DIRECT. Covid en France : 298 morts en 24 heures, plus de 42 000 nouveaux cas

Chargement de votre vidéo
"DIRECT. Covid en France : 298 morts en 24 heures, plus de 42 000 nouveaux cas"

DIRECT. Covid en France : 298 morts en 24 heures, plus de 42 000 nouveaux cas COVID FRANCE. La propagation du Covid-19 continue de s'accélérer dans le pays. Selon le dernier bilan de Santé publique France diffusé vendredi, près de 300 décès en 24 heures sont à déplorer, avec exactement 298 morts dans la journée. Concernant le nombre de cas, c'est un nouveau record qui vient d'être battu, avec 42 032 nouvelles personnes contaminées par le virus. Plus d'un million de cas ont été recensés depuis le début de l'épidémie.

Combien de cas et de morts du Covid-19 en France ? Dernier bilan

Le dernier bilan de Santé publique France est tombé vendredi. Comme attendu, le cap du million de cas vient d'être franchi, avec 1 041 075 de personnes contaminées depuis le début de l'épidémie du Covid-19. Plus de 42 000 nouveaux cas ont été enregistrés en 24 heures, avec exactement 42 032 nouvelles personnes testées positives. Un nouveau record. On compte près de 300 décès de plus dans la journée, avec précisément 298 morts.

  • 1 041 075 cas confirmés par PCR (Ehpad compris), soit 42 032 de plus
  • 57 261 cas en Ehpad (chiffre mis à jour ce soir)
  • 34 508 décès au total (Ehpad compris), soit 298 de plus
  • 23 382 décès à l'hôpital, soit 184 de plus
  • 11 126 décès en Ehpad, soit 114 de plus depuis mardi
  • 15 008 hospitalisations en cours, soit 976 de plus
  • 2441 personnes actuellement en réanimation, soit 122 de plus
  • 109 486 personnes sorties de l'hôpital, soit 887 de plus
  • Taux de positivité des tests : 15,1%, soit 0,8 point de plus
  • 2073 clusters en cours d'investigation, soit 118 de plus
  • 91 départements en vulnérabilité élevée, stable

NB : les données relatives aux personnes hospitalisées et en réanimation présentées ci-dessus correspondent au nombre de patients en cours de soins et non au cumul depuis le début de l'épidémie. De même, l'évolution des hospitalisations et des cas en réanimation en 24 heures correspond à des chiffres net, tenant compte des guérisons et des décès. Dans les dernières 24 heures, en brut, 1998 hospitalisations de plus ont été enregistrées et 262 admissions en réanimation.

Les infos du vendredi 23 octobre

  • À l'occasion d'une visite au CHU de Pontoise, dans le Val-d'Oise, le président de la République Emmanuel Macron a déclaré : "On va évaluer chaque semaine l'efficacité des mesures prises. […] Ces mesures, de manière certaine, je peux vous le dire aujourd'hui, n'ont pas vocation à être réduites mais elles seront peut-être renforcées si elles ne sont pas suffisamment efficaces", cite Le Parisien. D'après franceinfo, le chef de l'État a ajouté : "Nous avons préparé le déconfinement, en avril et en mai, en travaillant tout de suite sur des scénarios de reconfinement. [...] Nous avons préparé ces scénarios, qui peuvent aller jusqu'au reconfinement local."
  • Santé publique France a publié son point épidémiologique hebdomadaire, rendant compte avec précision de l'évolution du Covid-19 en France. Indicateurs, remontées des hôpitaux... Retrouvez ce qu'il faut retenir de ce nouveau point épidémiologique.
  • Martin Hirsch a fait savoir vendredi qu'il n'était pas question de transférer des patients comme au printemps, lors de la première vague épidémique. "C'est une question qui se pose en des termes très différents du printemps, où il y avait des régions beaucoup plus impactées que les autres. Aujourd'hui, en tout cas pour ce qui concerne la région Île-de-France, on n'imagine pas être conduit à transférer dans les mêmes conditions qu'on l'a fait au printemps", a expliqué le directeur de l'AP-HP, redoutant une seconde vague "pire que la première" et évoquant un "mois de novembre redoutable".
  • Des transferts ont bien eu lieu dans d'autres régions que l'Ile-de-France. Quatre patients Covid hospitalisés à Saint-Etienne ont été transportés au CHU de Bordeaux, huit autres ont été transférés depuis les hôpitaux de Roubaix et Tourcoing vers d'autres établissements de la région Hauts-de-France.
  • Interrogé par France Bleu vendredi, Aurélien Rousseau s'est félicité du respect quasi généralisé du couvre-feu. Le directeur de l'Agence régionale de santé d'Ile-de-France a averti malgré tout que si les premiers effets de cette mesure ne se faisaient pas sentir sur les courbes la semaine prochaine, "des décisions devront être prises", comme par exemple un couvre-feu plus tôt, voire un reconfinement.

Quelle est l'évolution du Covid-19 en France ?

Dans son dernier bulletin épidémiologique, publié jeudi 22 octobre dans la soirée, Santé publique France rapporte une "forte augmentation" des indicateurs liés au Covid-19 pour la semaine 42 (du 12 au 18 octobre 2020). SPF alerte particulièrement des 65 ans et plus : on compte six fois plus de cas et cinq fois plus d’hospitalisations et d’admissions en réanimation en comparaison à début septembre. Au niveau national, les taux de positivité des tests et d'incidence ont tous les deux augmenté entre S41 et S42 (dans toutes les classes d'âge). Après avoir observé une stabilité en S41, les nouvelles admissions en réanimation repartent drastiquement à la hausse (+48%). Voici ce qu'il faut retenir point par point :

  • Les indicateurs épidémiologique observent une forte hausse. Le taux d'incidence national (nombre de cas pour 100 000 habitants), est désormais de 251 (182 en S41). Désormais, tous les départements sont au-dessus du seuil d’alerte de 50/100 000 habitants. Le taux de positivité des tests est de 13,7% (12,3% en S41). Il est désormais supérieur à 5% dans tous les départements de France métropolitaine et supérieur à 10% pour 62 départements. Les taux de positivité les plus élevés étaient rapportés dans la Loire (23,5%), en Isère (21,7%), en Haute-Loire (20,6%).
  • Les cas confirmés et cas contact augmentent sensiblement. Une augmentation très importante du nombre de nouveaux cas et de nouvelles personnes-contacts à risque identifiés par Santé publique France est observée en S42 pour la 2e semaine consécutive. Le nombre de cas de Covid-19 confirmés a augmenté de 39%.
  • En milieu hospitalier, après une baisse en S39 et en S40, et pour la 2ème semaine consécutive, le nombre de passages pour suspicion de Covid-19 dans l’activité totale était en hausse dans toutes les régions de France métropolitaine (+35% par rapport à S41). A noter que ce chiffre est en baisse en outre-mer. Les déclarations de nouvelles hospitalisations pour COVID-19 ont augmenté en semaine 42 (+48%) Les régions les plus concernées sont Auvergne-Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d’Azur,  Île-de-France et Hauts-de-France. SPF note une reprise de l'augmentation des admissions en réanimation (+48% entre S41 et S42), après une stabilisation observée entre S40 et S41.
  • Concernant les décès, le nombre hebdomadaire au niveau national a fortement augmenté : +40% entre les semaines 41 et 42 (de 546 décès en S41 à 764 en S42).
  • Le nombre d’actes SOS Médecins pour suspicion de Covid-19 a augmenté entre S41 et S42 (+15%). Cette hausse concerne exclusivement les adultes et semble s’intensifier par rapport à la semaine 41 chez les adultes de 45-74 ans (+35%) et de 75 ans et plus (+26%).
Lire aussi

23:46 - Quelle est la situation en Haute-Garonne ?

La Haute-Garonne fait partie des 54 départements concernés par le couvre-feu. Selon le bilan du Covid communiqué ce vendredi, dans le département, le nombre de personnes hospitalisées est de 229 patients, avec 25 nouveaux admis dans les dernières 24 heures. 56 malades sont en réanimation, avec 4 nouvelles entrées dans la journée. 133 personnes sont mortes du coronavirus, soit 0 de plus en 24 heures, et 1296 sont sorties de l'hôpital, soit 6 de plus.

23:28 - Couvre-feu : les restaurants d'hôtels autorisés à servir en "room service"

Ce vendredi, le secrétariat d'État en charge du Tourisme a indiqué à l'AFP dont LCI se fait l'écho, que le "room service" était autorisé pour les restaurants d'hôtels situés dans les départements sous couvre-feu. "Tous les restaurants qui se situent dans les zones de couvre-feu ferment à 21h : ce qui est autorisé dans des hôtels, c'est d'assurer du room service, ont précisé les services de Jean-Baptiste Lemoyne. Ils servent les clients qui sont dans leur chambre, il n'y a donc pas de flux et donc le couvre-feu est respecté."

23:12 - Peut-on partir en vacances ou en week-end pendant le couvre-feu ?

Interrogé par franceinfo, le ministère de l'Intérieur a donné quelques précisions concernant le couvre-feu. Les Français peuvent circuler entre deux zones concernées par le couvre-feu, même si cela implique de traverser des zones sous couvre-feu entre 21h et 6h du matin, "s'il s’agit d’un simple transit entre les deux zones hors couvre-feu". Toutefois, il est interdit de partir en vacances en voiture ou d'arriver de vacances dans une zone sous couvre-feu aux horaires de cette mesure. "Il convient de prendre ses dispositions pour partir ou arriver en dehors des horaires du couvre-feu", a précisé le cabinet à nos confrères.

22:57 - Île-de-France : 46 morts de plus en 24 heures

En Île-de-France, d'après les chiffres de Santé publique France diffusés ce vendredi, le nombre de personnes hospitalisées est de 3908 patients, avec 542 nouveaux admis dans les dernières 24 heures. 730 malades sont en réanimation, avec 85 nouvelles entrées dans la journée. 8644 personnes sont mortes du coronavirus, soit 46 de plus en 24 heures, et 38 404 sont sorties de l'hôpital, soit 267 de plus.

22:42 - Professeur Bruno Lina : "Le problème de la circulation du virus concerne tout le pays"

Bruno Lina, professeur de virologie au CHU de Lyon et membre du Conseil scientifique, a souligné auprès de BFMTV, l'importance du respect du couvre-feu. "Il est extrêmement important que chacun d'entre nous applique une règle de dire 'on va avoir une vie sociale un peu moins importante' parce que c'est lors de ces événements festifs que se fait l'essentiel de ces transmissions", a-t-il insisté. Et d'ajouter : "Le problème de la circulation du virus concerne tout le pays. [...] On est dans une dynamique épidémique, elle n'est pas tout à fait la même que celle de la première vague, mais elle est quand même très significative."

22:27 - 2 milliards d'euros pour l'extension du couvre-feu

Invité sur Europe 1 ce vendredi, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a révélé que l'extension du couvre-feu à 38 nouveaux départements, coûterait plus de 2 milliards d'euros. Le locataire de Bercy a souligné : "Nous avons dit depuis le début de cette crise que lorsqu’il y aurait des mesures de protection sanitaire, nous accompagnerons les professions concernées." Il s'est voulu rassurant. "Il n’y a pas d’inquiétude à avoir. Nous avions anticipé ce risque sanitaire. Nous avions prévu neuf milliards d’euros pour le fonds de solidarité, six ont été dépensés. Il reste encore trois milliards d’euros de disponible. Nous pouvons tenir jusqu’à la fin de l’année / début de l’année prochaine avec les sommes prévues", a-t-il poursuivi.

22:12 - Quelle est la situation en Ille-et-Vilaine ?

Dans l'Ille-et-Vilaine, qui rejoint la liste des départements sous couvre-feu ce vendredi à minuit, le nombre de personnes hospitalisées est de 113 patients, avec 17 nouveaux admis dans les dernières 24 heures, indique le dernier bilan de Santé publique France daté du 23 octobre. 15 malades sont en réanimation, avec 4 nouvelles entrées dans la journée. 114 personnes sont mortes du coronavirus, soit 1 de plus en 24 heures, et 692 sont sorties de l'hôpital, soit 8 de plus.

21:59 - Quelle est la situation dans le Rhône ?

Selon le dernier bilan du Covid daté de ce vendredi, dans le Rhône, le nombre de personnes hospitalisées est de 976 patients, avec 121 nouveaux admis dans les dernières 24 heures. 156 malades sont en réanimation, avec 19 nouvelles entrées dans la journée. 859 personnes sont mortes du coronavirus, soit 6 de plus en 24 heures, et 4485 sont sorties de l'hôpital, soit 44 de plus.

21:44 - 976 hospitalisations et 122 personnes en réanimation en 24 heures

Selon les chiffres publiés par Santé publique France ce vendredi, 15 008 hospitalisations sont en cours, soit 976 de plus en 24 heures, et 2 441 personnes se trouvent en réanimation, soit 122 de plus. Ces données correspondent au nombre de patients en cours de soins et non au cumul depuis le début de l'épidémie. En brut, il y a eu 2 091 hospitalisations et 299 admissions en réanimation de plus, dans la journée.

21:29 - Bouches-du-Rhône : trois communes contestent le couvre-feu

Trois petites communes des Bouches-du-Rhône contestent le couvre-feu, d'après l'AFP dont Le Figaro se fait l'écho. Cornillon-Confoux, Saint-Marc Jaumegarde et Mimet, qui comptent respectivement 1300, 1400 et 4600 habitants, ont demandé ce vendredi au tribunal administratif de Marseille, d'annuler la mesure restrictive, soulignant le fait d'être moins touchées par le virus que les grandes villes comme Marseille ou Aix-en-Provence. "Le préfet applique la mesure indistinctement, alors que le département se caractérise par une grande diversité", a déclaré Me Sylvain Carmier, avocat des trois communes en question. Le tribunal rendra son ordonnance samedi.

21:14 - Taux de positivité des tests : 0,8 point de plus en 24 heures

Selon le bilan de Santé publique France de ce vendredi, le taux de positivité des tests Covid est actuellement de 15,1%. Ce chiffre représente une augmentation de 0,8 point en 24 heures, ce qui est particulièrement élevé. Concernant le nombre de clusters, 2 073 sont en cours d'investigation, soit 118 de plus en une journée.

20:58 - Près de 300 morts en 24 heures, et plus d'un million de cas depuis le début de l'épidémie

C'est un nouveau record qui vient d'être battu ce vendredi. D'après les chiffres publiés par Santé publique France, la barre des 42 000 nouveaux cas de Covid-19 a été franchie, avec 42 032 nouvelles personnes contaminées. Le million de cas a été atteint, puisqu'on compte 1 041 075 de cas confirmés par PCR depuis le début de la crise sanitaire. Par ailleurs, près de 300 morts en 24 heures sont à déplorer, avec exactement 298 décès de plus entre jeudi et vendredi (Ehpad compris).

20:36 - Des chiffres en hausse en Creuse

D'après le dernier bilan de Santé publique France publié ce vendredi, il y a eu 3 morts de plus en Creuse, depuis le 15 octobre. En une semaine, le nombre de décès est passé de 16 à 19 personnes. Concernant les hospitalisations, le département est passé de 4 à 15 personnes hospitalisées en 7 jours. Le taux d'incidence est de 122 cas pour 100 000 habitants, contre 70 la semaine dernière.

20:14 - Emmanuel Macron : "Nous n'avons d'autres choix que de réduire notre vie sociale au maximum"

D'après LCI, lors de son entretien avec les représentants des membres du personnel du CHU de Pontoise (Val-d'Oise), Emmanuel Macron a assuré qu'il était "trop tôt aujourd'hui pour dire si on va vers des reconfinements locaux ou plus larges", avant de préciser : "On va essayer à chaque fois d'aller réduire les lieux, les moments, où on a identifié que le virus circulait beaucoup. Dès qu'on aura suffisamment freiné la circulation, 3 000 à 5 000 cas par jour, on réadoptera une stratégie en réouvrant et en intensifiant les tests et les systèmes de protection." Le chef de l'État a ajouté : "On se projette au mieux jusqu'à l'été prochain." Et de déclarer : "Ma question, c'est comment vivre avec le virus durant cette période ? Dans la phase où nous sommes, nous n'avons d'autre choix que de freiner, c'est-à-dire de réduire notre vie sociale au maximum, limiter les contacts pour casser la circulation du virus."

19:57 - Emmanuel Macron : "Jeunes comme moins jeunes, nous sommes tous exposés"

Sur Twitter ce vendredi, Emmanuel Macron insiste sur l'importance des gestes barrières. "Aidez-nous à expliquer que le port du masque, que tous les gestes barrières, doivent devenir comme la ceinture en voiture : un réflexe pour se protéger", écrit-il avant d'évoquer les jeunes : "Nous ne le rappellerons jamais assez : non, ce n’est pas une maladie comme les autres. Non, le virus n’épargne personne. Jeunes comme moins jeunes, nous sommes tous exposés. Nous sommes tous liés."

19:38 - Nouvelles mesures dans les Landes

La préfète des Landes, Cécile Bigot-Dekeyzer, a annoncé ce vendredi de nouvelles mesures restrictives pour limiter la propagation du coronavirus dans le département, indique France Bleu. Les voici : fermeture des bars au public entre 22h et 6h du matin ; fermeture des restaurants à 23h30 ; "Cahiers de tracing" obligatoires dans tous les restaurants ; musique amplifiée dans la rue interdite à tout moment de la journée ; la vente à emporter d'alcool sera interdite de 22 h à 6h du matin et la consommation d'alcool sur la voie publique sera également interdite de 22h à 6h du matin. Le nouvel arrêté préfectoral prévoit une durée de ces nouvelles mesures jusqu'au 13 novembre, au moins. "La circulation du virus a repris dans les Landes, avec une hausse de presque tous les indicateurs", a souligné la préfète à l'occasion d'un point presse.

19:23 - Le Conseil d'État valide le couvre-feu

Le Conseil d'État valide la mise en place des mesures du couvre-feu en France, ce vendredi. Selon la haute juridiction administrative, ces restrictions ne porteraient pas "une atteinte manifestement illégale aux libertés fondamentales". Dans un communiqué, le juge des référés "constate qu'en l'état actuel des connaissances scientifiques, les contaminations surviennent, pour une grande part, dans les lieux privés. Il précise qu'une mesure de couvre-feu semble avoir montré son efficacité pour limiter la propagation du virus lors de sa mise en œuvre en Guyane en mars dernier".

19:02 - Emmanuel Macron : "Ces scénarios peuvent aller jusqu'au reconfinement local"

Lors de sa visite au CHU de Pontoise, dans le Val-d'Oise, le chef de l'État Emmanuel Macron s'est ainsi adressé aux membres du personnel : "Au moins jusque début décembre, nous aurons toutes les mesures annoncées par le gouvernement. Elles seront peut-être renforcées. (...) Mais on va essayer de le faire de manière la plus ciblée possible. Il est encore trop tôt pour dire si on va vers des reconfinements", cite franceinfo. Le président de la République a poursuivi : "Nous avons préparé le déconfinement, en avril et en mai, en travaillant tout de suite sur des scénarios de reconfinement. (...) Nous avons préparé ces scénarios, qui peuvent aller jusqu'au reconfinement local."

18:47 - Hauts-de-France : des tests antigéniques pour le personnel des Ehpad

L'Agence régionale de santé des Hauts-de-France a annoncé que des tests antigéniques seraient mis à disposition des 60 000 membres du personnel des établissements médico-sociaux (EMS) de la région, à savoir, les Ehpad, les Maisons d'accueil spécialisées, les Foyers d'accueil médicalisés et les Services de soins infirmiers à domicile, indique La Voix du Nord. Cette mise à disposition débutera dès lundi prochain. L'objectif est qu'ils se fassent tester à leur retour de vacances de la Toussaint, a précisé l'ARS dans un communiqué relayé par nos confrères.

18:31 - Emmanuel Macron : "Nous aurons des décisions à prendre dans les prochaines semaines"

À l'occasion de sa visite au CHU de Pontoise, dans le Val-d'Oise, le président de la République Emmanuel Macron a déclaré : "Nous aurons en milieu de semaine prochaine une vision plus claire de l’impact des mesures que nous avons prises (...). Et nous aurons des décisions à prendre dans les prochaines semaines pour ajuster les choses", indique franceinfo.

18:29 - Emmanuel Macron en visite au CHU de Pontoise

Le président de la République Emmanuel Macron devait s'entretenir ce vendredi après-midi avec des représentants du personnel soignant de l'hôpital René-Dubos, à Pontoise, dans le Val-d'Oise, indiquent nos confrères de Ouest-France. Le chef de l'État devait rencontrer notamment des chefs de service de ce centre hospitalier où 10 des 25 lits de réanimation sont déjà occupés par des patients Covid. D'après l'AFP citée par Ouest-France, au CHU de Pontoise, le chef de service d'infectiologie Edouard Devaud estime que la situation est "gérable" pour le moment. Il a ajouté : "On ne peut pas, comme en mars, de nouveau différer les soins pour les gens qui ont d'autres pathologies. Il faut mener de front cette phase de rebond de l'épidémie, les pathologies chroniques et le courant." Selon le médecin, "si l'épidémie continue comme ça, en février 2 000 lits de réanimation en Ile-de-France" seront occupés par des malades touchés par le coronavirus.

18:14 - Brigitte Macron testée négative au Covid-19

Brigitte Macron, qui s'était mise à l'isolement pour une durée de sept jours, en tant que cas contact lundi, a finalement été testée négative au Covid-19, comme l'a indiqué son cabinet à l'AFP dont Le Figaro se fait l'écho. "Mme Macron a effectué le 22 octobre un test virologique (RT-PCR), soit sept jours après son dernier contact avec la personne déclarée positive au Covid-19 et le résultat est qu'elle n'est pas positive", a précisé l'entourage de la Première dame.

17:59 - En Guyane, 19 personnes sont hospitalisées

Dix-neuf personnes sont hospitalisées en Guyane à la date du 22 octobre 2020. Deux d'entre elles sont en réanimation. Le département-région d'outre-mer a recensé 65 décès depuis le début de la pandémie dans le monde, uniquement au sein des établissements hospitaliers. En revanche, Santé publique France a indiqué dans son communiqué que 1774 personnes ont pu quitter les hôpitaux.

17:31 - Seize patients atteints du Covid-19 dans l'Indre

Seize patients de l'hôpital de Châtillon-sur-Indre, dans la région Centre-Val de Loire, ont été testés positifs au Covid-19. L'une des malades est décédée du coronavirus à l'âge de 86 ans. Afin d'éviter la propagation de la maladie, un secteur covid a été créé dans l'urgence. Un dépistage global de tous les patients a été recommandé par deux médecins hygiénistes de l'hôpital de Châteauroux, venus pour évaluer les mesures sanitaires effectives.

16:57 - Des mesures restrictives en Savoie

Le préfet de Savoie, Pascal Bolot, a annoncé des mesures depuis la préfecture de Chambéry. Les bars, salles de sport, de danse, d'exposition, de jeux et les casinos devront fermer à partir de ce soir à minuit. Ces règles sont en place pour une durée de trois semaines, mais pourront être prolongées. Le préfet a indiqué que "l'ensemble de la nation doit être solidaire. C'est une nouvelle épreuve a laquelle nous sommes confrontés".

LIRE PLUS

Carte du Covid en France : quels sont les départements les plus touchés ?

Nous avons élaboré une carte de synthèse donnant un aperçu de la situation du coronavirus en France, mise à jour au quotidien. Y figurent une série d'indicateurs clés comme les données hospitalières, les décès, les guérisons, mais aussi des statistiques sur la progression du virus comme le taux de positivité des tests, le taux d'incidence, le "R effectif". La classification de chaque département est aussi mentionnée (rouge, alerte renforcée, alerte maximale, en vulnérabilité modérée ou élevée...). 

Retrouvez tous les détails sur cette cartographie et le point complet par département dans notre article sur la carte du Covid en France. 

Si la carte ne s'affiche pas, cliquez ici
Derniers articles sur le coronavirus