Marine Le Pen : indignée par l'expertise psychiatrique, un (joli) coup politique ?

Marine Le Pen : indignée par l'expertise psychiatrique, un (joli) coup politique ? MARINE LE PEN - La présidente du RN est convoquée à une expertise psychiatrique, dans le cadre de la procédure judiciaire dont elle fait l'objet pour avoir relayé sur le Web des images de Daesh. En s'indignant, elle parvient à cibler Emmanuel Macron.

[Mis à jour le 20 septembre 2018 à 15h53] Marine Le Pen à l'hôpital psychiatrique ? Chez les fous ? Internée de force par la justice française ? La présidente du Rassemblement national peut s'indigner, tout autant que ses soutiens, à l'expertise psychiatrique ordonnée par la justice, il ne s'agit en aucun cas d'un acharnement judiciaire ou une quelconque volonté de l'humilier publiquement. Marine Le Pen est tout simplement poursuivie pour l'une des infractions mentionnées à l'article 706-47, pour avoir diffusé sur les réseaux sociaux des photos d'exécutions d'otages par le groupe terroriste Daesh, en 2015. Et comme toute personne poursuivie pour ce type d'infractions, elle doit se soumettre "avant tout jugement au fond, à une expertise médicale". Cela est écrit noir sur blanc dans l'article 706-47 du code pénal. Il n'y a donc aucun traitement singulier qui cible Marine Le Pen. Il s'agit d'une procédure automatique au cours de laquelle un expert "est interrogé sur l'opportunité d'une injonction de soins dans le cadre d'un suivi sociojudiciaire".

Marine Le Pen, qui a fait de longues études de droit, est pourtant très remontée. "C'est proprement HALLUCINANT. Ce régime commence VRAIMENT à faire peur", a-t-elle publié sur son compte Twitter, laissant entendre qu'il s'agit d'une décision politique. De nombreux proches de la présidente du RN tirent déjà sur la même corde : "Psychiatriser des adversaires politiques, c'est digne de Brejnev" écrit le sénateur Stéphane Ravier ; "C'est la psychiatrisation de l'opinion politique. Le premier qui dit la vérité doit être interné", a réagi l'avocat Gilbert Collard. "La psychiatrisation des adversaires était une spécialité soviétique et des régimes totalitaires... Désormais nous y avons droit en France sous Macron", a écrit Louis Aliot. Comprendre : derrière cette décision se cache la main du pouvoir. Une argumentation qui ne tient plus une seconde après avoir lu le code pénal.

"Cela ne signifie pas que la personne est malade"

La présidente du Rassemblement national a fait savoir qu'elle ne se rendrait pas à cette expertise médicale. Que risque-t-elle ? A vrai dire, pas grand chose, voire rien du tout. Interrogé sur ce sujet par France Info, Jacky Coulon, secrétaire national de l'Union syndicale des magistrats a apporté cette réponse : "L'expert psychiatre va la convoquer, mais il n'a pas de moyen coercitif pour l'obliger à venir. Si elle ne vient pas, il y aura un rapport de carence et les juges en prendront acte". Le magistrat précise que cet examen, "obligatoire dans le cadre de la mise en examen lorsqu'il s'agit d'une diffusion de message violent", est "habituellement plutôt dans l'intérêt des personnes mises en cause". Les médecins peuvent en effet considérer que le mis en cause a pu agir dans un état de conscience altéré, et si c'est le cas, sa responsabilité pénale pourrait être atténuée. Jacky Coulon insiste bien auprès de France Info : "Ce genre d'expertise ne signifie pas que la personne est atteinte d'une maladie psychiatrique, même si l'on comprend que le mot "psychiatrique" puisse donner lieu à des interprétations".

Un coup politique pour Marine Le Pen ?

Il est très probable que Marine Le Pen ait pu, si elle le souhaitait, ne jamais rendre publique une telle convocation, purement technique. Mais l'ancienne candidate à l'élection présidentielle a choisi d'évoquer la procédure sur la place publique et de s'en émouvoir. Voilà qui ressemble à une manoeuvre bien ficelée : l'opinion publique sera sans doute interpellée par la disproportion apparente entre ce qui est reproché à Marine Le Pen (sur la diffusion d'images de Daeh) et le recours à une expertise psychiatrique. Devant les caméras de télévision, elle martèle en substance ce message simple et très audible : le pouvoir politique en place fait tout pour brider ma liberté d'expression, met en cause ma santé mentale et voudrait me faire passer pour une aliénée. Rien de tout cela n'est vrai, mais la petite musique qu'elle peut parvenir à diffuser, au moins auprès de ses militants, est redoutable. Faire passer cette convocation judiciaire tout à fait classique comme l'expression d'un autoritarisme politique, c'est manifestement un joli coup.

Marine Le Pen - Biographie, idées... Page spéciale

Une jeunesse marquée par la politique

La fille de Jean-Marie Le Pen, née dans une famille de trois enfants, trois filles, conserve encore quelques secrets et des blessures dans sa biographie qui resurgissent de temps à autre au détour d'interviews et de confidences. Elle a par exemple connu dès on plus jeune âge le goût du combat politique, mais aussi ses conséquences, comme quand un attentat a désintégré la maison familiale, en 1976, obligeant les Le Pen à déménager et à se protéger. Une expérience qui l'a amenée jusqu'à aujourd'hui à protéger sa vie privée, ses maris, son compagnon Louis Aliot, ou encore ses enfants, tenus à l'écart des médias.

De cette prise de conscience, Marine Le Pen a tiré un autre enseignement, politique cette fois : la fille de Jean-Marie Le Pen, qui a monté les échelons au sein du parti de son père pendant des années, a pris conscience du "plafond de verre" qui le réduisait aux seconds rôles et de la nécessaire dédiabolisation du FN dès 2002. Elle s'est employée dès lors à faire oublier les outrances et les dérapages, la ligne pétainiste et parfois révisionniste du mouvement pour lui offrir un nouveau visage. Et cette "dédiabolisation", entamée dès 2011 pour tenter de rendre respectable le premier parti d'extrême droite de France, l'a forcée à quelques compromis avec les Gala, Paris Match et autres Karine Le Marchand lors de la campagne pour l'élection suprême. La patronne frontiste a en outre voulu personnaliser son parti à l'extrême n'hésitant pas à jouer de temps à autres la carte du portrait plus intime, quitte à lever un peu le voile sur sa vie et ses états d'âme. Voici tout ce qu'il faut savoir sur Marine Le Pen côté privé.

Marine Le Pen jeune

La présidente du FN doit tout à son père en politique. C'est dans son sillage qu'elle s'est faite connaître, qu'elle a tissé ses réseaux et qu'elle a appris. Dès l'âge de 13 ans, elle assistait Jean-Marie Le Pen dans une campagne électorale. Mais Marine Le Pen a aussi eu une jeunesse difficile, confrontée aux animosités que suscitait son père, Jean-Marie Le Pen homme de scandales et de controverses. Lorsqu'elle avait 8 ans, l'appartement dans lequel elle vivait avec sa famille, Villa Poirier, dans le XVe arrondissement de Paris, a été la cible d'une attaque à la bombe, qui détruisit une grande partie de l'habitation. Elle restera très marquée par cet événement, et évoque parfois dans les médias cet instant où son lit d'enfant s'est retrouvé "plein de verre". Elle fera sa scolarité au lycée Florent-Schmitt de Saint-Cloud pour étudier ensuite le droit et devenir avocate.

La suite, étonnante, est notamment racontée par les journalistes David Doucet et Mathieu Dejean, auteurs  La politique malgré elle, la jeunesse cachée de Marine Le Pen (édition La Tengo), sorti en 2016. Leur enquête dans le passé de Marine Le Pen confirme que ses études furent peu brillantes, que la future prétendante à l'Elysée avait un goût immodéré pour la fête, qu'elle a défendu en tant qu'avocate des sans-papiers (notamment un Algérien, Nour-Eddine Hamidi) et qu'elle n'envisageait absolument pas de carrière politique. Pour lui succéder, Jean-Marie Le Pen pensait avant tout à son aînée, Marie-Caroline, jusqu'à ce que celle-ci rejoigne le félon Bruno Mégret, lors de la scission de 1998. C'est à cause de cette trahison, mais aussi parce que sa carrière d'avocate piétinait que Marine Le Pen se résoudra à travailler au FN. D'abord comme petite main.

Age et taille de Marine Le Pen

Marine Le Pen est née le 5 août 1968, elle a 49 ans. En 2012 comme en 2017, elle sera donc l'une des plus jeunes candidates à l'élection présidentielle, puisque François Fillon a aujourd'hui 63 ans, Jean-Luc Mélenchon 66 ans, Benoît Hamon 50 ans. Parmi les prétendants les plus importants à la présidence de la République, seul Emmanuel Macron était plus jeune (39 ans). C'est justement lui qu'elle retrouvera au second tour le 7 mai, avec le résultat qu'on connait... Marine Le Pen mesure 1,74 m, comme sa nièce Marion Maréchal-le Pen. Son père, Jean-Marie, mesure lui 1,77 m. La candidate du Front national fait exactement la même taille que Jean-Luc Mélenchon, elle est d'un centimètre plus petite que François Fillon.

Famille de Marine Le Pen

Marine Le Pen est la fille de Jean-Marie Le Pen et de Pierrette Le Pen. Elle a deux soeurs plus âgées qu'elle, Marie-Caroline et Yann Le Pen. Ses deux parents se séparent alors qu'elle est âgé de 17 ans. Elle se mariera en 1997 au dirigeant d'entreprise Franck Chauffroy, avec qui elle aura 3 enfants : d'abord une fille, Jehanne, née en 1998, puis un garçon et une fille, jumeaux, Louis et Mathilde, nés seulement un an plus tard. L'année suivante, en 2000, elle divorce et se remarie en 2002 avec l'ancien conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais, Eric Iorio. Après un nouveau divorce en 2006, elle se met en couple à partir de 2009 avec Louis Aliot, alors secrétaire général du FN, qui deviendra en 2011 vice-président du parti.

Avec ses parents, Marine Le Pen a toujours eu une relation compliquée. Le Front national l'a démenti à l'époque, mais Marine Le Pen a par exemple claqué la porte du parti début 2005. Membre du bureau exécutif tentant de lisser l'image du FN depuis la cinglante défaite de 2002, elle était alors scandalisée par les propos de Jean-Marie Le Pen qui, interviewé par l'hebdomadaire français d'extrême-droite Rivarol en janvier, relativisait l'occupation allemande. Jean-Marie Le Pen avait plus précisément qualifié l'occupation ennemie de "pas si inhumaine", provoquant un véritable tollé. Fâchée, Marine Le Pen aurait même quitté pendant quelques jours la villa de Saint-Cloud avec ses enfants, où elle vivait alors en voisinage avec son père (elle vit aujourd'hui hors de Montretout, à la Selle-Saint-Cloud). 

Avec sa mère, les relations ont été tout aussi complexes pendant quinze ans. Pierrette Lalanne, la première femme de Jean-Marie Le Pen, a provoqué le scandale dans les années 1980 en posant en soubrette dans Playboy, alors que son mari s'apprêtait à briguer la présidence de la République. Le couple était alors en instance de divorce et la provocation faisait office de vengeance. Pierrette le Pen a quitté le domicile familial quand Marine Le Pen, avait 16 ans. "Elle est partie du jour au lendemain. Ma sœur est venue me chercher au collège et m'a dit 'maman est partie'", raconte la présidente du FN. Pendant quinze ans, Pierrette n'a plus donné de nouvelles directes. "Je me suis retrouvée avec mon père avec qui je n'avais pas des relations du quotidien", continue Marine Le Pen. Quinze ans plus tard, leur mère s'étant rapprochée de Marie-Caroline, l'aînée, ce fut le temps des retrouvailles, à propos desquelles la chef de file des frontistes dit : "Vous ne voyez pas votre mère pendant 15 ans. Vous la revoyez et c'est comme si vous l'aviez vue hier". Si Marine Le Pen avoue n'avoir jamais eu de réelle explication sur cette interminable absence, elle dit aujourd'hui entretenir "une super relation" avec sa mère. Voir aussi : La famille Le Pen en images.

La famille Le Pen au grand complet en 1984 à Montretout. © CHANCE/SIPA

Enfants de Marine Le Pen

Marine Le Pen est la maman de Jehanne, prénom orthographié comme l'était "Jeanne d'Arc" dans les temps anciens, née en 1998, ainsi que des jumeaux Louis et Mathilde, nés en 1999. Plusieurs passages leur sont consacrés dans son autobiographie, "A contre flots", publiée en 2006. Mais difficile d'en savoir plus sur eux tant Marine Le Pen a toujours veillé à maintenir le plus grand secret sur sa progéniture. Et même quand une information fuite, il est tout aussi difficile d'en dire plus dans la presse : Marine Le Pen n'hésite pas à saisir les tribunaux quand, par exemple, on dévoile le nom de famille de ses enfants. Il faut dire que, fille de Jean-Marie Le Pen, elle a plusieurs fois été témoin de la haine que peut susciter sa famille... Et manque rarement de le rappeler. Marine Le Pen a levé un petit coin du voile lors de la campagne présidentielle, indiquant que son fils Louis était "une baraque" passionné par le rugby. "Mon fils joue assez bien et régulièrement, c'est une baraque !", a-t-elle ainsi lâché sur France Bleu en avril. "Ma fille était capi­taine de l'équipe qu'elle a constituée dans son inter­nat", a-t-elle ajouté.

Compagnon de Marine Le Pen

Marine Le Pen est actuellement en couple avec l'eurodéputé Louis Aliot. Ce Toulousain, âgé de 48 ans, fut d'abord chiraquien, avant d'adhérer au Front national en 1988. Il se fera élire conseiller régional de Midi-Pyrénées dix ans plus tard puis sera nommé coordinateur de campagne de Jean-Marie Le Pen en 2001. Louis Aliot deviendra ensuite l'assistant parlementaire européen  du patriarche en 2004. Louis Aliot a aussi été rémunéré comme assistant parlementaire de Marine Le Pen entre 2011 et 2013. Selon le Canard Enchaîné, il touchait alors 5000 euros brut pour un mi-temps. L'Organisme antifraude de l'Union européenne (Olaf) avait, en 2013, épinglé Marine Le Pen pour cette collaboration : le règlement du Parlement européen interdit aux eurodéputés d'employer des membres de leur famille, leur compagne ou leur compagnon. Marine Le Pen avait alors argué du fait que sa relation avec Louis Aliot ne pouvait être qualifiée de "relation stable", puisqu'elle n'était ni mariée ni pacsée.

Sondages sur Marine Le Pen

Dans la dernière ligne droite pour l'élection présidentielle, Marine Le Pen était créditée de 35 à 40% des intentions de vote face à Emmanuel Macron. Ce qui la condamnait à rattraper 10 points de retard sur l'autre finaliste. Un challenge qu'elle entendait bien relever en draguant les électeurs de Jean-Luc Mélenchon, ainsi que ceux de Nicolas Dupont-Aignan avec des passerelles programmatiques sur l'UE, la nécessaire protection contre la mondialisation et - pour le second - la lutte contre l'immigration. Donnée en tête du premier tour, Marine Le Pen était crédité d'entre 24 et 28% des intentions de vote, selon les différents instituts de sondages. Le 23 avril, elle a finalement obtenu un peu plus de 20% et est arrivée en seconde position selon le résultat définitif de cette présidentielle, 1,3 point derrière Emmanuel Macron. Lors du second, elle a été largement battue par Emmanuel Macron par 33,90% des voix contre 66,10%.

Idées et programme de Marine Le Pen

Si Marine Le Pen a longtemps milité et fait campagne pour son père, elle a infléchi la ligne politique du Front national depuis qu'elle a pris la tête du parti. Certains lui ont reproché d'avoir fait bien trop de place aux idées défendues par l'ancien chevènementiste Florian Philippot, un temps pressenti pour devenir un pilier, si ce n'est le Premier ministre du gouvernement de Marine Le Pen, mais démissionnaire du FN à la rentrée 2017, au cours d'un règlement de comptes sanglant. D'aucuns jugent que la ligne économique s'est bien trop éloignée du franc libéralisme revendiqué autrefois par son père, dans les années 1980. Reste que la matrice idéologique du RN est toujours articulée sur quelques fondamentaux : la priorité nationale en matière d'emploi et d'aides sociales, la restriction à l'extrême de l'immigration, une vision de la Nation très identitaire, fondée sur une vision idéalisée et traditionaliste de la France, la dénonciation caricaturale de l'Union européenne et des institutions de la République. Reste la question de la sortie de l'euro, grand débat interne au FN dans l'entre-deux tours, que Marine Le Pen n'a pas encore véritablement tranché, même s'il ne s'agit plus d'une priorité pour le parti. Voir le programme de Marine le Pen pour l'élection de 2017

Article le plus lu - Eric Zemmour : le conflit avec Hapsatou Sy se durcit › Voir les actualités

Annonces Google