Pelosi face à Trump : deux scènes surréalistes, des explications et de nouvelles invectives

Pelosi face à Trump : deux scènes surréalistes, des explications et de nouvelles invectives TRUMP / PELOSI. Le discours sur l'état de l'Union a donné lieu à la manifestation de nouvelles tensions entre républicains et démocrates. Nancy Pelosi a déchiré la copie du discours de Donald Trump devant les caméras, la Maison blanche a réagi.

Pas de doute : ce mardi soir, Donald Trump s'est lancé dans la course à un deuxième mandat à la Maison Blanche. Le chef de l'Etat américain s'est montré pour le moins offensif lors du discours sur l'état de l'Union, un exercice imposé durant lequel il s'exprime devant le Congrès pour faire le point sur la politique menée par son administration. Pas un mot sur la procédure de destitution. Au contraire, le président américain s'est livré à un long satisfecit, assurant que "le meilleur était à venir", comme pour concrétiser ses ambitions pour les élections américaines de novembre. Lors de son arrivée à la tribune, Donald Trump a refusé de serrer la main de Nancy Pelosi, la cheffe de file de l'opposition démocrate et présidente de la Chambre des représentants. A la fin du discours, cette dernière a ostensiblement déchiré la copié du document officiel qui lui avait été remis. Une scène ubuesque qui en dit long sur les relations entre les démocrates et les républicains, mais aussi sur la tension qui pèse sur la démocratie américaine.

Donald Trump n'a évidemment pas apprécié la mise en scène de Nancy Pelosi, d'autant que l'image a été diffusée en boucle sur les chaînes de télévision américaines. La Maison Blanche a réagi dans les médias, considérant que la président de la Chambre des représentants avait manqué de respect au chef de l'Etat, mais surtout à toutes les personnes citées dans son discours : le service de communication de Donald Trump a déclaré que Nancy Pelosi avait "déchiré", symboliquement un bébé prématuré sauvé par les hôpitaux américains, un vétéran de la IIe Guerre mondiale ou des victimes de Daesh en Syrie. Nancy Pelosi, quant à elle, a expliqué son geste, assurant que déchirer le discours de Donald Trump était "la chose la plus courtoise à faire, compte tenu des alternatives".