Grèce : la piste criminelle privilégiée après les incendies près d'Athènes

Grèce : la piste criminelle privilégiée après les incendies près d'Athènes GRECE - Le bilan continue de s'alourdir après les violents incendies qui se sont abattus aux alentours de la ville d'Athènes, en Grèce. Déjà très lourd il y a quelques jours, le bilan provisoire atteint désormais 82 morts.

[Mis à jour le 26 juillet 2018 à 12h42] Un communiqué de presse publié par les pompiers grecs annonce, ce jeudi 26 juillet, un bilan provisoire de 82 morts à la suite des terribles incendies qui ont ravagé la région de Mati, situé à 40 kilomètres au nord-est d'Athènes, en Grèce, en début de semaine. Onze blessés restent par ailleurs dans un état critique. Les pompiers et les secouristes de la régions sont pour l'heure toujours à la recherche de survivants, trois jours après le début des sinistres. 

Les flammes ont tout emporté sur leur passage, y compris 2 500 résidences de la région d'Attique. Plus de 400 pompiers et 210 véhicules de pompiers ont été mobilisés sur les lieux. Et alors que les incendies continuaient de faire rage ce mardi, le porte-parole du gouvernement grec Dimitris Tzanakopoulous a déclaré en conférence de presse que la piste criminelle était privilégiée par les enquêteurs. Il a notamment déclaré "Quinze feux ont démarré simultanément sur trois fronts différents à Athènes". Le responsable du ministre de la Santé, Theophilos Rozenberg a quant à lui expliqué que "Beaucoup de rescapés souffrent de stress-post-traumatique". Enfin, le président de la République de Chypre a annoncé sur son compte Twitter que son île allait contribuer "à hauteur de 10 millions d'euros", au soutien des personnes touchées par les incendies.

Les pompiers grecs avaient fait part de leur inquiétude et du risque hautement probable de découvrir de nouvelles victimes, en plus des 172 blessés déjà comptabilisés. Des victimes qui se sont retrouvées soit prises au piège des flammes - 26 personnes ont été retrouvées carbonisées -, soit asphyxiées ou soit noyées dans la mer. Quatre corps ont été retrouvés au large, les victimes ayant apparemment voulu fuir les flammes par la mer.

La Grèce fait appel à des drones américains

C'est assistés de volontaires, que les pompiers ont fait face aux incendies, dont les images sont spectaculaires. Il faut dire que la météo n'a pas aidé, la canicule ayant frappé le pays ces derniers jours. "J'étais sur la plage hier, j'ai vu les incendies de loin. On voyait les flammes sur les crêtes des montagnes. Il y avait une épaisse fumée. Il faisait encore 40°C à 21 heures. Tout le monde était tendu, pas rassuré", confiait Baptiste, un touriste français en vacances sur place, à franceinfo.

Afin de venir en aide aux personnes encore bloquées sur les plages notamment, la Grèce a demandé l'aide internationale. Pour assister les patrouilleurs côtiers, les dizaines de bateaux privés appuyés d'hélicoptères de l'armée, des drones américains ont été demandés par la Grèce "pour observer et détecter toute activité suspecte". En 2007, déjà en Grèce, 77 personnes avaient perdu la vie suite à de vastes incendies dans le Péloponnèse et sur l'île d'Evia.

Article le plus lu - Un proche de Jacques Chirac fait le point sur sa santé › Voir les actualités

Annonces Google