École et covid : des cours à la maison prolongés ?, conseils pour les parents

École et covid : des cours à la maison prolongés ?, conseils pour les parents ECOLE ET COVID. Le président Macron a souligné mardi que les établissements scolaires rouvriraient indépendamment des indicateurs sanitaires. Conseils aux parents pour aider les enseignants à assurer la continuité pédagogique, bugs ENT... On fait le point.

[Mis à jour le 8 avril 2021 à 10h36] LA DERNIERE ACTU. L'école à la maison a débuté mardi 6 avril, dans le cadre du confinement d'au moins un mois mis en place par le gouvernement pour freiner la propagation du Covid-19. Ce même jour, face à une classe de collégiens avec laquelle il échangeait via la plateforme "Ma classe à la maison", du CNED, le chef d'Etat s'est voulu rassurant sur la suite de l'année : " Je pense que, jusqu'à la fin de l'année scolaire, il ne devrait pas y avoir un nouveau confinement (...) C'est essentiel qu'on reprenne les cours en présence pour les maternelles et les primaires le 26 avril, et pour les collèges et les lycées la semaine d'après. Je n'ai pas conditionné la réouverture des maternelles et des écoles, puis des collèges et des lycées, à des indicateurs sanitaires. Pourquoi ? Parce que ces trois semaines d'absence physique de cours sont déjà un effort important". 

Dans la foulée de cette déclaration, Emmanuel Macron a donné plus de précisions sur la réouverture prochaine des écoles dans Le Parisien : "L'école est un lieu où le virus circule, mais n'est pas un lieu où le virus circule davantage. Par contre, c'est un lieu où l'avenir de notre pays se joue. Je ne pense pas que nous ayons le droit de sacrifier l'avenir de notre pays à la situation présente." Et d'assurer mener plusieurs batailles à la fois : "La santé est l'objectif premier, j'ai fait aussi de l'éducation une priorité."    

Je suis parent d'élève, quels conseils suivre pour que "l'école à la maison" se passe au mieux ?

La Fédération pour la Liberté du Choix de l'Instruction et des Apprentissages (Félicia), interrogée par France 3 Régions, conseille de :

  • "garder contact avec le référent de la classe et lui faire part de vos observations"
  • "surtout, ne pas hésiter à informer l'enseignant des difficultés rencontrées ou de vos choix pour une méthodologie différente"
  • "laisser du temps à votre enfant ; se faire plaisir en apprenant, profiter des moments partagés sont autant de moyens d'établir un environnement moins stressant pour votre famille. Cette situation est temporaire. Quoiqu'il arrive votre enfant acquerra de nombreuses compétences simplement à votre contact". 

Lire la " Lettre à un parent en 'continuité pédagogique' " écrite sur Slate par Maëliss Rousseau, Professeure des écoles et membre du comité de rédaction des Cahiers pédagogiques

Quels enfants ne sont pas concernés par l'instruction à distance ?

Le 31 mars au soir, sur fond de hausse des contaminations et de taux d'incidence élevés dans les écoles, Emmanuel Macron a pour rappel annoncé une fermeture de l'ensemble des établissements scolaires (hors universités) pour trois à quatre semaines dans toute la France (plus d'informations sur le calendrier ici). L'école à la maison ne concerne toutefois pas "les enfants des soignants et de quelques autres professions [quand l'autre parent ne peut pas non plus télétravailler, ndlr], de même que les enfants en situation de handicap". Le détail des enfants et des professions concernés est accessible via les sites des préfectures.

Il y a eu de nombreux soucis de connexion chez les élèves ces derniers jours, que sait-on sur ce point ?

PAGE SPÉCIALE

Comment la continuité pédagogique est-elle assurée pendant la période de "confinement souple" du mois d'avril ? Quelles sont les nouvelles mesures de fermeture des écoles décidées par le gouvernement, par niveau (crèche, école primaire, collège, lycée, université), et face à quel niveau de contamination antérieur ? Comment va s'échelonner le calendrier de cours à distance, vacances de printemps et retour en classe ? Quelles sont les dernières règles du protocole sanitaire ? Que sait-on sur la circulation des variants en milieu scolaire ? Découvrez-les informations et les explications sur tous ces points en naviguant dans notre page spéciale à l'aide du sommaire ci-dessus.

Calendrier de l'école à la maison 

Voici le calendrier désormais instauré concernant la fermeture des classes :

Une semaine de cours à distance depuis la maison pour les écoliers, collégiens et lycéens va donc avoir lieu du 5 au 9 avril. Puis ce seront les vacances scolaires de printemps, pour deux semaines, à partir du 12 avril (tous les élèves auront les mêmes, suite au dézonage acté par le gouvernement). Une même date de rentrée suivra pour tous, celle du lundi 26 avril prochain. Elle se fera en "physique" pour les primaires et à distance pour les collégiens et les lycéens. Le 3 mai, les élèves du secondaire devraient eux aussi retrouver les bancs de l'école, "avec des jauges adaptées" a déclaré le président lors de son allocution. 

Continuité pédagogique : où en est-on ?

La solution retenue pour l'enseignement est "la plus adaptée pour freiner le virus, tout en préservant l'éducation et donc l'avenir de nos enfants", a justifié Emmanuel Macron. Mais qu'en sera-t-il de la continuité pédagogique mise en place pendant les une à deux semaines minimum de cours à la maison (une pour les primaires, deux pour les élèves du secondaire) ? Les établissements scolaires sont-ils cette fois mieux préparés à l'enseignement à distance ? "On fera sans doute mieux en enseignement à distance que ce qu'on a pu faire au printemps dernier", espèrait en tout cas, le 31 mars, sur franceinfo, Florence Delannoy, secrétaire générale adjointe du SNPDEN (Syndicat National des Personnels de Direction de l'Education Nationale) et proviseure du lycée international Montebello, à Lille. Et d'ajouter : "On est sans doute mieux préparés techniquement puisqu'on a pu, dès la rentrée, recenser les élèves qui n'avaient pas d'ordinateur, par exemple, recenser les élèves qui avaient des difficultés de connexion Internet. Ça, on le maîtrise un peu mieux".

Des interrogations subsistent toutefois sur les examens de fin d'année, explique la proviseure : "Il y a des inégalités, maintenant, on va devoir travailler entre professionnels" pour trouver "comment on prend en compte les différentes inégalités et quels moyens on va pouvoir mettre en œuvre pour essayer de les compenser." En présentiel, il reste en effet quelques épreuves du bac au mois de juin ainsi que les épreuves du brevet des collèges

Quant à Jean-Rémi Girard, président du Snalc (lycées et collèges), il regrette auprès de l'AFP "que le gouvernement n'[ait] pas fait assez d'investissement depuis un an pour préparer ce retour en arrière". "Il y a encore de nombreux élèves qui ne sont pas équipés en ordinateurs", déplore-t-il par exemple. 

Et les parents d'élèves ? Ils sont nombreux à avoir "très mal vécu" l'école à la maison lors du premier confinement, comme Albane, une quadragénaire parisienne mère de deux enfants interrogée par Franceinfo. Ils ont l'impression de s'apprêter à "revivre le même enfer", confiait-elle déjà avant le discours d'Emmanuel Macron, anticipant même : "Si c'est ça qui est décidé ce [mercredi] soir, ça va être dur, car cette fois on sait ce qui nous attend. Quand on ferme les écoles, le télétravail avec les enfants en permanence dans les pattes, c'est pas la solution".

Variants et Covid à l'école 

Où en était la circulation des variants du Covid-19 à l'école quand le gouvernement a pris la décision de les fermer pour un mois ? Ces variants sont en effet de 40 à 70 % plus contagieux que le Covid-19 "classique". Dans son dernier avis, le conseil scientifique Covid-19 assurait toutefois que "les écoles ne semblent pas constituer des amplificateurs de transmission : la circulation du virus en milieu scolaire reflète plutôt celle qui est observée au sein de la collectivité", comme montré par une étude publiée fin février dans le British Medical Journal. Cela ne veut pas pour autant dire que les établissements scolaires ne jouent pas de rôle dans la propagation du virus. A la mi-mars, le conseil scientifique rappellait ainsi que le risque majeur est celui de la transmission du Covid-19 par les élèves à leurs parents ou grands-parents. Cette transmission est, selon l'étude ComCor menée par l'Institut Pasteur, plutôt "le fait des collégiens ou lycéens" que des écoliers de primaire. Le protocole sanitaire conservait donc toute son importance jusqu'à la fermeture des écoles, en particulier au moment des repas.

Nombre de cas de Covid : les derniers chiffres nationaux du ministère de l'Education

Le ministère de l'Education communique chaque vendredi sur le nombre de cas de coronavirus dans les établissements scolaires. D'après le dernier point de situation en date, celui du vendredi 2 avril *, on compte :

  •  28 738 cas de Covid confirmés chez les élèves (cumul sur sept jours), sur 12 400 000 élèves, soit 0,23% d'entre eux - contre 21 183 cas la semaine précédente
  • 2771 cas de covid confirmés chez le personnel (cumul sur sept jours), sur 1 162 850 personnels, soit 0,24% - versus  2 515 cas la semaine précédente

* données arrêtées au jeudi à 13h

"30% de risques en plus" de contracter le Covid-19 au contact d'enfants scolarisés

D'après un récent rapport cité par franceinfo, l'école est un lieu où le virus se propage fortement. Ledit rapport émane du groupe de réflexion Terranova, proche du centre-gauche. Il estime qu'il y aurait "30 % de risques de plus de contracter le virus" lorsqu'on est au contact d'enfants scolarisés. Un risque qui monterait même à "40 %" si les enfants sont en crèche. Pour Terranova, les protocoles mis en place dans les établissements scolaires ne sont donc pas suffisants.  

Fermeture d'école et Covid

De la crèche au lycée, les établissements scolaires ferment pour au moins trois semaines dans toute la France à partir du vendredi 2 avril. Cette fermeture englobe les deux semaines de vacances scolaires de printemps, qui ont subi un dézonage : dans tout l'Hexagone, elles s'étalent du 12 au 23 avril 2021.

Quels sont les derniers chiffres sur les classes et établissements scolaires fermés ? 

Selon le point de situation fourni par le ministère de l'Education le vendredi 2 avril (données arrêtées au jeudi 1er avril à 13h), 229 structures scolaires *(sur 61 500, soit 0,38%) étaient fermées à cause de la pandémie de Covid-19 cette semaine-là, contre 148 la semaine précédente. Parmi ces structures, il y a 187 écoles (sur 50 100), 27 collèges (sur 7 200) et 15 lycées (sur 4 200). 11 272 classes (sur 528 400, soit 0,6%) étaient également fermées ** sur cette même semaine, contre 3 256 classes la semaine précédente. Un chiffre sans doute influencé par le renforcement du protocole sanitaire et les fermetures automatiques de classe à partir d'un seul cas de Covid (qu'il implique un variant ou non).

* Publiques et privées sous contrat

** Dans des structures scolaires ouvertes

► Pour en savoir plus sur les fermetures des écoles, consultez notre page dédiée

Protocole sanitaire

Le protocole sanitaire scolaire contre le Covid-19 a subi de nombreuses modifications depuis sa mise en application au printemps 2020. Retrouvez ses nouvelles mesures, ainsi que les plus emblématiques, sur notre page dédiée au protocole covid à l'école.

Quelles sont les modalités d'ouverture / fermeture des écoles ?

Voici les éléments caractérisant chaque "niveau" scolaire pour la gestion du Covid-19. 

  • Les crèches : elles sont fermées du vendredi 2 avril au vendredi 23 avril inclus. La "rentrée" en présentiel y est fixée au lundi 26 avril.
  • L'école maternelle et élémentaire (autrement dit l'école primaire) : elle est fermée du vendredi 2 avril au vendredi 23 avril inclus. La "rentrée" en présentiel y est fixée au lundi 26 avril.
  • Le collège : il est fermé du vendredi 2 avril au vendredi 30 avril inclus. La "rentrée" en présentiel y est fixée au lundi 3 mai.
  • Au lycée : il est fermé du vendredi 2 avril au vendredi 30 avril inclus. La "rentrée" en présentiel y est fixée au lundi 3 mai.
  • Les universités :  le 31 mars, Emmanuel Macron a annoncé que, malgré la fermeture des écoles pendant trois semaines, les étudiants qui le souhaitent peuvent continuer à se rendre à l'université "un jour par semaine". Les cours magistraux sont diffusés en visioconférence, mais depuis le 26 janvier, les étudiants "qui le souhaitent" ont en effet la possibilité d'avoir des cours en présentiel au moins un jour par semaine, avec une jauge totale à respecter de 20% d'occupation. Le Premier ministre Jean Castex a aussi indiqué dès le 29 octobre que les travaux pratiques pouvaient être maintenus dans les établissements ; les examens et les concours, se tenir avec un protocole renforcé ; les restaurants universitaires continuer à fonctionner, mais uniquement pour des repas à emporter ; et les bibliothèques universitaires, rester ouvertes mais sur rendez-vous et dans le respect d'une jauge.
    Le 10 mars, la ministre de l'enseignement supérieure Frédérique Vidal a par ailleurs annoncé un gel des droits d'inscription à l'université à la rentrée 2021, pour la deuxième année consécutive, ainsi qu'un gel des loyers des résidences Crous (les résidences universitaires) "parce qu'on n'est pas encore sûrs que cet été va être tout à fait normal pour les emplois étudiants".
    En parallèle, les étudiants se plaignent d'être déconsidérés, d'isolement, de difficultés à rester motivés dans leurs études ou encore de précarité. Les témoignages négatifs se sont multipliés ces dernières mois, depuis le démarrage du deuxième confinement, notamment sur les réseaux sociaux via le mot-dièse #étudiantsfantômes.

Covid-19 et Bac 2021

Pour le Bac 2021, afin, selon le ministre de l'Education de "tenir compte des conséquences de la crise sanitaire sur les conditions de préparation du baccalauréat général et technologique", c'est le contrôle continu qui va être privilégié, que ce soit pour les élèves de Première ou de Terminale. Une mesure "à titre exceptionnel", alors que le nouveau bac devait entrer pleinement en vigueur cette année. Les évaluations communes (anciennement appelées E3C) initialement prévues en Première et en Terminale sont annulées. Elles sont remplacées par du contrôle continu, autrement dit par la prise en compte des notes du bulletin scolaire. Cette mesure concerne l'histoire-géographie, les langues vivantes, et la spécialité qui n'est pas poursuivie en terminale, ainsi que les mathématiques pour la voie technologique et l'enseignement scientifique pour la voie générale. 
Les épreuves terminales du bac pour les enseignements de spécialité sont également remplacées par du contrôle continu. Ce sont les moyennes obtenues pour chaque matière de spécialité tout au long de l'année qui compteront à la place, et celles des deux premiers trimestres pour le dossier Parcoursup. Les épreuves de remplacement du bac 2021 auront quant à elles lieu en juin 2021.

Confinement