DIRECT. Coronavirus en France : 26 871 nouveaux cas, une "catastrophe" redoutée à l'hôpital

Chargement de votre vidéo
"DIRECT. Coronavirus en France : 26 871 nouveaux cas, une "catastrophe" redoutée à l'hôpital"

DIRECT. Coronavirus en France : 26 871 nouveaux cas, une "catastrophe" redoutée à l'hôpital COVID. Les derniers chiffres publiés par les autorités sanitaires montrent une nouvelle augmentation du nombre de personnes hospitalisées. 7 137 malades du Covid-19 sont dans les hôpitaux français, dont 978 en réanimation. 26 871 nouveaux cas de coronavirus ont été enregistrés en une journée.

L'essentiel

Les infos du mardi 27 juillet

  •  7 137 personnes malades du coronavirus sont prises en charge dans les hôpitaux en France, mardi 27 juillet, soit 58 de plus que la veille. 978 patients sont en réanimation, soit 26 de plus. Retrouvez le bilan complet du coronavirus en France.
  • Le ministre de la Santé Olivier Véran a précisé, mardi 27 juillet, lors d’un déplacement dans un hôpital parisien qu’"il y a[vait] moins de patients hospitalisés pour formes graves du Covid dans notre pays qu’il y en avait lors des vagues précédentes pour le même nombre de contaminés." 
  • De son côté, le Premier ministre s'est rendu dans un centre de vaccination de Seine-Saint-Denis pour inciter les Français à se faire vacciner. "Il y a des gens qui ne sont pas informés, au-delà de tous les débats idéologiques, il y a une information à faire. Il faut aller vers les gens, les convaincre, les convaincre, les convaincre", a déclaré Jean Castex, cité par BFMTV
  • Jean-Daniel Lelièvre, le chef du service infectiologie à l'hôpital Henri Mondor, a fait savoir su LCI qu'une vague d'hospitalisations en août serait "une catastrophe" en raison du manque de personnel et de la fatigue accumulée depuis 17 mois. Sans compter sur les conséquences de la saturation des hôpitaux lors des vagues précédentes vont commencer à se faire sentir a prévenu le médecin : "Les lits de réanimation quand on veut en rouvrir et qu'on est à saturation, on est obligé de prendre des lits de réanimation chirurgicale dont d'arrêter d'opérer des gens pour avoir des réanimateurs. Malheureusement les interventions chirurgicales ont les a repoussées et à force elles deviennent urgentes. Il y a aussi un choix stratégique dans la prise en charge des patients qui va devenir important dans les semaines à venir."
  • La loi anti-Covid a été adoptée dans la nuit de dimanche à lundi par le Parlement, il doit encore passer devant le Conseil constitutionnel début août. Le pass sanitaire devient donc obligatoire dans les restaurants, à l'intérieur comme à l'extérieur, les foires et salons professionnels, les avions, trains, cars longs trajets et les établissements médicaux sauf en cas d'urgence. 
En direct

23:57 - "Il y a une prise de conscience, une mobilisation, c'est très important, mais on doit continuer à vacciner", d

[Fin du direct] Alors que plus de la moitié des Français sont désormais vaccinés totalement, le président de la République estime qu’il ne s’agit pas d’"un point d’arrivée", mais d’une "étape". "Je me félicite qu'on ait fortement accéléré ces dix derniers jours. Il y a une prise de conscience, une mobilisation, c'est très important, mais on doit continuer à vacciner", déclare Emmanuel Macron, ce mardi, depuis Papeete, cité par BFMTV. 

23:01 - Derniers chiffres de la vaccination : plus de 50% de la population française est complètement vaccinée

34 026 476 personnes ont reçu deux injections du vaccin anti-Covid-19, selon les derniers chiffres de la campagne vaccinale, publiés mardi 27 juillet. 50,5% de la population est donc totalement vaccinée. 60,4% des Français ont reçu une injection. 

22:08 - Oliver Véran observe une "décorrélation entre les hospitalisations et les diagnostics"

Avec l’augmentation de la vaccination, "il y a moins de patients hospitalisés pour formes graves du Covid dans notre pays qu’il y en avait lors des vagues précédentes pour le même nombre de contaminés", a indiqué le ministre de la Santé, mardi 27 juillet, lors d’une visite à l’hôpital Necker à Paris. Olivier Véran observe ainsi "une décongélation entre les hospitalisations et les diagnostics". 

20:56 - Taux d’incidence : huit départements ont plus de 400 cas pour 100 000 habitants

Huit départements sont particulièrement touchés par la propagation de l’épidémie, et dépasse le seuil d’alerte maximal du taux d’incidence, selon Santé publique France. Il s’agit de la Martinique (992), des Alpes-Maritimes (571), des Bouches-du-Rhône (426), de la Corse (772), des Pyrénées-Orientales (635), de l’Hérault (516), de l’Aude (424) et de la Haute-Garonne (423). La région Occitanie est particulièrement touchée avec quatre départements dont le taux d’incidence dépasse 400. 

19:43 - 26 871 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures, hausse des hospitalisations

Les derniers chiffres de Santé publique France sur l’épidémie de Covid-19 montrent une nouvelle hausse des hospitalisations. 7 137 patients sont pris en charge, soit 58 de plus en 24 heures. 978 personnes sont en réanimation, soit 26 de plus. Par ailleurs, 26 871 nouvelles infections ont été enregistrées en 24 heures, mardi 27 juillet.

17:53 - "Le virus circule sur l'ensemble du territoire"

Invité de radio Classique, Benjamin Davido, infectiologue à l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches indiquait ce matin : "On voit de rare patients qui n'ont eu qu'une seule dose de vaccin qui se retrouvent à l'hôpital", rappelant l'importance de recevoir les deux doses. Il précise d'ailleurs qu'on "pourrait aller plus vite "selon le schéma conventionnel la première étude de Pfizer" et ne compter que 17 jours entre les deux doses. Lorsqu'il parle de la vaccination, le médecin tient a rappelé que le virus se diffuser partout sans exception et qu'en ce sens les contaminations pouvaient se multiplier dans toutes les régions : "On n'a cessé depuis le début de l'épidémie de colorer la France ne plusieurs couleur et on est en train de refaire la même chose avec des endroits ou le virus circulerait plus qu'ailleurs alors qu'en réalité il circule sur l'ensemble du territoire. Il faut tout faire pour se protéger les uns les autres et une des clef est la vaccination".

17:38 - Comment inciter les femmes enceintes à se faire vacciner ? Véran vaccine une secrétaire d'Etat enceinte

Olivia Grégoire, membre du gouvernement en attente d'un heureux événement, s'est fait vacciner cet après-midi par le ministre de la Santé, Olivier Véran. Cette injection - une deuxième dose lui permettant d'achever son parcours vaccinal -, a été effectuée devant les caméras des journalistes venus pour l'occasion. Il s'agit donc d'un élément de communication, à destination des femmes enceintes qui jusque-là sont réticentes à se faire vacciner contre le Covid-19.

17:00 - La liste des départements au-dessus du seuil d'alerte maximale s'allonge

Hier, treize départements français affichaient un taux d'incidence supérieur au seuil d'alerte maximale de 250 cas pour 100 000 habitants, aujourd'hui ils sont deux à s'ajouter à la liste selon les données de Santé publique France : Le Rhône et les Pyrénées-Atlantiques. Sur la quinzaine de territoires, la circulation du virus n'est pas égale, dans trois d'entre eux l'indicateur sanitaire dépasse les 600 cas, c'est le cas en Haute-Corse et dans les Pyrénées-Orientales, en Martinique le taux grimpe même à 988. Les Alpes-Maritimes et l'Hérault surpasse les 450 cas, les Bouches-du-Rhône, l'Aude, la Haute-Garonne et la Charente-Maritime affichent des taux supérieurs à 350 cas et les six derniers sont compris entre 250 et 350 : Pyrénées-Atlantiques, Rhône, Landes, Var, La Réunion et la Gironde.

16:00 - Philippe Le Moing-Surzur : "Pas encore d'incidence forte sur le système hospitalier"

Le sous-préfet de Bayonne a expliqué sur France Bleu que malgré l'explosion du taux d'incidence, la tension hospitalière n'est pas encore trop importante. "Alors même que nous avons un taux d'incidence qui augmente de façon importante, nous ne voyons pas encore d'incidence forte sur le système hospitalier qui n'est pas encore sous tension pour la partie COVID. Sur l'ensemble du Pays basque, nous avons 50 lits de réanimation covid-19 et aujourd'hui, il y a juste quatre personnes en réanimation. Quant au nombre d'hospitalisations, il est assez stable, on est aujourd'hui sur moins de moins d'une trentaine de personnes sur l'ensemble du département et sur la côte basque, on est à 15 personnes hospitalisées à Bayonne."

15:13 - Dépistage massif dans un camping à Guérande

Selon une information de France Bleu, une journée de dépistage "massif" est organisée, ce mardi 27 juillet, au camping Domaine de Léveno, situé à Guérande. Pour le moment, 21 personnes sont positives dont 18 animateurs. "L’Agence Régionale de Santé (ARS) a été informée de la situation à l’instant même où nous l’avons identifié. L’ARS suit la situation avec attention et nous travaillons quotidiennement avec leurs services pour adapter les mesures de prévention et de précaution afin de garantir la sécurité sanitaire de nos vacanciers et de nos équipes" explique le camping sur sa page Facebook.

14:37 - Plusieurs clusters détectés dans les campings des Landes

L'AR de Nouvelle-Aquitaine compte une trentaine de clusters détectés dans le département des Landes au 27 juillet, dont "60% viennent des camping, bar et restaurants" note Didier Couteaud, directeur départemental de l'agence sanitaire. Dans le territoire, en particulier sur la côte, le taux d'incidence a connu une augmentation fulgurante, en quatre jours l'indicateur est passé de 124 à 274 cas pour 100 000 habitants. "La situation devient compliquée et difficilement contrôlable" constate Didier Couteaus auprès de France Bleu avant d'ajouter inquiet : "Nous n'avons pas de visibilité, pas de modèle. Il faut encore attendre deux semaines pour voir si la remontée du taux d'incidence a des conséquences dans les hôpitaux". Pour l'heure on compte dis personnes hospitalisées dans les Landes et "sur les 3 personnes en réanimation, aucune n'est vaccinée" selon l'ARS.

13:58 - Pour la vaccination obligatoire des soignants, Philippe Juvin mise aussi sur la pédagogie

Depuis la propagation du variant Delta, la vaccination est au coeur de la stratégie de lutte contre l'épidémie, au point de contraindre les soignants à recevoir les doses des vaccins. Maintenant que les admissions à l'hôpital repartent à la hausse, la pression vaccinale va être d'autant plus forte sur les professionnels de santé. Plusieurs médecins estiment la mesure juste, comme Philippe Juvin, chef des urgences à l’hôpital Pompidou qui affirmait ce matin sur LCI : "Il faut que les soignants soient vaccinés, cela va de soit". Mais il s'interroge sur les moyens mis en oeuvre pour pousser à la vaccination : "Comment va-t-on forcer les soignants à se faire vacciner ? On a l'impression qu'il suffit de dire 'la vaccination est obligatoire pour les soignants' pour qu'elle le devienne, mais non. La vaccination doit d’abord procéder d’une volonté des individus. Il faut qu'on arrive à leur expliquer les choses, l'état ne se donne pas les moyens pour et donc on est dans une impasse."

LIRE PLUS
En savoir plus

Quel est le dernier bilan du coronavirus en France ?

26 871 nouveaux cas de coronavirus ont été comptabilisés en 24 heures, mardi 27 juillet. Le dernier bilan de l’épidémie publié par les autorités sanitaires montre une augmentation des hospitalisations et du nombre de personnes en réanimation. Le point complet : 

  • 6 026 115 cas confirmés par PCR (Ehpad compris), soit 26 871 de plus
  • 111 687 décès au total (Ehpad compris), soit 28 de plus
  • 85 182 décès à l'hôpital, soit 28 de plus
  • 7 137 personnes actuellement hospitalisées, soit 58 de plus
  • 978 personnes actuellement en réanimation, soit 26 de plus
  • 557 nouveaux admis à l'hôpital (-50) et 121 en réanimation (-14)
  • 389 996 personnes sorties de l'hôpital, soit 465 de plus
  • Taux de positivité des tests : 4,12%, soit -0,05 point(s) de moins
  • Taux d'incidence : 189,01 cas/100 000, soit 8,77 point de plus

Quelle est la situation du coronavirus en France ?

Santé publique France a dressé son point épidémiologique, publié jeudi 22 juillet 2021, pour la semaine 28 (du 12 au 18 juillet). L'agence dit avoir observé une "très forte augmentation de la transmission du SARS-CoV-2, le nombre de nouveau cas ayant plus que doublé par rapport à la semaine précédente." Et d'ajouter : "Cette progression s’accompagne pour la première fois depuis 15 semaines d’une augmentation nette du taux d’hospitalisations (+55%) et du nombre de patients admis en services de soins critiques (+35%) après 3 semaines de croissance rapide du taux d’incidence".

Le nombre de cas de Covid et les indicateurs de l'épidémie repartent à la hausse. Le taux d'incidence est de 99 cas pour 100 000 habitants, contre 40 sur la semaine 27 (du 5 au 11 juillet), ce qui représente une hausse de 143%. Si une augmentation du taux d'incidence a été enregistré pour toutes les classes d'âge, c'est chez les 20-29 ans que la hausse est la plus spectaculaire, et du fait inquiétante, avec 311 cas pour 100 000 habitants, soit une progression de 168%. Les 10-19 et 30-39 suivent la même tendance avec des hausses de 146 et 143%. Le taux de positivité des tests a augmenté de 1,4 point, avec un chiffre qui s'élève à 2,7%.

Le variant Delta majoritaire. Cette mutation du Covid-19 représente désormais 81% des tests séquencées et interprétables de l'enquête Flash#14 du 6 juillet. Lors de la semaine 27 il ne représentait que 63% des prélèvements positifs sur le territoire métropolitain.

Dans les hôpitaux, les chiffres repartent à la hausse. Après 15 semaines consécutives de baisse, le nombre d'hospitalisations et d'admissions en soins critiques a augmenté sur la semaine 28. L'agence sanitaire chiffre à 1 215 le nombre de nouvelles hospitalisations (+55% par rapport à S27) et à 208 celui des nouvelles admissions en services de soins critiques (+35%). "Le taux hebdomadaire de nouvelles hospitalisations était stable ou en augmentation dans toutes les régions", précise-t-elle dans son rapport. Il y a tout de même une bonne nouvelle : le nombre de décès de patients Covid-19 hospitalisés était toujours en diminution en semaine 28, avec 115 victimes à déplorer au niveau national (-30%)

Carte du coronavirus en France

Suivez l'évolution du coronavirus dans votre commune grâce à la carte ci-dessous. Cliquez sur un département pour afficher la liste des communes. Retrouvez aussi tous les détails sur cette cartographie et le point complet par ville et par département dans notre article sur la carte du Covid en France

Cliquez sur un département pour consulter la liste de ses villes.

Depuis la mi-octobre 2020, Santé publique France communique les données d'incidence (nombre de cas pour 100 000 habitants) à l'échelle des communes. Les chiffres sont à ce stade communiqués selon une échelle (10 , 20, 50, 150, 250, 500, 1000 cas pour 100 000 habitants). Les données sont exprimées sur une semaine glissante, ce qui signifie qu'elles sont calculés un jour J à partir des tests réalisés entre 3 et 9 jours précédemment. Pour accéder aux informations relatives au coronavirus dans votre commune, saisissez son nom dans le moteur de recherche ou cliquez sur son département d'appartenance dans la carte ci-dessous.

Pour rappel, le taux d'incidence correspond au nombre de nouveaux cas de Covid-19 sur une période d'une semaine, par rapport à la population totale d'un territoire (pays, région, département ou commune). Cet indicateur s'exprime généralement en nombre de cas pour 100 000 habitants. Le taux de dépistage donne quant à lui le nombre de personnes ayant réalisé un test de dépistage du coronavirus sur le nombre total d'habitants,  au cours de la période. Il est lui aussi exprimé le plus souvent sur 100 000 habitants. Enfin, le taux de positivité des tests livre le pourcentage de tests positifs au coronavirus, rapporté au nombre total de tests effectués sur la période.

Coronavirus