"J'aurais aimé qu'on ne supprime pas le service national"

Alors que Ségolène Royal veut expérimenter en Poitou-Charentes l'encadrement des jeunes délinquants par des militaires, Hervé Morin se montre plus sceptique. "Ce n'est pas leur métier", tranche le ministre qui estime que l'armée doit avant tout assurer la sécurité de la France. "Il y a des services pour ça", ajoute-t-il par ailleurs, évoquant la protection judiciaire de la jeunesse. S'il est d'accord pour "utiliser les compétences d'encadrement des militaires dans des institutions spécialisées", il estime que les jeunes ne doivent pas être encadrés dans et par l'armée. L'occasion pour lui de regretter la fin du service militaire au tournant des années 2000, soulignant ses vertus sociales, éducatives et d'intégration.