Direct. Covid en France : Paris et Lyon bientôt en "alerte maximale" ?

Chargement de votre vidéo
"Direct. Covid en France : Paris et Lyon bientôt en "alerte maximale" ?"

Direct. Covid en France : Paris et Lyon bientôt en "alerte maximale" ? COVID FRANCE. Alors que plus de 8 000 cas de Covid-19 ont été recensés pour la seule journée du mardi 29 septembre, plusieurs seuils d'alerte ont été franchis à Paris mais aussi à Lyon et dans d'autres métropoles françaises.

Situation préoccupante dans certaines métropoles françaises, dont Paris, alors que la circulation du virus se poursuit dans l'Hexagone. Après le bilan du 29 septembre de Santé publique France, on apprend que plusieurs seuils d'alerte qui déterminent si un département et une région passent en zone d'alerte maximale ou non ont été franchis à Paris. Sur le plateau de France Info, Anne Souyris, adjointe à la maire de Paris en charge de la santé, exprimait son inquiétude ce matin. "Sur les différents critères du gouvernement pour passer en zone écarlate, nous en avons dépassé deux". Lyon et Lille sont également concernées, avec des taux d'incidence dépassant le seuil d'alerte dans la population générale et chez les plus de 60 ans. Le Ministère de la Santé indique n'avoir pas encore pris de décision quant au durcissement des restrictions dans ces métropoles. Des annonces pourraient avoir lieu en fin de semaine.

Combien de cas et de morts du Covid-19 en France ? Dernier bilan

Les derniers chiffres de Santé publique France liés à l'épidémie du coronavirus sont tombés mardi 29 septembre. Le bilan est une nouvelle fois inquiétant, avec 31 893 décès au total, soit 85 supplémentaires ces dernières 24 heures. Concernant les nouveaux cas de Covid-19, 8 051 ont été enregistrés en 24 heures.

  • 550 690 cas confirmés par PCR (Ehpad compris), soit 8051 de plus
  • 45 090 cas en Ehpad (mis à jour ce mardi soir)
  • 31 893 décès au total (Ehpad compris), soit 85 de plus
  • 21 201 décès à l'hôpital, soit 59 de plus
  • 10 692 décès en Ehpad, soit 26 de plus depuis vendredi
  • 6 500 hospitalisations en cours, soit 85 de plus
  • 1 204 personnes actuellement en réanimation, soit 40 de plus
  • 96 327 personnes sorties de l'hôpital, soit 553 de plus
  • Taux de positivité des tests : 7,6%, soit 0,1 point de plus
  • 1 265 clusters en cours d'investigation, soit 19 de plus
  • 64 départements en vulnérabilité élevée, soit 4 de plus

NB : les données relatives aux personnes hospitalisées et en réanimation présentées ci-dessus correspondent au nombre de patients en cours de soins et non au cumul depuis le début de l'épidémie. De même, l'évolution des hospitalisations et des cas en réanimation en 24 heures correspond à des chiffres net, tenant compte des guérisons et des décès. Dans les dernières 24 heures, en brut, 698 hospitalisations de plus ont été enregistrées et 165 admissions en réanimation.

Lire aussi

16:55 - Des contrôleurs SNCF auraient caché qu'ils étaient contaminés

D'après les informations publiées dans Le Parisien ce lundi, des contrôleurs la compagnie ferroviaire publique auraient poursuivi le travail malgré leur contamination au coronavirus. D'après le journal francilien "la SNCF comptabilisait au moins 320 contaminations reconnues au virus sur les 140 000 cheminots et plus de 600 cas contacts" la semaine dernière. Or, il est impossible de vérifier que ces chiffres sont les bons si certains employés cachent leur contamination. Dans l'enquête du Parisien, on peut lire que ces non-dits existent car un arrêt-maladie signifierait une grande perte de salaire pour ces contrôleurs. De l'ordre de plusieurs centaines d'euros pour certains. "Personne ne veut être en arrêt maladie et perdre de l'argent. Et on ne peut contraindre personne à faire un test" affirme un cadre de la SNCF auprès du Parisien.

16:11 - De nouvelles mesures à Paris, Lille, Lyon et Grenoble à prévoir

D'après les informations du service politique de France Info, le Premier Ministre Jean Castex compte s'entretenir séparément avec les maires de Lyon, Paris, Lille et Grenoble ce jeudi 1er octobre avant la conférence de presse d'Olivier Véran prévue dans l'après-midi. Un conseiller du gouvernement a expliqué que Jean Castex souhaite pousser les quatre maires à prendre des mesures plus drastiques alors que l'épidémie progresse dans leur métropole : "Adoptez de nouvelles mesures. Choisissez-les. On fera le point dans quelques jours sur leur efficacité. Si cela ne fonctionne pas, l'État prendra le relais pour le tour de vis"

15:52 - Marseille : La justice rejette le recours contre la fermeture des bars et restaurants

Alors que plusieurs restaurateurs et directeurs de bars espéraient que le tribunal administratif de Marseille contre, à leur demande, les dispositions gouvernementales annoncées la semaine dernière, celui-ci a rejeté leur recours ce mercredi 30 septembre. Pour rappel, une fermeture complète des bars et des restaurants de l'agglomération Aix-Marseille a été décrétée par le gouvernement suite à la mise en alerte maximale des deux villes la semaine dernière.

15:48 - A Paris, les restaurateurs ont manifesté contre une éventuelle fermeture

À Paris, des patrons de bars ont manifesté le mardi 29 septembre pour dénoncer l'obligation de fermer à 22 heures, comme le montrent des images de BFMTV tournées dans la rue de Lappe, dans le 11e arrondissement. Pour rappel, la capitale est au seuil de l'"alerte maximale", et risque de voir ses bars et restaurants fermer totalement, comme à Aix-Marseille.

14:24 - Olivier Véran s'exprimera ce jeudi 1er octobre

Alors que, dans plusieurs métropoles françaises, les indicateurs de suivi de l'épidémie de coronavirus se dégradent, le ministère de la Santé a expliqué ce lundi n'avoir pas encore acté de nouvelles directives au sujet du passage de ces villes en alerte maximale ou non. Le choix sera fait sur la base de données consolidées sur 7 jours. Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, doit s'exprimer ce jeudi 1er octobre à l'occasion d'une conférence de presse.

13:32 - Situation préoccupante à Lille où des seuils d'alerte sont franchis

L'Agence régionale de Santé des Hauts-de-France a communiqué les chiffres relatifs à la circulation du virus Covid-19 à Lille où le taux d'incidence est désormais à 294 cas pour 100 000 habitants dans la population générale. Chez les individus âgés de plus de 65 ans, ce taux d'incidence atteint 158 cas sur 100 000 habitants. Sur ces deux indicateurs, les seuils d'alerte fixés par le Ministère de la Santé sont franchis. Par ailleurs, le taux d'occupation des lits de réanimation dédiés aux patients positifs aux Covid-19 est désormais de 15% (seuil d'alerte fixé à 30%).

12:13 - Indicateurs dégradés à Lyon

L'ARS Auvergne-Rhône-Alpes poursuit ses évaluations de la circulation du virus Covid-19 dans la métropole de Lyon ce mardi 29 septembre 2020. L'agence régionale de santé de la région évalue que le taux d'incidence du virus dans la population générale est désormais de 257 (seuil d'alerte fixé à 250) et de 142 chez les personnes âgées de plus de 65 ans (le seuil est fixé à 100). Seul seuil d'alerte qui n'est pas encore franchi à Lyon, le taux d'occupation des lits de réanimation est de 25% tandis que le seuil d'alerte est fixé à 30%.

11:13 - Seuils d'alerte franchis à Paris

Dans la foulée du bilan de Santé Publique France pour la journée du mardi 29 septembre, on apprend que plusieurs métropoles françaises voient leurs indicateurs de suivi de l'épidémie se dégrader. C'est le cas notamment à Paris où le taux d'incidence atteint 259,6 dans l'ensemble de la population (le seuil d'alerte est fixé à 250). Le taux d'incidence est par ailleurs de 132,9 chez les individus âgés de 60 à 69 ans (le seuil d'alerte est fixé à 100). Le taux d'occupation moyen des lits en réanimation par des patients positifs au Covid-19 est de 32% (le seuil d'alerte étant fixé à 30%).

Dans son dernier bulletin épidémiologique, en date du 24 septembre, Santé publique France rapporte une "augmentation des passages aux urgences, des nouvelles hospitalisations, des admissions en réanimation et des décès liés au SARS-CoV-2 survenus en milieu hospitalier" pour la semaine 38 (du 14 au 20 septembre 2020). Dans ce point réalisé chaque fin de semaine et plus complet que les bilans quotidiens, l'agence de santé s'alarme d'une "augmentation exponentielle des admissions en réanimation" et relève aussi une nette hausse de la circulation du Covid chez les 65 ans et plus. Santé publique France s'inquiète également de la sous-estimation de l'augmentation du nombre de cas confirmés "due à la probable saturation des capacités diagnostiques" ainsi que de la probable sous-estimation du nombre de clusters. Voici ce qu'il faut retenir :

  • Le nombre cas confirmés de Covid-19 augmente encore et toujours. On compte 66 671 nouveaux cas en semaine 38 (+8%). "Cependant, du fait de la saturation des capacités diagnostiques et de l'augmentation des délais de rendus de résultats pouvant aller au-delà de 7 jours, la durée de consolidation des données SI-DEP s'allonge et les nombres hebdomadaires de nouveaux cas confirmés est potentiellement sous-estimé ces dernières semaines", écrit Santé publique France.
  • Les indicateurs épidémiologiques sont donc dans le rouge. Le taux de positivité grimpe de 5,5 à 6,2%. Le taux d'incidence atteint 99 cas pour 100 000 habitant, soit une augmentation de 8%. Ce dernier a augmenté dans toutes les classes d'âge sauf chez les 0-14 ans (-2%). Paradoxalement, le nombre de reproduction baisse encore légèrement, de 1,09 à 1,06, mais reste "significativement supérieur à 1", souligne Santé publique France.
  • Les cas se multiplient chez les plus de 65 ans. Chez les personnes de 65 à 74 ans, le nombre de cas a été multiplié par 3 depuis la mi-août. Il a été multiplié par 4 depuis chez les 75 ans et plus. L'augmentation de l'incidence était aussi plus importante chez les 75 ans et plus (+16%) et chez les 65-74 ans (+16%). "L'augmentation des cas chez les personnes âgées est inquiétante car ces personnes sont parmi les plus à risque de complication de Covid-19", écrit SPF, qui rappelle qu'au moins 92% des cas de Covid-19 décédés depuis le début de l'épidémie étaient âgés de 65 ans ou plus.
  • Le nombre de clusters recensés pose question. Il demeure à un niveau élevé avec 391 clusters contre 428 en semaine 37. Les entreprises hors établissements de santé restent parmi les types de collectivités les plus représentées pour la survenue de clusters (26%), puis le milieu familial élargi (plusieurs foyers), les évènements publics/privés rassemblant de manière temporaire des personnes (20%) et le milieu scolaire et universitaire (16%). Le nombre de clusters en Ehpad est en légère hausse avec 77 clusters signalés (contre 70 en S37). Mais "du fait de l'augmentation de la circulation virale sur l'ensemble du territoire, le nombre de clusters identifié est probablement largement sous-estimé", indique l'agence de santé publique.
  • Les médecins et hôpitaux voient leur charge croître. Le nombre d’actes SOS Médecins pour suspicion de Covid-19 baisse (6970 actes soit -4%), ce qui est lié selon Santé publique France à une forte baisse d'activité chez les enfants (-31%) après la période de la rentrée scolaire. Mais le nombre de passages aux urgences pour suspicion de Covid-19 grimpe de 21%, à 6514 passages. Le nombre de nouvelles hospitalisations est de 3657 en semaine 38, en hausse de +34% par rapport à la semaine précédente. On compte 599 nouvelles admissions en réanimation en une semaine contre 427 la semaine précédente, soit +40%. Cela fait 9 semaines que ces chiffres grimpent.
  • Le nombre de décès a progressé de 25% en une semaine. On compte 332 morts lors de la semaine 38 (incluant les décès en hospitalisation et décès en Ehpad). C'est la deuxième semaine consécutive de hausse. Santé publique France évoque une "forte augmentation", même si au niveau national, "la mortalité reste dans les marges de fluctuation habituelle sur les semaines 34 à 37". Comme la semaine passée, SPF conclut que "la diffusion du virus chez les personnes les plus âgées, fait craindre la poursuite des hospitalisations et des décès dans les semaines à venir".
  • Les zones rouges ou "en alerte" sont les départements suivants : Ain, Alpes-de-Haute-Provence, Ariège, Aude, Aveyron, Calvados, Charente, Corse-du-Sud, Haute-Corse, Côte-d'Or, Doubs, Drôme, Eure, Gard, Gers, Indre-et-Loire, Landes, Haute-Loire, Loire-Atlantique, Loiret, Lozère, Maine-et-Loire, Marne, Haute-Marne, Meurthe-et-Moselle, Morbihan, Nièvre, Oise, Pas-de-Calais, Puy-de-Dôme, Pyrénées-Atlantiques, Hautes-Pyrénées, Pyrénées-Orientales, Bas-Rhin, Saône-et-Loire, Sarthe, Savoie, Seine-et-Marne, Yvelines, Somme, Tarn, Tarn-et-Garonne, Var, Vaucluse, Vienne, Haute-Vienne, Territoire de Belfort, Essonne, Val-d'Oise, Martinique, Guyane, La Réunion, Mayotte, Alpes-Maritimes, Haute-Garonne, Gironde, Hérault, Ille-et-Vilaine, Isère, Loire, Nord, Rhône, Paris, Seine-Maritime, Hauts-de-Seine, Seine–Saint-Denis, Val-de-Marne, Bouches-du-Rhône, Guadeloupe. Dans ces départements, la jauge des rassemblements est limitée à 30 personnes maximum ; le préfet peut prendre des mesures spécifiques pour lutter contre le Covid-19.
  • Les zones en "alerte renforcée" (ou super-rouges) sont les métropoles de Lyon, Nice et Bordeaux, Lille, Toulouse, Saint Etienne, Rennes, Paris et la petite couronne, Rouen, Grenoble et Montpellier. dans ces zones, les rassemblements de plus de 10 personnes dans l’espace public sont interdits, les bars et restaurants doivent fermer à 22h maximum ; les salles de sports, les gymnases, les salles des fêtes sont fermés, la jauge des grands événements est limitée à 1 000 personnes ; les fêtes locales ou étudiantes sont interdites ; le télétravail doit être favorisé.
  • Les zones en "alerte maximale" (écarlates) sont Marseille, Aix et La Guadeloupe. En plus des dispositions des zones en alerte renforcée, les restaurant et bars sont fermés dès samedi 26 septembre pour une période de deux semaines.

Carte du Covid en France : quels sont les départements les plus touchés ?

Nous avons élaboré une carte de synthèse donnant un aperçu de la situation du coronavirus en France, mise à jour au quotidien. Y figurent une série d'indicateurs clés comme les données hospitalières, les décès, les guérisons, mais aussi des statistiques sur la progression du virus comme le taux de positivité des tests, le taux d'incidence, le "R effectif". La classification de chaque département est aussi mentionnée (rouge, alerte renforcée, alerte maximale, en vulnérabilité modérée ou élevée...). 

Retrouvez tous les détails sur cette cartographie et le point complet par département dans notre article sur la carte du Covid en France. 

Si la carte ne s'affiche pas, cliquez ici
Derniers articles sur le coronavirus