Nicolas Hulot : une autre explication de sa démission évoquée

Nicolas Hulot : une autre explication de sa démission évoquée HULOT - Voilà 48 heures que Nicolas Hulot a annoncé sa démission du gouvernement. Une réunion ce lundi avec un lobbyiste des chasseurs semble avoir été celle de trop, mais un rapport pro-nucléaire semble également lui avoir fortement déplu...

L'essentiel

Après la surprise vient le temps des explications. Si Nicolas Hulot lui-même, lors de son annonce fracassante de mardi matin sur France Inter, a quelque peu évoqué les raisons de son départ, d'autres éléments semblent avoir pesé dans la balance. Outre cette fameuse réunion avec le lobbyiste des chasseurs, Thierry Coste - et Emmanuel Macron - qui se serait plutôt mal déroulée, il y aurait, selon Les Echos, un rapport pro-nucléaire qui serait très mal passé aux yeux de Nicolas Hulot. Ce rapport, commandé par Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, favorise la construction de six réacteurs nucléaires à partir de 2025. Une initiative complètement contraire au souhait de l'ex-ministre écologiste, qui avait dénoncé, mardi sur France Inter, l'énergie atomique qui selon lui est une "folie inutile économiquement, techniquement".

En direct

17:54 - Démission de Hulot : un rapport pro-nucléaire a-t-il pesé dans la balance ?

[FIN DU DIRECT] Ce mardi matin, Nicolas Hulot démissionnait en direct sur France Inter à la surprise générale, y compris celles d'Emmanuel Macron et d'Edouard Philippe. 48 heures ont passé et il semblerait que plusieurs éléments aient poussé l'ancien animateur de télévision à quitter son poste de ministre de la Transition écologique. Certes il y aurait cette réunion avec Thierry Coste, le lobbyiste des chasseurs, qui aurait constitué la goutte de trop, mais ce jeudi, les Echos révèlent l'existence d'un rapport pro-nucléaire commandé par le gouvernement. Un rapport en totale contradiction avec la volonté de Nicolas Hulot de réduire l'importance de la filière nucléaire, "une dérive" selon lui. Ce rapport, qui plaide pour la construction de six réacteurs nucléaires de type EPR à partir de 2025, a bel et bien pu déplaire au ministre démissionnaire.

11:55 - Les excuses de Nicolas Hulot

Nicolas Hulot a passé une bonne partie de la journée d'hier à faire le tour de ses ex-services au ministère de la Transition écologique pour notamment s'excuser auprès de ses collaborateurs. Selon franceinfo, il se serait notamment excusé pour ne pas les avoir prévenu de cette démission. "C’est un grand émotif, il est habité par sa cause, l’urgence climatique, il a vu les conséquences partout dans le monde, on ne peut pas lui en vouloir…", a confié l'un d'eux à franceinfo.

11:34 - 1 Français sur 2 estime qu'un remaniement d'ampleur devrait être effectué à la suite de la démission de Hulot

Deux jours après la démission de Nicolas Hulot, que pensent les Français ? C'est ce qu'a tenté de découvrir BFM TV. Grâce à un sondage Elabe "L'Opinion en direct" réalisé pour elle, la chaîne d'information continu rapportait ce mercredi en fin de soirée que 52% des personnes interrogées pour l'occasion estiment que le président Emmanuel Macron devrait réaliser un remaniement d'ampleur à la suite du départ précipité du ministre de l'Écologie. La tendance se confirme d'autant plus chez les électeurs de Jean-Luc Mélenchon (65%) et de Marine Le Pen (63%). En revanche, du côté des électeurs d'Emmanuel Macron, 65% penseraient que seul le poste du ministre parti devrait être concerné par un changement. 

10:27 - Pour Canfin, aucun écologiste ne prendra la place de Hulot..

...à moins d'un "big-bang" au gouvernement. Alors qu'il est pressenti pour remplacer Nicolas Hulot au ministère de l'Ecologie, Pascal Canfin s'est prononcé sur l'identité du futur ministre. Et pour le directeur général de WWF, les conditions ne sont pas réunies au gouvernement pour que ce soit un écologiste. "Je les ai eus au téléphone (les écologistes, ndlr). Aucun d'entre-eux, c'est ma conviction absolue (...) n'ira dans ce gouvernement s'il n'y a pas ce big bang", a-t-il fait savoir sur France Inter.

10:19 - Et pourtant, le rapport avait été co-lancé par Nicolas Hulot

Ce fameux rapport pro-nucléaire, qui prône la construction de six réacteurs à partir de 2025, aurait donc fortement déplu à Nicolas Hulot. Et pourtant, s'il a bien été commandé par Bruno Le Maire, Les Echos assurent que l'ex-ministre de la Transition écologique en était également à l'origine. Le journal précise tout de même que ce rapport "a été à peine parcouru" par Nicolas Hulot et qu'il aurait clairement freiné sa mission au ministère de l'Ecologie.

28/08/18 - 22:43 - Un journaliste de France Inter raconte comment Nicolas Hulot a craqué

"Ce matin on a pris un café avec lui, avec Léa Salamé. Il était en colère, on avait bien compris qu’il voulait pousser un coup de gueule", a expliqué sur BFM TV l'éditorialiste de France Inter, Thomas Legrand, qui a ajouté : "Il nous a raconté de lui même la réunion d’hier soir sur la chasse où il a eu la surprise de voir Thierry Coste, un lobbyiste de la chasse et des armes, venir. [...] Là, il a eu le sentiment qu’on se foutait un petit peu de lui. Il avait décidé de démissionner et de l’annoncer dans quelque temps, histoire de faire fructifier ce moment d’influence politique. Mais en rentrant dans le studio, il a visiblement changé d’avis. Ses collaborateurs se sont décomposés. À la sortie du studio, il m’a dit qu’il avait décidé de l’annoncer tout de suite. On a senti pendant l’interview qu’il arrivait au bout de ses contradictions. [...] On a vécu un moment de vérité politique".

28/08/18 - 15:28 - Emmanuel Macron "respecte sa liberté"

En déplacement au Danemark, le président de la République Emmanuel Macron s'est exprimé à la suite de la démission de Nicolas Hulot ce mardi. "Si j'ai choisi Nicolas Hulot, il y a quinze mois, c'est parce que c'est un homme libre. Je respecte sa liberté" a-t-il déclaré. "Je pense qu'en quinze mois, ce gouvernement a fait plus qu'un autre sur le sujet en la même période" affirme Emmanuel Macron. Avant d'ajouter "C'est une décision qu'il a prise ce matin".

En savoir plus

Démission de Nicolas Hulot

C'est mardi 28 août que l'on a appris la démission surprise de Nicolas Hulot en tant que ministre de la Transition écologique et solidaire. Alors qu'il était l'invité de la matinale de France Inter pour un entretien classique, l'ancien animateur de TF1 a pris tout le monde de court en annonçant en direct sa démission du gouvernement, alors qu'il n'avait prévenu personne - ni Emmanuel Macron, ni Edouard Philippe, ni même sa femme, dira-t-il ensuite. 

"Si j'avais prévenu Edouard Philippe et Emmanuel Macron de ma démission, ils m'en auraient peut-être dissuadé", confiera-t-il, ajoutant que cette décision de démissionner avait mûri cet été. Pour justifier ce départ surprise, Nicolas Hulot a dit ne plus vouloir "se mentir" et considère n'avoir peut-être pas eu "les épaules pour être ministre". "Le Premier ministre, le président de la République ont été pendant ces quinze mois à mon égard d'une affection, d'une loyauté et d'une fidélité à toute épreuve. Mais malgré cela, le gouvernement n'a pas su donner la priorité aux enjeux environnementaux", justifie-t-il par ailleurs.

Nicolas Hulot au gouvernement

C'est le 17 mai 2017, trois jours après l'intronisation d'Emmanuel Macron en tant que président, que Nicolas Hulot est nommé ministre de la Transition écologique et solidaire. En juillet de la même année il lance son premier grand chantier : le "plan climat". Plusieurs objectifs et réformes sont réunis sous cette appellation. Il en va d'abord de la neutralité carbone, que la France doit atteindre d'ici 2050. La production énergétique au charbon est également concernée puisque Nicolas Hulot indique sa volonté de l'abandonner d'ici 2022, tout comme la commercialisation des voitures à essence d'ici 2040. L'ancien animateur d'Ushuaïa a également fait du combat contre le glyphosate l'une de ses priorités et aurait joué un rôle dans l'abandon du projet de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. 

Nicolas Hulot et la rumeur de harcèlement sexuel

Le mandat de Nicolas Hulot au ministère de l'Ecologie aura également été marqué par une affaire de harcèlement sexuel. L'écologiste a fait l'objet d'une enquête du magazine l'Ebdo, dont la publication a cessé depuis, pour deux affaires présumées. La première concernerait des accusations de harcèlement sexuel subi par une ancienne collaboratrice de la Fondation Hulot. Au micro de BFMTV, Nicolas Hulot a nié purement et simplement avoir fait l'objet d'une quelconque plainte. "La réponse est non, et je le dis avec d'autant plus de force que la personne en question, qui est parfaitement identifiée, avec laquelle je suis en contact, vous dira la même chose", avait-il martelé face à Jean-Jacques Bourdin. Et quand son intervieweur avait évoqué un "accord de confidentialité", voire une "transaction financière", pour acheter le silence de la plaignante, Nicolas Hulot s'était insurgé, demandant à ce qu'on lui amène le "chèque" comme preuve. L'ancienne collaboratrice de Nicolas Hulot serait aujourd'hui salariée à l'Assemblée nationale ce qui alimente les théories d'un échange de bons procédés pour étouffer l'affaire.

Nicolas Hulot a en revanche reconnu avoir fait l'objet de poursuites, en 2008, par une autre femme, une jeune femme de 20 ans, pour des faits présumés remontant à 1998. L'ancien ministre a d'abord voulu écarter tout soupçon sur l'âge de la plaignante : au moment des faits présumés, elle n'était pas mineure selon lui, alors qu'elle était d'abord présenté comme une jeune femme de 17 ans. Puis Nicolas Hulot a indiqué avoir été entendu, à sa demande, par les gendarmes en charge de l'affaire en 2008 et que celle-ci a été classée sans suite. "Elle a été classée sans suite parce que non seulement l'affaire avait été prescrite", a-t-il indiqué, mais parce que "les enquêteurs ont considéré que rien ne permettait de poursuivre". "C'est vrai qu'il y a eu cette plainte mais la justice est passée, il faut en tenir compte", a-t-il conclu.

Pour rappel, Nicolas Hulot est marié depuis 2002 à Florence Lasserre, la mère de deux de ses trois enfants, Nelson et Titouan. C'est en janvier 1996 que l'animateur d'Ushuaïa rencontre, à Chamonix, cette férue de ski ayant vécu trente ans au pied du Mont Blanc. Il vient alors tout juste de se séparer d'Isabelle Patissier, double championne du monde d'escalade, avec laquelle son mariage capotera entre 1993 et 1996. Auparavant, il avait vécu avec Dominique Cantien, directrice des variétés à TF1 de 1986 à 1992. Une histoire qui se terminera "de manière explosive" raconte aussi sa biographie. Après avoir vécu en Corse, le couple qu'il forme toujours avec Florence Lasserre s'est installé à Saint-Lunaire, en Bretagne, où cette dernière sera adjointe au maire.

Article le plus lu - Georges Tron, jugé pour "viols", a été acquitté › Voir les actualités

Annonces Google