Elections européennes 2019 : pourquoi Dupont-Aignan a dit non à Le Pen [enjeux, date, sondages]

Elections européennes 2019 : pourquoi Dupont-Aignan a dit non à Le Pen [enjeux, date, sondages] EUROPEENNES DATE ET INFOS - La présidente du RN proposait une fusion de sa liste avec Debout la France pour les européennes 2019. Nicolas Dupont-Aignan a préféré botter en touche.

[Mis à jour le 4 juin 2018 à 15h25] Dernière Info - Le RN (ex-FN) et Debout la France ne feront pas liste commune pour les élections européennes. Pourtant, jeudi 31 mai, Marine Le Pen avait fait un grand vers son allié du second tour de la présidentielle, prenant la plume pour rédiger une lettre ouverte adressée directement à Nicolas Dupont-Aignan. Elle lui proposait un rapprochement pour le scrutin de 2019. "Il y a un an, au second tour de l'élection présidentielle, tu faisais un geste que tu qualifiais si justement d'"historique" en ralliant ma candidature sur un projet de gouvernement dont tu avais accepté de prendre la tête. Pour la première fois depuis longtemps, le camp des patriotes se retrouvait, se rassemblait et unissait ses forces dans l'intérêt supérieur de la nation et du peuple français", écrivait-elle.

La présidente du FN ne proposait pas, pour autant, la tête de liste à Nicolas-Aignan, comme cela était un temps évoqué. Elle lui demandait simplement une "présence symbolique", avec elle, "aux dernières places de cette liste". Nicolas Dupont-Aignan a tout simplement dit "non", arguant du fait que le Rassemblement national n'avait pas encore de "projet clair". Mais en réalité, le président de Debout la France n'avait aucun intérêt politique à accepter. Lui qui est crédité de près de 6% des voix pour ces européennes 2019 peut sortir renforcé du scrutin, en profitant d'abord d'une nouvelle séquence médiatique pendant la campagne, puis en apparaissant comme incontournable à droite, créant un vrai rapport de force avec le parti de Marine Le Pen à l'avenir. Négocier et s'allier, oui, mais plus tard, lorsque Debout la France sera un acteur autrement plus fort de l'échiquier politique. 

En mars dernier, interrogé sur ce sujet par Linternaute et L'Obs dans Restons Poli(tique)s, il assurait que les élections européennes ne correspondaient pas à l'esprit de "coalition" qu'il appelle de ses voeux. "Je ne suis pas pour la fusion. Ce n'est pas le bon scrutin", disait-il déjà. Reste que Nicolas Dupont-Aignan est dans une position délicate : comment vouloir à la fois unifier les "patriotes", déclarer partout que le FN a changé, qu'il faut rassembler les anti-européistes, et ne pas saisir la main tendue par Marine Le Pen ?

Elections européennes : date, scrutin, résultat des sondages... Tout savoir

Le Parlement de l'Union européenne se renouvelle tous les 5 ans. Les prochaines élections européennes, qui se tiennent au mois de mai 2019, vont permettre aux citoyens de tous les pays membres de l'Union de désigner qui seront les députés européens jusqu'en 2024. Le scrutin, en France, sera le premier depuis les élections législatives qui ont donné une majorité à Emmanuel Macron. Nul doute, donc, que le résultat de cette élection européenne prendra une dimension nationale : une partie des citoyens français s'exprimeront sans doute pour marquer leur soutien au gouvernement ou bien pour en sanctionner sa politique.

Depuis 1979 et le premier scrutin, chaque élection européenne est marquée par une dimension "nationale", qui, pour de nombreux observateurs, biaisent le résultat de l'élection et donc la composition du Parlement européen. En 2019, pourtant, les Français auront le choix entre des partis politiques dont la position sur l'Europe est assez tranchée : les citoyens peuvent choisir entre les pro-européens, attachés à l'institution et qui défendent l'idée de davantage d'intégration ; les souverainistes euro-compatibles, qui veulent réformer l'Union et qui luttent contre toute forme de fédéralisme ; les anti-Union européenne, qui considèrent que la France doit soit imposer de nouvelles négociations sur les traités actuels, soit quitter l'Union ; les farouches opposants à l'Union européenne, qui veulent quoi qu'il arrivent sortir du "carcan" de Bruxelles.

Date des élections européennes

Le scrutin ne se tient pas le même jour dans tous les pays de l'Union européenne, il se déroule habituellement du jeudi au dimanche de la même semaine. Le 20 mars dernier, le Conseil de l'Union a proposé au Parlement (qui doit valider cette proposition) que les élections européennes aient lieu du 23 au 26 mai 2019. Si ces dates sont retenues, alors le scrutin se tiendra en France le dimanche 26 mai 2019. Une date qui devra être confirmée par le Conseil constitutionnel. Compte tenu du mode du scrutin, il n'y a qu'une seule date, puisqu'il n'y a qu'un seul tour avec une seule vague de résultats pour ces élections européennes au niveau national.

Elections européennes : mode de scrutin

Dans tous les pays de l'Union européenne, l'élection européenne s'effectue au suffrage universel direct, sur un scrutin de liste et proportionnel. Il existe cependant des spécificités selon les pays de l'Union. La plupart organise un scrutin sur une circonscription unique, à l'échelle nationale. Quelques pays ont décidé de créer des circonscriptions régionales : l'Italie, la Pologne, la Belgique, l'Irlande (le Royaume-Uni, désormais exclu du scrutin) et la France. Des listes différentes y sont proposées : il y a une élection dans chaque circonscription.

En France, une réflexion a été engagée - sous l'impulsion d'Emmanuel Macron - pour revenir à la constitution d'une liste nationale unique. Et le changement devrait être validé définitivement dans les prochaines semaines par le Parlement. Les élections européennes 2019 pourraient donc marquer la fin du scrutin dans 8 circonscriptions différentes (Est, Sud-Ouest, Sud-Est, Massif central-Centre, Île-de-France, Nord-Ouest, Ouest et Outre-Mer). L'exécutif a justifié cette orientation, parlant d'une réforme qui offre "la garantie d'une lisibilité accrue pour l'électeur et une évolution cohérente avec la volonté de renforcer le caractère européen du scrutin".

Election européenne en France

Le traité de Lisbonne a en 2009 fixé le nombre de députés européens à 751. La France dispose de 73 élus, c'est-à-dire un peu moins de 10% de l'ensemble de la chambre. Mais compte tenu du Brexit et de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, les choses sont susceptibles d'évoluer. La commission des affaires constitutionnelles du Parlement européen propose que le nombre de sièges soit réduit à 705 avec une redistribution vers quelques pays. La France pourrait voir augmenter le nombre d'eurodéputés qui lui est dévolu, de 73 à 79.

Sondages sur l'élection européenne

La campagne des élections européennes ne commencera que dans des mois, on ignore d'ailleurs quelles seront toutes les formations politiques engagées dans le scrutin, s'il y aura des rapprochements et des fusions de listes dès le premier tour. On ignore aussi quelles personnalités politiques mèneront cette campagne et qui sera candidat. 

Le 30 mai 2018, Elabe a réalisé un sondage pour BFMTV. En tête des intentions de vote : LREM, créditée de 24% des voix, suivie du Front national (19,5%). Viennent ensuite Les Républicains (15%), la France insoumise (10%), EELV (8%) et le parti socialiste (6%). Debout la France est crédité de 5,5% des intentions de vote, l'UDI et Agir de 2%, la liste des Patriotes de 1,5%, Génération.s de 1,5%, l'UDI de 1%, tout comme le PCF.

Le 16 mai 2018, un sondage Ifop pour Valeurs actuelles testaient aussi l'ensemble des formations politiques. Le parti qui arrive en tête est LREM (27%), devant le Front national (17%), Les Républicains (15%), La France Insoumise (14%), le Parti socialiste (7%), Debout la France (6%), EELV (3%). Générations - le parti de Benoît Hamon - est crédité de 3% des suffrages. A noter : 8% des sondés indiquent qu'ils voteront pour une "autre" formation politique.

Un premier indicateur avait été donné en décembre 2017, avec un sondage effectué par l'Ifop pour Le Figaro. Cette enquête donnait les résultats suivants en terme d'intentions de vote : LREM et Modem : 26% ; Front national : 17% ; France Insoumise : 14% ; Les Républicains : 12% ; Parti socialiste : 8% ; Debout la France : 6% ; EELV : 4% ; Agir et UDI : 3,5% ; les Patriotes : 2% ; Parti communiste : 2% ; UPR : 1,5%.

Qui vote à l'élection européenne

Tous les citoyens européens peuvent voter pour les élections européennes. En France, pour participer au scrutin, il faut avoir au moins 18 ans, résider sur le territoire français être ressortissant d'un pays membre de l'Union européenne et ne pas être privé par la loi de ses droits civils et politiques. Les étrangers peuvent donc bien voter à cette élection et choisir parmi des listes présentées en France, à condition d'être bien inscrit sur les listes électorales.

Résultat de l'élection européenne

Actuellement, la répartition des sièges, issue du résultat des européennes en 2014, est la suivante : 20 élus Les Républicains et assimilés ; 17 élus Front national et assimilés ; 13 élus socialistes et assimilés ; 7 élus centristes ; 6 élus EELV ; 4 élus France insoumise et PCF ; 3 élus Les Patriotes et 4 non inscrits.

Article le plus lu : Coupe du monde : la mise au point des Bleus : voir les actualités

Annonces Google