Participation aux départementales : 41,94 % de votants à 17 heures

Participation aux départementales : 41,94 % de votants à 17 heures Les chiffres de la participation de ces élections départementales 2015 à 17 heures ont été dévoilés. Ils donnent déjà une première indication sur le résultat du scrutin ce soir.

La participation à 17 heures pour les élections départementales s'élève à 41,94 %. C'est le ministère de l'Intérieur qui vient de dévoiler ce chiffre qui reste dans une fourchette assez forte à ce stade du scrutin. Au premier tour, à la même heure, ce chiffre était de 42,98 %, tandis qu'aux précédentes élections départementales (appelées alors cantonales), en 2011, la participation à 17 heures se chiffrait à 36,20 %. Les premiers aperçus dans les bureaux de vote donnent une impression d'une faible mobilisation, à l'image de dimanche dernier. Les départementales, anciennement appelées cantonales, font partie des élections qui recueillent le moins de participation. Seules la présidentielle et les municipales parviennent à (légèrement) redresser la barre, le président de la République et le maire étant régulièrement comparés aux postes auxquels les Français prêtent le plus d'attention, devant les députés, les députés européennes et les conseillers départementaux donc. A midi, la participation pour ces départementales 2015 s'élevait à 15,63 %.

La participation de ce dimanche est observée à l'aune de celle du premier tour il y a une semaine. Et la semaine dernière, la participation à midi était de 18,02 %. Elle est passé à 42,98 % à 17 heures et a finalement atteint les 50,17 % à la clôture de tous les bureaux de vote. Un taux très bas, juste au-dessus de la barre des 50 % et bien meilleur qu'annoncé, notamment par certains sondages avant le scrutin. Les pronostics donnaient en effet une participation pouvant chuter jusqu'à 44 % des inscrits avant le début des départementales 2015. Le chamboulement du mode de scrutin et le redécoupage électoral, qui a pu provoquer une perte des repères des anciens cantons, aurait notamment pesé en la défaveur de la participation. Reste que la nationalisation du scrutin et les débats importants entre les grands ténors politiques dans les dernières semaines ont pu livrer un certain sursaut de mobilisation.

Article le plus lu - Eric Zemmour : le clash avec Hapsatou Sy se durcit › Voir les actualités

Annonces Google