DIRECT. Covid en France : nouveau record à 52 000 cas, "le virus est partout"

Chargement de votre vidéo
"DIRECT. Covid en France : nouveau record à 52 000 cas, "le virus est partout""

DIRECT. Covid en France : nouveau record à 52 000 cas, "le virus est partout" COVID FRANCE. La France enregistre un nouveau record de contaminations en 24 heures ce dimanche , avec 52 000 cas de coronavirus. Pour le ministre délégué chargé des Transports, "le virus est partout".

Combien de cas et de morts du Covid-19 en France ? Dernier bilan

Le dernier bilan de Santé publique France dévoilé ce dimanche 25 octobre fait état de plus de 52 000 nouveaux cas de coronavirus enregistrés en 24 heures. On dénombre 116 décès supplémentaires. Le taux de positivité des tests gagne 1 point, un autre record de progression en 24 heures. Tous les chiffres.

  • 1 138 507 cas confirmés par PCR (Ehpad compris), soit 52 010 de plus
  • 34 761 décès au total (Ehpad compris), soit 116 de plus
  • 23 631 décès à l'hôpital, soit 112 de plus
  • Taux de positivité des tests : 17%, soit 1 point de plus
  • 2321 clusters en cours d'investigation, soit 103 de plus
  • 92 départements en vulnérabilité élevée, stable

Les infos du dimanche 25 octobre

  • Contrairement à la première vague où "il y avait des foyers très forts de contamination du virus", le transfert de patients d’une région à l’autre n’est pas la règle, selon le ministre délégué chargé des Transports, sur Europe 1. Jean-Baptiste Djebbari affirme en effet que "le virus est partout" et circule "à des taux importants".
  • Un nouveau record de contaminations a été franchi samedi 24 octobre, avec 45 422 cas de Covid-19 recensés en 24 heures par Santé publique France. L’épidémie continue sa progression dans le pays avec une deuxième vague qui pourrait être "pire que la première", selon Martin Hirsch, le directeur de l’AP-HP interrogé par RTL. 298 nouveaux décès ont également été enregistrés, samedi 24 octobre, selon le dernier bilan de Santé publique France. 
  • Le projet de loi sur la prorogation de l’état d’urgence sanitaire a été adopté en première lecture par les députés, samedi 24 octobre, après des débats animés. Ce régime exceptionnel pourrait donc être prolongé jusqu’au 16 février, avec la possibilité de mettre en place certaines restrictions jusqu’au 1er avril. Le Sénat doit examiner le texte la semaine prochaine. 
  • Deux Français sur trois sont désormais concernés par le couvre-feu. Tous les déplacements sont interdits, sauf motif dérogatoire, entre 21h et 6h dans 54 départements. 
  • L’hypothèse d’un reconfinement est de plus en plus évoquée par les scientifiques et les autorités. "Tout ça est envisagé sur le plan technique et opérationnel. (…) Tous les scénarios sont sur la table", a indiqué le ministre chargé des Transports Jean-Baptiste Djebbari sur Europe 1, dimanche 25 octobre. Le président a également mentionné un possible reconfinement, après une visite d’un hôpital du Val-d’Oise. "On va évaluer chaque semaine l'efficacité des mesures prises. […] Ces mesures, de manière certaine, je peux vous le dire aujourd'hui, n'ont pas vocation à être réduites, mais elles seront peut-être renforcées si elles ne sont pas suffisamment efficaces", a déclaré le président, cité par Le Parisien.

Lire aussi

18:17 - Un demi-million de patients du Covid-19 suivis par l’AP-HP 

[Fin du direct] "Depuis hier, nous avons franchi le seuil impressionnant d’un demi-million de patients inclus dans Covidom", a détaillé Martin Hirsch, le directeur général de l’Assistance Publique - Hôpitaux de Paris. Covidom est la plateforme qui permet un suivi à distance des patients infectés ou suspectés d’être atteints par le coronavirus. 8 000 nouvelles personnes y sont intégrées chaque semaine, a-t-il ajouté. 

18:02 - Les effets du couvre-feu attendus en début de semaine prochaine 

"On verra en début de semaine si le couvre-feu a permis de réguler le flot de malades", a déclaré le directeur de l’Agence régionale de santé Île-de-France Aurélien Rousseau au micro de BFMTV, dimanche. Ce dernier rappelle toutefois qu’"il ne faut pas attendre des mesures plus restrictives pour respecter les mesures barrières". 

17:45 - Selon l’OMS, le record de contaminations a été battu pour la troisième journée consécutive

465 319 cas de coronavirus ont été enregistrés samedi, après plus de 449 000 vendredi et plus de 437 000 jeudi, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Il s’agit donc d’un nouveau record battu pour la troisième journée consécutive. "Nous sommes à un moment critique de la pandémie, en particulier dans l'hémisphère nord", avait déclaré le patron de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, vendredi. 

17:29 - Le plan blanc déclenché dans les hôpitaux de plusieurs régions françaises 

Le plan blanc permet aux hôpitaux de déclencher une mobilisation immédiate de ses moyens pour faire face à une situation sanitaire exceptionnelle. Début octobre, c’est l’Île-de-France qui le réactivait. Avec une deuxième vague plus généralisée, ce sont désormais d’autres régions ou villes qui le déclenchent, à l’image de la métropole de Lille dès le jeudi 22 octobre. À Troyes, Besançon, Nantes, le plan blanc est également en place. À Caen, le CHU l'a activé samedi 24 octobre, selon Ouest-France. 

17:06 - Quelle est la situation en Haute-Garonne ?

La Haute-Garonne fait partie des 54 départements concernés par le couvre-feu. Selon le bilan du Covid communiqué ce vendredi, dans le département, le nombre de personnes hospitalisées est de 229 patients, avec 25 nouveaux admis dans les dernières 24 heures. 56 malades sont en réanimation, avec 4 nouvelles entrées dans la journée. 133 personnes sont mortes du coronavirus, soit 0 de plus en 24 heures, et 1296 sont sorties de l'hôpital, soit 6 de plus.

16:46 - Le Poitou "se rapproche du seuil de la zone d'alerte"

Si la Vienne et les Deux-Sèvres ne figurent pas parmi les 54 départements concernés par le couvre-feu, Laurent Flament, le directeur de l'Agence régionale de santé des Deux-Sèvres, a déclaré sur France Bleu ce vendredi que le Poitou "se rapprochait assez vite du seuil de la zone d'alerte". Il a souligné : "On a peut-être une épidémie qui est un peu en retard", avant de nuancer : "On s'approche de plus en plus vite du seuil du taux d'incidence de 150 avec des hospitalisations qui augmentent."

16:31 - Des médecins demandent un durcissement du couvre-feu et un confinement le week-end 

Les médecins de l'Union régionale des professionnels de santé libéraux (URPS) de la région Auvergne-Rhône-Alpes demandent à l’État de mettre en place des mesures plus dures face à la progression du coronavirus. "La situation est grave et le temps n'est plus aux demi-mesures", écrivent-ils. Ces médecins libéraux réclament l’avancée du couvre-feu à 19 heures et un confinement imposé le samedi et le dimanche. "Trop de nos concitoyens ne prennent pas suffisamment au sérieux les risques de contagion, banalisent individuellement cette infection, négligent le risque qu'ils font courir aux autres et en premier lieu aux plus vulnérables", ajoutent-ils. 

16:11 - Transports en commun : "Moins de 1% des clusters", selon Jean-Baptiste Djebbari 

"Moins d'1% des clusters sont détectés dans les transports en commun", affirme le ministre chargé des Transports au micro d’Europe 1, dimanche 25 octobre. Jean-Baptiste Djebbari rappelle qu’"un quart" des foyers de contamination concerne les entreprises. "Cela est vérifié un peu partout dans le monde et de façon continue", ajoute-t-il. Toutefois, le ministre précise qu'"on a du mal à cartographier précisément les lieux où ces contaminations se propagent". 

15:52 - Île-de-France : 67% des lits de réanimations occupés par des patients Covid 

"Il y a une très forte accélération, à la fois des contaminations et des entrées en réanimation", décrit le directeur de l’Agence régionale de santé d’Île-de-France, Aurélien Rousseau au micro d’Europe 1. Selon lui, les admissions dans les services de soins intensifs se multiplient, de "35 entrées par jour (…) jusqu’à mercredi" à "90 entrées" jeudi, vendredi et samedi. "À l'heure où je vous parle, 67% de nos lits de réanimation sont occupés par des patients Covid", a-t-il expliqué. 

15:25 - Le Premier ministre appelle les Français à "respecter le couvre-feu, les gestes barrières"

"Le meilleur moyen de soulager les soignants, c’est finalement de ne pas tomber malade. Ça dépend de chacune et chacun d’entre nous", a affirmé le Premier ministre lors d’un déplacement à Marseille, samedi 24 octobre. Avant de lancer un message aux Français : "Il faut à tout prix respecter les règles que nous avons édictées : le couvre-feu et tous les gestes barrières, les mesures de protection, y compris chez vous, en famille, quand vous recevez des amis."

15:09 - Loire : des élus demandent des "moyens sanitaires militaires" pour faire face à l’épidémie 

"Nous appelons à l'aide pour que nos soignants soient épaulés et nous demandons à l'État et au gouvernement qu'une aide exceptionnelle soit apportée en urgence à notre territoire pour pallier au manque de personnels soignants", écrivent des maires du sud de la Loire, dans un courrier à la préfecture, cité par LCI. Ces élus réclament ainsi "l'installation de moyens sanitaires militaires", similaires à ceux qui ont été envoyés à Mulhouse au printemps. 

14:50 - Une seconde "clé" à l’origine d’un coronavirus plus contagieux ? 

Le SARS-CoV-2 est plus contagieux que son prédécesseur, qui s’est propagé en 2003 en Chine et dans le monde. Des scientifiques ont tenté de comprendre pourquoi, alors que les deux virus "utilisent le même récepteur principal ACE2", résume le virologue Ravi Ojha, cité par CNews. Le coronavirus à l’origine de la pandémie actuelle aurait une deuxième "clé" qui facilite l’infiltration dans les cellules et le rend plus contagieux. 

14:30 - Les étudiants et retraités en renfort du personnel du CHU de Lille 

Pour gérer l’afflux de malades du Covid-19, le CHU de Lille a fait appel aux étudiants infirmiers et médecins et aux soignants retraités. 200 personnes sont déjà en place dans l’hôpital. Une situation pas évidente pour ce personnel, décrit Europe 1. Karine, étudiante infirmière, interrogée par nos confrères, raconte : "On n'a pas vraiment eu de formation, on n'est pas encadrés". 

14:08 - Dernier bilan mondial : plus de 42 millions de cas 

Le dernier bilan de l’AFP, cité par Le Parisien, fait état de plus de 42,26 millions de cas de Covid-19 dans le monde depuis le début de la pandémie. 1,14 million de personnes sont décédées. 

13:53 - L’application TousAntiCovid, numéro un des téléchargements

Le secrétaire d’État chargé de la Transition numérique a indiqué sur Twitter samedi que l’application TousAntiCovid, anciennement TousAntiCovid, prévue pour tracer les cas contacts de coronavirus, a été téléchargée plus d’un million de fois depuis jeudi. Dimanche, la startup Lunabee Studio, qui a travaillé sur son lancement, a indiqué que l'app était en tête des téléchargements sur l'Apple Store comme sur le Play Store de Google. 
 

13:32 - "Tout l'hôpital est sous tension", déclare Renaud Muselier 

Le président de la région PACA a fait une déclaration auprès de BFMTV suite au déplacement du Premier ministre dans la ville de Marseille, samedi 24 octobre. Il a indiqué que 16% des arrivées aux urgences concernaient des patients du Covid-19 et que 49% des lits de réanimation étaient occupés par des malades du virus. "Tout l'hôpital est sous tension", a décrit Renaud Muselier. 

13:11 - "Les mesures classiques sont dépassées", affirme le généticien Axel Kahn 

Le président de Ligue nationale contre le cancer s’est exprimé sur Franceinfo samedi 24 octobre. Pour lui, "les mesures classiques que sont le dépistage des cas, l'identification des contacts, l'isolement, etc, sont totalement dépassées et cela ne suffira pas". Face à la progression de l’épidémie, la seule solution selon Axel Kahn est de "diminuer les contacts physiques". Le couvre-feu est jugé efficace mais pas suffisant par le généticien. L’objectif est de "diminuer la contamination du début de la chaîne de transmission, les jeunes", a-t-il affirmé. 

12:48 - La France bat le record européen du nombre de cas de coronavirus 

Avec plus de 45 000 nouveaux cas de Covid-19, la France enregistre un record européen de contaminations. Pourtant, il ne s’agit pas forcément d’une circulation du virus beaucoup plus importante que chez nos voisins. Pour le professeur de santé publique Philippe Amouyel, "le nombre de cas est sous-estimé" dans les pays européens, comme il le détaille auprès de LCI. Il s’agit surtout du nombre de tests effectué. "Tous les pays n'ont pas la même politique de réalisation des tests", ajoute-t-il, donc il est effectivement difficile de comparer les chiffres. 

12:29 - Pas-de-Calais : des cas de coronavirus dans une prison 

Plusieurs surveillants et des détenus ont contracté le coronavirus dans une prison de Longuenesse, dans le Pas-de-Calais, comme le raconte La Voix du Nord. Cinq surveillants et dix détenus auraient déjà été testés positifs, et d’autres résultats sont attendus. Lundi, un comité va se réunir en urgence, selon le quotidien. 

12:10 - Les contaminations au Covid-19 augmentent-elles en partie à cause du froid ? 

La transmission de virus est facilitée par le froid, selon les chercheurs. Cela peut expliquer un peu l'accélération début octobre que l'on constate dans toute l'Europe", indique par exemple l’infectiologue Christophe Rapp au micro de BFMTV. Jeudi, le ministre de la Santé a également évoqué l’hypothèse d’un "refroidissement" des températures qui inciterait "les gens (à se) regrouper à l'intérieur et moins à l'extérieur", comme le cite L’Express. 

Quelle est l'évolution du Covid-19 en France ?

Dans son dernier bulletin épidémiologique, publié jeudi 22 octobre dans la soirée, Santé publique France rapporte une "forte augmentation" des indicateurs liés au Covid-19 pour la semaine 42 (du 12 au 18 octobre 2020). SPF alerte particulièrement des 65 ans et plus : on compte six fois plus de cas et cinq fois plus d’hospitalisations et d’admissions en réanimation en comparaison à début septembre. Au niveau national, les taux de positivité des tests et d'incidence ont tous les deux augmenté entre S41 et S42 (dans toutes les classes d'âge). Après avoir observé une stabilité en S41, les nouvelles admissions en réanimation repartent drastiquement à la hausse (+48%). Voici ce qu'il faut retenir point par point :

  • Les indicateurs épidémiologique observent une forte hausse. Le taux d'incidence national (nombre de cas pour 100 000 habitants), est désormais de 251 (182 en S41). Désormais, tous les départements sont au-dessus du seuil d’alerte de 50/100 000 habitants. Le taux de positivité des tests est de 13,7% (12,3% en S41). Il est désormais supérieur à 5% dans tous les départements de France métropolitaine et supérieur à 10% pour 62 départements. Les taux de positivité les plus élevés étaient rapportés dans la Loire (23,5%), en Isère (21,7%), en Haute-Loire (20,6%).
  • Les cas confirmés et cas contact augmentent sensiblement. Une augmentation très importante du nombre de nouveaux cas et de nouvelles personnes-contacts à risque identifiés par Santé publique France est observée en S42 pour la 2e semaine consécutive. Le nombre de cas de Covid-19 confirmés a augmenté de 39%.
  • En milieu hospitalier, après une baisse en S39 et en S40, et pour la 2ème semaine consécutive, le nombre de passages pour suspicion de Covid-19 dans l’activité totale était en hausse dans toutes les régions de France métropolitaine (+35% par rapport à S41). A noter que ce chiffre est en baisse en outre-mer. Les déclarations de nouvelles hospitalisations pour COVID-19 ont augmenté en semaine 42 (+48%) Les régions les plus concernées sont Auvergne-Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d’Azur,  Île-de-France et Hauts-de-France. SPF note une reprise de l'augmentation des admissions en réanimation (+48% entre S41 et S42), après une stabilisation observée entre S40 et S41.
  • Concernant les décès, le nombre hebdomadaire au niveau national a fortement augmenté : +40% entre les semaines 41 et 42 (de 546 décès en S41 à 764 en S42).
  • Le nombre d’actes SOS Médecins pour suspicion de Covid-19 a augmenté entre S41 et S42 (+15%). Cette hausse concerne exclusivement les adultes et semble s’intensifier par rapport à la semaine 41 chez les adultes de 45-74 ans (+35%) et de 75 ans et plus (+26%).

Carte du Covid en France : quels sont les départements les plus touchés ?

Nous avons élaboré une carte de synthèse donnant un aperçu de la situation du coronavirus en France, mise à jour au quotidien. Y figurent une série d'indicateurs clés comme les données hospitalières, les décès, les guérisons, mais aussi des statistiques sur la progression du virus comme le taux de positivité des tests, le taux d'incidence, le "R effectif". La classification de chaque département est aussi mentionnée (rouge, alerte renforcée, alerte maximale, en vulnérabilité modérée ou élevée...). 

Retrouvez tous les détails sur cette cartographie et le point complet par département dans notre article sur la carte du Covid en France. 

Si la carte ne s'affiche pas, cliquez ici
Derniers articles sur le coronavirus