaine avant la levée du deuxième confinement", note par exemple SPF, qui alerte également sur le besoin d'une accélération de la vaccination.
  • En milieu scolaire, la réouverture des écoles maternelles et primaires le 26 avril a eu un impact à la hausse sur le nombre de cas ayant fréquenté le milieu scolaire, ainsi que sur le nombre de contacts à risque chez les moins de 10 ans, explique Santé publique France. Cela se ressent dans la baisse du taux d'incidence chez les 0-14 ans, qui reste la plus faible si l'on se penche sur les classes d'âges, avec -6%. En comparaison, chez les 65-74 ans, cette baisse se situe autour des -24%.
  • Concernant les variants, si la souche d'origine britannique continue de circuler avec intensité et confirme une fois de plus son caractère majoritaire sur la souche originelle, les variants sud-africain et brésilien n'explosent toujours pas en France. En témoignent les suspicions de contaminations parmi les tests criblés en semaine 17, qui stagne autour de 5%, comme en semaine 16.

Carte du coronavirus en France

Suivez l'évolution du coronavirus dans votre commune grâce à la carte ci-dessous. Cliquez sur un département pour afficher la liste des communes. Retrouvez aussi tous les détails sur cette cartographie et le point complet par ville et par département dans notre article sur la carte du Covid en France

Cliquez sur un département pour consulter la liste de ses villes.

Depuis la mi-octobre, Santé publique France communique les données d'incidence (nombre de cas pour 100 000 habitants) à l'échelle des communes. Les chiffres sont à ce stade communiqués selon une échelle (10 , 20, 50, 150, 250, 500, 1000 cas pour 100 000 habitants). Les données sont exprimées sur une semaine glissante, ce qui signifie qu'elles sont calculés un jour J à partir des tests réalisés entre 3 et 9 jours précédemment. Pour accéder aux informations relatives au coronavirus dans votre commune, saisissez son nom dans le moteur de recherche ou cliquez sur son département d'appartenance dans la carte ci-dessous.

Pour rappel, le taux d'incidence correspond au nombre de nouveaux cas de Covid-19 sur une période d'une semaine, par rapport à la population totale d'un territoire (pays, région, département ou commune). Cet indicateur s'exprime généralement en nombre de cas pour 100 000 habitants. Le taux de dépistage donne quant à lui le nombre de personnes ayant réalisé un test de dépistage du coronavirus sur le nombre total d'habitants,  au cours de la période. Il est lui aussi exprimé le plus souvent sur 100 000 habitants. Enfin, le taux de positivité des tests livre le pourcentage de tests positifs au coronavirus, rapporté au nombre total de tests effectués sur la période.

Coronavirus