DIRECT. Coronavirus en France : le point par région, l'épidémie ne régresse pas

Chargement de votre vidéo
"DIRECT. Coronavirus en France : le point par région, l'épidémie ne régresse pas"

DIRECT. Coronavirus en France : le point par région, l'épidémie ne régresse pas CORONAVIRUS. Si l'épidémie continue de rester maîtrisée, les taux d'incidence et de positivité ont augmenté dans plusieurs départements. Retrouvez les dernières informations en direct.

Durant cette dernière semaine, le taux de positivité a augmenté de plus de 30%. RTL indique que si l'indicateur R0 est au vert, les taux d'incidence et de positivité ont augmenté dans certains départements. Emmanuel Macron a annoncé sur BFMTV la tenue d’un nouveau Conseil de défense sur le Covid-19 "la semaine prochaine". "Je recommande la plus grande vigilance", "être masqué systématiquement dans un lieu clos" et "quand on ne peut pas tenir les distances de sécurité, de mettre un masque", a notamment indiqué le chef de l'État. "Je crois qu'il faut prendre l'habitude de porter ce masque", a-t-il ajouté dans cette interview.

Quelle est l'évolution du coronavirus en France ? Les chiffres

La Direction générale de la Santé l'a confirmé dans son dernier communiqué, la circulation du coronavirus demeure "soutenue" en France. Pour la quatrième semaine consécutive, le nombre de cas quotidiens est en hausse, et 8 203 nouveaux cas ont été confirmés en France en semaine 31 (du 27 juillet au 2 août 2020). Sur cette même semaine, le taux d'incidence a grimpé à +33%, et les jeunes (20-30 ans) sont de plus en plus touchés. Quinze départements ont été classés en situation de vulnérabilité. Face à ces indicateurs inquiétants d'une reprise de l'épidémie de Covid-19, le corps médical exhorte les Français à réagir au plus vite en cette période estivale, propice aux rassemblements. Voici les chiffres clés à retenir dans le nouveau bilan hebdomadaire du 7 août :

  • Le coronavirus se propage de plus en plus en France. Plusieurs indicateurs augmentent entre les semaines 30 et 31 : le nombre de nouveaux cas confirmés de Covid-19 (8 203 soit +33%), le taux de positivité des tests (1,6% contre 1,4%) et l'incidence des cas (le taux d'incidence national est de 12/100 000 habitants et est en augmentation ; 21 départements ont un taux d'incidence supérieur à 10/100 000 en S31). En S31, le taux de dépistage est en augmentation de 14%, avec 783/100 000 habitants (soit 581 779 tests effectués). Par ailleurs, Santé publique France explique que les personnes asymptomatiques représentaient 73% des personnes testées en S31 et étaient en augmentation par rapport à S30 (65%). Enfin, le nombre de cas a augmenté dans l’ensemble des classes d’âge mais l’augmentation est plus importante chez les 15-44 ans indique Santé publique France.
  • Le coronavirus est particulièrement actif dans 21 départements de l'Hexagone, avec des taux d'incidence supérieurs à 10 cas sur 100 000 habitants : la Mayenne (48/100 000 h), Paris (31/100 000 h), la Seine-Saint-Denis (28/100 000 h), le Val-de-Marne (28/100 000 h), la Haute-Savoie (27/100 000 h), les Bouches-du-Rhône (24/100 000 h), le Nord (23/100 000 h), les Hauts-de-Seine (23/100 000 h), l'Essonne (21/100 000 h), le Val-d’Oise (20/100 000 h), la Sarthe (18/100 000 h), la Seine-et-Marne (18/100 000 h), l'Ille-et-Vilaine (18/100 000 h), les Yvelines(17/100 000 h), les Alpes-Maritimes(17/100 000 h), la Meurthe-et-Moselle (17/100 000 h), la Haute-Garonne (16/100 000 h), la Loire (12/100 000 h), le Loiret (12/100 000 h), le Gard (11/100 000 h) et l'Ain (11/100 000 h). 
  • Le nombre de reproduction est aussi en hausse. Le "R effectif" (nombre moyen de personnes infectées par un cas) est de 1,32 selon Santé publique France. Une estimation en baisse par rapport à la semaine passée. Les R effectifs régionaux sont "significatifs" dans plusieurs régions : en Ile-de-France, en Auvergne-Rhône-Alpes, en Bretagne, en Centre-Val de Loire, dans le Grand-Est, les Hauts-de-France, l'Occitanie et la Provence-Alpes-Côte d’Azur, mais aussi en outre-mer : en Guadeloupe et en Martinique.
  • Le nombre de clusters est à la hausse, notamment en milieu familial élargi et lors de rassemblements. 91 nouveaux foyers de contamination ont été recensés en S31. Selon le point de Santé publique France, le nombre de clusters dépasse la situation à la levée du confinement en France. Parmi les 609 clusters identifiés, le milieu familial élargi (plusieurs foyers) et les événements publics/privés rassemblant de manière temporaire des personnes restent les types de collectivités les plus représentés (21%), avec les établissements de santé (ES) (17%) et les entreprises hors ES (22%).
  • Les taux hebdomadaires de décès (pour 100 000 habitants) restent stables entre les semaines 30 et 31 dans toutes les régions à l’exception de la Guyane où ils diminuent : 0,36/100 000 h en S31 contre 1,79/100 000 h en semaine 30.

Carte. Où sont situés les nouveaux cas de coronavirus en France ?

Santé Publique France est attentif à un indicateur qui permet de suivre l'évolution du Covid-19 en France : le taux d'incidence. Plus solide que le taux de positivité des tests qui donne un aperçu à un instant T, ce taux représente le nombre de nouveaux cas de coronavirus diagnostiqués par test PCR "survenus sur les 7 derniers jours dont les données sont consolidées", rapporté au nombre d’habitants. Le seuil d'alerte a été fixé à 50 pour 100 000 habitants. L’incidence hebdomadaire atteint les 9 cas / 100 000 habitants, selon le bilan du mardi 28 juillet. La carte ci-dessous rend compte de la situation dans tous les départements français.

Lire aussi

En direct

18:30 - Le centre de loisirs de la Mouline à Albi fermé suite à un cas positif

FIN DU DIRECT - Le centre de loisirs de la Mouline à Albi restera fermé lundi, en attendant d'avoir les résultats des tests, indique La Dépêche. L’Agence régionale de la santé a indiqué que "des tests sont en cours évidemment pour tous les cas contacts de la personne positive".

18:10 - Suspicion d'un cas de coronavirus au sein du paddock de la MotoGP

Un membre du paddock de la MotoGP aurait été contrôlé positif au coronavirus, indique L’Équipe. Ce dépistage a entraîné la mise à l'isolement de plusieurs personnes en attendant une confirmation, précise le média. Les commentateurs de Canal+ ont notamment annoncé qu'ils restaient en dehors du paddock, par précaution face au Covid-19.

17:50 - Un vaccin candidat produit de hauts niveaux d'anticorps

La société de biotechnologie, Novavax, a annoncé que son vaccin-candidat a engendré un haut niveau d’anticorps chez quelques dizaines de volontaires. Cet essai randomisé a inclus 131 personnes en Australie, dont 50 ont reçu un placebo. À l’issue de l’injection de la seconde dose du sérum, tous les participants vaccinés ont développé des anticorps neutralisants et des lymphocytes T. Les injections ont entraîné des effets secondaires indésirables, dont des douleurs au niveau de l'injection, des maux de tête, de la fatigue et des douleurs musculaires. L’administration Trump a investi 1,6 milliard de dollars dans le développement de ce vaccin-candidat.

17:32 - Le masque obligatoire dans certaines zones de Paris et d'Ile-de-France

À partir de lundi, le masque sera obligatoire dans certaines zones de Paris et d’Ile-de-France, a indiqué la préfecture de police. Plusieurs villes ont déjà adopté le port du masque obligatoire dans certains lieux d’affluence.

17:30 - La piscine de plein air d’Haguenau réouverte après la découverte d'un cas de coronavirus

Un maître-nageur sauveteur de la piscine de plein air de Haguenau a été testé positif au Covid-19, comme le rapporte France 3 Régions. La ville a décidé de fermer temporairement le lieu le 6 août 2020 et de tester le personnel de la piscine. Or, le test a été négatif, ce qui a permis de rouvrir la piscine le dimanche 9 août, précise le média.

17:10 - Renaud Muselier estime que le port du masque obligatoire "est du bon sens"

Selon Renaud Muselier, président du conseil régional de PACA, le port du masque obligatoire à l’extérieur, "c’est du bon sens". RMC rapporte ses propos : "Ce n’est que du bon sens. Quand vous êtes sur le vieux port (de Marseille), vous êtes agglutiné ou très nombreux donc vous avez mécaniquement un rapprochement notamment sur le bas de la canebière et sur le vieux port. On voit que sur les marchés, des endroits qui sont serrés, vous avez une absence de distanciation donc une transmission. C’est simple, dès qu’il y a du monde, que vous êtes dehors et qu’il y a moins d’un mètre, vous mettez le masque. C’est aussi simple que ça".

16:50 - Fin de la quatorzaine à l'Ehpad La Riviera de Mougins

En quatorzaine depuis la découverte d'un nouveau cas positif parmi ses résidents fin juillet, l’Ehpad de Mougins (Alpes-Maritimes) a été déconfiné vendredi 7 août. L’établissement d'hébergement pour personnes âgées avait enregistré 40 décès au pic de l'épidémie de Covid-19, rapporte France 3 Régions.

16:32 - Comment les wedding planners gèrent le stress des futurs mariés

Les wedding planners, organisateurs de mariage, font face tant bien que mal aux conséquences du coronavirus sur l'organisation des mariages. Nombreux sont les couples avoir dû reporter ou annuler leur cérémonie lors du confinement et les mois qui ont suivi, par précaution. Il faut désormais revoir les cérémonies.

15:57 - Des membres de l'effectif professionnel de Toulouse testés positifs au coronavirus

Quatre membres de l'effectif professionnel de Toulouse ont été testés positifs au covid-19, dont l'entraîneur Patrice Garande et son adjoint, rapporte le site de Jean Marc Morandini. Cela a conduit à l'annulation de la rencontre amicale de football programmée samedi soir face à Rodez.

15:36 - Ce qu'on risque en cas de non port de masque

135 ou 38 euros d'amende ? Le port du masque obligatoire dans la rue s'étend à travers toute la France, comme le rapporte l’Est Républicain, et notamment sur les zones touristiques. En cas de non-respect de cette mesure, que risque-t-on ? Eh bien, cela dépend. S'il s'agit d'un arrêté préfectoral, une amende de 135 euros est prévue en cas d’infraction, précise le média. En revanche, s'il s'agit d'un arrêté municipal (pris par le maire), le montant du PV ne sera "que" de 38 euros.

LIRE PLUS

Combien de cas et de morts du coronavirus en France ? Dernier bilan

Le dernier bilan quotidien de l'épidémie de coronavirus a été communiqué vendredi 7 août par le ministère de la Santé. Si le nombre de nouveaux cas diagnostiqués est en augmentation, celui des hospitalisations est en baisse, mais celui des patients transférés en réanimation augmente. Voici les derniers chiffres :

  • 197 921 cas confirmés par PCR, soit 2 288 de plus
  • 30 324 décès au total
  • 19 818 décès à l'hôpital, soit 12 de plus
  • 10 515 décès en Ehpad (bilan du 28 juillet)
  • 5 011 hospitalisations en cours, soit 136 de plus
  • 383 personnes en réanimation, soit 20 de plus
  • Taux de positivité des tests : 1,7%
  • 184 clusters en cours d'investigation, soit 21 de plus
  • 15 départements en situation de vulnérabilité 

NB : les données relatives aux personnes hospitalisées et en réanimation présentées ci-dessus correspondent au nombre de patients en cours de soins et non au cumul depuis le début de l'épidémie.

Faut-il s'attendre à un reconfinement en France ?

Alors que le regain d'activité du coronavirus en France inquiète, la question de l'arrivée d'une seconde vague épidémiologique, qu'elle touche l'ensemble du territoire ou seulement quelques zones, se pose de plus en plus. Et avec elle, les craintes de nouvelles restrictions des libertés de circulation. Pour enrayer la propagation du virus, le gouvernement n’exclut d'ailleurs pas un reconfinement partiel et la fermeture de certains bars. Mi-juillet, le Premier ministre Jean Castex a évoqué l’idée de nouvelles mesures contraignantes, mais il a insisté sur la volonté du gouvernement de limiter les conséquences d’une telle mesure sanitaire. "Ce qu’il faut éviter par-dessus tout, c’est le reconfinement général" qui serait "catastrophique" d'un point de vue économique et social. En cas de reconfinement, il s’agirait d’établir "des reconfinements très localisés", c'est-à-dire par villes ou zones délimitées. "Nous nous adapterons", a assuré Jean Castex, dans un entretien publié par Nice Matin. "Même si le nombre de cas repart à la hausse, les tests positifs restent dans des moyennes basses par rapport aux pays qui nous entourent. Et les hospitalisations restent à un niveau maîtrisé. (...) La priorité, c’est encore et toujours la prévention", a-t-il ajouté. 

Derniers articles sur le coronavirus