Elections municipales 2020 : date, candidats et principales actus de campagne

Elections municipales 2020 : date, candidats et principales actus de campagne MUNICIPALES 2020 - Les élections municipales approchent et les candidats sortent du bois. Que pronostiquent les sondages ? Quelles sont les dernières actualités des municipales 2020 ?

  • Les élections municipales se tiennent dans quelques mois, en mars 2020. Les citoyens doivent renouveler les conseils municipaux dans les quelque 36 000 communes de France et désigner leur nouveau maire.
  • Les premières candidatures sont rendues publiques, les ambitions s'affichent dans les grandes villes de France, avec en toile de fond les négociations d'alliances. Cette campagne s'annonce cruciale pour LREM qui veut s'imposer dans de nombreuses grandes villes, quitte à varier les stratégies : alliances ou accords avec des élus sortants LR, PS, centristes.

L'ACTU des municipales : dernières infos

Moudenc candidat aux élections municipales à Toulouse

L'actualité des municipales du 23 septembre - Le maire de Toulouse souhaite se faire réélire, c'est désormais officiel. Jean-Luc Moudenc a fait distribuer aux habitants de sa ville, ce week-end, un courrier dans leur boîte aux lettres pour lever le secret sur ses intentions. "J'ai une responsabilité, celle de poursuivre le travail engagé pour les Toulousains", écrit-t-il sur un ton de campagne assumé. Le maire cible d'ailleurs ses adversaires, "tantôt dogmatiques tantôt sectaires" qui "ravivent les tensions et veulent rompre l'harmonie toulousaine". Jean-Luc Moudenc, que l'on disait en négociations avec LREM pour un soutien public, indique dans sa lettre qu'il "ne sollicitera l'investiture d'aucun parti politique".

A Nantes, quatre femmes se présentent aux élections

L'actualité des municipales du 20 septembre - À Nantes, les quatre partis (PS, EELV, LREM et LR) présentent tous une femme pour disputer les municipales. Ainsi, Johanna Rolland, du PS, aura face à elle trois candidates : Laurence Garnier pour représenter la droite, l'écologiste Julie Laernoes et la députée LREM Valérie Oppelt, la dernière à se présenter. Depuis 30 ans, la mairie de Nantes est dirigée par les socialistes : Johanna Rolland, héritière de l'emblématique Jean-Marc Ayrault, avait été élue à l'âge de 34 ans en 2004. Selon 20 minutes, la France Insoumise ne présentera pas de liste officielle dans la 6e ville de France, comptant plus de 300.000 habitants.

Le parti d'Emmanuel Macron choisit de nouveaux candidats

L'actualité des municipales du 19 septembre - LREM investit de nouveaux candidats dans des villes stratégiques de plus de 9 000 habitants. A Auxerre, le parti de la majorité soutient officiellement le maire sortant Guy Ferez (ancien PS) ; à Nantes, c'est la députée Valérie Oppelt qui a été investie ; à Saint-Etienne, LREM a confié la campagne à Patrick Revelli, ancien joueur de football. A Asnières, c'est Alexandre Brugère, adjoint au maire LR, qui portera les couleurs LREM. A Orléans, c'est le maire sortant Olivier Carré (ancien LR) qui a été investi. A Béziers, le candidat officiel sera Pascal Resplandy. A Arles, la majorité présidentielle a choisi la députée Monica Michel ; à Blois, Etienne Panchout portera la campagne.

Eric Piolle veut un 2e mandat à Grenoble

L'actualité des municipales du 18 septembre - Le maire EELV sortant de Grenoble, Eric Piolle, est candidat à sa succession. L'écologiste est convaincu que son action va "dans le sens de l'histoire et en 2020, il faut accélérer les transitions", et espère qu'il pourra rassembler autour de lui les différentes forces de gauche, notamment La France Insoumise et le PCF. "Chacun vit son calendrier mais on construit un projet et du coup la coalition se formera", a-t-il ajouté devant la presse. Eric Piolle a aussi eu un mot pour sa rivale de LREM, Emilie Chalas : "C'est une personne nommée par Paris qui devra assumer le bilan et les discours de Macron", a-t-il déclaré.

Alain Carignon se lance dans son ancienne ville

L'actualité des municipales du 17 septembre - Alain Carignon, candidat à Grenoble, publie un livre. L'ancien ministre de Jacques Chirac et d'Edouard Balladur, s'explique sur ses intentions pour la ville qu'il a dirigée de 1983 à 1995, mais donne aussi son éclairage des affaires de corruption qui lui valurent une peine de 29 mois de prison en 1996. "Mes erreurs m'ont protégé de la bien-pensance et d'un conformisme bourgeois", écrit-il dans son ouvrage intitulé "Alain Carignon est un homme libre. Grenoble 2020". Alain Carignon a fait savoir qu'il ne demanderait pas l'investiture LR pour cette campagne municipale.

Mohed Altrad candidat aux municipales à Montpellier

L'actualité des municipales du 16 septembre - Mohed Altrad est candidat aux municipales 2020 dans la ville de Montpellier. Le richissime homme d'affaires, par ailleurs président du club de rugby de la ville, l'a annoncé ce lundi. Dans une interview accordée au Midi Libre, il assure n'avoir "aucun autre intérêt que de servir les habitants". Et de se fixer une ligne de conduite : "Un homme politique, au fond, selon moi est un citoyen comme les autres qui doit obéir à des règles. Cela suppose des valeurs, une transparence. Il ne faut pas promettre des choses qu'on ne peut pas faire ensuite". Mohed Altrad, à la tête du groupe qui porte son nom, est la 31e fortune professionnelle de France selon le magazine Challenges.

Gérald Darmanin candidat aux municipales 2020

L'actualité des municipales du 13 septembre - Une douzaine de membres du gouvernement pourraient décider de s'impliquer dans la campagnes des municipales. Gérald Darmanin ministre des Comptes publics se présentera à Tourcoing (Nord), sans encore préciser s'il sera tête de liste. Sébastien Lecornu attaché aux Collectivités locales, devrait se lancer à Vernon (Eure), dont il a déjà été maire par le passé. Marlène Schiappa pourrait être impliquée dans le XIVe arrondissement, Agnès Pannier-Runacher dans le XVIe arrondissement, Elisabeth Borne à Montrouge, Emmanuelle Wargon à Saint-Mandé, Adrien Taquet à Asnières et Gabriel Attal à Vanves.

Robert Herrmann candidat à Strasbourg ?

L'actualité des municipales du 13 septembre - Le président de l'Eurométropole avait annoncé en juin qu'il arrêterait la politique en mars 2020, à la fin de son mandat. Mais "le contexte a changé", explique-t-il désormais aux DNA. Robert Herrmann songerait donc à une candidature aux municipales à Strasbourg. "Un certain nombre de personnes de différentes sensibilités politiques sont venues me voir avec l'idée de fabriquer quelque chose d'original", confie-t-il, assurant toutefois que "la décision n'est pas encore prise".L'ancien handballeur Jackson Richardson sur la liste LR à Marseille

Jackson Richardson candidat à Marseille

L'actualité des municipales du 11 septembre - L'ancienne star de l'équipe de France de handball a annoncé qu'il serait sur la liste LR de Bruno Gilles, candidat déclaré (mais sans investiture officielle de son parti) à la mairie de Marseille. Dans un entretien au journal La Provence, il explique que "(s)on étiquette n'est pas politique, c'est le sport". Jackson Richardson, en cas d'élection de Bruno Gilles, se verra confier des responsabilités de premier plan pour l'organisation des JO 2024 à Marseille. "J'avais envie de redonner à Marseille ce qu'elle m'a donné. Je m'y sens chez moi. C'était le bon moment, j'y vais à 200%. J'ai énormément de choses à transmettre", a-t-il ajouté au quotidien régional.

Le patron de LREM hausse le ton sur le cas lyonnais

L'actualité des municipales du 10 septembre - "Je veux qu'ils bossent ensemble et qu'on parte alors rassemblés !". Interrogé sur CNews, le patron de LREM, Stanislas Guerini, a fait savoir que le parti de la majorité ferait en sorte que les candidatures à la mairie de Lyon et à la métropole seraient réparties très strictement entre Gérard Collomb et David Kimelfeld. Les deux hommes souhaitent diriger la métropole et ne comptent rien céder. "Nous avons pas encore pris notre décision, on discute et on va voir mais ce sera très clair pour les électeurs (...) quand ils se présenteront devant eux. Je ne sais pas dans quel sens il faut le faire mais je crois que pour le bien des Lyonnaises et des Lyonnais, ça serait bien d'additionner les énergies, ces deux personnalités ont beaucoup apporté à la ville et à la métropole de Lyon", a déclaré Stanislas Guerini.

Le parti animaliste veut se faire entendre lors des élections municipales

L'actualité des municipales du 9 septembre - Hélène Thouy, cofondatrice du parti qui avait créé la surprise lors des européennes (avec 2,2% des suffrages), a fait savoir que les listes présentées en mars 2020 pour les élections municipales seraient "indépendantes".  "C'est l'essence-même du Parti animaliste", a ajouté Hélène Thouy, qui répond ainsi à l'appel du pied d'EELV. "Le jour où les écologistes auront des mesures aussi ambitieuses que celles du Parti animaliste, effectivement, on pourra se poser la question", a ainsi botté en touche la responsable du parti de défenses des animaux.

Patrick de Carolis, ex-patron de France-Télévisions, a annoncé sa candidature à Arles pour les municipales 2020

L'actualité des municipales du 6 septembre - L'ancien journaliste et PDG de France-Télévisions, Patrick de Carolis, a annoncé sa candidature pour les municipales 2020 à Arles, dans les Bouches-du-Rhône. L'annonce a été faite via la page Facebook "Patrick de Carolis - Arles 2020", lancée il y a quelques jours. "Né à Arles en 1953, j'ai choisi, après une longue carrière de journaliste, puis de président de France-Télévisions, de construire un avenir à Arles. Profondément attaché à ma ville, j'ai choisi de servir les Arlésiennes et les Arlésiens ", peut-on lire dans la description de cette page. L'ancien homme de télévision a assuré dans une interview au Monde ne vouloir "ni étiquette ni investiture". Il reste cependant "ouvert à tous les soutiens, de droite, de gauche et du centre".

Des membres de La République en marche dénoncent les investitures pour les municipales

L'actualité des municipales du 6 septembre - Les premières investitures pour les municipales 2020 n'ont pas fait que des heureux au sein de la République en marche. Au point que 300 militants ont prévu de lancer leur courant interne, les "Marcheurs libres", lors du "Campus" du parti présidentiel, qui se tiendra ce week-end à Bordeaux. À l'origine de leur décision, la verticalité de LREM décriée en interne, qui a donné à ces membres l'impression d'être méprisés et écartés sans raison. Les "Marcheurs libres" promettent désormais de monter une association et de créer un label pour aider les éventuelles candidatures dissidentes. Du côté de la direction de LREM, si les cadres essaient de minimiser, arguant d'une "minorité" représentée, on surveille néanmoins ce mouvement attentivement.

Cédric Villani, candidat à Paris, veut "aller jusqu'au bout" 

L'actualité des municipales du 5 septembre - Le mathématicien, député LREM de l'Essonne a annoncé mercredi soir sa candidature à la mairie de Paris, alors que son parti a investi officiellement Benjamin Griveaux. Cette dissidence irrite les cadres du parti, qui craignent que cette fronde soit imitée dans d'autres communes de France. Cédric Villani, interrogé ce jeudi 5 septembre sur BFMTV, a averti ses rivaux : "Je m'engage dans cette course pour aller jusqu'au bout. Je suis dans une démarche libre, indépendante, qui permet de rassembler [...] Je n'ai aucune illusion, quand je me lance dans une bataille, il y aura des coups à prendre", a-t-il fait savoir. Dans le camp de Benjamin Griveaux, c'est la soupe à la grimace. "On ne s'improvise pas candidat à la mairie de Paris en quelques semaines !", a réagi le candidat investi devant la presse, assurant qu'il comptait encore rallier Cédric Villani à sa candidature.

Les ministres candidats aux municipales pourront rester au gouvernement durant la campagne

L'actualité des municipales du 4 septembre - Le Premier ministre a adressé un message très clair à tous les membres de son gouvernement qui lorgne sur une municipalité en mars 2020. "La règle selon laquelle lorsque l'on est ministre on ne peut pas cumuler sa fonction de ministre avec la tête d'un exécutif local restera valable", a-t-il déclaré. Il leur faudra donc "déterminer si oui ou non ils veulent rester membre du gouvernement ou si oui ou non ils choisissent d'exercer des fonctions à la tête de l'exécutif auquel ils auraient été élus". Le chef du gouvernement a par ailleurs indiqué que les ministres ou secrétaires d'Etat concernés pourront rendre publiques leurs velléités à partir de janvier.

A Metz, le député LREM se déclare candidat aux municipales

L'actualité des municipales du 3 septembre - Richard Lioger, ancien premier adjoint au maire de Metz et ancien président de l'université de Lorraine, a décidé de se passer de l'avis de la commission d'investiture de LREM : le député de la majorité s'est déclaré candidat ce mardi au club de la presse de Metz, comme le rapporte France Bleu. "J'ai une équipe, un programme, bientôt un local, j'avance sans attendre", explique Richard Lioger qui tempère toutefois ses ambitions et n'exclus pas un pas de côté : "On verra bien ce que je ferai quand la commission d'investiture aura choisi".

En savoir plus

La campagne des élections municipales, comme celle de l'élection présidentielle, est toujours très suivie des Français, qui sont d'ailleurs peu à s'abstenir lorsqu'il faut élire leur maire. Les études montrent que les préoccupations locales sont fortes, mais l'enjeu des municipales dépasse les perspectives locales. Ces élections vont marquer un virage sans doute difficile à négocier pour la majorité et constituent un test pour les partis d'opposition, qui compteront leurs points dans le nouveau paysage politique une fois les nouveaux maires à leur poste. Certes, l'élection européenne, en 2019, a déjà dégagé de nouveaux rapports de force, avec la poussée du RN et la performance des écologistes, mais le résultat des municipales ouvrira une toute autre séquence pour Emmanuel Macron.

Il s'ébruite ça et là, en effet, que le président de la République pourrait engager une nouvelle phase de son quinquennat après les élection municipales, se donnant un nouvel élan et proposant de nouveaux objectifs aux Français, dans le but de préparer sa réélection. Le Parisien, qui s'appuie sur les confessions de proches d'Emmanuel Macron, émettait il y a quelques semaines l'hypothèse d'un remaniement et d'un changement de Premier ministre en milieu d'année 2020.

Date des élections municipales

Le mandat de maire et de conseiller municipal dure 6 ans. Les dernières élections municipales ont eu lieu les 23 et 30 mars 2014, les prochaines auront lieu les 15 et 22 mars 2020. Les dates précises ont été communiquées, après décision officielle en Conseil des ministres, au mois de juillet.

Elections municipales

Lors du scrutin des municipales, les habitants d'une commune élisent pour un mandat de 6 ans les membres du conseil municipal, qui désignent alors le maire de la commune. Lors de la campagne, les citoyens savent qui porte les listes présentées et donc quel candidat au sein de celles-ci ambitionne d'être maire. Depuis les élections municipales de 2014, le mode de scrutin est "proportionnel avec prime majoritaire" pour les communes de plus de 1000 habitants. Les candidats de chaque formation se présentent en listes complètes, que les votants ne peuvent pas modifier. Les listes ayant obtenu au moins 10 % des suffrages peuvent se maintenir au second tour. Avec 5 % des voix, les candidats d'une liste peuvent fusionner avec une autre liste. Pour les commune de moins de 1000 habitants, le scrutin est "majoritaire plurinominal" avec panachage : les citoyens peuvent voter pour des candidats de listes différentes.

Le nombre de candidats élus au conseil municipal varie en fonction du nombre d'habitants. A titre indicatif, un conseil municipal d'une ville comportant entre 5 000 et 10 000 habitants est composé de 29 élus ; ils sont 43 dans une ville ayant entre 40 000 et 50 000 habitants ou encore 69 pour une ville de plus de 300 000 habitants. Il y a 73 conseillers municipaux à Lyon, 101 à Marseille et 163 à Paris. 

Municipales 2020

Le parti de la majorité actuelle, La République en Marche, n'existait pas lors des précédentes élections municipales. Pour le chef de l'Etat, pour le gouvernement et pour cette toute jeune formation politique, ces premières élections locales constituent un test. Lors des municipales 2020, La République en Marche est-elle capable de s'implanter dans les conseils municipaux, de prendre des villes importantes, d'instaurer dans les territoires un nouveau rapport de force avec les partis traditionnels ?

A Lyon, ville dans laquelle le macronisme s'est déployé avant et plus rapidement que partout ailleurs, Gérard Collomb pourrait être réélu avec l'étiquette LREM. A Paris, tout semble ouvert : une victoire du parti d'Emmanuel Macron apparaîtrait comme une victoire politique majeure pour la majorité, mais le candidat de la majorité doit composer avec une dissidence. Les observateurs ont aussi, dès à présent, les yeux rivés vers d'autres points chauds : Lille, Nantes, Rennes, Nice, Toulouse, Rouen et Strasbourg, villes dans lesquelles les ambitions de LREM sont déjà manifestes. Dans toutes les communes, les enjeux s'articuleront, entre autre, autour des listes menées par LREM et des alliances qui pourraient se former pour faire basculer les scrutins.

Qui vote aux élections municipales ?

Le scrutin des municipales figure historiquement parmi ceux qui enregistrent la plus forte participation. Pour voter il faut avoir 18 ans, être inscrit sur les listes électorales, être en possession de ses droits civils et politiques. Il faut posséder la nationalité française ou bien celle d'un pays membre de l'Union européenne.

Qui est candidat aux municipales à Paris ?

Il est probable qu'Anne Hidalgo défende son bilan et se représente dans ces élections municipales à Paris, pour un second mandat dans la capitale. Face à elle, LREM a investi officiellement Benjamin Griveaux, ancien porte-parole du gouvernement. Mais Cédric Villani, député LREM de l'Essonne, est également candidat dissident. L'UDI a choisi de s'allier à Benjamin Griveaux. A droite, c'est Rachida Dati qui pourrait s'imposer comme candidate. EELV a choisi David Belliard, président du groupe écologiste au Conseil de Paris. La France Insoumise peut compter sur Danielle Simonnet pour porter ses couleurs. Le Rassemblement national a choisi de soutenir la liste conduite par Serge Federbusch, mais rien n'est vraiment arrêté. L'ancien conseiller com' de François Hollande, Gaspard Gantzer, brigue aussi la mairie de Paris. Enfin, le forain Marcel Campion compte aussi présenter une liste.

Qui est candidat aux municipales à Marseille ?

"Je ne serai pas candidat à un poste éligible. Si je peux rendre service, je verrai ce que je ferai, mais je ne suis plus candidat pour entrer au conseil municipal et à la métropole", a fait savoir le maire-sortant Jean-Claude Gaudin sur France Bleu Provence en juin 2019, ajoutant : "Ce que je souhaite, c'est que le parti Les Républicains ne se déchire pas. Il s'est déjà déchiré au niveau national, ce qui affaiblit notre formation politique. Je souhaite aussi, tant que je le peux, jouer le rôle de rassembleur". Martine Vassal, qui devrait officialiser sous peu sa candidature aux municipales, a clairement indiqué qu'elle était favorable à un rapprochement de la droite avec LREM.

Il est assez probable que Jean-Luc Mélenchon, député La France Insoumise de la ville, se lance dans la course. A gauche, la sénatrice Samia Ghali pourrait se porter candidate. Stéphane Ravier, sénateur du Rassemblement national, a quant à lui lancé sa campagne il y a des mois, sans attendre les investitures officielles du parti de Marine Le Pen.

Qui est candidat aux municipales à Lyon ?

Dans la capitale des Gaules, la candidature de Gérard Collomb, officialisée dans L'Express mi-septembre, n'a surpris personne. L'ancien ministre de l'Intérieur, qui avait dû abandonner ses fonctions locales en intégrant le gouvernement, a quitté l'exécutif national avec fracas fin septembre 2018, pour reprendre les commandes de la municipalité et faire campagne, dans le but d'entamer un nouveau mandat. Il n'est pas certain qu'il fasse campagne sous l'étiquette LREM. Le maire Lyon compterait aussi récupérer la métropole, mais doit faire face aux velléités de David Kimelfeld. Auprès du Figaro, l'ancien bras droit de Gérard Collomb à Lyon, propulsé président de la métropole de Lyon lorsque le maire a été nommé ministre de l'Intérieur, a indiqué qu'il comptait conserver son poste.

La socialiste Nathalie Perrin-Gilbert, maire du 1er arrondissement et ancienne proche de Gérard Collomb, a annoncé début septembre 2019 qu'elle briguait l'Hôtel de Ville. Elle entend porter une candidature alliant plusieurs forces de gauche. Les écologistes de EELV comptent présenter une candidature autonome mais n'ont pas encore désigné officiellement de candidat. A droite, Etienne Blanc est candidat de LR, il a enregistré le ralliement de Pascal Blache en avril 2019.

Sondages sur les élections municipales

Début juillet 2018, Harris Interactive a réalisé un sondage pour La Chaîne parlementaire-Assemblée nationale pour prendre le pouls de l'opinion publique sur les prochaines élections municipales. S'il faut prendre cette enquête avec beaucoup de précautions - compte tenu de la date lointaine du scrutin et de l'agglomération des intentions de vote à l'échelle nationale -, les premières indications sont éclairantes. Ont été interrogées 1674 personnes vivant dans des communes de plus 10 000 habitants. Arrivent en tête des intentions de vote : LREM-Modem (27%), le PS-EELV (19%) puis LR (18%). Viennent ensuite, dans l'ordre : le RN (13%), la France Insoumise-PCF (9%), l'UDI (5%), Debout la France (5%).

A Paris, selon un sondage BVA effectué pour pour La Tribune, Orange et RTL à l'été 2019, Benjamin Griveaux (LREM) serait crédité de 25% d'intentions de vote, devant Anne Hidalgo (PS) donnée à 21% des suffrages. Viendraient ensuite : Rachida Dati (LR) à 15% ; EELV à 13% ; Danielle Simonnet (LFI) à 5% ; Gaspard Gantzer (Parisiens, Parisiennes) à 5%. La candidature de Cédrix Villani change bien sûr la donne.

A Marseille, selon un sondage Elabe pour Europe 1, c'est la droite qui serait le mieux placée. L'étude effectuée en septembre 2018 teste quelques candidatures, avec notamment l'hypothèse Martine Vassal. Celle-ci serait créditée de 34% des voix, devant Jean-Luc Mélenchon (qui ne s'est pas déclaré candidat) avec 19% des intentions de vote. Viendrait ensuite le RN Stéphane Ravier avec 15%, la PS Samia Ghali avec 14,5% et Christophe Castaner (devenu depuis ministre de l'Intérieur, sans doute pas intéressé par le scrutin) avec 14% des voix.

Résultat des municipales

Comment sont répartis les sièges au conseil municipal ? Tout dépend des résultats des élections. Dans les communes de plus de 1000 habitants, on attribue dans un premier temps à la liste arrivé en tête un nombre de sièges égal à la moitié du nombre de sièges à pourvoir. Ensuite, les autres sièges du conseil municipal sont répartis entre toutes les listes à la représentation proportionnelle, suivant la règle de la plus forte moyenne. Les listes n'ayant pas obtenu 5% des voix ne sont pas prises en compte dans la répartition des sièges.

Dans les communes de moins de 1000 habitants, les voix sont décomptées individuellement par candidat, quelques soient les listes. Un candidat peut être élu au premier tour de l'élection municipale, s'il recueille la majorité absolue des suffrages exprimés et un nombre de suffrages au moins égal au quart de celui des électeurs inscrits. Au second, la majorité relative suffit pour remporter l'élection.

Article le plus lu - Automne 2019 : comprendre l'équinoxe, pourquoi c'est (aussi) une bonne nouvelle › Voir les actualités

Elections municipales 2020 : date, candidats et principales actus de campagne

Sommaire Elections municipales : fonctionnement Date des élections municipales Municipales 2020 Qui vote aux municipales ? Candidats municipales à Paris Candidats municipales à Marseille Candidats municipales à Lyon Sondages...

Je gère mes abonnements push