Theresa May : qui est la future Première ministre anglaise ?

Theresa May : qui est la future Première ministre anglaise ? On la surnomme la "nouvelle Margaret Thatcher", Theresa May vient de gagner les clés du 10 Downing Street. Voici quelques éléments de portrait de la nouvelle Première ministre britannique...

[Mis à jour le 11 juillet 2016 à 22h49] Après une victoire du oui au référendum sur le Brexit, organisé le 23 juin dernier au Royaume-Uni, David Cameron avait annoncé qu'il démissionnerait. Mais avant de s'exécuter, il lui fallait un successeur. Et c'est Theresa May, son actuelle ministre de l'Intérieur, qui va finalement prendre la relève plus tôt que prévu, mercredi 13 juillet. En effet, ce lundi, sa principale et unique concurrente, Andrea Leadsom, secrétaire d'État à l'Énergie, a annoncé qu'elle abandonnait la course. Theresa May prendra donc ses nouvelles fonctions mercredi. Mais qui est-elle ? 

Née le 1er octobre 1956 à Estbourne, Theresa Mary May est la fille unique du révérend Hubert Brasier. "Fille d'un révérant anglican local et petite fille d'une sergent-major régimentaire [...] le service public a toujours fait partie de moi, d'aussi longtemps que je m'en souvienne", confiait-elle un jour. Après avoir obtenu son diplôme à Oxford Unviersity, puis travaillé plusieurs années à la Banque d'Angleterre, et échouée à deux élections législatives, Theresa May est finalement élue députée conservatrice de Maidenhead (Berkshire) en 1997. Deux ans plus tard, en 1999, elle intègre le Cabinet fantôme de son parti, alors dans l'opposition, dans lequel elle occupe successivement plusieurs postes, tels que ceux consacrés à l'Environnement, à la Famille, à la Culture, aux Femmes ou encore au Travail.

Depuis 2010, Theresa May occupait le poste de ministre de l'Intérieur. Un mandat plus long que ses prédécesseurs et marqué par sa ligne politique très ferme, particulièrement avec les immigrés et autres clandestins. Une ligne politique qui lui a souvent valu d'être comparée à la seule femme "Premier ministre" qu'ait déjà connue le Royaume-Uni, à savoir Margaret Thatcher. Eurosceptique, elle est cependant toujours restée fidèle à son Premier ministre David Cameron, qui défendait pourtant le maintien du pays dans l'Union européenne, durant toute la campagne référendaire, préférant alors l'ombre à la guerre intestine qui s'était alors emparée du Parti conservateur. C'est cette position qui lui a sans doute permis de devancer ses concurrents et d'acquérir aussi facilement son précieux pass pour le fameux 10 Downing Street, la résidence et le bureau du Premier ministre britannique. 

Article le plus lu - Trump se paye Macron (et c'est gratiné) › Voir les actualités

Annonces Google