Manifestation des pompiers : quelques tensions, des milliers de professionnels dans la rue

Manifestation des pompiers : quelques tensions, des milliers de professionnels dans la rue POMPIERS - En grève depuis juin, les pompiers défilaient aujourd'hui dans Paris pour demander une revalorisation de leur prime de feu ainsi que de meilleures conditions de travail, dans un contexte de violences en hausse.

[Mis à jour le 15 octobre 2019 à 18h06] Aujourd'hui mardi 15 octobre, les pompiers ont défilé à Paris, de la place de la République jusqu'à la place de la Nation, afin de revendiquer une amélioration de leurs conditions de travail. Entre 5000 et 10 000 professionnels ont défilé, selon les syndicats. Quelques dizaines de pompiers se sont également rendus devant l'Assemblée nationale, bloquant un temps les axes de circulation. Quelques tensions ont éclaté vers 16h30 rue Chaligny entre les pompiers et les forces de l'ordre, comme le rapporte le média Brut. Un pompier a été blessé à l'arcade sourcilière suite à l'usage de gaz lacrymogènes et d'un canon à eau.

Quelles sont les revendications des pompiers ?

  • Leurs revendications incluent une revalorisation de leur prime de feu à 28% du salaire de base, tout comme les policiers et des gendarmes, contrairement à 19% actuellement. Les pompiers demandent aussi à ce que la durée de leur garde soit réduite à 12h, au lieu de 24h actuellement, dont seules 17h sont payées.
  • Ils demandent aussi une meilleure protection face à des violences en constante augmentation. En effet, le taux d'agression déclarées a augmenté de 213% entre 2008 et 2017 d'après l'Observatoire de la délinquance et des réponses pénales. Le Monde rapporte les propos de l'adjudant-chef Jérôme Cailleau, qui confirme la multiplication des actes de malveillance : "Les violences existaient mais elles prennent de l'ampleur. Récemment, je me suis surpris à remercier les gens qui agissent normalement. C'est là qu'on voit qu'il y a un vrai problème." Depuis le 1er janvier, 213 pompiers ont été blessés dans le cadre de leurs fonctions.

Une crise des services publics

  • Les pompiers pointent aussi du doigt le fait que le nombre de leurs interventions soit en constante augmentation, notamment les missions d'assistance médico-sociale, qui ne constitue pas leur coeur de métier. Le SAMU dénonce depuis des années un manque d'effectifs pour prendre effectivement en charge tous les appels à l'aide reçus, qui sont donc reversés sur le 18. Pompiers et médecins réclament plus de moyens afin d'accompagner cette hausse du nombre d'interventions. Selon le syndicat de sapeurs-pompiers SDIS, "les effectifs sont fatigués parce que (leurs) missions explosent." De même, toujours selon l'organisation syndicale, les pompiers sont parfois appelés sur des missions qui concernent plutôt la police, par manque de moyens. André Goretti, président national du FA/SPP-PATS, premier syndicat de pompiers professionnels, regrette que "ça arrive d'être appelés pour une personne en état d'ivresse sur la voie publique, alors qu'il devrait être pris en cellule de dégrisement, mais la police n'a pas les moyens."
  • En outre,  sur les 248000 pompiers qui exercent en France, seuls 16% sont des professionnels, 80% sont des pompiers volontaires et les 4% restants regroupent les pompiers militaires de Paris et Marseille. Face à ce constat, les pompiers réclament un recrutement massif de pompiers professionnels pour renforcer leurs rangs. Selon Yannick Tenesi, secrétaire général du SNSPP-PATS (syndicat des pompiers), "le gouvernement, qui fixe et peut modifier les règles, et les collectivités locales, qui nous payent, se renvoient la balle sur ces sujets", raison pour laquelle le débat tournerait en rond.

Des explications qui permettent de mieux comprendre la colère des pompiers. Rejoints dans leur engagement par les médecins et les personnels soignants, également en grève depuis 7 mois, les pompiers décrivent les mêmes maux et défaillances. Des gilets jaunes se sont aussi joints à cette manifestation, d'après le média Brut. Les manifestants sont soutenus dans leur défilé par les Parisiens qui leur ont ouvert leur appartement ou leur ont permis d'accéder aux toits.

Les témoignages des pompiers sur la réalité du terrain

Quentin de Veylder, pompier à Roubaix, livre auprès du Monde ce mardi 15 octobre un témoignage éclairant : "Un jour, on est intervenus sur un feu de voiture et des personnes nous ont balancé une machine à laver du 10 ou 11e étage !", rapporte-t-il. L'adjudant-chef Jérôme Cailleau a également raconté au Monde une agression dont il a été victime en 2018, alors qu'il évacuait des personnes dans un incendie, et qu'un homme l'a interpellé pour l'insulter et lui cracher au visage, avant de lui mettre un coup de tête. Suite à cet acte de violence dont il a été victime, Jérôme Cailleau a été atteint de névralgie, d'une infection, et a fait un malaise.

Article le plus lu - Orages en France : une tornade à Arles ! › Voir les actualités