Patrimoine des ministres : 2,6 millions d'euros d'immeubles sous évalués pour Jean-Marie Le Guen

Patrimoine des ministres : 2,6 millions d'euros d'immeubles sous évalués pour Jean-Marie Le Guen Le secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement Jean-Marie Le Guen a-t-il menti sur sa déclaration de patrimoine ? Celui-ci aurait été sous-évalué selon la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP).

[Mis à jour le 27 juin 2014 à 11h43] C'est Le Monde qui a déniché cette information, nouveau soubresaut hérité de l'affaire Cahuzac. Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat en charge des relations avec le parlement depuis le 9 avril, a vu sa déclaration de patrimoine "redressée" par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), chargée de contrôler les déclarations des ministres depuis le scandale visant le ministre du Budget au printemps 2013. Le rapport publié sur le site de la Haute autorité ce vendredi 27 juin suggère que Jean-Marie Le Guen aurait initialement menti sur sa déclaration de patrimoine. Dans une "appréciation", la HATVP a estimé que le nouveau ministre avait évalué "à des montants inférieurs aux prix constatés" des "biens et droits immobiliers" qu'il détient.

Au cœur du problème : des immeubles, des appartements, des terrains et des parkings évalués à des montants 30 % à 40 % inférieurs à ceux du prix du marché, constatés par la Haute autorité. Laquelle a amené Jean-Marie Le Guen a revoir sa copie et à afficher un nouveau montant pour ses biens immobiliers. Arguant d'abord que le prix des biens était plombé par leur situation (des "appartements plutôt sombres, mal exposés" écrit le Monde), le Secrétaire d'Etat réévalué ses biens à un total de 2,6 millions d'euros. Une somme qui devrait entrainer selon toute vraisemblance un redressement fiscal. 

 La déclaration de patrimoine de Jean-Marie Le Guen en intégralité