DIRECT. Covid en France : un cluster dans une prison, des salles de sport refusent de fermer... L'actu du 29 septembre

Chargement de votre vidéo
"DIRECT. Covid en France : un cluster dans une prison, des salles de sport refusent de fermer... L'actu du 29 septembre"

DIRECT. Covid en France : un cluster dans une prison, des salles de sport refusent de fermer... L'actu du 29 septembre COVID FRANCE. Un foyer de contaminations a été détecté dans la prison de Limoges, alors que dans la région parisienne, certaines salles de sport ont continué d'ouvrir malgré l'interdiction qui débutait ce lundi.

Les infos du mardi 29 septembre

  • Un foyer de contaminations au Covid-19 a été identifié dans la prison de Limoges après les tests positifs de quatre personnes. On compte également dix-huit cas contact parmi les détenus, qui vont tous être dépistés, tout comme l'ensemble du personnel. Un renforcement des mesures sanitaires déjà en place dans la maison d'arrêt a été mis en place.
  • A Paris, zone d'alerte renforcée, les salles de sport ont depuis ce lundi l'interdiction d'ouvrir jusqu'à nouvel ordre, comme l'exigent les nouvelles mesures du gouvernement. En guise de protestation, une dizaine d'établissements du groupe "Magic Form" ont ouvert leur portes hier, comme le rapporte Franceinfo, qui assure que malgré des contrôles, aucun d'entre eux n'a fait l'objet de sanctions.
  • À Paris toujours, les bars ont dû fermer leurs portes après 22 heures, dès lundi 28 septembre. Les restaurateurs ont manifesté leur colère et leur incompréhension, notamment au moyen de banderoles déployées devant leurs établissements. Ce mardi, Jean Castex reçoit des représentants de bars et restaurants.
Lire aussi

10:36 - Un centre de dépistage pour personnes prioritaires à Vitry

Un centre de tests du Covid-19 a ouvert ses portes à Vitry-sur-Seine, au sud de Paris. Il s'agit uniquement de tester les personnes prioritaires - cas contact ou symptomatiques, comme défini par le gouvernement. Le centre, situé au 6 rue Montebello, est ouvert du lundi au samedi de 8 heures à 14 heures, sur prescription médicale ou un justificatif de la CPAM.

10:16 - Nouveaux centres de dépistage du Covid dans le Val-d'Oise

Comme le rapport le site actu.fr, deux nouveaux centres de dépistage du Covid-19 ont ouvert leurs portes cette semaine, un à Cergy, l'autre à Argenteuil. "Ces centres, qui seront ouverts jusqu’à la fin de l’année, ont pour objectif de renforcer l’offre de test en région Île-de-France, de favoriser un diagnostic rapide pour les personnes prioritaires et de rendre accessibles au plus grand nombre le dépistage et le diagnostic de la Covid-19", explique la préfecture du Val-d’Oise.

10:01 - "Tout est fait pour éviter un reconfinement"

Invité sur Europe 1 ce mardi matin, Cédric O a assuré qu'un reconfinement n'était à l'ordre du jour, sans que cela ne soit un "tabou". "Il y a des indicateurs extrêmement précis sur l'état d'engorgement des urgences, sur la rapidité de diffusion du virus par région et par ville et dans ce cadre-là, il y a des décisions qui sont prises pour protéger les Français. Tout est fait pour éviter un reconfinement", a expliqué le secrétaire d'Etat au Numérique.

09:51 - Inquiétude pour les hôpitaux marseillais

Sur LCI, le chef de service réa-urgences de la Timone, à Marseille, a tiré la sonnette d'alarme. Selon ce qu'a rapporté Nicolas Bruder, il ne reste plus qu'un seul lit de réanimation disponible dans cet hôpital, alors qu'un tiers des lits sont occupés par des patients Covid-19. Des lits supplémentaires ont déjà été ouverts ce week-end, a-t-il précisé. Plus généralement, à échelle des Bouches-du-Rhône, la situation n'est guère plus reluisante puisqu'il reste seulement une quinzaine de lits.

09:27 - Frédérique Vidal sur les clusters dans les universités

Invitée sur LCP, la ministre de l'Enseignement supérieure est revenue sur la hausse des contaminations au Covid-19 dans les universités. Pour Frédérique Vidal, "rien ne nous dit que les contaminations se fassent au sein des établissements de l'enseignement supérieur". La ministre évoque plutôt des foyers de contaminations créés lors des réunions extra-scolaires d'élèves "dans un bar le soir à boire un verre".

09:15 - Cédric O milite toujours pour StopCovid

L'application de traçage StopCovid n'a pas franchement été un succès, depuis son lancement au printemps dernier. Cédric O, secrétaire d'Etat au Numérique, s'est exprimé sur le sujet au micro d'Europe 1, assumant "l'échec", mais jugeant malgré tout qu'"il y a la place pour ce genre d'applications en Europe".  "On doit retravailler et reconvaincre pour que les gens la téléchargent", a jugé Cédric O, qui a assuré que l'application était "très utile dans le métro, dans les restaurants, dans les bars".

08:56 - Bruno Le Maire affirme avoir été contaminé par le Covid

Sur France Inter ce mardi matin, Bruno Le Maire a affirmé avoir été contaminé par le coronavirus dernièrement. "J'ai été confronté à cette maladie, confiné 8 jours", a assuré le ministre de l'Economie, jugeant qu'il ne s'agit pas d'une maladie "comme les autres". "Je courais 35 kilomètres par semaine et aujourd'hui je ne peux plus courir... cette maladie n'est pas anodine", a-t-il ajouté.

08:52 - "Ce rebond épidémique de la Covid-19 va coïncider avec l’arrivée de l’hiver"

Invité à s'exprimer sur LCI ce mardi matin, Bruno Megarbane s'est montré inquiet quant à la simultanéité de l'arrivée de l'hiver et du rebond épidémique du Covid-19. "Le problème, en comparaison au premier pic épidémique, c’est que malheureusement ce rebond épidémique de la Covid-19 va coïncider avec l’arrivée de l’hiver et de celle des patients habituels qui décompensent leur maladie chronique, respiratoires et cardiaques, qui présentent la grippe, et qui en eux-mêmes saturent habituellement les lits de réanimation", a-t-il affirmé. Le chef du service de réanimation à l’hôpital Lariboisière, à Paris, a malgré tout apporté un élément positif sur les services de réanimation, qui ne sont pas saturés pour le moment.

28/09/20 - 23:28 - Quelle situation dans les Bouches-du-Rhône ?

FIN DU DIRECT - Dans les Bouches-du-Rhône, où Marseille et Aix-en-Provence ont été classées en "zone d'alerte maximale", le nombre de morts dans les dernières 24 heures est assez élevé. D'après le dernier bilan de ce lundi, il y a eu 658 personnes mortes du coronavirus, soit 11 de plus en 24 heures.

28/09/20 - 22:34 - Pluie d'applaudissements dans le 11e arrondissement de Paris

Les bars ont dû fermer leurs portes à 22 heures à Paris ce lundi, à la suite de l'annonce d'Olivier Véran. Rue Oberkampf, dans le 11e arrondissement de la capitale, une longue pluie d'applaudissements s'est faite entendre, comme le montrent des images de franceinfo. Plusieurs patrons de bars, clients et riverains se sont rassemblés pour protester contre la mesure imposée par le gouvernement.

28/09/20 - 22:34 - Fermeture des bars à Paris : "C'est la fin"

Alors que les bars doivent rester fermés au-delà de 22 heures à Paris, classée en zone d'alerte renforcée, depuis ce lundi, les restaurateurs se montrent inquiets. Mathieu, patron du Orange Mécanique, dans le 11e arrondissement de la capitale, s'est exprimé au micro de franceinfo. Selon lui, la clientèle qui venait après 22 heures dans son bar, "va disparaître". Il estime que cette situation est notamment liée à la police "qui est tout le temps à à mettre des amendes". Il conclut : "On a déjà perdu pas mal de gens, et là, c'est la fin."

28/09/20 - 22:23 - Paris : "Bars fermés égal insécurité"

Les bars ont dû fermer leurs portes à Paris, dès 22 heures ce lundi. Dans le 11e arrondissement de Paris, les restaurateurs ont déployé des banderoles où l'on pouvait voir écrit "Bars fermés égal insécurité" ou encore "Soutien à Aix, Marseille et Nice", a rapporté BFMTV. Interrogée par nos confrères, une restauratrice non concernée par la mesure qui exclut les établissements servant de l'alcool avec de la nourriture, a affiché son soutien. "Je suis solidaire de tous mes voisins. On est là pour montrer notre soutien face à cette incohérence totale de nous fermer à 22 heures. On ne comprend pas. Soit on les applique partout, soit on cesse de stigmatiser cette profession", s'est-elle insurgée, évoquant une "mort certaine" de l'activité des restaurateurs.

28/09/20 - 22:08 - Rencontre maires-Jean Castex mercredi

Jean Castex recevra ce mercredi l'association des maires de France, emmenée par son président, le maire LR de Troyes François Baroin. L'AMF avait demandé un rendez-vous d'urgence après les mesures prises mercredi dernier par le gouvernement et qui concerne plusieurs villes de France. Les maires dénoncent le fait d'avoir été mis "devant le fait accompli" et demandent que la concertation "soit reprise immédiatement tant au niveau national avec les associations représentatives des collectivités locales et les organisations professionnelles, qu'au niveau des préfets de départements pour que les décisions annoncées fassent l'objet d'une mise en oeuvre adaptée et progressive".

28/09/20 - 21:37 - "On sera obligé de recourir à une déprogrammation massive"

Dans les Hôpitaux de Marseille, classée en zone d'alerte maximale, la situation est critique. Pour faire face à l'accélération du virus, l'AP-HM commence à réduire le nombre de soins et à déprogrammer les opérations les moins urgentes. Interrogé par France Bleu, le Professeur Marc Léone, chef du service réanimation-anesthésie à l'hôpital Nord de Marseille, tire la sonnette d'alarme : "Il y aura un moment, une limite où on sera obligé de recourir à une déprogrammation massive. C'est un choix qui est très douloureux pour nous médecins, car on ne soigne pas que des patients Covid. Il n'y a aucune raison de choisir entre un patient Covid et un patient non-Covid", déplore-t-il.

28/09/20 - 20:44 - 16 clusters de plus dans les dernières 24 heures

D'après le dernier bilan de Santé publique France dévoilé ce lundi, le nombre de clusters en cours d'investigation est de 1 246, soit 16 de plus dans les dernières 24 heures. Entre samedi et dimanche, il y en avait eu 47 de plus.

LIRE PLUS

Combien de cas et de morts du Covid-19 en France ? Dernier bilan

Santé publique France a publié ses derniers chiffres liés à la crise de Covid-19, ce lundi 28 septembre. Le nombre de morts est élevé, avec 81 personnes décédées dans les dernières 24 heures. Le nombre de nouveaux cas est quant à lui assez faible, puisque 4 070 contaminations ont été enregistrées ces dernières 24 heures, contre 11 123 entre samedi et dimanche.

  • 542 639 cas confirmés par PCR (Ehpad compris), soit 4 070 de plus
  • 31 808 décès au total (Ehpad compris), soit 81 de plus
  • 21 142 décès à l'hôpital, soit 81 de plus
  • Taux de positivité des tests : 7,5 %, soit 0,1 point de plus
  • 1 246 clusters en cours d'investigation, soit 16 de plus
  • 60 départements en vulnérabilité élevée

Dans son dernier bulletin épidémiologique, en date du 24 septembre, Santé publique France rapporte une "augmentation des passages aux urgences, des nouvelles hospitalisations, des admissions en réanimation et des décès liés au SARS-CoV-2 survenus en milieu hospitalier" pour la semaine 38 (du 14 au 20 septembre 2020). Dans ce point réalisé chaque fin de semaine et plus complet que les bilans quotidiens, l'agence de santé s'alarme d'une "augmentation exponentielle des admissions en réanimation" et relève aussi une nette hausse de la circulation du Covid chez les 65 ans et plus. Santé publique France s'inquiète également de la sous-estimation de l'augmentation du nombre de cas confirmés "due à la probable saturation des capacités diagnostiques" ainsi que de la probable sous-estimation du nombre de clusters. Voici ce qu'il faut retenir :

  • Le nombre cas confirmés de Covid-19 augmente encore et toujours. On compte 66 671 nouveaux cas en semaine 38 (+8%). "Cependant, du fait de la saturation des capacités diagnostiques et de l'augmentation des délais de rendus de résultats pouvant aller au-delà de 7 jours, la durée de consolidation des données SI-DEP s'allonge et les nombres hebdomadaires de nouveaux cas confirmés est potentiellement sous-estimé ces dernières semaines", écrit Santé publique France.
  • Les indicateurs épidémiologiques sont donc dans le rouge. Le taux de positivité grimpe de 5,5 à 6,2%. Le taux d'incidence atteint 99 cas pour 100 000 habitant, soit une augmentation de 8%. Ce dernier a augmenté dans toutes les classes d'âge sauf chez les 0-14 ans (-2%). Paradoxalement, le nombre de reproduction baisse encore légèrement, de 1,09 à 1,06, mais reste "significativement supérieur à 1", souligne Santé publique France.
  • Les cas se multiplient chez les plus de 65 ans. Chez les personnes de 65 à 74 ans, le nombre de cas a été multiplié par 3 depuis la mi-août. Il a été multiplié par 4 depuis chez les 75 ans et plus. L'augmentation de l'incidence était aussi plus importante chez les 75 ans et plus (+16%) et chez les 65-74 ans (+16%). "L'augmentation des cas chez les personnes âgées est inquiétante car ces personnes sont parmi les plus à risque de complication de Covid-19", écrit SPF, qui rappelle qu'au moins 92% des cas de Covid-19 décédés depuis le début de l'épidémie étaient âgés de 65 ans ou plus.
  • Le nombre de clusters recensés pose question. Il demeure à un niveau élevé avec 391 clusters contre 428 en semaine 37. Les entreprises hors établissements de santé restent parmi les types de collectivités les plus représentées pour la survenue de clusters (26%), puis le milieu familial élargi (plusieurs foyers), les évènements publics/privés rassemblant de manière temporaire des personnes (20%) et le milieu scolaire et universitaire (16%). Le nombre de clusters en Ehpad est en légère hausse avec 77 clusters signalés (contre 70 en S37). Mais "du fait de l'augmentation de la circulation virale sur l'ensemble du territoire, le nombre de clusters identifié est probablement largement sous-estimé", indique l'agence de santé publique.
  • Les médecins et hôpitaux voient leur charge croître. Le nombre d’actes SOS Médecins pour suspicion de Covid-19 baisse (6970 actes soit -4%), ce qui est lié selon Santé publique France à une forte baisse d'activité chez les enfants (-31%) après la période de la rentrée scolaire. Mais le nombre de passages aux urgences pour suspicion de Covid-19 grimpe de 21%, à 6514 passages. Le nombre de nouvelles hospitalisations est de 3657 en semaine 38, en hausse de +34% par rapport à la semaine précédente. On compte 599 nouvelles admissions en réanimation en une semaine contre 427 la semaine précédente, soit +40%. Cela fait 9 semaines que ces chiffres grimpent.
  • Le nombre de décès a progressé de 25% en une semaine. On compte 332 morts lors de la semaine 38 (incluant les décès en hospitalisation et décès en Ehpad). C'est la deuxième semaine consécutive de hausse. Santé publique France évoque une "forte augmentation", même si au niveau national, "la mortalité reste dans les marges de fluctuation habituelle sur les semaines 34 à 37". Comme la semaine passée, SPF conclut que "la diffusion du virus chez les personnes les plus âgées, fait craindre la poursuite des hospitalisations et des décès dans les semaines à venir".
  • Les zones rouges ou "en alerte" sont les départements suivants : Ain, Alpes-de-Haute-Provence, Ariège, Aude, Aveyron, Calvados, Charente, Corse-du-Sud, Haute-Corse, Côte-d'Or, Doubs, Drôme, Eure, Gard, Gers, Indre-et-Loire, Landes, Haute-Loire, Loire-Atlantique, Loiret, Lozère, Maine-et-Loire, Marne, Haute-Marne, Meurthe-et-Moselle, Morbihan, Nièvre, Oise, Pas-de-Calais, Puy-de-Dôme, Pyrénées-Atlantiques, Hautes-Pyrénées, Pyrénées-Orientales, Bas-Rhin, Saône-et-Loire, Sarthe, Savoie, Seine-et-Marne, Yvelines, Somme, Tarn, Tarn-et-Garonne, Var, Vaucluse, Vienne, Haute-Vienne, Territoire de Belfort, Essonne, Val-d'Oise, Martinique, Guyane, La Réunion, Mayotte, Alpes-Maritimes, Haute-Garonne, Gironde, Hérault, Ille-et-Vilaine, Isère, Loire, Nord, Rhône, Paris, Seine-Maritime, Hauts-de-Seine, Seine–Saint-Denis, Val-de-Marne, Bouches-du-Rhône, Guadeloupe. Dans ces départements, la jauge des rassemblements est limitée à 30 personnes maximum ; le préfet peut prendre des mesures spécifiques pour lutter contre le Covid-19.
  • Les zones en "alerte renforcée" (ou super-rouges) sont les métropoles de Lyon, Nice et Bordeaux, Lille, Toulouse, Saint Etienne, Rennes, Paris et la petite couronne, Rouen, Grenoble et Montpellier. dans ces zones, les rassemblements de plus de 10 personnes dans l’espace public sont interdits, les bars et restaurants doivent fermer à 22h maximum ; les salles de sports, les gymnases, les salles des fêtes sont fermés, la jauge des grands événements est limitée à 1 000 personnes ; les fêtes locales ou étudiantes sont interdites ; le télétravail doit être favorisé.
  • Les zones en "alerte maximale" (écarlates) sont Marseille, Aix et La Guadeloupe. En plus des dispositions des zones en alerte renforcée, les restaurant et bars sont fermés dès samedi 26 septembre pour une période de deux semaines.

Carte du Covid en France : quels sont les départements les plus touchés ?

Nous avons élaboré une carte de synthèse donnant un aperçu de la situation du coronavirus en France, mise à jour au quotidien. Y figurent une série d'indicateurs clés comme les données hospitalières, les décès, les guérisons, mais aussi des statistiques sur la progression du virus comme le taux de positivité des tests, le taux d'incidence, le "R effectif". La classification de chaque département est aussi mentionnée (rouge, alerte renforcée, alerte maximale, en vulnérabilité modérée ou élevée...). 

Retrouvez tous les détails sur cette cartographie et le point complet par département dans notre article sur la carte du Covid en France. 

Si la carte ne s'affiche pas, cliquez ici
Derniers articles sur le coronavirus