Vaccin Covid et variants : "on peut facilement attraper le virus en étant vacciné", admet Castex

Vaccin Covid et variants : "on peut facilement attraper le virus en étant vacciné", admet Castex VARIANTS ET VACCIN. Les faits le émontrent depuis des semaines. Avec le variant Omicron du Covid, "on peut facilement attraper le virus en étant vacciné", a admis Jean Castex lors d'une conférence de presse ce jeudi. Mais le vaccin contre le Covid-19 reste extrêmement puissant contre les formes graves...

Le vaccin contre le Covid n'affiche plus la même efficacité contre les variants que contre la souche initiale qui a frappé l'Europe début 2020 et pour laquelle ils ont été développés. C'est le Premier ministre Jean Castex qui l'a admis ce jeudi soir, lors d'une série d'annonces sur la situation sanitaire en France. Qu'on ne s'y trompe pas : si le Premier ministre a explicitement reconnu que "oui, les caractéristiques du nouveau variant font qu'on peut facilement attraper le virus en étant vacciné", le vaccin reste, selon lui et selon la majorité des autorités scientifiques et médicales, le meilleur moyen de se prémunir contre les formes graves du virus.

La protection offerte par les vaccins contre les cas graves et le risque de finir en soins critiques reste très élevée, comme en témoignent les données "en vie réelle" de plusieurs pays du monde, notamment de la France, où le nombre de cas continue de progresser, où les entrées à l'hôpital restent en hausse, mais où les entrées en soins critiques marquent désormais le pas. Une situation renforcée par la moindre virulence désormais clairement établie du variant Omicron.

Les dernières données sur l'efficacité du vaccin en France

"Une personne complètement vaccinée a quatre fois et demie moins de risques d'attraper le Covid et surtout, 25 fois moins de risques d'être hospitalisée en soins critiques (...) par rapport à une personne non vaccinée", a ainsi résumé Jean Castex, extrapolant notamment les dernières études de la Drees, la Direction de la Recherche, des Études, de l'Évaluation et des Statistiques, sur le sujet.

Dans sa dernière étude chiffrée, publiée le 14 janvier, la Drees soulignait en effet la "surreprésentation des personnes non-vaccinées dans les événements liés au Covid par rapport à leur part dans la population générale". Selon les données analysées, 58% des personnes en soins critiques n'étaient pas vaccinées alors que les non vaccinés représentaient 9% de Français de plus de 20 ans, 19% des tests PCR positifs chez les personnes symptomatiques et 44% des admissions à l'hôpital avec le Covid-19. La Drees indiquait par ailleurs qu'ils représentaient 44% des décès après hospitalisation. L'institution estime par ailleurs plus globalement qu'une personne ayant reçu une dose de rappel est protégée à hauteur de 81% contre le risque d'hospitalisation avec Omicron, contre 96% avec Delta.

Un pass vaccinal pour convaincre les non vaccinés

Alors que "seuls 7% des adultes ne sont toujours pas vaccinés", ils représentent selon Castex "l'écrasante majorité des patients hospitalisés dans les services de réanimation, au grand dam de nos soignants qui se battent au quotidien depuis deux ans de façon admirable", martèle encore Jean Castex. Le chef du gouvernement a ainsi annoncé l'entrée en vigueur du pass vaccinal dès le lundi 24 janvier "sous réserve de la décision du Conseil constitutionnel", ainsi que l'ouverture du rappel vaccinal pour les 12-17 ans à partir le même jour, sans obligation.

Vaccin