Primaires : "Cinq candidats au maximum"

Alors que François Hollande a alerté la gauche sur un "trop plein" de candidatures au premier tour de la présidentielle, son point de vue est plus nuancé sur les primaires. Mais il se persuade que le nombre de candidats ne sera pas (trop) supérieur à celui de 2006, où trois leaders s'étaient effectivement affrontés (Ségolène Royal, Dominique Strauss-Kahn et Laurent Fabius). Quand aux rivalités qu'implique le scrutin, "il faut bien qu'il y ait des distinctions" selon lui. "Il y a toujours eu une désignation du candidat", poursuit-il pour légitimer ces primaires, remontant jusqu'au duel Jospin- Emmanuelli de 1995. Revenant sur ses désaccords quant au calendrier, il lance enfin : "Faisons en sorte de transformer cette machine si c'en est-une en machine à gagner"...