Sondages sortie des urnes : pour les municipales, quelles indications sur les résultats ?

Sondages sortie des urnes : pour les municipales, quelles indications sur les résultats ? Quels seront les résultats donnés par les sondages "sortie des urnes" ce dimanche 15 mars pour le premier tour des municipales ? Explications sur une pratique désormais habituelle chez les sondeurs.

Qu'est-ce qu'un "sondage sorti des urnes" ? Ce terme, énormément utilisé par les médias lors des élections, décrit une pratique qui permet de fournir les premières tendances sur les résultats aux élections municipales 2020. Les "sondages sortis des urnes" fournissent de précieuses indications dans les premiers instants suivants le scrutin. Ensuite, au fur et à mesure du dépouillement, des résultats affinés sortent progressivement, au niveau local. Pour ce premier tour des élections municipales, ces enquêtes devraient permettre d'avoir rapidement des données et des estimations, communiquées à partir de 20h. Mais comment les instituts de sondages peuvent-ils donner des chiffres précis alors que le dépouillement est encore en cours ?

Parmi les techniques développées pour cela par les sondeurs , il y a celle dite du sondage "sortie des urnes". Issu des Etats-Unis, ce sondage a été importé en France dans les années 1980 par l'Ifop. Le principe à l'époque : un enquêteur de l'institut allait interroger les électeurs avec un questionnaire préétabli pour en savoir plus sur son choix et sur ses motivations. Dans la pratique, selon le principe de base de ce type de sondage, un questionnaire était parfois distribué tous les cinq électeurs lors de leur entrée dans le bureau de vote. Il était ensuite rempli par les sondés dans l'isoloir lui-même puis remis dans une urne pour rester confidentiel. La pratique s'est développée jusqu'à aujourd'hui, avec des méthodes spécifiques à chaque institut.

Pour les municipales, les sondages nationaux peu éclairants

Pour les municipales, ces techniques permettent d'avoir des résultats par parti à l'échelle nationale, mais pour des chiffres dans une seule commune, le procédé se révèle bien plus difficile à mettre en oeuvre. Et c'est bien là la limite de l'exercice : c'est en réalité les scores des candidats dans chaque ville de France qui sont les plus attendus et les plus éclairants. Cette année encore davantage que les autres, puisque la recomposition de la vie politique française depuis 2017 a changé la donne : pour ces municipales 2020, le ministère de l'Intérieur compte 34 nuances... et les grands partis politiques ne présentent pas de liste partout, loin de là. LREM et le RN sont par exemple présents uniquement dans près de 600 villes.

Les sondages sortie des urnes présentent plusieurs inconvénients : en sondant tout au long de la journée les électeurs qui se rendent aux urnes, on s'expose à nombre d'approximations liées à l'envie ou non des votants de dévoiler ce qu'ils ont vraiment choisi dans le secret de l'isoloir. La méthode implique donc des biais, liés à son caractère déclaratif. Pour cette raison, le sondage "sortie des urnes" serait progressivement abandonné. De nombreux instituts de sondages se disent depuis plusieurs années très frileux à l'idée d'utiliser cette méthode. Ils lui préfèrent un décompte des bulletins "réels" lors des premiers dépouillements, dans plusieurs centaines de bureaux de vote "tests".

Suivez cette journée électorale sur notre grand direct des élections municipales, avec dès 20h tous les résultats du premier tour disponibles commune par commune