DIRECT. Covid en France : alerte dans les réanimations, 25% de décès en plus... De nouveaux chiffres

Chargement de votre vidéo
"DIRECT. Covid en France : alerte dans les réanimations, 25% de décès en plus... De nouveaux chiffres"

DIRECT. Covid en France : alerte dans les réanimations, 25% de décès en plus... De nouveaux chiffres COVID FRANCE. Le dernier point épidémiologique de Santé publique France met en exergue une tension grandissante dans les services de réanimation, ainsi qu'une hausse des décès établie à 25% en une semaine...

Quelle est l'évolution du Covid-19 en France ?

Dans son dernier bulletin épidémiologique, en date du 24 septembre, Santé publique France rapporte une "augmentation des passages aux urgences, des nouvelles hospitalisations, des admissions en réanimation et des décès liés au SARS-CoV-2 survenus en milieu hospitalier" pour la semaine 38 (du 14 au 20 septembre 2020). Dans ce point réalisé chaque fin de semaine et plus complet que les bilans quotidiens, l'agence de santé s'alarme d'une "augmentation exponentielle des admissions en réanimation" et relève aussi une nette hausse de la circulation du Covid chez les 65 ans et plus. Santé publique France s'inquiète également de la sous-estimation de l'augmentation du nombre de cas confirmés "due à la probable saturation des capacités diagnostiques" ainsi que de la probable sous-estimation du nombre de clusters. Voici ce qu'il faut retenir :

  • Le nombre cas confirmés de Covid-19 augmente encore et toujours. On compte 66 671 nouveaux cas en semaine 38 (+8%). "Cependant, du fait de la saturation des capacités diagnostiques et de l'augmentation des délais de rendus de résultats pouvant aller au-delà de 7 jours, la durée de consolidation des données SI-DEP s'allonge et les nombres hebdomadaires de nouveaux cas confirmés est potentiellement sous-estimé ces dernières semaines", écrit Santé publique France.
  • Les indicateurs épidémiologiques sont donc dans le rouge. Le taux de positivité grimpe de 5,5 à 6,2%. Le taux d'incidence atteint 99 cas pour 100 000 habitant, soit une augmentation de 8%. Ce dernier a augmenté dans toutes les classes d'âge sauf chez les 0-14 ans (-2%). Paradoxalement, le nombre de reproduction baisse encore légèrement, de 1,09 à 1,06, mais reste "significativement supérieur à 1", souligne Santé publique France.
  • Les cas se multiplient chez les plus de 65 ans. Chez les personnes de 65 à 74 ans, le nombre de cas a été multiplié par 3 depuis la mi-août. Il a été multiplié par 4 depuis chez les 75 ans et plus. L'augmentation de l'incidence était aussi plus importante chez les 75 ans et plus (+16%) et chez les 65-74 ans (+16%). "L'augmentation des cas chez les personnes âgées est inquiétante car ces personnes sont parmi les plus à risque de complication de Covid-19", écrit SPF, qui rappelle qu'au moins 92% des cas de Covid-19 décédés depuis le début de l'épidémie étaient âgés de 65 ans ou plus.
  • Le nombre de clusters recensés pose question. Il demeure à un niveau élevé avec 391 clusters contre 428 en semaine 37. Les entreprises hors établissements de santé restent parmi les types de collectivités les plus représentées pour la survenue de clusters (26%), puis le milieu familial élargi (plusieurs foyers), les évènements publics/privés rassemblant de manière temporaire des personnes (20%) et le milieu scolaire et universitaire (16%). Le nombre de clusters en Ehpad est en légère hausse avec 77 clusters signalés (contre 70 en S37). Mais "du fait de l'augmentation de la circulation virale sur l'ensemble du territoire, le nombre de clusters identifié est probablement largement sous-estimé", indique l'agence de santé publique.
  • Les médecins et hôpitaux voient leur charge croître. Le nombre d’actes SOS Médecins pour suspicion de Covid-19 baisse (6970 actes soit -4%), ce qui est lié selon Santé publique France à une forte baisse d'activité chez les enfants (-31%) après la période de la rentrée scolaire. Mais le nombre de passages aux urgences pour suspicion de Covid-19 grimpe de 21%, à 6514 passages. Le nombre de nouvelles hospitalisations est de 3657 en semaine 38, en hausse de +34% par rapport à la semaine précédente. On compte 599 nouvelles admissions en réanimation en une semaine contre 427 la semaine précédente, soit +40%. Cela fait 9 semaines que ces chiffres grimpent.
  • Le nombre de décès a progressé de 25% en une semaine. On compte 332 morts lors de la semaine 38 (incluant les décès en hospitalisation et décès en Ehpad). C'est la deuxième semaine consécutive de hausse. Santé publique France évoque une "forte augmentation", même si au niveau national, "la mortalité reste dans les marges de fluctuation habituelle sur les semaines 34 à 37". Comme la semaine passée, SPF conclut que "la diffusion du virus chez les personnes les plus âgées, fait craindre la poursuite des hospitalisations et des décès dans les semaines à venir".

Les infos du vendredi 25 septembre

  • La préfecture de police a confirmé la fermeture des bars après 22 heures à Paris, à partir de ce lundi 28 septembre. Les restaurants qui ne servent "pas d'alcool sans nourriture" ne seront pas concernés par cette mesure restrictive.
  • D'après Samia Ghali, deuxième adjointe à la maire de Marseille, "la police municipale ne verbalisera pas les restaurants et les bars ouverts".
  • Olivier Véran se déplace à Marseille, haut lieu de la fronde face aux mesures annoncées dans la semaine par le ministre de la Santé, qui doit se rendre à l'hôpital de la Timone. Oliver Véran est accompagné d'Alain Griset, ministre délégué auprès du ministre de l'Economie, qui doit justifier la décision du gouvernement auprès des représentants des fédérations professionnelles du secteur HCR (Hôtellerie, Café, Restaurant), concernés en premier lieu par les mesures entrant en vigueur ce samedi.
  • Comme l'a indiqué Jean-Michel Blanquer ce vendredi matin sur Franceinfo, une soixantaine d'établissements scolaires sont encore fermés à ce jour pour cause de Covid-19. Au niveau des classes, ce chiffre est multiplié par dix, a indiqué le ministre de l'Education nationale.
  • Un rassemblement a eu lieu ce vendredi devant le tribunal de commerce de Marseille, à l'initiative des représentants du monde économique marseillais, qui protestent contre la fermeture des bars et des restaurants. Renaud Muselier, président de la région Sud, et Martine Vassal, présidente de la métropole, ont fait savoir que les restaurateurs et cafetiers marseillais pourraient "rester ouverts jusqu'à samedi minuit, le temps que le décret entre effectivement en application, ça permettra aux professionnels d'écouler au moins le stock qu'ils avaient accumulé pour ce week-end, un moindre mal".
Lire aussi

13:11 - "Une grande souplesse" pour "les activités scolaires et périscolaires" à Paris

Après le point presse d'Olivier Véran qui s'est tenu ce mercredi, la préfecture de police a transmis un message aux arrondissements de Paris, ce vendredi. Dans cette annonce que s'est procurée l'AFP et relayée par BFMTV, il est indiqué qu'"une grande souplesse" est accordée aux "activités scolaires et périscolaires". La préfecture de police souhaite autoriser l'utilisation des "équipements municipaux comme les gymnases, par exemple, à ce type de publics". Les équipements sportifs de plein air peuvent quant à eux rester ouverts.

12:54 - Interdiction des "fêtes de mariage" à Paris

La préfecture de police précise ce vendredi dans son message transmis aux arrondissements de Paris que "les cérémonies de mariage peuvent avoir lieu mais pas les fêtes de mariage", cite BFMTV qui relaie l'information de l'AFP. Il est également indiqué que les élus peuvent mettre à disposition "les salles municipales pour des évènements non festifs" tels que des "cours de peinture ou le forum des associations". Aussi, "les cérémonies cultuelles prévues notamment dans les prochains jours dans la communauté juive sont autorisées si elles se déroulent dans des espaces clos et pas sur l'espace public". Quant à l'interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes dans l'espace public, elle "ne concerne pas les cimetières, ni les activités professionnelles sur l'espace public (chantiers, tournages, guides touristiques...)". Comme l'a annoncé Olivier Véran mercredi, la jauge maximale pour les grands événements va être abaissée à 1000 personnes. Cette mesure s'applique "à tous les événements, en intérieur ou en extérieur".

12:39 - Occupation des lits Covid en réanimation : l'indicateur est "au rouge" à Marseille

Dans un courrier daté de jeudi 24 septembre que s'est procuré Le Monde, le professeur Didier Raoult a accusé ses collègues de l’Assistance publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM) de diffuser des "messages alarmistes qui ne reflètent absolument pas la réalité". Annie Levy-Mozziconacci, médecin biologiste à l'hôpital Nord à Marseille, a réagi à ces propos sur BFMTV, ce vendredi. "On peut remettre [en cause] les indicateurs sanitaires", a-t-elle reconnu avant de nuancer : "Si on retient comme indicateur sanitaire l'occupation des lits Covid en réanimation, aujourd'hui les chiffres sont plutôt malheureusement vers le 50% d'occupation. Si c'est un indicateur, malheureusement il est au rouge."

12:23 - "La coupe est pleine !"

Devant le tribunal de commerce à Marseille, la colère gronde ce vendredi matin. "La coupe est pleine. On était en train de se refaire. Moi, je ne veux plus d'aide mais qu'on me laisse travailler", a lâché Patrick Labourrasse, restaurateur à Aix-en-Provence, d'après l'AFP dont RTL se fait l'écho.

12:21 - La préfecture de police de Paris confirme la fermeture des bars à 22 heures

C'est confirmé : les bars de Paris devront rester fermés au-delà de 22 heures, à partir de lundi. La préfecture de police a annoncé la nouvelle dans un message transmis vendredi aux maires d'arrondissement, que l'AFP a pu se procurer et dont BFMTV se fait l'écho. Concernant les restaurants, seuls les établissements servant de l"'alcool sans nourriture" seront concernés par cette mesure. La préfecture de police de Paris a indiqué : "Nous allons utiliser la souplesse maximale accordée aux préfets pour l'horaire de fermeture des débits de boissons, à savoir 22h."

12:08 - Les clubs de natation dans l'incertitude

Le Premier ministre Jean Castex a indiqué jeudi soir sur France 2 que les piscines municipales couvertes seraient fermées dans les zones d'"alerte renforcée" et "maximale" à partir de lundi. Quant aux piscines "en plein air", le ministre de la Santé Olivier Véran a affirmé qu'elles "resteront ouvertes". À l'heure actuelle, les clubs de natation restent dans l'incertitude. Jean-Sébastien Corbeels, le responsable de la section natation de l'Athletic Club de Boulogne-Billancourt, a déclaré auprès du Figaro ce vendredi : "On ne sait pas encore trop quoi dire à nos adhérents. [...] La question se pose aussi pour les patinoires." D'après nos confrères, des précisions devraient être données par les autorités locales dans les heures à venir.

11:52 - Comment expliquer les chiffres élevés en Guadeloupe ?

Pour Patrick Portecop, chef du Samu de l'hôpital de Pointe-à-Pitre, qui s'est exprimé sur BFMTV ce matin, les chiffres particulièrement élevés en Guadeloupe sont liés "à plusieurs facteurs". Il a cité "l'arrivée des touristes ou des compatriotes qui sont revenus cet été de vacances et "les rassemblements pourtant prohibés". Selon lui, il y a certainement eu "des personnes fragiles contaminées par des personnes qui étaient asymptomatiques". Pour rappel, d'après Santé publique France, en Guadeloupe, 92% des lits en réanimation sont occupés par des patients Covid, il y a 23% de taux de positivité des tests, et 288 cas positifs pour 100 000 habitants.

11:44 - Samia Ghali : "La police municipale ne verbalisera pas les restaurants et les bars ouverts"

Interrogée par BFMTV ce matin, Samia Ghali, deuxième adjointe à la maire de Marseille, a assuré que "la police municipale ne verbalisera pas les restaurants et les bars ouverts" malgré les mesures restrictives imposées par le gouvernement. Elle a précisé : "La police municipale a d'autres missions. [...] Je préfèrerais que demain la police nationale soit là où elle doit être. Là où on a des problèmes avec des rodéos sauvages qui ne sont pas maîtrisés sur la ville, des problèmes de cambriolages, des problèmes de stupéfiants plutôt que d'aller verbaliser des commerçants qui essayent de gagner leur vie et de faire marcher l'économie française."

11:36 - Une "situation historique, inédite" en Guadeloupe

Le chef du Samu de l'hôpital de Pointe-à-Pitre, Patrick Portecop, s'est exprimé ce matin sur BFMTV, désignant "une situation historique, inédite" en Guadeloupe, où 92% des lits de réanimation sont occupés par des patients Covid. Cela "génère pas mal d'afflux de patients Covid aux portes de notre établissement [...] avec toutes les conséquences que ça peut avoir sur l'offre de soins elle-même, globale, indépendamment des organisations Covid", a-t-il ajouté, se disant particulièrement "préoccupé".

11:21 - Les syndicats d'enseignants réclament des mesures

Les syndicats d'enseignants regrettent qu'Olivier Véran n'ait pas évoqué les collèges et lycées lors de son point presse de ce mercredi 23 septembre. Interrogée par franceinfo, Sophie Vénétitay, secrétaire générale adjointe du Snes-FSU, professeure de Sciences économiques et sociales, a ainsi pris la parole ce vendredi : "Ce n'est pas forcément une bonne nouvelle parce que le virus ne fait pas demi-tour à la porte des établissements scolaires." Selon elle, "il y a des mesures à prendre d'urgence pour sécuriser ce qui se passe dans les établissements scolaires et éviter la fermeture des établissements scolaires."

11:04 - Marine Le Pen contre "la fermeture totale ou la restriction horaire majeure des bars et des restaurants"

Marine Le Pen a réagi aux mesures restrictives imposées par le gouvernement aux bars et restaurants. "La fermeture totale ou la restriction horaire majeure des bars et des restaurants risque de tuer l’économie et de plonger dans une grande difficulté des milliers de chefs d’entreprise et de salariés", s'est insurgée la présidente du Rassemblement national sur Twitter ce vendredi 25 septembre, avant de poursuivre : "N’ajoutons pas de la détresse économique et sociale à la crise sanitaire !"

10:47 - Gabriel Attal : "On a la capacité d'ouvrir plus de lits à l'hôpital"

Le nombre de cas de Covid-19 ne cesse d'augmenter quotidiennement. Invité sur Europe 1 ce vendredi 25 septembre, Gabriel Attal a assuré : "Aujourd'hui, on a la capacité d'ouvrir plus de lits à l'hôpital." Le porte-parole du gouvernement a insisté : "Ce qu'on a montré pendant la première vague, c'est qu'on était capable d'augmenter nos capacités de réanimation, de transformer des lits." Toutefois, il a expliqué que le gouvernement souhaitait "le faire le plus tard possible" car "quand vous ouvrez des lits de réanimation supplémentaires, ça veut dire que vous déprogrammez des opérations chirurgicales prévues, et que des gens vont devoir attendre pour se faire opérer".

10:31 - Guy Forget : "C'est un coup dur" pour Roland-Garros

Guy Forget, le directeur du tournoi de Roland-Garros, a réagi à la jauge de 1 000 spectateurs par jour, annoncée par Jean Castex hier. "C'est un coup dur pour le tournoi, mais nous, nous sommes prêts", a-t-il déclaré auprès de franceinfo, ce vendredi 25 septembre. Il s'est également exprimé sur les billets qui ont déjà été vendus : "Nous allons les rembourser. C'est la moindre des choses, avec un petit pincement au cœur, parce que nous sommes convaincus que nous aurions pu accueillir les 5 000 personnes en question sur lesquelles nous avions pariés. Nous avions toutes les autorisations et je rappelle que le site est immense. Malheureusement, c'est comme ça."

10:14 - Didier Raoult : "Les données ne sont pas en mesure de justifier la moindre panique [..] à Marseille"

Alors que les bars et restaurants doivent fermer à Aix-Marseille à partir de demain, le microbiologiste Didier Raoult s'est exprimé sur Twitter ce vendredi 25 septembre : "Aujourd'hui, les données de Santé Publique France (consolidées) ne sont pas en mesure de justifier la moindre panique concernant la circulation du virus à Marseille." Et d'ajouter : "D'autres départements sont en revanche loin d'avoir atteint leur pic épidémique pour cette phase."

09:58 - Nouveau cluster dans un Ehpad

Un nouveau foyer de contaminations a été identifié, dans le Lot cette fois. Il s'agit encore une fois d'un Ehpad, celui de Castelnau-Montratier en l'occurrence. Comme l'indique La Dépêche ce vendredi, deux agents de l'établissement et dix résidents sont positifs au Covid-19 suite à des tests. Heureusement, aucun ne présente des signes d'inquiétude. "Leur état de santé est satisfaisant. Une seule personne présente des symptômes sans signe de gravité. Cependant le centre hospitalier de Cahors et ses médecins gériatres sont alertés", a tenu à faire savoir Julie Senger, de l’ARS du Lot, citée par La Dépêche.

LIRE PLUS

Santé publique France a publié les derniers chiffres liés à la pandémie de coronavirus jeudi 24 septembre. Plusieurs seuils ont été franchis, à commencer par celui des nouveaux cas de contamination (plus de 16 000). Plus de 6 000 personnes sont désormais hospitalisées et plus de 1 000 se trouvent en réanimation. On fait le point :

  • 497 237 cas confirmés par PCR (Ehpad compris), soit 16 096 de plus
  • 43 555 cas en Ehpad, soit 856 de plus depuis vendredi
  • 31 511 décès au total (Ehpad compris), soit 52 de plus
  • 20 940 décès à l'hôpital, soit 52 de plus
  • 10 571 décès en Ehpad, soit 11 de plus depuis vendredi
  • 6 031 hospitalisations en cours, soit 99 de plus
  • 1 048 personnes actuellement en réanimation, soit 46 de plus
  • 94 413 personnes sorties de l'hôpital, soit 431 de plus
  • Taux de positivité des tests : 6,5%, soit 0,3 point de plus
  • 1 091 clusters en cours d'investigation, soit 52 de plus
  • 101 départements en vulnérabilité, soit 11 de plus

NB : les données relatives aux personnes hospitalisées et en réanimation présentées ci-dessus correspondent au nombre de patients en cours de soins et non au cumul depuis le début de l'épidémie. De même, l'évolution des hospitalisations et des cas en réanimation en 24 heures correspond à des chiffres net, tenant compte des guérisons et des décès. Dans les dernières 24 heures, en brut, 613 hospitalisations de plus ont été enregistrées et 124 admissions en réanimation.

  • Les zones rouges ou "en alerte" sont les départements suivants : Ain, Alpes-de-Haute-Provence, Ariège, Aude, Aveyron, Calvados, Charente, Corse-du-Sud, Haute-Corse, Côte-d'Or, Doubs, Drôme, Eure, Gard, Gers, Indre-et-Loire, Landes, Haute-Loire, Loire-Atlantique, Loiret, Lozère, Maine-et-Loire, Marne, Haute-Marne, Meurthe-et-Moselle, Morbihan, Nièvre, Oise, Pas-de-Calais, Puy-de-Dôme, Pyrénées-Atlantiques, Hautes-Pyrénées, Pyrénées-Orientales, Bas-Rhin, Saône-et-Loire, Sarthe, Savoie, Seine-et-Marne, Yvelines, Somme, Tarn, Tarn-et-Garonne, Var, Vaucluse, Vienne, Haute-Vienne, Territoire de Belfort, Essonne, Val-d'Oise, Martinique, Guyane, La Réunion, Mayotte, Alpes-Maritimes, Haute-Garonne, Gironde, Hérault, Ille-et-Vilaine, Isère, Loire, Nord, Rhône, Paris, Seine-Maritime, Hauts-de-Seine, Seine–Saint-Denis, Val-de-Marne, Bouches-du-Rhône, Guadeloupe. Dans ces départements, la jauge des rassemblements est limitée à 30 personnes maximum ; le préfet peut prendre des mesures spécifiques pour lutter contre le Covid-19.
  • Les zones en "alerte renforcée" (ou super-rouges) sont les métropoles de Lyon, Nice et Bordeaux, Lille, Toulouse, Saint Etienne, Rennes, Paris et la petite couronne, Rouen, Grenoble et Montpellier. dans ces zones, les rassemblements de plus de 10 personnes dans l’espace public sont interdits, les bars et restaurants doivent fermer à 22h maximum ; les salles de sports, les gymnases, les salles des fêtes sont fermés, la jauge des grands événements est limitée à 1 000 personnes ; les fêtes locales ou étudiantes sont interdites ; le télétravail doit être favorisé.
  • Les zones en "alerte maximale" (écarlates) sont Marseille, Aix et La Guadeloupe. En plus des dispositions des zones en alerte renforcée, les restaurant et bars sont fermés dès samedi 26 septembre pour une période de deux semaines.

Carte du Covid en France : quels sont les départements les plus touchés ?

Nous avons élaboré une carte de synthèse donnant un aperçu de la situation du coronavirus en France, mise à jour au quotidien. Y figurent une série d'indicateurs clés comme les données hospitalières, les décès, les guérisons, mais aussi des statistiques sur la progression du virus comme le taux de positivité des tests, le taux d'incidence, le "R effectif". La classification de chaque département est aussi mentionnée (rouge, alerte renforcée, alerte maximale, en vulnérabilité modérée ou élevée...). 

Retrouvez tous les détails sur cette cartographie et le point complet par département dans notre article sur la carte du Covid en France. 

Si la carte ne s'affiche pas, cliquez ici
Derniers articles sur le coronavirus