Boris Vallaud : "Ce gouvernement cherche du pognon !"

Boris Vallaud : "Ce gouvernement cherche du pognon !" Le porte-parole du PS Boris Vallaud était l'invité de Restons Poli(tique)s ce jeudi. Il a notamment livré son analyse sur les nouvelles annonces d'Emmanuel Macron en matière de protection sociale.

C'est sans doute la phrase politique de la semaine, et il ne s'agit ni d'un dérapage, ni d'une petite phrase qui échappe à son auteur. En regrettant devant ses conseillers, à son bureau, que l'Etat "met(te) un pognon dingue dans les minimas sociaux" et que "les gens restent pauvres", Emmanuel Macron savait ce qu'il faisait. C'est sa responsable de communication qui a d'ailleurs filmé et mis en ligne ce moment où l'on voit le président taper du poing sur la table, ouvrant ainsi très singulièrement la séquence consacrée à la préparation d'une loi - prévue pour début 2019 - sur le système de protection social français.

Interrogé sur cette phrase dans Restons Poli(tique)s, l'émission de Linternaute et de L'Obs, Boris Vallaud s'est agacé : "Emmanuel Macron s'adresse à tous ceux qui croient qu'on est une république d'assistés, il se fonde sur un certain nombre de préjugés". Pour le porte-parole du PS, il ne fait pas de doute que la ligne politique de l'exécutif "d'évidence à droite" va conduire le gouvernement à réaliser des économies là où il le pourra : "Il va falloir financer les cadeaux faits aux plus riches. [...] Ce gouvernement cherche du pognon !", s'emporte le député.

"Ça ruisselle plus facilement de haut en bas que de bas en haut"

"On va dire aux pauvres : 'Soyez responsables, ne soyez plus pauvres' C'est quoi ces injonctions ?", s'interroge Boris Vallaud, considérant que le filet de protection sociale a certaines vertus, indéniables selon lui. "Notre système fiscalo-social permet de réduire par deux l'écart de niveau de vie entre les 20% les plus riches et les 20% les plus pauvres, de réduire le taux de pauvreté de 8 points, faire sortir de la pauvreté 5 millions de Français. Je regarde ce qu'il en est dans la moyenne des pays européens. On peut sans doute faire mieux, mais dire que ça ne marche pas, ce n'est pas vrai", met-il en garde, ajoutant même : "Prétendre que l'on dépense de manière inconsidérée, c'est mentir aux Français".

L'intégralité de l'émission :

Article le plus lu - Aretha Franklin : les pires hommages › Voir les actualités

Annonces Google