Autotest Covid : fin de la validité pour le pass sanitaire dès le 15 octobre

Chargement de votre vidéo
"Autotest Covid : fin de la validité pour le pass sanitaire dès le 15 octobre"

Autotest Covid : fin de la validité pour le pass sanitaire dès le 15 octobre AUTOTEST COVID. Au même titre que la fin de la gratuité du test PCR et antigénique de "confort", l'autotest ne sera plus valable pour le pass sanitaire.

[Mis à jour le 11 octobre 2021 à 11h17] Dans un communiqué publié vendredi soir, le gouvernement a annoncé que l'autotest ne serait plus valable pour le pass sanitaire à partir du 15 octobre prochain. Jusqu'alors, il était en effet possible de présenter un autotest négatif pour obtenir le pass sanitaire, mais ce dispositif avait été "déployé temporairement au cours de l'été, afin d'accompagner l'extension de l'utilisation du passe sanitaire". Malgré cette mesure, il vous sera toujours possible de trouver un autotest à la pharmacie afin d'écarter une éventuelle contamination au coronavirus.

Comment fonctionne l'autotest ?

Assez simple sur le papier, l'autotest peut donc se réaliser seul à la maison. Pour cela, il suffit d'aller à la surface du nez, et non au fond du naso-pharynx comme pour le test antigénique, voici les étapes :

  • Enfoncer l'écouvillon à la verticale sur 2 à 3 cm
  • Basculer l'écouvillon et l'introduire un peu plus jusqu'à une légère résistance
  • Réaliser un mouvement de rotation sans forcer et enfoncer pendant quelques secondes
  • Essorer l'écouvillon dans la solution durant 10 secondes
  • Visser la tétine compte gouttes sur le tube
  • Verser quatre gouttes dans le puits de la cassette 
  • Patienter 10 à 15 minutes
  • Si deux bandes colorées apparaissent au niveau des marqueurs C et T, alors le test est positif
  • Si une bande n'apparaît que dans la zone C, le test est négatif
  • Le test est invalide si aucune bande n'apparaît au niveau de la zone C
  • Enfin, il faut jeter les articles du kit dans un sac plastique pour éviter toute contamination. Fermer le sac et le placer dans un deuxième sac plastique. Jeter le tout dans sa poubelle habituelle. Se laver les mains après la manipulation.

Le ministère de la Santé explique également que l'autotest comporte un intérêt s'il est effectué régulièrement (1 à 2 fois par semaine). Sachez que lorsqu'ils remettent un kit, les pharmaciens sont obligés de vous transmettre le guide d'utilisation élaboré par le ministère de la Santé.

Quelle est la fiabilité de l'autotest ?

Selon les premières données analysées par la Haute Autorité de santé, ces tests ont des sensibilités cliniques de l'ordre de 80 à 95% chez les patients symptomatiques et de 50 à 60% chez les personnes asymptomatiques.

Quel est le prix d'un autotest Covid ?

Les tarifs ont officiellement été dévoilés le 11 avril dans un décret paru au Journal Officiel avant sa mise en circulation dans les pharmacies. Ces prix " ne peuvent excéder, par test et toutes taxes comprises, 6 euros jusqu'au 15 mai, puis au-delà 5,2 euros ", indique le ministère des Solidarités et de la Santé. Pour l'heure, six marques ont proposé des autotests à la vente : AAZ, BioSynex, Parnassia, Siemens, Swiss Point of Care et JSE.

Peut-on se faire rembourser un autotest ?

La réponse est oui mais pas pour tout le monde. En effet, sont seulement remboursés les salariés de services à domicile ou de particuliers employeurs intervenant auprès de personnes âgées ou en situation de handicap et les accueillants familiaux. Pour en bénéficier, ces derniers doivent présenter une pièce d'identité, ainsi qu'un justificatif attestant de leur statut professionnel. Pour le reste de la population, le remboursement n'est pas effectif, le ministère de la Santé expliquant que les tests PCR et antigéniques en laboratoire, pharmacie etc... Sont déjà couverts.

Pharmacie, grande surface... Où trouver les autotests ?

D'abord annoncés dans les grandes surfaces, les autotests sont finalement exclusivement réservés aux pharmacies, Olivier Véran expliquant début d'avril qu'il valait mieux avoir un professionnel de santé à côté. "Un million au moins d'autotests " seront disponibles dans quelque 6 000 pharmacies dès la mi-avril et cela devrait "monter en charge" au cours des semaines suivantes, a indiqué au Parisien la Direction générale de la santé. "Les fabricants d'ores et déjà autorisés ont des capacités de production et de livraison de plus de 20 millions d'autotests en avril et plus les mois suivants", a expliqué la DGS.

L'autotest est-il disponible à l'achat en ligne ?

Non, même via la pharmacie en ligne, les autotests ne sont pas encore disponible pour un achat sur internet, comme l'indique le ministère de la Santé. Si vous voulez acquérir un autotest à l'heure actuelle, il faudra sortir de chez vous pour s'adresser à votre pharmacien, sa vente étant interdite aux personnes de moins de 15 ans.

Que faire si vous êtes positif avec un autotest ?

Sachez tout d'abord que la Haute Autorité de santé a demandé une sensibilité de plus de 80 % afin d'éviter au maximum les faux positif (1 % de chance, attention également aux faux négatif). En cas de test positif, vous devez impérativement prendre rendez-vous afin de réaliser un test PCR pour être comptabilisé dans les "statistiques", de voir si vous êtes porteur d'un variant mais également permettre un contact tracing qui est la véritable faille des autotests.

Que faire si vous êtes négatif avec un autotest ?

Si une bande colorée apparait uniquement dans la zone contrôle (C), votre test est négatif. La principale chose à faire est de ne surtout pas relâcher les gestes barrières et maintenir la distanciation sociale car la HAS alerte sur la possibilité d'avoir un faux négatif. Rappelons également qu'en cas de symptômes, il faut impérativement faire un test PCR

Dans les écoles, pour les enseignants, qui peut utiliser les autotests ?

Depuis le 26 avril et la rentrée en présentiel des écoliers de primaire, les autotests sont devenus une nouvelle arme pour contrôler l'épidémie dans les écoles. Concrètement, "chaque personnel travaillant dans les établissements et les écoles" doit recevoir "deux autotests gratuits par semaine", qu'il officie en école, collège ou lycée. L'ensemble des lycéens est également concerné par les autotests (voir plus bas), mais pas les écoliers ou les collégiens. Si la Haute autorité de Santé les autorise désormais théoriquement pour les moins de 15 ans, le Conseil scientifique ne les recommande pas encore pour les moins de 11 ans.

Dans le Journal du Dimanche du 2 mai, le ministre de l'Education a notamment répondu à la question "Comment ces dépistages seront-ils organisés ?" : "Ce sera décidé à l'échelle de chaque établissement. On peut imaginer une approche assez simple : On choisit un lieu dédié à l'intérieur du lycée puis, classe par classe, les élèves viennent pratiquer leur autotest, sur le temps scolaire, sous la supervision d'un personnel médical, de médiateurs ou de volontaires. Nous avions déjà recruté 1 700 médiateurs pour aider au dépistage". 

Sur la suite du processus, le membre du gouvernement a souligné : "Nous allons en livrer 60 millions en mai et juin". Les lycéens doivent voir les autotests arriver dans leurs établissements à partir du lundi 10 mai. Les jeunes de plus de 15 ans se verront ainsi proposer un autotest par semaine. Non-obligatoire, il ne pourra être réalisé qu'avec l'accord des familles.