DIRECT. Coronavirus en France : près de 30 000 morts, une seconde vague avant l'automne ?

Chargement de votre vidéo
"DIRECT. Coronavirus en France : près de 30 000 morts, une seconde vague avant l'automne ?"

DIRECT. Coronavirus en France : près de 30 000 morts, une seconde vague avant l'automne ? CORONAVIRUS. Le bilan de l'épidémie de coronavirus en France approche désormais des 30 000 décès. Alors que la situation continue de s'améliorer à l'hôpital, plusieurs médecins craignent un retour du Covid-19 à la rentrée...

Combien de cas et de morts du coronavirus en France ? Dernier bilan

Le dernier bilan de l'épidémie de coronavirus en France a été communiqué ce lundi 6 juillet, par Santé publique France. La situation à court terme continue de s'améliorer avec des hospitalisations, un nombre de cas en réanimation, mais aussi un taux de positivité des tests et un nombre de clusters en cours d'investigation en baisse. Avec 27 décès en plus, la France approche en revanche la barre des 30 000 morts du Covid-19 :

  • 168 335 cas confirmés par PCR, soit 1375 de plus
  • 29 920 décès au total, soit 27 de plus
  • 19423 décès à l'hôpital, soit 27 de plus
  • Décès en Ehpad non communiqués
  • 7850 hospitalisations en cours, soit 140 de moins
  • 548 personnes actuellement en réanimation, soit 12 de moins
  • 77319 personnes sorties de l'hôpital, soit 259 de plus
  • Taux de positivité des tests : 1,3% soit 0,1 point de moins
  • 82 clusters en cours d'investigation, soit 6 de moins
  • 2 départements en vulnérabilité élevée (Guyane et Mayotte)

NB : les données relatives aux personnes hospitalisées et en réanimation présentées ci-dessus correspondent au nombre de patients en cours de soins et non au cumul depuis le début de l'épidémie. En cumul, on enregistre 105 048 hospitalisations. De même, l'évolution des hospitalisations et des cas en réanimation en 24 heures correspond à des chiffres net, tenant compte des guérisons et des décès. Dans les dernières 24 heures, en brut, 98 hospitalisations de plus ont été enregistrées et 10 admissions en réanimation.

Une seconde vague cet été ? Cet automne ?

Les indicateurs semblent au vert en France métropolitaine. Toutefois, le spectre d’une seconde vague menace. Sur FranceInter, ce lundi 6 juillet 2020, Arnaud Fontanet, épidémiologiste à l'Institut Pasteur et membre du Conseil scientifique, a averti "qu’à moyen terme, quand il recommencera à faire froid dans l'hémisphère nord, le virus reviendra." Selon lui, "ce qui se passe dans l'hémisphère sud est extrêmement inquiétant", avec "une montée de l'épidémie très forte dans les pays qui sont aujourd'hui en période hivernale : l'Australie, Madagascar, l'Afrique du Sud". Plus pessimiste encore, le professeur Eric Caumes, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, a craint dans Le Parisien "une seconde vague dès cet été". Ce dernier a estimé qu'en "France, nous sommes d'un grand laxisme. On traite le virus avec mépris, on se fera rattraper."

Lire aussi

20:10 - D'autres chiffres sur l'épidémie de coronavirus

D'autres chiffres sur l'épidémie de coronavirus ont été dévoilés ce soir. En France, hier, SOS médecins a réalisé 292 interventions pour suspicion de COVID-19, soit 3,2 % de l’activité totale. Les services d’urgence ont noté 103 passages pour ce même motif, soit 0,3 % de l’activité totale, indique encore le communiqué du ministère.

20:00 - Guyane et Mayotte toujours en situation critique

Quatre régions (Île-de-France, Grand-Est, Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France) regroupent 74% des patients hospitalisés en réanimation indique encore le communiqué du ministère de la Santé. Sur son site Internet, Santé publique France indique par ailleurs que deux départements restent en "situation de vulnérabilité élevée" : la Guyane et Mayotte.

19:57 - Le bilan du coronavirus ce lundi soir

Le point sur l'épidémie de coronavirus de ce lundi 6 juillet est tombé. Santé publique France indique que "7 850 personnes sont hospitalisées pour une infection COVID-19 et 98 nouvelles admissions ont été enregistrées en 24 heures". 548 malades atteints d’une forme sévère de COVID-19 sont aussi hospitalisés en réanimation. 10 nouveaux cas graves ont été admis en réanimation. "Le solde reste négatif en réanimation, avec 25 malades de COVID-19 en moins par rapport à vendredi", indique l'agence dans son communiqué.

19:33 - Remdesivir : la France dispose de "doses suffisantes" 

L’antiviral est le premier médicament montrant une certaine efficacité face au Covid-19. L’Agence du médicament (ANSM) a indiqué ce lundi que "la France s’est assurée de la disponibilité de doses suffisantes" de remdesivir. La semaine dernière, les États-Unis avaient annoncé avoir acheté 92% de la production de ce médicament au laboratoire Gilead.

19:21 - Traitement du Covid-19 : deux autres essais cliniques abandonnés  

Après le traitement à l’hydroxychloroquine, l’Organisation mondiale de la Santé abandonne deux nouveaux essais cliniques. L’évaluation Solidarity arrête la combinaison lopinavir/ritonavir. En France, l’essai Discovery de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale qui servait de complément à Solidarité s’arrête également. Selon les scientifiques, ce traitement est jugé inefficace et produirait des effets indésirables. 

19:06 - Lyon : 450 personnes en quatorzaine après la découverte de cas dans une école 

Neuf cas de coronavirus ont été détectés dans une école lyonnaise du 7e arrondissement, informe Le Progrès. Il s’agirait de trois adultes et six enfants. 450 personnes ont été placé en quatorzaine jusqu’au 13 juillet. 

19:00 - 239 chercheurs alertent l’OMS sur la possibilité de transmettre le coronavirus par des petites gouttes

Pour l’OMS, le coronavirus se transmet par de grosses gouttes, suite à un éternuement ou à une quinte de toux. Ces gouttes sont trop lourdes pour rester dans l’air et retombent au sol. Pour 239 chercheurs qui lui adressent une lettre, l’Organisation mondiale de la santé fait fausse route. Selon ces scientifiques de 32 pays différents, le Covid-19 peut également se transmettre à travers de fines gouttelettes. 

18:49 - Des dépistages gratuits à Massy-Opéra ce mardi

Une campagne de tests PCR gratuits et sans rendez-vous aura lieu ce mardi 7 juillet 2020, Place de France à Massy-Opéra (Essonne). La commune a précisé sur son site qu’il "n’est pas nécessaire de présenter des symptômes pour bénéficier d’un test" et que "tout sera mis en œuvre sur place pour garantir le respect des gestes barrières".

18:46 - Le Covid-19 a-t-il été en "sommeil" longtemps son apparition ? 

"On est peut-être confronté à un virus qui est resté en sommeil à travers le monde et a émergé lorsque les conditions environnementales étaient propices à sa croissance", a indiqué Tom Jefferson, un chercheur de l’université d’Oxford, en Angleterre, au journal The Telegraph. Pour ce scientifique, le coronavirus était "partout" avant sa détection en Chine. 

18:34 - Le coronavirus pourrait impacter sur la lutte contre le sida 

Lundi s’ouvre la conférence mondiale sur le sida à San Francisco. Dans son rapport annuel, l’Onusida indique que la pandémie de Covid-19 pourrait avoir un impact négatif sur le nombre de morts liées au sida dans les mois à venir. Pourtant, ce nombre a continué de baisser l’année dernière et l’accès aux traitements s’améliore. "L’épidémie de Covid-19 arrive et menace de faire exploser la riposte si l’on ne prête pas attention à la prévention et au traitement du VIH", déclare ainsi la directrice de l’Onusida, Winnie Byanyima dans Libération. 

18:31 - Le point en Auvergne-Rhône-Alpes

D’après les chiffres de l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes, en date du vendredi 3 juillet 2020, 470 patients Covid+ sont toujours hospitalisés, dont 24 en réanimation. Deux malades sont décès, pour un total de 1 740 depuis le début de l’épidémie. 16 personnes ont pu regagner leur domicile.

18:18 - 13 cas positifs en une semaine : les médecins du CHU s’inquiètent du "relâchement" 

Le CHU de Bordeaux enregistre cette semaine 13 cas de coronavirus contre zéro il y a un mois. Les médecins évoquent des "frémissements" d’une possible recrudescence de l’épidémie, auprès de 20 Minutes. "Ce qui est à craindre dans les semaines ou les mois qui viennent, c’est une épidémie perlée, avec des bouffées épidémiques", indique ainsi la cheffe du pôle gérontologie clinique, Nathalie Salles. Philippe Morlat, président de la Commission médicale d’établissement du CHU, s’inquiète de "certains comportements" et du relâchement sur les gestes barrières. 

18:10 - Le Pr. Arnaud Fontanet appelle les Français à se "ressaisir"

Invité sur FranceInfo, le Pr. Arnaud Fontanet, membre du Conseil scientifique et épidémiologiste, a appelé les Français à se "ressaisir", alors que l'Espagne a reconfiné près de 300 000 personnes. Selon lui, "l'Espagne a vécu une épidémie très similaire à celle de la France" et "ils se retrouvent avec des nouveaux foyers qui les obligent à passer à des confinements localisés." L'épidémiologiste a prévenu : "C’est vraiment un signal d’alerte pour nous". 

17:10 - Les coronavirus saisonniers ne protègent pas du Covid-19

Selon une étude française, prépubliée sur le site Medrxiv, les coronavirus saisonniers, responsables chaque hiver de rhumes et de bronchites dès la petite enfance, ne protègent ni de l’infection par le nouveau coronavirus, ni des formes graves liées au Covid-19 apparentées à la maladie de Kawasaki. Cette étude, baptisée Ped-Covid, a concerné 775 enfants (de 0 à 18 ans) hospitalités à Paris ou proche couronne, dont 36 présentaient un syndrome inflammatoire lié au Covid-19. "L’infection par les coronavirus saisonniers n’offre pas une protection significative contre l’infection par le virus SARS-CoV-2 et les autres maladies associées comme le syndrome apparenté à la maladie de Kawasaki", a affirmé Marc Eloit, responsable du laboratoire de découverte de pathogènes à l’Institut Pasteur dans un communiqué. Le co-auteur a analysé : "Si le virus de la Covid-19 se comporte comme les coronavirus saisonniers, cette observation interroge sur la capacité de la population à atteindre un niveau d’immunité suffisant pour empêcher la réapparition régulière de la maladie."

16:50 - Selon l'ANSM, la France dispose de Remdesivir en "doses suffisantes"

L’Agence du médicament a indiqué que "la France s'est assurée de la disponibilité de doses suffisantes" de l'antiviral Remdesivir - le premier traitement à avoir démontré une relative efficacité pour traiter le Covid-19 -. L’ANSM a assuré que "les patients atteints du Covid-19 pourront ainsi continuer à bénéficier de ce traitement." L’antiviral du laboratoire Gilead a reçu une autorisation de mise sur le marché conditionnelle dans l'Union européenne. Dans le même temps, les Etats-Unis faisaient savoir qu’ils ont acquis 92% de toute la production, soit environ 500 000 traitements sur près de 550 000.

16:30 - Le point dans les Hauts-de-France

D’après les chiffres de l’ARS Hauts-de-France, en date du vendredi 3 juillet 2020, 975 patients Covid+ sont toujours hospitalisés, dont 65 en réanimation. Deux malades sont décès, sur un total de 1 835 depuis le début de l’épidémie. Enfin, neuf patients ont pu regagner leur domicile.

16:30 - Le point dans les Hauts-de-France

D’après les chiffres de l’ARS Hauts-de-France, en date du vendredi 3 juillet 2020, 975 patients Covid+ sont toujours hospitalisés, dont 65 en réanimation. Deux malades sont décès, sur un total de 1 835 depuis le début de l’épidémie. Enfin, neuf patients ont pu regagner leur domicile.

16:00 - Eric Caumes (APHP) : "je crains une seconde vague dès cet été"

Le professeur Eric Caumes, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, a estimé dans Le Parisien que "moins on est rigoureux", "plus le risque est grand de voir réémerger l'épidémie." Il a insisté sur le fait que "ce n'est pas fini, d'autres pays vont devoir mettre en place des confinements localisés. En France, nous sommes d'un grand laxisme. On traite le virus avec mépris, on se fera rattraper." Concernant une second vague cet automne, Eric Caumes est plutôt pessimiste : "je me demande si elle ne va pas arriver plus tôt que prévu. Je crains une seconde vague dès cet été. On est tous inquiets." Il a développé : "en Amérique, en Guyane, l'épidémie flambe alors qu'il fait 35 degrés. Le fait d'être en extérieur, l'été, réduit un peu la circulation du virus mais pas dans de grandes proportions."

15:40 - L’Europe totalise 199 488 décès liés au Covid-19

Selon un bilan établi par l’AFP, à partir de sources officielles lundi à 11 h, l’Europe totalise 199 488 décès pour 2 732 490 cas de Covid-19. Elle devance les États-Unis et le Canada  avec 138 675 décès pour 2 994 265 cas ; l’Amérique latine et les Caraïbes (128 173 décès pour 2 921 101 cas) ; le Moyen-Orient (17 998 décès  pour 829 047 cas) ; l’Afrique (11 374 décès pour 478 615 cas) et l’Océanie (135 décès pour 10 111 cas).

15:40 - Arnaud Fontanet : un vaccin pour l'automne "c'est optimiste"

Interrogé sur FranceInter sur un vaccin potentiel contre le Covid-19, Arnaud Fontanet, épidémiologiste à l'Institut Pasteur et membre du Conseil scientifique sur le coronavirus, a déclaré : "certains espèrent avoir des résultats pour l'automne. On considère tous que c'est optimiste, et on pense que ces vaccins, s'ils marchent, n'auront qu'une efficacité partielle." Il a expliqué : "les plus avancés sont AstraZeneca et Moderna, qui vont entrer dans des phases 2, voire 3, c'est-à-dire tester l'efficacité réelle du vaccin", mais "le processus de développement d'un vaccin c'est souvent un premier vaccin qui marche un peu et des améliorations qui font qu'à la fin, on a un vaccin qui est réellement efficace". Obtenir un sérum en moins d’un an serait "un tour de force" "quasiment jamais vu dans l'histoire du développement des vaccins". Le projet porté par l’Institut Pasteur est "encore loin de la phase 3", qui est prévue pour "2021".

LIRE PLUS
Derniers articles sur le coronavirus