DIRECT. Coronavirus en France : plus de 300 clusters depuis le déconfinement, le point sur l'épidémie

Chargement de votre vidéo
"DIRECT. Coronavirus en France : plus de 300 clusters depuis le déconfinement, le point sur l'épidémie"

DIRECT. Coronavirus en France : plus de 300 clusters depuis le déconfinement, le point sur l'épidémie CORONAVIRUS. Selon le dernier point épidémiologique complet sur le coronavirus en France, l'épidémie reste sous contrôle. Aucune reprise du Covid-19 n'est remarquée et le nombre d'hospitalisations et de décès continue à baisser...

Comment a évolué l'épidémie de coronavirus d'après le dernier point épidémiologique ?

Santé publique a dévoilé son dernier bulletin épidémiologique avant le week-end. Les données, qui portent sur la semaine 26 (du 22 au 28 juillet) ne montrent pas pour l’instant de "signaux en faveur d’une reprise de l’épidémie". Cependant, la circulation du coronavirus se poursuit en Guyane et à Mayotte. Le point complet : 

  • Le nombre hebdomadaire de décès en France diminue ou reste stable entre la semaine 25 et 26 dans la plupart des régions, sauf dans deux régions : la Guyane (1,07 vs 2,5 décès pour 100 000 habitants) et l’Auvergne-Rhône-Alpes (0,26 vs 0,42 décès pour 100 000 habitants). Au total, 164 personnes sont décédées en semaine 26 contre 242 en semaine 25. 
  • Le taux de positivité des tests national hebdomadaire est de 1,4 % en semaine 26 contre 1,5 en semaine 25. Santé publique France confirme que ce taux est resté stable par rapport à la semaine précédente. En Outre-mer ce taux est de 19,4% à Mayotte et 25,6% en Guyane contre 15,4% et 26,7% en semaine 25. Le taux d’incidence (nombre de nouveaux cas pour 100 000 habitants) est de 4,9/100 000 habitants au niveau national. Partout en France métropolitaine, le taux d’incidence est inférieur à 10/100 000 habitants. 
  • Le bilan des clusters depuis le début du déconfinement est de 304 au 1er juillet 2020 (hors Ehpad et milieu familial restreint). Ce nombre reste stable sur les quatre dernières semaines. Au 1er juillet, 91 foyers sont en cours d’investigation, soit moins d’un tiers. 37% d’entre eux ont une criticité élevée, selon Santé publique France. 69% des foyers comportent plus de 5 cas de coronavirus. 
  • Le R ou nombre de reproduction effectif national calculé à partir des tests PCR est de 0,90 en France métropolitaine. Santé publique France note que cet indicateur est stable par rapport à la semaine précédente. La majorité des régions affichent un nombre de reproduction R inférieur à 1 cependant certaines régions ont un taux dépassant le seul de vigilance de façon non significative, indique Santé publique France. C’est le cas de l’Auvergne-Rhône-Alpes (1,10), de la Bretagne (1,22), de la Normandie (1,01). En Guyane, le R est "toujours élevé" avec 1,42, mais diminue par rapport à la semaine 25 où il atteignait 2,5. 

Combien de cas et de morts du coronavirus en France ? Dernier bilan

Le dernier bilan quotidien de l'épidémie de coronavirus en France a été communiqué vendredi 3 juillet par Santé publique France. Aucun bilan n'est dorénavant communiqué le week-end. Voici selon les données des autorités, la situation sanitaire en France :

  • 166 960 cas confirmés par PCR, soit 582 de plus
  • 29 893 décès au total, soit 18 de plus
  • 19 396 décès à l'hôpital, soit 18 de plus
  • Décès en Ehpad non communiqués
  • 7990 hospitalisations en cours, soit 158 de moins
  • 560 personnes actuellement en réanimation, soit 13 de moins
  • 77060 personnes sorties de l'hôpital, soit 258 de plus
  • Taux de positivité des tests : 1,4%
  • 88 clusters en cours d'investigation, soit 1 de moins
  • 2 départements en vulnérabilité élevée (Guyane et Mayotte)

NB : les données relatives aux personnes hospitalisées et en réanimation présentées ci-dessus correspondent au nombre de patients en cours de soins et non au cumul depuis le début de l'épidémie. En cumul, on enregistre 104 904 hospitalisations. De même, l'évolution des hospitalisations et des cas en réanimation en 24 heures correspond à des chiffres net, tenant compte des guérisons et des décès. Dans les dernières 24 heures, en brut, 125 hospitalisations de plus ont été enregistrées et 12 admissions en réanimation.

16:35 - OMS : fin de l’étude sur l’hydroxychloroquine chez les patients hospitalisés

L’OMS met fin à l’utilisation de l'hydroxychloroquine et de l'association lopinavir-ritonavir pour traiter les personnes atteintes par le coronavirus. Ces médicaments "ne réduisent pas ou très peu la mortalité des patients hospitalisés atteint par la Covid-19, par comparaison aux soins standards", explique l’Organisation mondiale de la santé. Cette décision ne s’applique pas quand ce traitement est utilisé chez les patients non-hospitalisés ou en prévention avant l’apparition de la maladie. 

15:38 - Bilan : 530 865 morts du Covid-19 dans le monde

Le dernier bilan de l’AFP fait état de 530 685 décès des suites du coronavirus dans le monde. 11 296 470 personnes ont été contaminées dans 196 pays et territoires depuis le début de l’épidémie. Près de six millions ont guéri. 

14:46 - Paris : trois agents de la RATP contaminés par le Covid-19

Trois cas de coronavirus ont été détectés chez des employés de la RATP, à Paris. Il s’agit d’agents de maintenance du métro qui travaillent dans des ateliers du XVe arrondissement. Des dépistages vont être effectués auprès des autres agents qui travaillent sur le site. L’Agence régionale de santé va mener une enquête.

13:48 - Guyane : l’État envoie des renforts sanitaires 

Des renforts humains vont être envoyés en Guyane pour faire face à la progression du coronavirus. 130 réservistes sanitaires sont déjà sur place, 23 nouveaux vont être envoyés "cette semaine", selon le ministère de la Santé et "48 supplémentaires le seront dès la semaine prochaine". Les hôpitaux locaux recevront quant à eux 70 autres soignants. Enfin, "cinq médecins anesthésistes réanimateurs et quinze infirmiers" se rendront également sur place. 

13:01 - Corrèze : découverte d’un nouveau cluster 

Quatre personnes ont été testées positives à Brive-la-Gaillarde et Malemort, en Corrèze. 59 personnes ont été mises en quatorzaine. Ce foyer a commencé avec un patient zéro qui a manifesté des symptômes mercredi, raconte France bleu. Il a été testé tout comme trois autres personnes. Ces derniers avaient participé à une fête regroupant une vingtaine d’amis. 

12:10 - Île-de-France : à la recherche des foyers épidémiques

1,4 millions de Franciliens vont recevoir une lettre des autorités sanitaires les invitant à se faire dépister gratuitement, explique 20 Minutes. Cela concernera donc 10% de la population d’Île-de-France. L’objectif est de détecter un maximum de clusters. 34 foyers épidémiques sont encore actifs dans la région, dont neuf à Paris. La plupart de ces clusters se trouvent dans des établissements de santé ou médico-sociaux.

11:14 - Pour les pompiers, les transferts de patients étaient des "pures opérations de communication" 

Selon les pompiers, les transferts de patients de régions saturées vers des zones moins touchées étaient de "pures opérations de communication" et une "véritable esbroufe". "Était-il efficace de faire faire des centaines de kilomètres aux victimes alors que souvent il y avait de la place dans la clinique d'en face?", s’interrogent-ils. 

10:43 - Les pompiers dénoncent une mauvaise gestion de la crise sanitaire dans un rapport très critique

La Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France a envoyé une synthèse au ministère de l’Intérieur sur la gestion de la crise du coronavirus, que Le Parisien a pu consulter, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle n’est pas tendre avec le gouvernement. Pour les pompiers, la crise "a surtout été celle du leadership de la communication" plutôt que sanitaire. Ce rapport dénonce des "lourdeurs administratives" et le "choix politique" d'une gestion par le ministère de la Santé, plutôt qu’une gestion interministérielle. Par ailleurs, les soldats du feu regrettent de ne pas avoir été mis à contribution comme cela a pu être le cas lors de l’épidémie de H1N1, de la grippe aviaire. "À chaque fois, on s'adapte, et là le mot d'ordre, c'était tout sauf les pompiers", déplorent-ils. 

Derniers articles sur le coronavirus