Benalla : le selfie avec une arme, une imprudence "pathétique" ?

AFFAIRE BENALLA - L'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron a-t-il pris ses obligations à la légère, s'autorisant un selfie avec la serveuse d'un restaurant et arborant son arme en avril 2017 ?

[Mis à jour le 25 septembre 2018 à 16h15] Mediapart a créé une petite sensation en publiant, lundi soir, un selfie sur lequel apparaît Alexandre Benalla, tenant à la main une arme à feu. Le site d'information précise que cette photo a été prise le 28 avril 2017, en pleine campagne présidentielle, dans un restaurant de Poitiers. La personne qui a pris la photo serait l'une des serveuses de l'établissement. Ce jour-là, Alexandre Benalla n'avait pas encore d'autorisation de port d'arme en dehors du local de campagne d'En Marche ! Celui qui avait intégré l'équipe du candidat Macron a-t-il outrepassé ses droits pour s'afficher sur une photo avec des amis ? L'avocat d'Alexandre Benalla a réagi auprès de Mediapart et parle de photographie "erronée". "Je m'étonne, alors qu'il y a des choses sérieuses à traiter dans ce dossier, qu'on continue à chercher des éléments tous azimuts pour nuire à la réputation de Monsieur Benalla. Lâchez-le !", a-t-il déclaré.

Reste que l'ancien patron du restaurant ne dément pas les informations de Mediapart, au contraire. Auprès du journal La Nouvelle République, il indique ne pas avoir assisté à la scène, mais se souvient très bien que son établissement avait été choisi par l'équipe du candidat d'En Marche. "Je savais que le restaurant accueillait une quarantaine de convives de l'équipe Macron. Ils revenaient d'un meeting à Châtellerault. J'ai eu la serveuse au téléphone en cours de soirée. Elle m'a raconté ce qui s'était passé : l'équipe de Macron et ses gardes du corps étaient, selon elle, très sympas", explique l'ancien directeur de l'établissement. Et d'ajouter : "Elle a évoqué le selfie. J'ai trouvé que c'était dangereux pour la personne en question, pour Benalla, de faire ça, qu'il pouvait perdre son travail. J'ai trouvé ça un peu pathétique, pour un garde du corps de Macron, de faire des selfies avec une serveuse... Et je lui ai dit de garder ça pour elle".

Des sénateurs en colère

Pour les sénateurs qui l'ont interrogé vendredi dernier, les révélations de Médiapart constitue un élément démontrant que le mis en examen a menti sur son port d'arme devant la commission d'enquête. "Tout content d'exhiber son glock, hors toute autorisation légale, en pleine présidentielle, pour un selfie. Benalla ment", a posté sur Twitter la sénatrice écologiste Esther Benbassa, qui se tenait en face de lui au Sénat. La sénatrice socialiste Marie-Pierre de la Gontrie s'est elle-aussi étonnée : "Ça confirme qu'Alexandre Benalla nous a raconté, avec aplomb, une belle histoire peu conforme à la réalité". Autre sénateur socialiste à s'offusquer, Rachid Temal, est encore plus explicite sur ses doutes : "Comme je l'ai indiqué à l'issue de l'audition, il y a eu des mensonges puisque Benalla nous y a indiqué ne pas avoir fait de sécurité ni avoir été garde du corps pendant la campagne de Macron ou quand il était à l'Elysée !".