DIRECT. Covid en France : des mesures en Alpes-Maritimes, Macron dans un Ehpad... Le point

Chargement de votre vidéo
"DIRECT. Covid en France : des mesures en Alpes-Maritimes, Macron dans un Ehpad... Le point"

DIRECT. Covid en France : des mesures en Alpes-Maritimes, Macron dans un Ehpad... Le point CORONAVIRUS. La préfecture des Alpes-Maritimes a décidé d'étendre les mesures en place à Nice à tout le département, alors que ce mardi, Emmanuel Macron est attendu dans un Ehpad, symbole de la recrudescence des cas de Covid-19.

Les infos du mardi 22 septembre

  • Ce mardi matin, sur l'antenne de France Bleu, le préfet des Alpes-Maritimes annonce l'élargissement des restrictions déjà en place à Nice à tout le département. "Le Covid ne s’arrête pas aux frontières des villes. Il est nécessaire d'étendre les mesures", a plaidé Bernard Gonzalez, malgré les réticences de certaines communes. Pour rappel, voici les mesures en question : rassemblements limités à 10 participants sur les plages, parcs et jardins, jauge de spectateurs abaissée à 1 000 personnes pour les événements et fermeture des bars à minuit et demi maximum.
  • Emmanuel Macron se rend à Bracieux, dans le Loir-et-Cher, ce mardi. Le chef de l'Etat visite l'Ehpad "La Bonne Eure", accompagné de la ministre déléguée chargée de l'Autonomie, Brigitte Bourguignon. "Ce déplacement sera l'occasion pour le président de la République de saluer la mobilisation des personnels des Ehpad" et de plaider pour "le maintien du lien social avec les familles, en ajustant au mieux, de façon proportionnée et adaptée, les mesures de protection", indique l'Elysée. Les Ehpad sont durement touchés depuis la reprise épidémique du Covid-19 : les foyers de contaminations y sont fréquents et nombreux et encore ce lundi, on apprenait plusieurs décès dans ces établissements, comme à Roanne.
  • Des mesures complémentaires ont été prises ce lundi dans les départements du Rhône et de la Haute-Garonne.
  • Le nouveau protocole sanitaire à l'école entre en vigueur ce mardi 22 septembre. Tout savoir sur les mesures nouvelles anti-Covid à l'école.

Lire aussi

08:49 - Pourquoi Macron se rend dans un Ehpad

Emmanuel Macron est donc attendu dans un Ehpad ce mardi, celui de "La Bonne Eure" situé à Bracieux dans le Loir-et-Cher. L'objectif pour le chef de l'Etat sera d'insister auprès des personnes vulnérables face au Covid-19, comme celles présentes dans ces établissements, sur la nécessité d'une protection accrue de ceux que "l'âge expose plus que les autres à la maladie". "Ce déplacement sera l'occasion pour le président de la République de saluer la mobilisation des personnels des Ehpad" et de plaider pour "le maintien du lien social avec les familles, en ajustant au mieux, de façon proportionnée et adaptée, les mesures de protection", indique également l'Elysée. Le ministre de la Santé Olivier Véran avait invité jeudi dernier les résidents d'Ehpad à "redoubler tous (leurs) efforts. Y compris celui, le plus difficile, de réduire encore le nombre de personnes que vous voyez chaque jour".

08:45 - Castex avec les chefs de partis pour évoquer la crise du Covid

Ce mardi à 18 heures, Jean Castex accueille à Matignon les chefs de partis de l'opposition et les présidents de groupes parlementaires pour les informer et les consulter sur la gestion de la crise sanitaire du Covid-19.

21/09/20 - 23:55 - Morbihan : une campagne de dépistage Covid-19 à l’université de Bretagne-Sud

FIN DU DIRECT - S’il n’y a pas de cluster à l’Université de Bretagne-Sud, l’université "soigne" ses étudiants, et a lancé une campagne de dépistage, comme le rapporte Ouest-France. Des masques sanitaires sont également distribués pour limiter la diffusion de la pandémie de coronavirus. Onze étudiants ont été testés positifs au Covid-19 la semaine dernière. Le média précise que les étudiants présentant des symptômes sont prioritaires.

21/09/20 - 23:40 - Vous avez des symptômes : quand se faire dépister ?

À partir du moment où vous êtes symptomatique, le processus du dépistage virologique du Covid-19 doit être enclenché immédiatement, comme l’indique Numerama, et vous êtes prioritaire en laboratoires. Tant que vous n’avez pas le résultat, l’isolement est maintenu sans exception. Lorsque vous avez le résultat du dépistage, deux options se déploient. Si le résultat du test est positif, l’isolement est prolongé de sept jours à compter de l’obtention du résultat. Si le résultat du test est négatif, il est fortement conseillé malgré tout d’aller au bout des sept jours d’isolement, conclut le média.

21/09/20 - 23:23 - Cas contact sans symptômes : quand se faire dépister ?

Si vous êtes cas contact sans symptômes, Numerama indique qu’il n’est pas nécessaire de se faire tester immédiatement. Le meilleur comportement à adopter est de vous isoler sept jours, puis de réaliser un test à l’issue de cette semaine (si le résultat est positif, l’isolement se prolonge de sept jours et s’il est négatif, vous pouvez sortir de l’isolement, en conservant évidemment les gestes barrière), détaille le média. Si des symptômes apparaissent avant la fin des sept jours, le média précise qu’il faut alors aller vous faire tester sans délai.

21/09/20 - 23:10 - En cas de symptômes du coronavirus, à quel moment s’isoler ?

Quelle que soit votre situation, symptomatique ou cas contact, l’isolement démarre immédiatement, sans aucun délai, rapporte Numerama. Cela signifie que dès que vous savez que vous avez les symptômes liés au coronavirus (par validation de votre médecin), les sept jours démarrent. Si on est le lundi 21 septembre par exemple, le média explique que l’isolement démarre ce lundi et doit se poursuivre jusqu’au lundi suivant. Lorsque vous êtes cas contact, les sept jours courent à partir de votre dernier contact avec la personne positive au coronavirus, précise Numerama.

21/09/20 - 23:00 - Bretagne : 828 cas positifs et trois décès

Dans son bilan, ce lundi 21 septembre 2020, l’Agence régionale de santé Bretagne pointe "une accélération de la circulation du coronavirus" dans la région ces dernières 72h, rapporte le site actu.fr. Trois décès supplémentaires sont à déplorer depuis le 18 septembre, ce qui porte à 275 le nombre de morts depuis mars, précise le site. 828 cas positifs de plus ont été détectés ces dernières 72h, dont 464 en Ille-et-Vilaine, 130 dans le Morbihan, 56 dans les Côtes-d’Armor et 118 dans le Finistère. La Bretagne compte actuellement 21 clusters (+4) en cours d’investigation par l’ARS.

21/09/20 - 22:52 - Est-il possible d'être contaminé deux fois par le Covid-19 ?

Des personnes contaminées une première fois par le coronavirus peuvent à nouveau être infectées au cours de la même année, ont établi des chercheurs de l'institution universitaire médicale néerlandaise Amsterdam UMC, comme le rapporte le média belge RTBF. Ceux-ci basent leurs conclusions, publiées lundi 14 septembre 2020 dans la revue scientifique Nature Medicine, sur l'étude de coronavirus ayant circulé avant l'épidémie actuelle de Covid-19 et estiment donc probable que le "nouveau" coronavirus ait les mêmes effets.

21/09/20 - 22:35 - Les vétérinaires, ces experts oubliés de l’épidémie de coronavirus

Du côté des vétérinaires, le Journal du dimanche rapporte que plusieurs professionnels regrettent d'avoir été peu sollicités par les autorités pour participer à la lutte contre l'épidémie de Covid-19. Or, soulignent-ils dans les colonnes du média, ils connaissent bien les coronavirus et la gestion des crises sanitaires.

21/09/20 - 22:18 - Où le masque est-il obligatoire à Beaune ?

La préfecture de Côte-d'Or a rendu le port du masque obligatoire dans certaines rues du centre-ville de Beaune, à compter de ce lundi 21 septembre, comme le rapporte France 3 Régions. Le média précise que toute personne de plus de 11 ans doit porter un masque entre 8h et minuit dans les rues suivantes : la place Carnot, la rue Carnot, la rue Monge, la place des Halles, la rue Passumot et la rue de l’Hôtel-Dieu (portion de l’Hôtel-Dieu située entre la place des Halles et la rue Rolin).

21/09/20 - 22:00 - La Somme au-dessus du seuil d’alerte concernant les nouveaux cas de Covid-19

Le taux d’incidence, soit le nombre de nouveaux cas de Covid-19 pour 100 000 habitants, atteint désormais 58,4 dans la Somme, comme le rapporte le Courrier Picard. Dans l’Oise, la même semaine, il était à 46,2, dans l’Aisne, 47,5, dans le Pas-de-Calais, 90, dans le Nord, 165,2, en Seine-Maritime, 98,2, précise le média.  Il convient de préciser que, actualisées chaque jour, les données de taux d’incidence sont néanmoins publiées après un certain délai, le temps que les informations remontent du terrain, décrit le média. Ainsi, les dernières données disponibles ce lundi 21 septembre concernent la semaine du 11 au 17 septembre.

21/09/20 - 21:42 - L'immunité collective n'est pas pour demain en France

Seuls 10% de la population affiche des anticorps propres au coronavirus dans les régions de France les plus touchées, et à peine plus de 3% dans la moins exposée, rapportent les Dernières Nouvelles d’Alsace. Une vaste étude de séroprévalence montre que l'immunité collective semble hors de portée face au Covid-19, précise le média. En effet, il faudrait qu'au moins 40 à 60% de la population soit immunisée pour espérer endiguer la propagation du coronavirus.

21/09/20 - 21:25 - Se vacciner contre la grippe, une arme face au Covid-19

La grippe et le Covid-19 vont bientôt cohabiter, et la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière démarrera dans un mois. Le site de Top Santé indique que, cette année plus que jamais, les professionnels de santé préconisent de se faire vacciner afin d'éviter l'engorgement des hôpitaux. Un engorgement des services pourrait provoquer un nouveau pic de surmortalité. Les personnes les plus fragiles recevront un bon afin de se faire vacciner. À noter qu'en cas de doute entre grippe et coronavirus, si l'on est vacciné contre la grippe, le pronostic devrait également être plus facile à poser. 

21/09/20 - 21:07 - À Perpignan, l'internat de Saint-Louis-de-Gonzague fermé en raison du coronavirus

Vendredi 18 septembre, deux membres du personnel de l'internat de Saint-Louis-de-Gonzague ont été testés positifs au coronavirus : un maître d'internat et un intervenant, rapporte L’Indépendant. Par mesure de précaution, l’internat, qui accueille 78 enfants, restera fermé jusqu'au lundi 28 septembre, rapporte le média. L’externat n'est pas concerné par cette fermeture.

21/09/20 - 20:50 - Le test désormais obligatoire pour entrer en Italie depuis sept régions

Le ministre italien de la Santé italien, Roberto Speranza, vient d'annoncer ce lundi 21 septembre que les voyageurs arrivant de sept régions de France, dont la région PACA, devront se soumettre à des tests PCR, comme le rapporte franceinfo. Selon les informations du média, l'ordonnance exclut les frontaliers et ceux qui traversent l'Italie pendant moins de 72 heures. Les villes et régions concernées sont : Paris, l’Île-de-France, l’Auvergne-Rhône Alpes, la Corse, les Hauts-de-France, la Nouvelle-Aquitaine, l’Occitanie, la Provence Alpes et la Côte d'Azur.

21/09/20 - 20:34 - Quel est le taux de positivité au coronavirus en France par classe d’âge ?

Même s'ils représentent le plus de cas positifs au coronavirus, ce ne sont pas les 20-29 ans qu'on retrouve le plus parmi les personnes hospitalisées, rapporte France 3 Régions. Comme on le constate depuis le début de l’épidémie de Covid-19, les personnes âgées sont celles qui développent le plus de formes graves. Au 20 septembre, parmi les 75 personnes hospitalisées en Bourgogne Franche-Comté, il y avait par exemple une seule personne âgée entre 20 et 29 ans. 28 personnes hospitalisées avaient entre 80 et 89 ans, soit la tranche d’âge la plus représentée dans la région.

21/09/20 - 20:17 - En Bourgogne-Franche-Comté, davantage de cas positifs chez les 20-29 ans

Le coronavirus continue de circuler en France, et le taux de positivité des tests de dépistage repart à la hausse en Bourgogne-Franche-Comté comme au niveau national, rapporte France 3 Régions. C’est dans la tranche d'âge 20-29 ans que le plus de cas de coronavirus sont recensés dans la région (selon les dernières données disponibles de la semaine du 7 au 13 septembre). Le média précise que sur cette période, on comptait 3,3 tests positifs pour 100 tests réalisés dans la région pour l'ensemble des tranches d’âge, contre 5,3 tests positifs pour 100 tests réalisés si on se concentre sur les 20-29 ans.

21/09/20 - 20:12 - 53 nouveaux décès en 24 heures en France

Le dernier bilan officiel fait état de 458 061 cas de coronavirus confirmés par PCR (Ehpad compris), soit 4 298 de plus. Du côté des décès, 31 338 sont recensés au total (Ehpad compris), soit 53 de plus. 20 778 ont eu lieu à l’hôpital. 1077 clusters sont en cours d'investigation, soit 32 de plus. Le nombre de départements en vulnérabilité reste stable : 89.

21/09/20 - 20:00 - Le point sur les futurs centres de dépistage en Ile-de-France

Ce lundi 21 septembre, sept centres de dépistages coronavirus ont ouvert, sur les vingt prévus en Ile-de-France. CNews indique que les autres ouvriront dans le courant de la semaine du 21 et du 28 septembre : à Paris (17e), à Melun (77), à Serris (77), à Évry (91), à Massy (91), à Issy-les-Moulineaux (92), à La Défense (92), à Saint-Denis (93), à Bondy (93), à Fontenay-sous-Bois (94), à Cergy (95) et à Argenteuil (95). Leurs emplacements exacts seront communiqués ultérieurement, précise le média.

21/09/20 - 19:42 - Le coronavirus peut-il survivre sur les cheveux ?

Puisque le coronavirus peut se trouver sur nos mains, qu’en est-il lorsque l’on passe celles-ci dans nos cheveux ? Le site Doctissimo fait le point avec le docteur Gérald Kierzek, médecin urgentiste. Selon lui, il ne faut pas s’inquiéter : “Les virus ne vivent pas tout seuls, ils se développent avec un hôte vivant. Cela veut dire qu’il faut qu’ils passent d’une personne malade ou asymptomatique, mais en tout cas infectée, à une autre personne. Quand ils sont sur des supports inertes - les cheveux sont de la matière vivante, mais la kératine autour est inerte -, les risques de contamination sont très faibles.” 

21/09/20 - 19:26 - Un nouveau centre de dépistage ouvrira mardi en Ile-de-France

Sept centres de dépistages coronavirus, sur les vingt prévus en Ile-de-France, ont ouvert ce lundi 21 septembre. Mardi 22 septembre, un nouveau centre Covid-19 ouvrira dans le 18e, au centre d’animation Binet (10 rue Maurice Grimaud 75018) et sera géré par le laboratoire Biogroup, rapporte CNews.

21/09/20 - 19:10 - Où se situent les nouveaux centres de dépistage en Ile-de-France ?

Parmi les vingt nouveaux centres de dépistage du Covid-19 prévus en Ile-de-France, les sept premiers sont opérationnels dès ce lundi 21 septembre, comme le rapporte CNews. Mais où sont-ils ? À Paris, ils se situent dans le 4e arrondissement, géré par laboratoire Mlab (2 place Baudoyer 75004), dans le 13e, géré par le laboratoire Eurofins-Biomnis (Mairie du 13e, rue Philippe de Champagne 75013), dans le 15e, géré par Cerballiance (Mairie du 15e, 31 rue Péclet 75015), dans le 19e, géré laboratoire Bioclinic (parvis de la Mairie du 19e, 5-7 place Armand Carrel 75019). Le média rajoute que les autres centres de dépistage au coronavirus se situent dans les Yvelines (78), à Trappes dans un centre géré par le laboratoire Eurofins-Biomnis (4 allée Antoine de Saint Exupéry 78190) et à Mantes-la-Jolie dans un centre géré par le laboratoire Cerballiance (10 avenue du Président Franklin Roosevelt 78200). En Seine-et-Marne, à Vitry-sur-Seine (94) dans un centre géré par le laboratoire Cerballiance (Salle du château, 6 rue Montebello 94400).

21/09/20 - 18:52 - Est-il permis d’accrocher son masque au rétroviseur en voiture ?

Alors que la Suisse, le Luxembourg et le Québec estiment qu'il est interdit d'accrocher son masque sanitaire au rétroviseur intérieur après l'avoir enlevé, les mesures liées à la pandémie ne prévoient rien de tel en France, comme le rapporte Le Progrès. Néanmoins, le Code de la route peut en théorie s’appliquer. En effet, un texte plus général (l'article R412-6) prohibe le fait de boucher son champ de vision avec des objets qui se trouvent devant, indique au média maître Eric de Caumont, avocat spécialisé dans la défense des conducteurs à Paris.

21/09/20 - 18:35 - La ville de Lyon s'attend au déclenchement prochain du plan blanc

Après Bordeaux, Marseille et Nice, Lyon connaît à son tour une accentuation rapide des cas de coronavirus et des hospitalisations, qui a justifié ce lundi 21 septembre 2020 de nouvelles mesures sanitaires. Midi Libre rapporte que la situation sanitaire a pris une tournure telle qu'il "n'est pas impossible que soit déclenché un plan blanc dans les prochaines semaines", comme l’ont déclaré le directeur de l’Agence régionale de santé Auvergne-Rhône-Alpes, Jean-Yves Grall, et le préfet de Région Pascal Mailhos.

21/09/20 - 18:20 - Des réactions mitigées après l’annonce des mesures à Toulouse

À partir du mardi 22 septembre, les règles concernant les cas contacts à un élève porteur du Covid-19 vont être assouplies dans les écoles maternelles et élémentaires de Toulouse, comme le rapporte France 3 Régions. Concrètement, lorsqu’un enfant sera testé positif, sa classe pourra "continuer de se tenir normalement pour les autres élèves, qui ne sont plus considérés comme cas contacts", indique le ministère dans un communiqué repris par le média. De plus, les enseignants ne seront plus placés systématiquement en quatorzaine. En Haute-Garonne, cette mesure suscite des réactions mitigées, notamment chez les syndicats enseignants, précise France 3.

LIRE PLUS

Santé publique France a publié les derniers chiffres liés à la pandémie de coronavirus lundi 21 septembre. Le nombre de contaminations diminue, avec 5 298 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures. Des pics avaient été atteints vendredi et samedi, avec plus de 13 000 cas. Du côté des décès, 53 ont été recensés dans les dernières 24 heures, pour un total de 31 338. Le détail des chiffres ci-dessous : 

  • 458 061 cas confirmés par PCR (Ehpad compris), soit 4298 de plus
  • 31 338 décès au total (Ehpad compris), soit 53 de plus
  • 20 778 décès à l'hôpital, soit 53 de plus
  • 5616 hospitalisations en cours, soit 241 de plus
  • 919 personnes actuellement en réanimation, soit 78 de plus
  • 93 008 personnes sorties de l'hôpital, soit 426 de plus
  • Taux de positivité des tests : 5,9%, soit 0,2 point de plus
  • 1077 clusters en cours d'investigation, soit 32 de plus
  • 89 départements en vulnérabilité, stable

NB : les données relatives aux personnes hospitalisées et en réanimation présentées ci-dessus correspondent au nombre de patients en cours de soins et non au cumul depuis le début de l'épidémie. De même, l'évolution des hospitalisations et des cas en réanimation en 24 heures correspond à des chiffres net, tenant compte des guérisons et des décès. Dans les dernières 24 heures, en brut, 754 hospitalisations de plus ont été enregistrées et 143 admissions en réanimation.

Comme chaque fin de semaine, Santé publique France a dévoilé un point épidémiologique hebdomadaire avec des données plus détaillées que celles des bilans quotidiens communiqués chaque soir. Ces indicateurs, qui portent sur la semaine semaine 37 (du 7 au 13 septembre 2020), signent une "augmentation de l'ensemble des indicateurs de suivi de l'épidémie à SARS-CoV-2", y compris des décès. "L'augmentation des cas chez les 75 ans et plus, l'augmentation des signalements et des clusters survenus en Ehpad ainsi que les premières augmentations des nombres de décès pour Covid-19 sont des signaux d'alerte majeurs", écrit l'agence de santé qui craint une "poursuite des hospitalisations et des décès dans les semaines à venir"... Voici ce qu'il faut retenir de ce rapport :

  • Le nombre de cas  de Covid en France grimpe inexorablement. Le nombre de nouveaux cas confirmés a été évalué à 56 227 sur une semaine contre 51 893 la semaine précédente (+8%). Une "forte circulation du virus chez les jeunes adultes" est constatée, mais aussi, cette fois, une importante "hausse chez les 75 ans et plus" (+45%). Santé publique France avance une "sous-estimation probable de l'augmentation des nombres de cas confirmés du fait de la saturation des capacités" de tests dans certaines régions. Une forte augmentation du nombre de clusters a aussi été observée avec 414 clusters signalés (contre 321 en semaine 36).
  • Les statistiques sont à l'avenant. Le taux de positivité des tests passe de 5,3% à 5,4%, le taux d'incidence s'élève à 83,8 cas pour 100 000 habitants, en hausse de 8% par rapport à la semaine précédente (77,3/100 000 hab.). 48 départements ont une incidence au-dessus du seuil d'alerte de 50/100 000 habitants dont 12 départements avec un taux supérieur à 100/100 000 habitants. Bouches-Du-Rhône, Rhône, Paris, les Alpes-Maritimes et le Nord sont les plus touchés. Le temps de doublement du nombre de cas hebdomadaire est estimé à 15,3 jours (vs 13,8 jours en semaine 36). Le nombre de reproduction est "significativement supérieur" à 1, mais en baisse (1,09 contre 1,19 la semaine précédente).
  • Les Ehpad sont de nouveau frappés par le virus. Depuis les semaines 36 et 37, Santé publique France constate "une augmentation plus rapide du nombre de cas confirmés chez les résidents par rapport au nombre de cas confirmés chez le personnel". 68 clusters ont été signalés en Ehpad (contre 37 en semaine 36).  Le nombre de décès en Ehpad est aussi en augmentation avec 89 décès en semaine 37 contre 0 en semaine 36 et 9 en semaine 35.
  • Les conséquences sur les services médicaux sont flagrants. Le nombre d’actes SOS Médecins pour suspicion de COVID-19 est de 7262 sur une semaine, en hausse de +74%. C'est la 5e semaine consécutive de hausse. 5421 passages aux urgences sont constatés. "Pour la 6e semaine consécutive, ces passages étaient en hausse de 50%", indique le rapport. Les nouvelles hospitalisations pour Covid-19 ont augmenté pour la 8e semaine consécutive en semaine 37, avec 2464 nouveaux admis contre 1704 la semaine précédente (+50%). 427 nouvelles admissions en réanimation ont été répertoriées, en hausse de +48% par rapport la semaine 36.
  • Le nombre de décès liés au Covid-19 a doublé. La mortalité (incluant les décès en hospitalisation et décès en Ehpad et autres EMS) est en très forte augmentation : 265 morts, en progression de +105% par rapport à la semaine précédente. Le nombre hebdomadaire de décès en France était de 129 en semaine 36 et de 109 en semaine 35.

Quels sont les départements les plus touchés par le Covid-19 ?

55 départements sont désormais en "zone de circulation active du virus": l'Aveyron, le Calvados, le Doubs, l'Eure, le Gers, l'Indre-et-Loire, la Marne, la Haute-Marne, la Meurthe-et-Moselle, la Saône-et-Loire, le Tarn, la Vienne, le Territoire de Belfort, le Pas-de-Calais, du Maine-et-Loire, de la Loire-Atlantique, de l'Ille-et-Vilaine, des Pyrénées-Atlantiques, du Tarn-et-Garonne, des Pyrénées-Orientales, de l'Aude, de l'Ain, du Puy-de-Dôme, de la Loire, et de l'Isère. La Guyane et Mayotte, en état d'urgence sanitaire jusqu'au 30 octobre, passent aussi en rouge. Les 28 autres départements qui étaient déjà en zone de circulation active sont : Corse-du-Sud, Haute-Corse, Côte-d’Or, Nord, Bas-Rhin, Seine-Maritime, La Réunion, Paris, Seine-Saint-Denis, Hauts-de-Seine, Essonne, Yvelines, Seine-et-Marne, Val-de-Marne, Val-d'Oise, Bouches-du-Rhône, Rhône, Gironde, Haute-Garonne, Hérault, Gard, Var, Alpes-Maritimes, Sarthe, Guadeloupe, Martinique, Guyane.

Dans les départements classés rouges, aucune restriction spécifique n'est généralisée, mais les préfets peuvent au cas par cas prendre des mesures supplémentaires. C'est le cas dans les Bouches-du-Rhône, où les bars et restaurant doivent désormais fermer à  0h30 à Marseille. Dans ces départements, les préfets ne peuvent plus accorder de dérogation pour des rassemblements avec plus de 5 000 personnes. Dans ses bilans quotidiens, Santé publique France classe par ailleurs un certain nombre de départements en "vulnérabilité modérée ou élevée".

Où sont situés les nouveaux cas de Covid en France ? Carte des départements

Santé Publique France est attentif à un indicateur qui permet de suivre l'évolution du Covid-19 en France : le taux d'incidence. Plus solide que le taux de positivité des tests qui donne un aperçu à un instant T, ce taux représente le nombre de nouveaux cas de coronavirus diagnostiqués par test PCR "survenus sur les 7 derniers jours dont les données sont consolidées", rapporté au nombre d’habitants. Le seuil d'alerte a été fixé à 50 pour 100 000 habitants. La carte ci-dessous rend compte de la situation dans tous les départements français.

Reproduction du Covid-19 en France : carte

Le ministère de la Santé rend compte du "nombre de reproduction" du Covid-19 ou "R effectif", qui est une estimation du nombre moyen de personnes contaminées par un porteur du virus. Santé Publique France précise que "celui-ci est obtenu à partir du nombre quotidien de tests PCR (tests effectués dans le nez) positifs. Son calcul prend en compte plusieurs paramètres, dont le délai moyen d’apparition d’un nouveau cas contaminé par une personne porteuse du virus (appelé intervalle de génération)". Un R inférieur à 1 reflète une diminution du nombre de nouveaux cas (un porteur du virus contamine moins d’une personne, il y a donc moins de cas à la génération suivante) alors qu’un R supérieur à 1 traduit une tendance à l’augmentation du nombre de cas (un porteur du virus contamine plus d’une personne, il y a donc plus de cas à la génération suivante).

Si vous ne voyez pas l'infographie, cliquez ici
Derniers articles sur le coronavirus