Famille recluse aux Pays-Bas : séquestration, secte ? Le point sur l'enquête

Famille recluse aux Pays-Bas : séquestration, secte ? Le point sur l'enquête PAYS-BAS - Le locataire de la ferme et le père de famille soupçonnés de privation de liberté, des sommes d'argent faramineuses retrouvées, l'hypothèse d'une secte internationale : où en est l'enquête ?

[Mis à jour le 18 octobre 2019 à 17h52] Six personnes ont été retrouvées par la police néerlandaise recluses dans la cave d'une ferme, sur la commune de Ruinerwold, dans le nord des Pays-Bas. Selon de nombreux médias néerlandais, dont RTV Drenthe, il s'agit d'un père de famille et ses cinq enfants, qui auraient passé neuf ans au sous-sol de la maison. Un autre homme de 58 ans, le locataire de la ferme, a également été retrouvé, puis arrêté pour ne pas avoir coopéré à l'enquête. Il est soupçonné de privation de liberté et d'avoir nui à la santé de ces personnes, ont précisé les forces de l'ordre. Selon les premières conclusions de l'enquête, personne dans le village n'avait jamais entendu parler de cette famille.

Jeudi 17 octobre, les autorités ont annoncé la poursuite de la détention de Josef B., le locataire de la ferme, pour une durée de quinze jours. La police a également procédé à l'arrestation du père de famille retrouvé dans le sous-sol, Gerrit Jan van D., le suspectant de co-perpétration de privation de liberté à l'encontre de ses enfants. "Nous avons des raisons de croire que les six personnes impliquées ne sont pas restées de leur plein gré dans le bâtiment", a rapporté la police. En effet, les médias néerlandais rapportent, citant les autorités, que les alentours de la maison étaient truffés de caméras et de détecteurs de mouvements, ce qui permettait de faire rentrer les enfants dans la cave dès que quelqu'un s'approchait.

Membres d'une secte internationale ?

D'après RTV Drenthe, les membres de la famille néerlandaise auraient eu un lien avec une secte de portée internationale appelée l'Eglise de l'Unification, ou secte Moon. Cette secte a été créée en Corée du Sud en 1984 par Sun Myung Moon, décédé depuis. Wim Koetsier, contremaître de l'organisation, s'est exprimé auprès du média néerlandais NOS. Il aurait expliqué que le père de la famille de Ruinerwold a effectivement fait partie d'une des 80 branches néerlandaises de cette secte pendant quelques années, avant de partir en Allemagne, et que les Moonies (les pratiquants de ce culte) n'ont plus entendu parler de lui. "Parfois, les gens créent leur propre église ou mouvement spirituel. Je pense que c'est ce qui s'est passé avec lui. Il est possible qu'il se soit cru investi d'une mission spéciale", a déclaré Koetsier. En outre, il semblerait que le locataire de la ferme, Josef B., ait lui aussi fait partie de la secte Moon.

Les recherches ont repris au sein de la maison, notamment en raison d'une très importante somme d'argent retrouvée sur les lieux. Les autorités ont dans un premier temps soupçonné que cet argent puisse provenir de la secte Moon. En effet, ses adeptes vivent des dons des fidèles, et il semblerait que cela ait été le cas pour la famille recluse, y compris après leur départ de la secte. Cela s'expliquerait par l'état de santé du père, qui aurait subi un infarctus cérébral il y a trois ans, dont il subirait encore les séquelles aujourd'hui. Il souffrirait en effet d'une paralysie partielle, ainsi que de troubles mentaux. A ce sujet, le média RTV Drenthe ne précise toutefois pas si ses problèmes psychiatriques sont liés ou non à son accident ischémique cérébral. Cependant la police a estimé que les sommes retrouvées ne pouvaient pas s'expliquer uniquement par les revenus liés à la secte. Josef B., le locataire autrichien de la ferme, est également soupçonné par la police de blanchiment d'argent.

Certains des jeunes reclus ont manifestement été choqués de découvrir l'existence d'autres personnes et la police aurait mentionné que cette famille vivait ainsi en "attendant la fin des temps". "Nous recherchons si le fait de suivre une croyance ou une conviction particulière a conduit à la situation de vie dans laquelle se trouvaient les gens", a rapporté la porte-parole de la police. De plus, les médias ont obtenu le témoignage du frère de Josef B., qui le dépeint comme une personne ayant "une grande force de persuasion", et se considérant comme le messie.

Les recherches se poursuivent également à propos de la famille retenue dans la ferme. Les autorités ont perquisitionné une boutique qui leur appartenait à Zwartluis, aux Pays-Bas, abandonnée depuis plusieurs années et qui aurait été mise en vente. Il semblerait aussi que trois autres frères et soeurs de la famille aient été retrouvés par les autorités. Plus âgés, ces trois membres de la fratrie se seraient coupés du reste de leur famille afin de s'éloigner de leur culte et de vivre une vie plus "normale".

L'alerte donnée par un fils de la famille séquestrée

Tout aurait commencé au début de la semaine, lorsqu'un jeune homme de 25 ans inconnu s'est présenté au village. D'après les villageois, l'homme était confus et d'allure négligée, parlant avec un langage enfantin. Ils lui ont offert une bière, puis ont finalement appelé la police afin de lui apporter de l'aide. Les villageois auraient en effet été surpris par les propos de l'individu, qui aurait déclaré ne pas être sorti de chez lui depuis neuf ans, et n'être jamais allé à l'école, mais avoir reçu une éducation personnelle prodiguée par ses parents.

Le maire de la ville, Roger De Groot, a donné une conférence de presse, dans laquelle il a relaté cette découverte par la police. Dans la ferme, louée depuis neuf ans par un homme autrichien nommé Josef B., les policiers ont découvert un escalier caché derrière une armoire, menant au sous-sol. Ils ont alors eu la surprise de découvrir six autres personnes inconnues du village. Il s'agirait a priori du père, des quatre frères et de la soeur du jeune homme de 25 ans, qui serait l'aîné de la fratrie, indiquent les médias néerlandais. Le plus jeune garçon de la fratrie serait âgé de 16 ans.

On ignore encore quelle est sa relation avec la famille qui a été découverte vivant dans sa cave, mais des commentaires postés sur le Net laissent supposer qu'ils auraient été voisins lorsqu'ils vivaient à Hasselt, rapporte RTV Drenthe. D'après une ancienne voisine de Hasselt, Sandra Zoer, la famille vivait déjà très isolée à cette période, et une porte avait été fabriquée dans la clôture entre les jardins de la famille et de Josef B., pour leur permettre de communiquer.

Le jeune homme de 25 ans qui a donné l'alerte était actif sur internet

Josef B. semble être le seul que les voisins de la ferme avaient déjà rencontré avant que l'aîné de la famille en question ne se rende au village ces derniers jours. Les six autres personnes découvertes dans la cave sont restées complètement isolées pendant neuf ans. Jan Zon van Dorsten, le fils aîné, dispose cependant de comptes actifs sur Facebook, Twitter ou encore LinkedIn, depuis juin 2019. RTV Drenthe a retrouvé des traces écrites de sa part sur le net, et on en sait désormais un peu plus sur le jeune homme.

Né en 1994 à Hasselt, il aurait ensuite vécu à Zwartsluis à partir de 2005, puis à Mappel avec sa famille à partir de 2008. La famille aurait vécu depuis 2010 dans la ferme louée par Josef B. à Ruinerwold. Il aurait écrit sur le Net que sa mère est décédée en 2004, et que son père subit encore aujourd'hui des séquelles de son infarctus cérébral. "Nous sommes heureux de prendre soin de papa tous les jours", a-t-il déclaré sur LinkedIn. Son activité sur Internet permet également d'en apprendre plus sur ses centres d'intérêt : Jan serait très engagé pour la préservation de l'environnement.

En outre, Jan serait également responsable du site web de Creconat, une société qui appartiendrait à Josef B., et qui serait affiliée à la société de production de bois Native Creative Economy. Le jeune homme a également posté sur Instagram une photo de Chris Westerbeek, le propriétaire du café qui a alerté la police, accompagnée de la légende : "Dernière rencontre avec Chris. N'a-t-il pas l'air gentil !" Ce ne serait donc pas la première fois que Jan se rendait dans le café en question.

Pourquoi personne n'a rien vu : témoignages d'un voisin et de la propriétaire de la ferme

La propriétaire de la ferme aurait hérité de cette maison suite au décès de sa tante, en 2015, selon RTV Drenthe. Depuis, elle serait entrée en contact avec le locataire et aurait même visité la maison, sans jamais rien remarquer d'étrange ou de suspect. "En tant que propriétaire, vous devez rester en contact. Mais je n'ai jamais rien vu de mal là-bas. Nous sommes vraiment perplexes.", a-t-elle déclaré au Telegraaf.

Le voisin le plus proche de la ferme a déclaré à RTV Drenthe que la police est intervenue plusieurs fois sans jamais entrer à l'intérieur de la maison, et l'homme qui vivait dans cette ferme isolée utilisait des jumelles pour surveiller les alentours ainsi qu'une caméra disposée dans un arbre. Le voisin soupçonnait jusqu'alors une histoire de drogues, et se tenait à l'écart. Complètement surpris par la découverte d'une famille vivant dans cette maison, il a déclaré n'avoir jamais vu quiconque à part Josef B. sur la propriété.

L'avis d'une psychologue sur cette affaire

"Que (Josef B.) soit abusif ou non, nous ne le savons pas encore. Nous n'en savons toujours pas grand-chose de toute façon. Qu'est-ce que ces jeunes gens ont reçu du monde extérieur? Quelles étaient leurs conditions de vie? Les frères et les sœurs ont un bon contact, ce qui peut être effet apaisant dans leur situation", a déclaré la psychologue Gerrit Breeuwsma à RTV Drenthe, au sujet de la famille recluse pendant 9 ans dans une cave à Ruinerwold. D'après elle, leur réinsertion dans le monde extérieur doit se faire progressivement car ils vivent un évènement traumatisant du fait de la durée de leur réclusion et quels qu'en soient les motifs. En outre, la psychologue s'interroge sur un possible retard dans développement des plus jeunes, notamment le garçon âgé de 16 ans.

Article le plus lu - Raymond Poulidor est mort › Voir les actualités