La mort du prince Henri II

Le tournoi rue Saint-Antoine à Paris, le 25 juin 1559 (Adolphe Bayot). © MARY EVANS / SIPA
"Le lyon jeune le vieux surmontera, 
En champ bellique par singulier duelle, 
Dans cage d'or les yeux luy crevera, 
Deux classes une puis mourir mort cruelle."

(Centurie I – Quatrain 35)

Traduction : En champ bellique = en lice / Classe = combat

Nostradamus "annonce" dans ce quatrain la blessure fatale d'Henri II lors d'un tournoi. Le 30 juin 1559, en effet, le "vieux" roi, 41 ans, mène un duel à cheval à la lance à Paris, contre le jeune Gabriel de Montgomery, capitaine de sa garde écossaise. L'événement festif se termine par un drame : la lance de Montgomery transperce l'œil de son adversaire à travers son heaume doré (la "cage d'or" ?). Le monarque en mourra 10 jours plus tard. La prédiction de Nostradamus deviendra célèbre : il avait consacré la première édition de ses Centuries (groupement de 100 quatrains) au Roi, un an plus tôt. Le hic, selon Hugo Coniez, agrégé d'Histoire ? Le quatrain n'a été associé à la mort du roi Henri II qu'au milieu du XVIIe siècle, soit un siècle après son décès accidentel. Et pire encore : Nostradamus, qui connaissait Henri II, ne l'a pas averti.
Suggestions de contenus