François de Rugy propose la parité dans les concours de la haute fonction publique

François de Rugy propose la parité dans les concours de la haute fonction publique Pour le président de l'Assemblée nationale, il faut ouvrir "autant de places à un concours comme l'ENA pour les femmes et pour les hommes". Il s'est expliqué dans "Restons poli(tique)s".

Comment lutter efficacement contre les inégalités entre les hommes et les femmes dans les administrations publiques ? Comment faire en sorte que les femmes soient plus nombreuses à la tête de grands organismes publics ? François de Rugy met sur la table une idée singulière : "Je propose qu'il y ait la parité dans les concours de la Haute fonction publique, pour promouvoir les femmes aux postes de responsabilité et qu'il y ait une égalité dans l'exercice des plus hautes responsabilités politiques, économiques, sociales, de l'Etat", a-t-il déclaré dans "Restons politiques", la webémission politique de Linternaute.com et de L'Obs.

"Il suffit d'ouvrir autant de places à un concours comme l'ENA, pour les femmes et pour les hommes. Et c'est aussi un message pour les jeunes filles : 'Ne vous auto-censurez-pas'. Nous l'avons fait en politique !'", a ajouté le président de l'Assemblée nationale, qui donne quelques détails sur les concours qui pourraient être concernés : "On pourrait imaginer l'ENA, Polytechnique, les ENS. Vous avez beaucoup de concours, dans la diplomatie, pour être directeur d'établissement hospitalier, d'établissement pénitentiaire. On pourrait faire une liste des concours de la fonction publique auxquels on appliquerait la parité".

François de Rugy remplacé par une femme au perchoir ?

"Je l'ai dit, comme les cadres du groupe LREM : nous ferions un bilan à mi-mandat des responsabilités. Rien ne nous y oblige mais c'est un choix que nous avons fait", rappelle François de Rugy, qui va donc "mettre en jeu" son mandat, mais prévient : "Je souhaite qu'un jour une femme soit présidente de l'Assemblée, j'espère qu'on ne lui fera pas le coup de lui dire 'ah non c'est que pour un demi-mandat'. Jusqu'à présent, les hommes c'est plutôt pour la totalité d'un mandat. C'est d'ailleurs écrit dans la Constitution".

Article le plus lu : Coupe du monde 2018 : actu et résultats : voir les actualités

Annonces Google